Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GPSO (Grand Paris Seine Ouest)

  • GPSO REPORTE L’EXAMEN DE LA REVISION DU PLU DE VANVES

    Le Conseil Territorial de GPSO de mercredi soir qui devait avaliser les modifications apportées au PLU de Vanves pour permettre la construction de la tour hôtellière face à l’hotel Mercure, ne l’a pas fait, car la délibération a été retiré de l’ordre du jour. Un revers pour la municipalité. Les échanges entre les élus ont été chaud parait il sur le point

    Ce retrait serait il le résultat d’une action de lobbying mené par des associations comme Agir pour le Plateau ou des riverains actifs et influents auprés de Pierre Christophe Baguet président de GPSO. «Le dossier qui vous a été transmis, omet de préciser que les avis recueillis par le commissaire enquêteur auprés des vanvéens, ont été unanimement défavorables » indique Pierre Bousseau président d’Agir pour le Plateau  qui a exprimé, avec le Collectif 4 Septembre, leurs critiques lors de cette enquête. «La modification qui vous est présentée va en ce sens complétement inverse en portant à 37 m de hauteur sur l’un des seuls terrains encore constructibles de ce quartier? L’anomalie de cette démarche est flagrante et ne pourrait qu’aggraver par sa disproportion l’esthétique de ce quartier. Il serait donc sage que vous demandiez un retour à la cohérence qui avait prévalue dans les normes adoptées dans le PLU actuel et que vous approfondissiez si les raisons de cette demande sont bien toujours d’actualité».

    « Ayant participé ès qualité de membre de l’association Agir pour le Plateau à cette enquête publique en déposant des observations écrites sur le registre dématérialisé et lu l’avis favorable émis par le commissaire enquêteur, je suis obligé d’admirer l’art et la manière par lesquels Monsieur Jean-Claude Lasaygues transforme dans ses conclusions des observations unanimes largement hostiles en un avis favorable sans réserve» remarquaient de leur  côté,  Patrick Lauvergeat et Jean Marc Tesson, dans leur courriers au président de GPSO  «Des riverains de ce quartier et des associations sont particulièrement mécontents et exaspérés de cette situation et attendent des conditions sanitaires plus sécurisées pour le faire savoir haut et fort dans la rue : ce projet de modification ne va pas dans le sens de l’amélioration de la qualité de vie des habitants. Il paraît dès lors tout à fait absurde et surréaliste que, par un processus de territorialité, les vanvéens ne soient plus maîtres des choix auxquels ils aspirent pour l’avenir de leur commune. Le nombre de constructions nouvelles va croissant au détriment des espaces verts, comble de l’absurdité dans ces temps où les pouvoirs publics devraient lutter par tous les moyens contre les effets du réchauffement»

  • VANVES, LA METROPOLE DU GRAND PARIS et GPSO : Une baisse de 37,2% d’activités

    Une Note de l’APUR (Agence Parisienne de l’Urbanisme Régional) a mesuré l’impact économique de la crise liée au Covid-19 dans la métropole du Grand Paris (MGP) : Selon ses spécialistes, elle a connu une perte d’activités de 37,2% liées aux mesures de confinement (-34,5% en France), alors que le nombre d’emplois a augmenté d’une manière continue depuis 2011 avec 3,9 millions d’emplois en 2016 dont 1,7 millions à Paris, et 466 200 à Paris Ouest La Défense. Pour cette estimation, ils se sont référés à des estimations de plusieurs institutions telles que l’Insee, l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), XERFI ou encore la Banque de France qui ont observés des écarts qui s’expliquent par des effets de spécialisations sectorielles.

    À l’échelle de la MGP, GPSO (Grand Paris Seine Ouest) fait parti des territoires les plus touchés avec -41%. «Les secteurs contribuant à ce plus fort impact constaté pour GPSO sont les activités scientifiques, techniques et de soutien aux entreprises (contribution de 27 points à la perte d’activité), le secteur information et communication (31 points) et le commerce (11 points). Par ailleurs, dans ce territoire, le faible poids des secteurs relativement moins touchés joue également» indique l’APUR.

    «Les effets de plus long terme de la crise économique sont encore difficiles à mesurer en raison des mesures de soutien décidées par l’État et les collectivités locales, ces mesures ayant joué un rôle d’amortisseur à la crise. L’ensemble des pertes d’emplois liées aux fermetures de commerces, d’entreprises et aux grands plans de licenciements annoncés à l’échelle nationale n’est pas encore connu. L’évolution de la crise économique à moyen ou long terme dépend du comportement des consommateurs et des entreprises, de nouvelles mesures de restriction de l’activité liées à une éventuelle deuxième vague de la Covid-19, des effets des dispositifs mis en œuvre par l’État et la Région ainsi que des plans de relance locaux, tels que ceux initiés par la MGP, la Ville de Paris ou les territoires»….

    Enfin la crise a souligné l’importance d’accompagner l’évolution du tissu économique vers un modèle plus résilient, plus économe en ressources, plus ancré localement, et moins dépendant des grands flux de touristes internationaux.

  • GPSO/HABITAT MET EN AVANT LES CARACTERISTIQUES DE VANVES ET D’UNE VILLE LIMITROPHE DE PARIS

    Dans sa dernière réunion de décembre  2019 et avant le renouvellement qu’améneront les élections municipales de Mars, le conseil territorial de GPSO a approuvé le dernier rapport de l’observatoire de l’habitat du territoire qui comporte des éléments d’informations très intéressant concernant Vanves pour l’année 2018 

    Les prix moyens pour l’acquisition d’un logement neuf sont de 7500 € le m2 sur le territoire, et de 6 970 € pour un appartement ancien. Le niveau des loyers dans le locatif se situe aux environs de 22,5 € le m2. Le marché de l’accession des appartements neufs s’est concentré de façon prédominante sur Meudon (300 Ventes) avec un prix médian ne dépassant pas 6000 € le m2 alors que les autres villes dépassent 7000 € et même 9000€ à Issy, 10 000 € à Boulogne.  Issy et Vanves sont à égalité (150 ventes) suivis par Boulogne et Chaville (110). Dans l’ancien, le volume de l’accession est 6 fois plus important avec 5 325 ventes, avec un prix median évoluant de 6560 à 6970 € le m2  (8000 € à Boulogne, 7300 € à Issy les Moulineaux, 6000€ à Vanves, 5000 € à Meudon, Sévres, Ville d’Avray, Chaville).  «L’accés au marché de l’accession comme de la location privée, induit un profil de ménage aux revenus disponible ( 30 420 € ) supérieure à toutes les moyennes départementale, régionale, nationale. Cette situation complexifie l’accomplissement du parcours résidentiel des ménages sur le territoire de GPSO, notamment des jeunes et met sous tensions la demande de logement social» constate l’observatoire . Enfin, les villes limitrophes de Paris comme Vanves  (42% de Studios et T2) se caractérisent par une grandes proportions de petits logements : 42% de studios et T2, 20 à 22% inférieurs à 35 m2

    Dans les chiffres cités par l’observatoire, Vanves compte 14 518 logements dont 88% de résidences principales, dont 46,5% sont propriétaires et plus de 50% sont locataires, 7% de logements vacants, 4% de résidences secondaires et 1% de meublés. Les ventes en 2018 ont concernés 397 appartements anciens (-3%), 141 appartements neufs et 16 maisons anciennes. 41 habitants ont sollicités un conseil pour des travaux d’amélioration et 4 immeubles sont suivis dans le cadre d’une « OPAH Copropriété ». Parmi ses 14 518 logements, 3022 sont sociaux soit un taux de 23,58%, 227 ont été agréés avant 2018 en cours de livraison ou de conventionnements, et 33 en 2018 : 18 dont PLAI au 18 rue R.Sahors et 15 dont 5 PLUS et 10 PLS aux 54-58 rue Marcheron. Elle a été concerné  pour l’ouverture d’une résidence étudiante (60 logements) et d’une résidence pour jeunes actifs (67 Logements) sur le terrain du Rosier Rouge à cheval sur Vanveset Issy les Moulineaux. Avec deux projets de résidences étudiante et pour jeunes actifs porte Brancion dans le cadre du projet Woodeum.