Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GPSO (Grand Paris Seine Ouest)

  • RETOUR SUR LA REUNION PUBLIQUE CONSACREE AU PLUI A VANVES

    Le Blog revient sur cette réunion publique organisée par GPSO  le 8 Novembre  sur le PLUI qui n’a rassemblé que 70 vanvéens avec la totalité de la majorité du Conseil Municipal.

    Un premier document a été présenté : le Diagnostic qui montre que GPSO est un territoire où il fait bon vivre, avec 320 000 habitants (5%  de la métropole u Grand Paris). Ce chiffre est en augmentation de +0,5% par an. Sur 5000 nouveaux ménages,  60% ont des enfants, 40% n’en ont pas, la plupart arrivant de Paris. Beaucoup quittent les communes de GPSO dès qu’ils ont plus de 2 enfants. Mais c’est un territoire attractif pour de jeunes actifs arrivant de Province. GPSO est un territoire dense avec une moyenne de 130 habitants/Ha, le 2ème territoire le plus dense après Paris.

    L’Etat demande à GPSO la construction d’environ 2000 logements/an pour atteindre une population de 350000 habitants en 2030. «Cette demande date d’il y a 10 ans et que les récents événements sanitaires et climatiques ne sont pas encore venus modifier ces données» a-t-il été précisé. La construction de 13 215 logements a été autorisée entre 2013 et 2020, soit 1650 logements/an. Or, il faut impérativement construire 650 à 670 logements /an pour maintenir la population sur le territoire. GPSO a indiqué que l’attractivité du territoire est bonne, 116 emplois sont proposés pour 100 actifs ! Il y a moins d’ouvertures de bureaux sur le territoire de GPSO que sur d’autres territoires : « Il y en a 5% sur Boulogne et Issy, quand il y en a 13% sur la Défense et 17% sur Versailles Grand Parc. Le territoire bénéficie aussi d’une vacance réduite sur ce secteur».

    Il y a une très grande diversité des paysages urbains sur le territoire. 50% du territoire est occupé par des équipements mixtes, 18% par des pavillons. C’est un territoire au tissu ancien, dense et l’un des plus vert de la Métropole (qui compte 56% d’espaces végétalisés sur son ensemble). 84% du Patrimoine du territoire est protégé (Moyenne de la MGP : 32%)

    Une second document a été présenté, le PADD (Projet d’Aménagement et de développement durable qui propose 4 axes :

    -Un territoire acteur de la Transition écologique : L’objectif serait de caractériser et mettre en valeur le grand paysage, développer unestratégie performante transition énergétique et environnementale, et de renforcer larésilience du territoire.

    - Un Territoire qui conjugue Proximité, mobilité et habitat : Il s’agit d’accompagner l’organisation des mobilités sur le territoire, de structurer un réseau de centralités équilibré, animé et fédérateur, de poursuivre une évolution raisonnée de la population en cohérence avec la capacité d’accueil du territoire

    - Un Territoire qui développe l’identité et la complémentarité de ses villes : Affirmer les singularités des villes tout en amplifiant les synergies entre elles ; Préserver et valoriser les patrimoines urbains, architecturaux et paysagers ; Consolider les liens et les limiter les ruptures au sein de GPSO et avec les territoires voisins

    - Un territoire créatif et innovant : l’objectif est d’affirmer le dynamisme économique du territoire, de Soutenir les initiatives économiques et sociales et favoriser l’émergence de talents, de Perpétuer la tradition d’innovation sur le territoire de GPSO

  • LA PRESENTATION DU PLUI DE VANVES LAISSE LES VANVEENS SUR LEUR FAIM

    Vanves a donc tenu la première des 8  réunions publiques de GPSO sur son PLUI mardi dernier avec présentation du diagnostic et du PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durables), La salle de la Palestre n’a pasfait le plein malgré la présence de l’ensemble des conseillers municipaux de la majorité, de ses soutiens, de vanvéens particulièrement au fait de ces questions qui pouvaient apparaître rébarbatives aux vanvéens. Mais voilà, beaucoup sont restés sur leur faim, sans informations sur leur commune particulièrement,  parce qu’il s’agissait de l’ensemble du territoire de cette intercommunalité, et pas particulièrement leur ville de Vanves, tant pour le diagnostic, même si certains chiffres vanvéens ont été donnés, que pour le PADD, comme cela avait été le cas lors de la précédente révision en 2011 qui concernait le seul territoire de Vanves.

    Mais comme l’a expliqué Bernard Gauducheau, une loi a été votée depuis cette révision  du PLU en 2011, imposant un PLUI  maintenant concernant l’ensemble du territoire des intercommunalités, GPSO en l’occurrence, pour Vanves. «Le législateur l’a prévu probablement par souci de cohérence, car on a pris l’habitude de travailler ensemble. Mais si la démarche fonctionne, elle ne se fait pas dans l’enthousiasme totale, chacun tenant à son clocher » a déclaré le maire confirmant le jugement de la CRC (Chambre Régionale des Comptes) Ile de France, sur « une intégration intercommunale peu aboutie ». Mais en atténuant ses propos, en reconnaissant que «sans cette interco, on n’aurait pas pu transformer Vanves comme on l’a fait ! ». Il n’empêche que « les maires tiennent à préserver l’identité de leur commune et à ne pas se noyer dans le magnat global. C’est un  jeu d’équilibriste. C’est l’objectif de ce PLUI » a-t-il conclu

    Le décor planté, il ne restait plus qu’aux administratifs de GPSO dont la directrice de l’urbanisme de présenter le diagnostic, les grands évolutions et enjeux avec le PADD, qui donneront lieu, plus tard au règlement fin 2023 et une approbation en 2024. Les maires, avant la concertation, avaient tenu à définir les objectifs, après avoir consulté leur habitant par un  questionnaire :  Tout d‘abord, un territoire qui préserve la qualité de son cadre de vie : son patrimoine urbain, architectural et paysager, ses formes urbaines, l’accès aux berges de Seine et aux forêts, …Ensuite, un territoire durable et résilient, qui œuvre en faveur de la transition écologique : promotion de la nature en ville, réduction des gaz à effet de serre, gestion des risques naturels,… ; Enfin, un territoire attractif et accueillant qui favorise la diversification du tissu économique tout en développant une offre de logements adaptée à la diversité des ménages, facilite les mobilités, et contribue au maintien des commerces de proximité.

    La directrice de l’urbanisme et son équipe ont présenté un diagnostic, avec quelques chiffres sur vanves mais laissant sur leur faim beaucoup de vanvéens présents, suscitant malgré tout de nombreuses questions…Jusqu’à ce qu’au bout de 2H, l’un des participants s’est impatienté pour connaitre les grandes lignes du PADD, c’est à dire les grandes orientations du PLUI sur lequel le blog reviendra demain  

  • IL EST BEAUCOUP QUESTION DE GPSO A VANVES ET AILLEURS CETTE SEMAINE

    Vanves a accueillit mardi soir la première des huit réunions publiques qui se dérouleront durant le courant du mois de Novembre sur le PLUI (Plan Local d’UrbanismeIntercommunal) dans les huit communes de GPSO (Grand Paris Seine Ouest) sur lequel reviendra le blog bien sûr. Mais cet EPT (Etablissement public Territorial) a fait parler de lui dans la presse  avec le rapport d’observation de la Chambre Régional des Comptes (CRC) Ile de France qui s’est penché aussi sur la Métropole du grand dont il dépend. Il est intéressant de noter que les magistrats de cette CRC  ont constaté une « intégration intercommunale peu aboutie ». Et le tableau qu’ils dressent, est édifiant ! Enfin, généralement autour du 11 Novembre, se déroulait un conseil municipal qui a été supprimé, car beaucoup de décisions se prennent maintenant au niveau du conseil territorial de GPSO, ce qui allége l’ordre de jour. Mais il est regrettable, que cet intercommunalité communique tès peu sur ces décisions contrairement à d’autres, en dehors d’une information institutionnelle très classique.

    «GPSO est l’un des trois EPT qui ont succédé sur le même territoire à une communauté d’agglomération antérieure. Sur ce territoire, la coopération intercommunale est une pratique ancienne mais limitée. Le projet de territoire date de 2012, les politiques d’urbanisme et d’aménagement, malgré leur transfert à GPSO, continuent de dépendre largement des communes malgré leur transfert à GPSO » relévent ils en constatant qu’en matière de logement, GPSO a dissous l’unique office public de l’habitat (OPH) qui lui était rattaché et transféré son patrimoine à une société d’économie mixte (SEM) contrôlée principalement par la commune  d’Issy-les-Moulineaux. «Il ne paraît pas non plus exercer pleinement sa  compétence en matière culturelle et sportive, faute d’avoir défini des critères précis d’intérêt territorial des équipements. Au titre de sa compétence «aménagement», GPSO a bénéficié du transfert de certaines opérations communales mais d’autres sont restées hors du champ du transfert. Par ailleurs, le financement de ces opérations est réalisé par les communes, y compris avec des  fonds de concours d’investissement» relévent ils.

    «Cette situation n’est pas conforme au droit. Il n’y a pas de mutualisation des opérations d’aménagement sur le territoire» constatent ils. «L’établissement public exerce par ailleurs une participation trop limitée au capital de deux sociétés publiques locales d’aménagement pour assurer le complet développement d’une stratégie territoriale en la matière» ajoutent ils.   «Depuis 2016, GPSO, dont les effectifs sont stables, travaille grâce aux nombreux agents mis à sa disposition par ses communes membres,  notamment pour l’exercice de ses compétences d’aménagement et d’urbanisme. Les conventions conclues à cet effet prévoient que  les maires conservent à la fois l’autorité hiérarchique et l’autorité fonctionnelle. De ce fait, ils continuent d’organiser le travail de leurs services malgré les transferts de compétence à GPSO »ajoute la CRC