Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

métropole du grand paris (mgp)

  • LE CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES EN BREF

    Très très intéressant ce conseil municipal où la municipalité a commencé d’entrer dans les actes concrets pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre la ville moins minérale aprés ses déclarations d’intentions et programmatiques. L’aide à la plantation d’arbres dans les copropriétés en est une. L’avis sur le SCOT dont personne ne comprend rien mais qui devrait se traduire par la révision du PLU, maintenant intercommunal (PLUI) au niveau de GPSO, mais il manque une lettre « E » pour Environnemental, comme à la ville de Paris qui se soucie dans ce cadre de l’esthétique urbaine, mais surtout de créér des ilôts de fraicheur alors que notre Région est traversée par cette vague de chaleur qui devrait faire monter la température à 33° en Ile de France

    ARBRES

    La Ville de Vanves a adopté à l’unanimité une aide financière de 200 € (par arbre) pour l’acquisition d’un ou plusieurs arbres aux syndicats de copropriétaires possédant un jardin. Ils pourront choisir les espéces avec un avis de GPSO selon leur implantation.  Elle entre dans le cadre du programme de végétalisation de l’espace public et afin de poursuivre l’objectif de plantation de 100 arbres par an sur la totalité du territoire vanvéen . Il s’agit, comme l’a expliqué Pascal Vertanessian adjoint au maire chargé du développement durable., d’œuvrer pour la protection de la biodiversité et lutter contre les îlots de chaleur et faire redescendre la température de 2°C en moyenne. «Il y a un potentiel important dans les copropriétés qu’on  ne voit pas toujours depuis l’espace public« a constaté le maire de Vanves. « Cette décision va dans le bon sens ! n’y aurait il pas moyen d’élargir cette aide aux HLM » a demandé Loic Michonaud (EELV)  qui en a profité pour s’inquiéter de la coupe d‘arbres prévu autour de la Glaciére du parc F.Pic. « Cette glacière est une structure compliquée. Après analyse de l’ABF, il a été convenu d’enlever les arbres de la butte pour l’alléger, refaire l’étanchéité…On replantera les arbres après les travaux que l’on a arrêté avec la commission des sites » lui a répondu pascal Vertanessian. «Tout peut s’effondrer aussi en enlevant les arbres » a fair remarquer Pierre Toulouse (EELV)  

    SCOT

    Le conseil municipal a donné son avis sur le projet de schéma de cohérence territoriale métropolitain arrêté le 24 janvier 2022 comme toutes les communes (150) de la métropole du Grand Paris. Un document de planification à long terme (20 ans environ) élaboré à un échelon intercommunal, et un cadre de référence pour les politiques publiques dans des domaines très divers tels que l’organisation de l’espace, l’habitat, les transports et les déplacements, les équipements, le développement économique, l’environnement…. qui doit être compatible avec les autres documents de planification au niveau de la Région. Au plan local, il s’imposera aux PLUI, en cours d’élaboration à GPSO  qui a mené un travail avec ses 8 communes  et a fait des propositions d’amendements sur la consommation des espaces naturels et forestiers, la pleine terre, les opérations d’aménagements  le long d’axes de transports bruyants. «Certais prescriptions étaient très restrictives sur lesquels GPSO a fait des remarques pour les rendre moins directives, et pour réduire la possibilité de contentieux » a indiqué Pascal Vertanessian. «On regrette que la ville affiche un mépris de l’environnement» a regretté Pierre Toulouse (EELV) dont le groupe a voté contre, LREM s’abstenant   

  • UN NOUVEAU SITE D’INVENTONS LA METROPOLOLE PAS LOIN DE VANVES

    Après le succès des deux premières éditions d’Inventons la Métropole du Grand Paris (IMGP), le plus grand concours d’architecture et d’urbanisme d’Europe, 27 sites ont été retenus dans le cadre de la 3e édition, dont celui de Brancion à la porte de Vanves. Ne sachant pas du tout ce qu’il advient d’ailleurs du site Brancion Woodeum retenu dans la première édition dont seul le projet de résidence étudiante transformée et réduit, rue Jean Bleuzen est avancée, avec le projet Mosaïc entre les rues A.Comte et L.Vicat  (sur la hhoto).

    Le site Lefèbvre – Brancion retenu le 2 Mars dernier,  est entouré de plusieurs opérations d’aménagement, d’impact local à national : les opérations GPRU Plaisance – Porte de Vanves, ZAC Porte de Malakoff et celle de la rue Eugène Varlin, et le Parc des Expositions avec la tour  Triangle. Situé au sein de la « Nouvelle Ceinture Verte » en lien avec les évolutions du boulevard périphérique, « le site participe à la construction des liens entre Paris, Vanves et Malakoff, avec plus de nature, plus de porosité et plus d’usages ».

    Le site est localisé à proximité du Parc des Expositions de la Porte de Versailles et du centre sportif La Plaine à l’ouest, du Lycée François Villon à l’est et du site de Malakoff de l’Université Paris au sud. Il est marqué par les infrastructures de grande échelle que sont le boulevard périphérique qui le borde au sud et les rails du faisceau Montparnasse à l’est. Le parc Georges Brassens au nord, en lien avec la balade plantée de la petite ceinture, offre un espace arboré pour ce quartier et ses environs. Le jardin Anna Marly, au sud-est, couvre un tronçon du Périph. Les abords du site sont constitués d’un tissu urbain très varié, avec des ensembles HBM au nord-est et ouest, des ensembles modernes au sud-ouest et à l’est côté Vanves et Malakoff ainsi qu’un tissu mixte de petits logements collectifs et des pavillons au sud-est dans cette dernière commune. La desserte est assurée par le T3a le long du boulevard des Maréchaux au nord et par la ligne 13 au sud. Une piste du Plan Vélo Métropolitain passera à environ 1km du site.

    Sur ce site, comme les autres, la Métropole souhaite proposer des solutions répondant aux nouvelles formes d’habiter, de travailler, de vivre, de consommer, ou encore de se déplacer. «Il sera donc attendu des porteurs de projets qu’ils accompagnent le renouvellement urbain du territoire métropolitain, qu’ils soutiennent les ambitions en termes de production de logements, qu’ils conçoivent des projets sobres et qu’ils favorisent la mixité fonctionnelle» indiquait Patrick Ollier,président de la MGP.  «Avec 27 sites, cette 3e édition d’IMGP est un formidable levier pour le développement de projets urbains innovants en phase avec l’évolution de nos modes de vie. Nous offrons la possibilité à tous les talents, architectes, urbanistes, opérateurs immobiliers, investisseurs, start-ups et aménageurs, d’inscrire leur créativité dans la construction de la Métropole» précise-t-il en revenant sur le succès des deux premières éditions : «Cet appel à projets, dont les deux premières éditions ont été un véritable succès, a fait émerger des opérations emblématiques, marqueurs des politiques métropolitaines (rééquilibrage territorial, attractivité et rayonnement, ambitions environnementales, cadre de vie des métropolitains, etc…). Cette démarche, par la mobilisation de nombreux Maires, opérateurs privés, architectes, investisseurs et futurs usagers, constitue un effet de levier inédit de création de valeur ajoutée avec près de 10 milliards d’euros d’investissements privés financés et 2,6 millions de m² aménagés sur 77 sites répartis dans 70 communes métropolitaines. Les projets portés par les deux premières éditions génèrent 80 500 emplois et représentent notamment 13 000 logements ainsi que 22 hectares de surfaces végétalisées»

  • LA METROPOLE DU GRAND PARIS VA PROTEGER LES PAVILLONS DE VANVES

    Le conseil de la Métropole du Grand Paris  où siège le maire de Vanves a approuvé son Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) métropolitain lundi dernier.  Un document d'urbanisme et de planification à l'échelle intercommunale qui est le fruit d’un intense travail entre élus, techniciens et experts au premier rang desquelles les communes et les territoires, durant 4 ans, qui doit être  valider par l’Etat et faire l’objet d’une enquête publique avant qu’un voté définitif intervienne en 2024. Ce document de 1300 pages avec des cartes détermine le projet du territoire et définit les grandes orientations d'aménagement sur les 15 à 20 prochaines années .Il  est le premier document de planification urbaine réfléchi à l’échelle du territoire et du  bassin de vie métropolitain. Jusqu’alors, les évolutions de ce territoire étaient encadrées à l’échelle communale par le PLU (Plan Local d’Urbanisme) ainsi qu’à l’échelle intercommunale avec le PLUi (Plan Local d’Urbanisme intercommunal). Les maires devront prendre en compte ses orientations générales pour garder la main sur l’aménagement de leurs communes. «Il impose une compatibilité aux PLUI Comme il doit l’être avec le SDRIF (Schéma Directeur de la Région Ile de France Il dote le territoire d’une vision d’aménagement métropolitaine dans un contexte sanitaire, environnemental et économique qui nécessite d’envisager l’avenir autrement.. Ce document d’urbanisme doit ainsi être un SCoT d’accompagnement, de rénovation, de réparation, de régulation, d’innovation et d’expérimentations pour rendre nos villes plus inclusives, plus vivables, plus robustes et résilientes»

    Il s’articule autour de 12 grandes orientations prioritaires qui pourraient avoir des implications sur Vanves. Et l’une d’entre elle en particulier : «Embellir la Métropole et révéler les paysages, renforcer la présence de la nature et de l’agriculture en ville, renforcer le développement de la biodiversité en restaurant notamment des continuités écologiques telles que les trames vertes et bleues, tout en offrant des ilots de fraicheur et la rétention de l’eau à la parcelle ». C’’est l’une des avancées majeures de ce travail car il anticipe l’application du ZAN (Zéro artificialisation nette) du plan climat. Il institue le coefficient pleine terre à l’échelle des EPT comme GPSO. ET il défend les quartiers pavillonnaires où il n’est pas question de réduire les jardins. 24% du territoire est concerné où la pression des promoteurs se fait sentir. Et certains propriétaires vanvéens de pavillons pourraient en témoigner. Ce document insiste, au contraire sur la qualité écologique de ces espaces, notamment grâce à la présence de jardins si petit soit il, lesquels «doivent être protégés au sein des PLUI ». Comme ces zones pavillonnaires du Plateau, du clos Motholon et du parc municipal des sports, le long de la voie ferrée Paris Montparnasse, autour de la mairie déjà bien écorné par des réalisations et des projets denses qui se sont multipliés depuis une dizaine d’années, suscitant oppositions et pétitions. Or ce document prévoit que la densification se fera autour des grands axes selon ce document, puisqu’il faut malgré tout construire