Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GPSO (Grand Paris Seine Ouest)

  • VANVES ET GPSO : JCDECAUX REMPORTE LE CONTRAT DE MOBILIER URBAIN PUBLICITAIRE

    JCDecaux SA (Euronext Paris : DEC) a  annoncé début Juillet,  avoir remporté, dans le cadre d’un appel d’offres, le contrat de mobilier urbain publicitaire de 6 villes du Grand Paris Seine Ouest (GPSO) sur 8. Avec ce contrat, JCDecaux fait son retour dans la ville de Vanves et renouvelle son offre dans les 5 autres villes (Chaville, Issy-les-Moulineaux, Marnes-la-Coquette, Meudon et Ville d’Avray).

    Ce contrat de 15 ans, qui prendra effet le 1er janvier 2020, s’inscrit dans le cadre de la réglementation locale de la publicité adoptée par l’intercommunalité (RLPI) au cours du 1er trimestre 2019. Il porte sur le design, l’installation, l’entretien, l’exploitation et la maintenance d’une offre complète de plus de 950 mobiliers urbains serviciels (abribus, sanitaires, mobiliers urbains d’information et d’affichage libre, journaux électroniques d’informations, colonnes d’affichage culturel, mâts porte-affiches, horloges …) et de 19 mobiliers urbains digitaux, le tout représentant près de 1000 faces publicitaires.

    Vanves, comme Issy les Moulineaux et Chaville, bénéficiera de mobiliers urbains digitaux de dernière génération, offrant une visibilité optimale tant à l’information municipale qu’aux campagnes publicitaires, grâce à leurs écrans LCD 86 pouces full HD. Positionnés à des emplacements stratégiques, L'un d'entre eux a été installé à l'angle Bd du Lycée et la rue Pruvot (sur la photo), ils permettront une communication en temps réel, contextualisée et géolocalisée avec des contenus dynamiques permettant une créativité sans limite, pour le plus grand bénéfice de la ville, des marques, des citoyens et des touristes. Des ports USB sont aussi proposés sur les abribus, dont certains seront également équipés de panneaux photovoltaïques. Avec des designs signés Sir Norman Foster, Philip Cox, Ora-Ïto, Martin Szekely ou JCDecaux selon les équipements, ces mobiliers sobres, élégants et personnalisés aux couleurs de chaque ville, s’intégreront harmonieusement au paysage urbain.

    Ainsi le Groupe Decaux  a proposé ses solutions les plus innovantes pour maîtriser l’impact environnemental des mobiliers, notamment en les reconditionnant à neuf, selon les principes de l’économie circulaire. Leurs performances énergétiques sont optimisées, notamment grâce à l’utilisation de la technologie LED et la modulation de l’intensité lumineuse, permettant de réduire les consommations électriques jusqu’à 60%. Le choix de matériaux nobles et recyclables tels que l’acier, l’aluminium, ou le verre garantit une qualité optimale de service durant toute la durée du contrat. Enfin, l’entretien des abribus sera toujours réalisé à l’eau de pluie, avec des produits respectueux de l’environnement. «Ce contrat vient renforcer notre offre publicitaire en Ile-de-France et contribue à l’accélération du déploiement du digital urbain, au bénéfice des marques, des collectivités et de l’information des citoyens» indiquait Jean-Charles Decaux, Codirecteur Général de JCDecaux, courant Juillet

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    TROTTINETTES ELECTIQUES INTERDITES

    Vanves avec les autres communes de l’EPT (Etablissement Public Territorial  GPSO ( Grand Paris Seine Ouest) ont décidé d'interdire totalement les opérateurs de trottinettes électriques sur leur territoire à la suite de plusieurs incidents. Ces huit communes sont placés en zone rouge empêchant les usagers d'y déposer les trottinettes. «Toutes les trottinettes électriques que nos agents trouveront stationnées dans nos villes seront enlevées. Les opérateurs auront un mois pour payer une amende dont le montant doit être fixé, faute de quoi, les engins partiront à la broyeuse» indique Pierre-Christophe Baguet, président de GPSO : «C'est une décision que nous prenons faute de législation. Lorsqu'il y en aura une, nous nous y conformerons»

    SOPHIE CLUZEL SERMONNE

    La ministre Sophie Cluzel qui ne fait pas beaucoup parler d’elle comparé à son colégue Vanvéen, Gabriel Atal, a fait l’objet d’un écho dans le JDD de dimache à propos des JO 2024 et Anne Hialgo ont dû siffler. Elle aurait, devant le conseil d'administration du comité d'organisation des JO de 2024, a mis en garde sur la nécessité de préserver «l'esprit d'équipe» et réclamé une «clarification dans le choix des partenaires». En cause : les exigences environnementales de la maire de Paris qui ont conduit le groupe Total à se retirer récemment du collège des sponsors – avec à la clé un trou de 120 M€ dans le budget, sur 1 milliard d'euros à trouver. «Il faut d'urgence rassurer les entreprises» a-t-elle souligné, en souhaitant pour cela une «gouvernance resserrée».

    ATTAL EN GUYANE POUR LE SNU

    Comme les 124 Jeunes venus de l’hexagone, le secrétaire d’Etat Gabriel Attal a dormi en hamac, marché sur un sentier botanique, appris à reconnaître des plantes et des arbres de l’Amazonie, en passant une journée et une nuit sur la piste de Saint Elie, à Sinnamary. La phase pilote du SNU touche à sa fin : Ce fut une expérience inoubliable et formatrice pour tous ces jeunes» a-t-il pu constater. Tout en annonçant une généralisation plus rapide que prévue de ce dispositif expérimental (au départ, sa mise en œuvre pour tous les jeunes français de 16 ans était prévue en 2026) «Il était prévu que la généralisation du SNU se fasse plus tard, mais le Président de la Républqiue m'a demandé d'aller plus vite. Ce sera chose fait » La date de mise en œuvre du SNU pour toute une classe d’âge devrait être annoncée à la rentrée. «C’est une réforme qui sera obligatoire pour 800 000 jeunes. C'est très bien d'être ici pour la première phase du SNU 

  • REUNION PUBLIQUE SUR LE PLAN CLIMAT DE GPSO : CONCERTE MAIS PAS IMPOSE

    «Nous allons aller plus loin avec le nouveau plan climat de GPSO, pour que vous deveniez acteur à partir des pistes que vous vous appropriez. On n’est pas là pour imposer » a déclaré Christiane Barodu-Weiss, vice présidente chargé du développement durable,  en ouvrant la réunion publique sur le plan climat-air-energie de GPSO à la Palestre vendredi soir qui s’adressait aux vanvéens et aux isséens.

    Elle a rappelé que GPSO a un plan Climat depuis 2011 qui a été remarqué par le ministère de l’environnement. Il a permis d’engager une réduction des émissions d’effets de serre signifcatif, meilleur que la métropole. Il visait plusieurs objectifs : Favoriser la transition énergétique des bâtiments grâce à une agence, et notamment les copropriétés anciennes. Recourir aux énergies renouvelables grâve à une subvention « Déclic Enertgie ». Modifier nos habitudes de déplacements grâce aux transports en commun, aux vélos à assistance électriques, même si certains territoires s’y prêtent moins comme ceux de Marnes La Coquette et Ville d’Avray, GPSO disposant de 33 km de  pistes  cyclables, 63 stations de Vélib à terme. Gérer la logistique urbaine (avec la gestion importante du dernier kilométre de livraison). Préserver le cadre de vie et la biodiversité , GPSO disposant de 156 espaces verts, 125 000 arbres, développant le « zéro phyto-sanitaire », l’arrossage raisonné, les jardins partagés… Enfin gérer les déchets avec le collecte sélective (37 kg/habitant) en cherchant à améliorer la collecte du verre, en développant le compostage et les bio-déchets à Marne la Coquette et à Ville d’Avray, et en luttant contre les dépots sauvages qui coutent 4 M€ à GPSO pour leur enlèvement avec maintenant une police verte pour sanctionner leurs auteurs…

    Le maire de Vanves avait accueilli ses élus et ses habitants avant cette introduction de sa collégue de Marnes La Coquette, une présentation du diagnostic, des pistes d’actions et un  jeu de questions réponses. «C’est un partage d’expériences et une mutualisation des moyens que nous effectuons pour mettre en place des politiques ambitieuses dans ce domaine. Ainsi la résidence NIWA (140 logements) a repris le systéme centralisé d'enlèvement par un système pneumatique des déchets développé à Issy les Moulineaux. GPSO a d’ailleurs été précurseur en matière de développement durable avec le zéro phyto-sanitaire, les éco-quartiers, et pour Vanves une 3éme fleur, pas seulement pour son fleurissement, mais pour ses actions contre le réchauffement climatique (isolation thermique des bâtiments, leds pour l’éclairage, expérimentation des bio-déchets, marché éco-nature en 2018, futur aménagement paysager du parc des Expositions …avec mise en place d’un groupe de travail sur le plan vélo. On devrait développer une politique active des mobilités actives ( vélo, trottinettes, scooters…) en mettant en avant le partage de voirie… » a indiqué Bernard Gauducheau  en constatant «qu’on parle de plan climat, à un moment où le climat social se tend, avec les gilets jaunes, le débat sur le pouvoir d’achat. Tout cela est lié, et opposer climat et Gilets Jaunes n’est pas le bon combat »