Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

association l’enfant bleu

  • COMMENT A VANVES VIT ON CE CONFINEMENT HISTORIQUE… ? -Isabelle Debré : « Je souhaite rendre un vibrant hommage à tous ceux qui continuent à travailler, souvent dans l’ombre, quelquefois même au péril de leur vie ! »

    Le blog Vanvesau Quotidien continue de recueillir des témoignages sur le vie quotidienne des vanvéens durant cette période de confinement  avec isabelle Febré, vice président du Conseil Départemental des Hauts deSeine qui devrait bientôt, pour la première fois de son histoire, une séance plénière en visio-conférence sesx prochains jours, puisqu’il lui est impossible de la tenir comme d’habitude au Pole Universitaire Léonard de Vinci, et  présidente de l’association l’Enfant Bleu fortement mobilisé ces temps ci. Pas de quoi s’ennuyer même si elle reste confiné dans son appartement vanvéen et le vit bien à l’entendre

    Vanves Au Quotidien - Comment vivez-vous personnellement au quotidien ce confinement ? N’est-ce pas trop difficile de rester confinée.

    Isabelle Debré : « Je vous répondrai que même si ce n’est pas une partie de plaisir, il y a des personnes pour qui c’est certainement beaucoup plus ardu, comme les familles avec des enfants en bas âge. Je suis par ailleurs bien occupée par mon travail au département mais aussi et surtout, en ce moment très difficile, par l’association « l’Enfant bleu ». En effet, en cette période de confinement nous sommes particulièrement mobilisés car certains enfants maltraités se retrouvent en présence de leur bourreau 24h sur 24. Nous nous devons donc d’être disponibles, à l’écoute, afin de leur apporter assistance.

    VAQ- Comment vous êtes-vous organisée ? Notamment pour garder un lien suivi avec le conseil départemental ?

    I.D. : «L’activité au Conseil départemental n’est pas suspendue et nous continuons à travailler mais de manière plus réduite. Un exemple, nous tiendrons nos commissions de travail et d’études par audioconférence et nous validons nos rapports, par internet. La séance publique, initialement prévue vendredi 28 mars, est reportée afin de laisser le temps aux services techniques de configurer les outils nécessaires à la dématérialisation de cette séance.

    Je continue donc à suivre les dossiers de mes délégations, et en premier lieu, les transports.

    VAQ - Qu’avez-vous remarqué autour de vous dans la rue, le quartier où vous vivez ?

    I.D. : « Ce qui est le plus frappant c’est le silence dû au manque de trafic de voitures et surtout ce moment émouvant à 20h lorsque retentissent les applaudissements aux fenêtres. C’est un bel instant de communion auquel je m’associe solidairement.

    VAQ - Quelles sont les remontées, les témoignages qui reviennent jusqu’à vous ? 

    I.D. : « En ce qui concerne mon quartier, je constate que les Vanvéens respectent les consignes au mieux. Les voisins s’organisent entre eux. Un exemple : dans mon immeuble, une voisine a déposé sur chaque paillasson un mot avec ses coordonnées, proposant son aide pour celles et ceux qui ne pourraient se déplacer pour faire leurs courses. Je souhaiterais également rendre un vibrant hommage à tous ceux qui continuent à travailler, souvent dans l’ombre, quelquefois même au péril de leur vie, et nous nous devons de les aider en respectant les directives à la lettre !