Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

métropole du grand paris (mgp)

  • VANVES, LA METROPOLE DU GRAND PARIS et GPSO : Une baisse de 37,2% d’activités

    Une Note de l’APUR (Agence Parisienne de l’Urbanisme Régional) a mesuré l’impact économique de la crise liée au Covid-19 dans la métropole du Grand Paris (MGP) : Selon ses spécialistes, elle a connu une perte d’activités de 37,2% liées aux mesures de confinement (-34,5% en France), alors que le nombre d’emplois a augmenté d’une manière continue depuis 2011 avec 3,9 millions d’emplois en 2016 dont 1,7 millions à Paris, et 466 200 à Paris Ouest La Défense. Pour cette estimation, ils se sont référés à des estimations de plusieurs institutions telles que l’Insee, l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), XERFI ou encore la Banque de France qui ont observés des écarts qui s’expliquent par des effets de spécialisations sectorielles.

    À l’échelle de la MGP, GPSO (Grand Paris Seine Ouest) fait parti des territoires les plus touchés avec -41%. «Les secteurs contribuant à ce plus fort impact constaté pour GPSO sont les activités scientifiques, techniques et de soutien aux entreprises (contribution de 27 points à la perte d’activité), le secteur information et communication (31 points) et le commerce (11 points). Par ailleurs, dans ce territoire, le faible poids des secteurs relativement moins touchés joue également» indique l’APUR.

    «Les effets de plus long terme de la crise économique sont encore difficiles à mesurer en raison des mesures de soutien décidées par l’État et les collectivités locales, ces mesures ayant joué un rôle d’amortisseur à la crise. L’ensemble des pertes d’emplois liées aux fermetures de commerces, d’entreprises et aux grands plans de licenciements annoncés à l’échelle nationale n’est pas encore connu. L’évolution de la crise économique à moyen ou long terme dépend du comportement des consommateurs et des entreprises, de nouvelles mesures de restriction de l’activité liées à une éventuelle deuxième vague de la Covid-19, des effets des dispositifs mis en œuvre par l’État et la Région ainsi que des plans de relance locaux, tels que ceux initiés par la MGP, la Ville de Paris ou les territoires»….

    Enfin la crise a souligné l’importance d’accompagner l’évolution du tissu économique vers un modèle plus résilient, plus économe en ressources, plus ancré localement, et moins dépendant des grands flux de touristes internationaux.

  • VANVES ET LES MUNICIPALES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE : La Métropole du Grand Paris absente de la campagne des municipales

    La plupart des canditats à Vanves comme dans les autres communes de la Métropole du Grand Paris (MGP) ne vous en parlent pas ou très peu, et même du territoire, GPSO qui a pourtant changé les choses dans notre ville depuis maintenant plus de 10 ans: Des transferts de compétence (voirie, propreté, stationnement, espaces verts, conservatoire etc…) pour mutualiser les moyens, sans pour autant faire baisser le nombre d’employés communaux ( ?) notamment à Vanves,  moins de conseils municipaux puisque tout se décide au conseil de territoire qui parait très opaque, ne communiquant que très peu sur ces décisions, à part les pages institutionnelles dans les revues municipales…Sans parler de la MGP elle-même qui s’est traduit concrètement par ce projet Woodeum de réaménagement de la porte Brançion (sur la photo) dans le cadre du concours «Inventons la MGP », sans oublier bien Vélib' et Autolib'.  Mais elle est menacé par un grand bouleversement institutionnel  à l’œuvre actuellement avec l’acte II de MGP qui devrait être ouvert après les municipales afin de « clarifier et de sécuriser son avenir » pour ses partisans, ou de la supprimer carrément pour simplifier drastiquement le mille feuille administratif du Grand Paris, pour ses opposants.

    Car personne n’y comprend plus rien. Les maires constatent certes, qu’elle leur apporte de l’argent « mais c’est notre argent que l’on va chercher,  récupérer » comme l’exprime l’un d’entre eux qui voit ses services ne pas arrêter de faire des dossiers pour obtenir des financements du Fond d’Investissement Métropolitain. Ils s’aperçoivent que le monde tourne à l’envers et que l’on a complexifié les choses, avec derrière tout cela, la volonté d’affaiblir le pouvoir des municipalités au profit d’échelle plus importante alors que les français restent attachés profondément à leur village ou leur commune.

  • CONSEIL TERRITORIAL DE GPSO : DES TRAVAUX ET DES PROJETS POUR VANVES

    Les élus vanvéens, conseillers territoriaux à GPSO devraient se réunir en conseil territorial ce soir à 18H30 à l’Hôtel de Ville de Boulogne pour examiner  79 délibérations inscrites à l’ordre du jour dont une convention d’intervention foncière tripartite Etablissement Public Foncier d’Ile de france-Ville de Vanves – GPSO, la modification de la délégation de droit de préemption urbain de la ville de Vanves dont le périmétre sera renforcé, la revalorisation des tarifs de location de l’ODE dont une salle devrait porte le nom de Jean Louis Beydon

    Le Conseil Municipal du 11 Décembre a délibéré sur quelques dossiers concernant GPSO comme la constitution d’un groupement de communes de l’EPT GPSO, Boulogne, Chaville, Issy, Meudon, Sévres  et Ville d’Avray pour la passation d’un marché de services de transport en autocar, un autre  pour des marchés de travaux, prestations et fournitures en matière d’espaces verts couplé avec le renouvellement de la  convention de mise à disposition partielle de services par L’EPT GPSO concernant l’entretien et la gestion de ces espaces verts et boisés. Il a donné son feu vert à ce que la convention d’intervention foncière entre la commune de Vanves et l’Etablissement Public Foncier Ile de France (EPFIF) soit tripartite en incluant l’EPT GPSO  afin de tenir compte du transfert des compétences d’aménagement du territoire. Elle concerne les secteurs  «René Sahors », « rue d’Issy » et les secteurs de veille GPE (Grand Paris Express)  « Raymond Marcheron » et Clos Montholon » : Dans ces périmétres foncières, toute acquisition sera subordonnée à un pourcentage de 25% de logements sociaux. Enfin, il a accepté la signature d’un charte de gouvernance de l’aménagement à l’échelle du territoire de GPSO, entrainé par le fait que la MGP a maintenant cette compétence d’aménagement qu’elle exerce via les territoires, sur tous les projets reconnus d’intérêt métropolitain, ce qui n’est pas le cas pour Vanves pour l’instant, alors que huit ont été identifiés dans cette intercommunalité dont un à Boulogne (Zac Seguin-Rive Gauche), 6 à Issy les Moulineaux (les ZAC Léon Blum, Cœur de ville, Pont d'Issy, Corentin Celton, Centre Ville Multisites et Forum de Seine) et une à Meudon Seine.

    D’ailleurs si les réunions du Conseil Municipal se sont espacés se sdernièresannées – deux au lieu de trois généralement durant ce dernier trimestre de l’année – c’est parce que maintenant beaucoup de compétences sont exercées par GPSO. Mais la municipalité tient à informer les vanvéens à chaque réunion publique semestrielle de quartier comme ce fut le cas en Novembre/Décembre grâce à un certain M.Ravier, responsable du secteur vanvéen qui fait le point sur les travaux, interventions et projets de GPSO  à l’aide d’un power point :  traitement des nids de poules, plantation d’une centaine d’arbres ces dernières semaines, aménagement de l’allée des Carrières dans le cadre du vaste plan pluri-annuel de requalification du Plateau qui a touché à sa fin, réaménagement du square de l’insurrection en cours, les rénovation du square de la mairie, et de l’Insurrection,  de l’éclairage et de la chaussée de nombreuses rues vanvéennes,  avec le requalification de  l’axe Raymond Marcheron/Larmeroux bientôt, après Aristide Briand, le rafraichissement de la signalisation de 30 passages piétons, la création d’un passage piéton surelevé à J.Bleuzen, la mise en place de barrières anti-deux roues sur les voies piétonnes du Plateau