Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseil départemental des hauts de seine

  • LE BUS SANTE FEMMES A VANVES MARDI ET JEUDI DEVANT AUDIENS

    A l'initiative de l'Institut des Hauts-de-Seine, un “Bus Santé Femmes” parcourt les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines afin de proposer un espace de prévention à vocation sociale et sanitaire pour les femmes isolées. Il sera présent à Vanves, sur le parvis d'Audiens, les 21 et 23 janvier 2020.

    Ce nouveau dispositif est né d’un constat alarmant : plus de 12% de la population est touchée par la solitude en France. Ce projet de bus itinérant a été initié par l’Institut des Hauts de Seine qui pilote depuis 10 ans l’Ecole des Femmes, organise Gifa Seniors comme ce sera le cas le 27 Février prochain au gymnase Maurice Magne et les Noëls solidaire notamment dans certaines maisons de retraites. Là, il s’agit afin de proposer aux femmes isolées des consultations et des dépistages gratuits, dans un bus de la RATP qui a été réaménagé avec deux cabines pour les consultations, un coin pour le dépistage visuels et auditifs, et une zone pour rencontrer des avocats et des référents de la police. Avec ou sans rendez-vous et dans l’anonymat complet, tous les sujets sont abordés, la contraception, la prévention des violences, l’accès aux droits, le harcèlement, la sécurité… «Il s’agit de rompre l’isolement et d’apporter un soutien global pour les femmes qui en ont le plus besoin avec une prise en charge gratuite confidentielle sans rendez-vous » explique Isabelle Debré vice présidente du Conseil Départemental. «C’est un projet unique en France cette main tendue vers ces femmes qui sont dans l’urgence de lien affectif et social » indique Brigitte de Kerpringent fondatrice de l’Institut ds Hauts de Seine. Il est financé par le département des Hauts de Seine et des Yvelines avec la Région ile de France, et mobilise de nombreux partenaires comme l’Ordre des Avocats de ces départements, le Conseil National de l’Ordre des Médecins et la RATP

  • MUNICIPALISATION DES RUES LARMEROUX, RAYMOND MARCHERON: UN AXE TRES FREQUENTE A VANVES

    Le déclassement des rues Raymond Marcheron et Larmeroux (RD 130) avalisé par le conseil municipal du 9 Octobre 2019 fait suite à une municipalisation des routes départementales effectuée en 2012 avec les rues de la République (RD 50A), Jean Bleuzen (RD 130) et les avenues Pasteur, Marcel Martinie et Jacques Jézéquel (RX 61A). Ce déclassement avait permis à la ville de mettre en œuvre des réaménagement urbain (zones 30, sécurisation des traversées piétonnes, modernisation de l’éclairage public, rénovation du mobilier urbain) réalisé alors par GPSO,  compétent en matière de voirie pour le compte de la ville de Vanves. UN diagnostic technique a permis déterminer une compensation financière du département qui se monte, pour ses deux rues Marcheron et Larmeroux à 1 410 014 €, si ses services avaient dû réaliser les travaux.

    Les négociations avec le département ont été serrées parait il et comme l’avait laissé entendre le maire lors de réunions publiques. Au-delà de leur remise en état, ce déclassement permettra de favoriser le recours à des modes de transports alternatifs à l’automobile. « Il s’agit d’une suite logique, car il est plus efficace de gérer les voies qui traversent notre commune. La 1ére étape était de se mettre d’accord sur la compensation financière afin de remettre en état ces voies, c’est-à-dire obtenir ce que le Conseil Départemental aurait dépensé qu’il avait lui-même mener à bien ce chantier » a indiqué le maire en constatant que « cette RD 130 est l’un des axes les plus fréquenté de Vanves, fortement dégradé, qui a besoin d’être rénové ». Ainsi sur la base des données du département extrapolées des rues Raymond Marcheron, Larmeroux, auxquels il faut ajouter jean Bleuzen, cet axe supporterait un trafic important de transit entre Paris et les communes limitrophes : De l'ordre de 14000 véhicules jour soit  un flux à l'heure de pointe de près de 800 véhicules heure par sens, ce qui est considérable.

  • INTERVIEW D’ISABELLE DEBRE SUR LA SECTORISATION DES COLLEGES A VANVES : un acte long, réfléchi et délicat

    Le Blog Vanves Au Quotidien a rencontré Isabelle Debré, conseillère départementale du canton de Vanves/Clamart et Vice Présidente de  cette assemblé départementale  pour parler de la sectorisation des collèges mise en place à l’occasion de cette Rentrée 2019 à Vanves

    Vanves Au Quotidien - Pourquoi a-t-on mis si longtemps à mettre en place cette sectorisation entre les deux collèges Michelet et Saint Exupéry ? 

    Isabelle Debré : «Procéder à une nouvelle sectorisation est toujours un acte long, réfléchi et délicat. En effet, des jeunes pensant aller dans tel ou tel collège se voient soudain affectés à un autre. Il est aisé d’imaginer la déception de certains, qui, par exemple peuvent se retrouver séparés de leurs camarades de primaire, même si, concernant la ville de Vanves, tous se retrouveront au lycée. 

    VAQ -Quelles étaient les difficultés rencontrées ?

    I.D. : « Une sectorisation se fait essentiellement sur des critères géographiques, mais aussi en tenant compte de la densité de la population dans les quartiers. Il nous fallait donc procéder à une étude minutieuse et précise ce qui, bien sûr, demande du temps.

    VAQ- Comment êtes-vous arrivé à les lever ? Pourquoi cela été long ? Grâce à quelles solutions ?  

     I.D. : «Le Conseil Département a travaillé de concert avec la mairie, et l’inspection d’académie, et nous avons aussi et surtout, écouté et entendu, le souhait des fédérations de parents d’élèves, qui sont les premiers concernés. 

    J’ajoute que la demande d’une nouvelle sectorisation ne date pas d’hier. En effet la capacité d’accueil de la cité scolaire Michelet était totalement saturée alors que le collège Saint Exupéry avait la possibilité d’accueillir de nouveaux élèves. Je pense pouvoir dire aujourd’hui que nous avons abouti à la meilleure des solutions grâce à la concertation menée depuis plusieurs mois. Je tiens aussi à remercier sincèrement les fédérations de parents d’élèves pour leur implication et leur sens des responsabilités dans ce dossier.

    VAQ- Qu’est-ce qui devrait changer à partir de la rentrée prochaine ?

    I.D. : «Le quartier concerné est celui situé entre les rues Ernest Laval, Raymond Marcheron et Georges Clémenceau qui dépendra maintenant du collège Saint Exupéry dont le taux de réussite au brevet des collèges, soulignons-le, est de 97,16% cette année.

    VAQ - Comment se présente la rentrée dans ces deux collèges ?

    I.D. : «Nous attendons la rentrée sereinement avec, au collège Saint Exupéry, une classe de 6ème supplémentaire, des travaux de ravalement exécutés cet été par le département et, concernant le lycée Michelet, l’arrivée du nouveau proviseur, Monsieur Biset, après le départ à la retraite de Monsieur Gary.