Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GPSO (Grand Paris Seine Ouest)

  • GRAND PARIS SEINE OUEST (GPSO) ET VANVES REDUISENT LEUR CONSOMMATION ELECTRIQUE

    Voilà quelques jours le blog faisait de l’initiative prise par la Ville de Paris pour réduire sa consommation d’électricité  pour  prévenir d’éventuelles coupures sur le territoire national, qui pourraient impacter les particuliers ou les professionnels, lors de cette vague de grand froid qui commence à prendre fin.  Tout en s’étonnant que de grands établissements comme le parc des expositions à Vanves ne donnaient pas aussi l’exemple« Les collectivités territoriales ont un rôle fondamental à jouer dans les enjeux du réchauffement climatique, de la qualité de l’air et des économies d’énergie. Ainsi, pour réduire les appels de puissance sur le réseau électrique national à cause de la longue période de grand froid, nous avons pris des décisions immédiates pour réduire la consommation électrique sur l’espace public et dans les bâtiments publics » indiquait Pierre Christophe Baguet président de GPSO (Grand Paris Seine Ouest) qui a aussi montré l’exemple en la matière ces derniers jours 

    Dans le cadre du Partenariat public privé (PPP), GPSO a demandé à Bouygues Energies Services de mettre en place une télégestion c'est-à-dire un  pilotage quasi en temps réel de la gradation électrique dans l’ensemble des villes dont Vanves de cette interco, comme c’est le cas à Boulogne et à Sévres : « Si une baisse de 20 % était déjà effective de 23h à 6h, cette plage horaire a été allongée : baisse de 20 % dès l'allumage, puis baisse de 40 % à partir de 22h, puis baisse de 20 % au-delà de 6h. Ce qui  représente une réduction nocturne totale de 35 % et une économie de 2 820,40 KWh/jour,  soit l’équivalent de l’énergie consommée chaque jour par une centaine de logements » indiquait un communiqué de GPSO qui a d’ailleurs montré l’exemple. Dans la semaine du 16 janvier, la température a été abaissée d’un degré dans les bureaux de son  siége à Meudon, au bord de la Seine et de la VRGS. Il a même été demandé aux collaborateurs de limiter les envois de  courriels collectifs, particulièrement voraces en énergie.  

    Mais ce n’est pas tout car les élus deGPSO  ont inscrit la réduction des consommations énergétiques dans le Plan climat énergie territorial élaboré et voté en 2011. Dans ce cadre là, ils ont mis en oeuvre deux plans de rénovation de l’éclairage public afin de réduire la  consommation énergétique de 30-35 % , la pollution lumineuse, les coûts de fonctionnement et de maintenance,  et optimiser le service grâce à la télégestion. A Chaville, Issy-les-Moulineaux, Meudon, Vanves et Ville-d’Avray, un schéma directeur  de l’éclairage public, d’un budget d’investissement annuel de 2,4 M€, est suivi depuis 2010 : 2 436 points lumineux ont déjà été renouvelés, soit 25 % du patrimoine, et une baisse de 25 % de la consommation énergétique est observée . A Vanves, il s’agissait notamment dernièrement des rues  Marcelin Berthelot et  Victor Hugo, du carrefour du 19 Mars 1962   où les points lumineux rénovés sont équipés de LED, dont la consommation est quatre fois inférieure à une ampoule classique

    Le budget consacré aux illuminations  de Noël a été divisé  par deux sur les exercices 2015-2016, soit 996 300 € /an (contre 1 536 450 € en 2014), en faisant appel aux leds. Cette  réduction se traduit par une consommation énergétique également divisée par deux. Enfin, GPSO propose aux particuliers deux subventions pour l’installation d’équipements à énergie renouvelable ou l’isolation des toitures. Plus de 128 715 € ont été attribués depuis 2010.

  • UNE ETUDE DE GPSO SUR LE STATIONNEMENT PAYANT : A VANVES, LE NOMBRE DE PV EST FAIBLE

    Les conseillers territoriaux de GPSO (Grand Paris Seine Ouest) ont reçu et examiné lors du dernier Conseil territorial de 2016 ( 8 décembre 2016), les observations de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) sur la gestion du stationnement urbain » depuis 2010. Et ce que dit ce rapport de la CRC sur Vanves, est très intéressant

    Selon ce rapport, l’instauration du stationnement payant à Vanves a permis de faire progresser le nombre de places de  4301 en 2014 soit 42,2%  de plus qu’en  2010 (+ 1276 places entre 2010 et 2015)  à l’extérieur et de 77 places de plus en parcs publics (+98,7%) qui se sont ajoutées à la centaine de places du parking du marché.  Elle est la seule commune de GPSO dans ce cas avec Sèvres. Les tarifs ont progressé de 7 à 40% depuis 2010 en partie en raison de l’instauration d’une tarification au quart d’heure en 2015, la première heure de stationnement sur voirie coûtait entre 0,70 € et 1,90 € selon les communes indique ce rapport, sachant que GPSO a recherché à harmoniser ses tarifs de stationnement sur voirie en fonction de trois bassin de vie et d’emplois homogènes : Vanves fait patie de la zone très urbanisée avec Boulogne et Issy Les Moulineaux où GPSO a décidé d’instaurer des tartifs identiques dans les zones limitrophes de Vanves et d’Issy les Moulineaux afin d’éviter les reports de stationnement. Comme c’est le cas aux abords de Paris où il est fait état de saturations récurrentes dans les rues adjacentes au parc  des expositions. 

    Selon un ratio de 250 places contrôle par ASVP, Vanves à cause de la forte augmentation de places de stationnement, est passé de  416,7 places contrôlées par ASVP  en 2010/11 à 860 par ASVP en 2014,  les tournées de contrôle étant programmées par le responsable de la police municipale. Entre 2013 et 2014, alors que l’effectif était de 4 ASVP, la commune était divisée en autant de secteur attribué par binôme qui consacrait deux jours de travail pour couvrir l’intégralité de leur secteur, toutes les rues de la commune étant supervisée une fois par semaine. Avec le passage à 6 ASVP, la commune a été redécoupé en 6 secteurs, avec une plus grande fréquence de contrôle, contrarié par un absentéisme qui s’élevait en moyenne à 12,3 journée par agent de contrôle en 2014 dans les 8 villes de GPSO : Mais 147 journées d’absences  au total ont été enregistrées en 2010, 394 en 2011, 398 en 2012, 407 en 2014 et 372 en 2014 à Vanves  où le taux est extrêmement élevé pour les 4 agents mis à disposition. Ils  étaient absents en moyenne 98,5 jours en 2011, 99,5 jours en 2012, 101,8 jours en 2013 et 93 Jours en 2014 malgré une très faible ancienneté dans l’emploi.

    Depuis la mise en place des PV électroniques, le chef de la police municipale contrôle uniquement par statistiques mensuelles et annuelle via un logiciel dédié. Ainsi le nombre de PV est passé de 13 661 en 2010 à 15 645 en 2011, 15 719 en 2012 et 19 544 en 2014, soit +43,1%, 2013 ayant connu une baise à 8 861 PV. Ce qui n’empêche pas deconstater qu’en 2014, le nombre de PV par mois est particulièrement faible à Vanves (0,66). « Cette statistique peut s’expliquer par le faible effectif de contrôle au regard du nmbre de place de stationnement payant. Pour Vanves, le taux de verbalisation a chuté de plus de 30% en 4 ans ». Malgré tout le taux de respect sur tout le territoire de GPSO est en hausse

  • VANVES AU SEIN D’UN TERRITOIRE ATTRACTIF AXE SUR LE NUMERIQUE AVEC GPSO

    La Région s’est dotée d’une stratégie économique globale pour la période 2017-2021, avec l’ambition de renouveler en profondeur l’action régionale au service de la croissance, de l’emploi et de l’innovation (SRDEII) : « La Région doit devenir un grand ensemblier qui n’annihile pas les initiatives individuelles mais qui leur donne les moyens de s’épanouir et les met en valeur à travers de portail numérique ou d’outils permettant de leur donner de la visibilité aux meilleures initiatives » indiquait Valérie Pécresse, présidente de la Région,  décidée à positionner la Région comme acteur centrale de l’économie, à même de rayonner au niveau international et de piloter des politiques structurantes  comme les initiatives des acteurs institutionnels. Cette stratégie adoptée lors du conseil régional de la semaine dernière  comporte un volet territorial qui  précise les enjeux territoriaux par territoire, notamment de la Métropole du Grand Paris, dont celui de Grand Paris Seine Ouest (GPSO). Et ce qu’il dit sur ce territoire dont faire parti Vanves est intéressant. 

    Ce bassin  qui comprend 8 communes dont Vanves,  compte 179 446 emplois (3,2% des emplois régionaux) pour 2,6% de la population où le taux d’emploi est supérieur à la moyenne régional (1,7%), où l’emploi salarié augmente à un rythme supérieure à la moyenne des Hauts de Seine et de l’Ile de France (avec un taux de chômage de 8,8%), où le revenu net moyen par habitant est le plus élevé d’Ile de France pour un bassin comptant 46% de cadres et seulement 6% d’ouvriers.   « Un territoire attractif dans un environnement concurrentiel » où l’information-communication est le premier secteur employeur et occupe une part de l’emploi 4 fois plus élevé que l’emploi régional avec BouyguesTelecom, TF1, Canal Plus, Microsoft et  Sogeti pour le numérique…

    Il a une identité forte axée sur un enjeu majeur, le numérique, GPSO ayant déjà fait le choix de mettre en avant ce secteur, dans le cadre de son contrat de développement territorial, afin de pouvoir développer des expérimentations et des programmes ayant vocation à soutenir des initiatives liées à la « smart city » autour notamment de l’efficacité énergétiques et des mobilités durables.  Enfin, il  a des opportunités importantes pour accélérer le développement économique et de nouveaux emplois (cité musicale sur l’île Seguin, rénovation du musée Albert Kahn, projet de création d’une cité des métiers  d’art à Suresnes, chantiers du Grand Paris Express…).

    Le SRDEII propose d‘inscrire GPSO dans les dynamiques régionales axée sur le secteur et les métiers du numérique, notamment en matière d’innovation avec notamment l’accélérateur de start-up « booster so digital », la diffusion de données publiques liées à l’Open Data et les expérimentations en matière de ville connectée (projet « so mibility », « smat grid »)… Il  considère qu’il est nécessaire de renforcer la notoriété de GPSO via la création d’une marque territoriale en lien avec celle de « Paris Région ».