Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SANTE

  • COMMENT A VANVES VIT ON CE CONFINEMENT HISTORIQUE… CHEZ LES SOEURS BENDECTINES : «Un véritable chemin de dépouillement et de communion !»

    « On a décidé de s'adapter au jour le jour avec rigueur, celle du cadre imposé et souplesse, celle de l'Esprit pour demeurer dans la Présence le plus sereinement possible... » explique Sœur Marie Madeleine Caseau, mére prieure des bénédictines de Vanves sollicité par le blog de Vanves au Quotidien pour témoigner du quotidien que ses sœurs vivent au prieuré Saint Bathilde fermé au public depuis ce week-end, durant ce confinement historique. Premier témoignage d’une série que le blog va essayer de recueillir au fil des jours à venir.

    Vanves au Quotidien - Comment vivez-vous ce confinement au prieuré Saint Bathilde quotidiennement ?

    Sœur Marie Madeleine Caseau : «Notre confinement est un peu particulier car nous sommes 26 au prieuré, et donc nous poursuivons notre vie fraternelle avec des aménagements d'autant nécessaires que nous n'avons plus de personnels soignants et qu'il a fallu former au moins une soeur les soins de M Bénigne. Nous avons fermé le monastère, plus d'office public, plus d'accueil, et fermeture de la librairie. Nous vivons dans notre clôture avec la chance du jardin qui a plein de couleurs et de richesses. Nous avons donc gardé notre horaire, et chacune peut si besoin se reposer un matin. 

    Nous sommes livrées pour l'alimentation et nous faisons nôtres les recommandations sanitaires et sociétales. Pas de sorties, pas de contacts sans nécessités absolues, le formulaire en poche et l'attention aux autres. Les consignes sont inscrites dans le monastère et je suis disponible pour toutes les questions qui peuvent surgir. J'ai une permanence chaque fin de matinée. Nous avons toutes un téléphone encore. L'interdit étant finalement l'obstacle majeur psychologiquement. 

    VAQ - N’est-ce pas une forme de « retraite », comme vous le vivez souvent en cours d’année, surtout en ce temps de carême ?

    Sœur M.M.C. : « C'est un véritable chemin de dépouillement et de communion. Nous ne savons pas ce qui arrive, nous vivons comme tout le monde l'inconnu de demain, et cette sorte de menace qui se fait anxiogène. La marche du peuple au désert dans le livre de l'Exode éclaire notre chemin, entendre ce récit, ce matin à 6h45 proclamé dans l'Eglise donne sens à la journée et permet de partager la hâte d'une attente sans escamoter le présent. Pour le moment, c'est le désert, le dépouillement, le non-savoir. A nous de le vivre, pas seulement de le penser ou de cogiter. Nous lui donnons chair.

    VAQ- Comment gardez-vous des liens suivis avec l’ensemble des vanvéens qui vous suivent, et avec lesquels vous avez l’habitude de travailler ou d’agir ou de prier ? 

    Sœur M.M.C. : « Nous avons le téléphone, et nous allons mettre en place sur le site un coin spécial. Nous lisons au réfectoire, tous les midis les infos et nous sommes en lien avec les responsables par circulaire, tél. 

    VAQ - En fonction du prolongement de confinement, comment prévoyez-vous cette semaine sainte pour l’instant ?

    Sœur M.M.C. : « Nous ne prévoyons rien, nous attendons, pour le déroulement des célébrations avec un célébrant. Nos offices qui ponctuent la semaine sainte sont déjà fort développés, sans célébrants... aurons-nous la possibilité de célébrer la Sainte Cène, ou Pâques ? Nous attendons avec confiance et surtout en communion avec les catéchumènes les personnes isolées ceux qui dans le monde sont si souvent sans célébration. Nous rejoignons fort nos communautés de Madagascar, la petite fondation en Ethiopie, les communautés chrétiennes d'Amazonie... la lecture de l'Exhortation après le synode revêt un autre appel. Nous apprenons à mesurer la grandeur de la Présence de Celui qui nous aime et qui a donné sa vie pour nous, une fois pour toutes. Comment goûtons-nous sa présence agissante au quotidien, dans l'Esprit ? Belle ouverture sans frontière ni confinement...!

    VAQ- Quel message pourriez-vous adresser aux vanvéens en cette période exceptionnelle qu’lls vivent ?

    Sœur M.M.C. : « Un message de communion, d'espérance et de vrai sens de la Vie. Elle est fragile et unique, belle et donnée.  Recevons-la avec gratitude et si les maisons sont fermées, pas les coeurs !

    VAQ - Avez-vous des intentions de prières particulières à cette période  

    Sœur M.M.C. : «Le monde est en feu disait Ste Thérèse d'Avila... que faisons-nous ? Bien entendu, nous portons tout spécialement le corps médical dans notre prière, mais encore toutes les personnes seules, isolées à travers le monde, les gens qui subissent la violence, la guerre, et ceux qui sont sur les routes, sans rien. L'urgence appelle par mille et un visages, avec Marie, mettons notre humanité sous son manteau !

    VAQ- Invitez-vous comme l’archevêque de Paris, Mgr Aupetit, Archevêque de Paris,  tous les chrétiens et les hommes de bonne volonté à réciter chaque jour et jusqu’à la fin de la pandémie la prière à Sainte Geneviève ?

    Sœur M.M.C. : «Oui, et nous avons aussi la neuvaine de Lourdes, pour l'Annonciation. Chaque soeur est invitée à prier en allant faire une promenade salutaire et sanitaire dans le jardin. Nous marchons comme disait Ste Thérèse de l'Enfant Jésus pour la sortie de cette pandémie et les retrouvailles d'un monde plus humain, jamais trop humain !

  • CORONAVIRUS A VANVES : LES PREMIERES HEURES D’UN CONFINEMENT HISTORIQUE

    Les vanvéens ont profité de leurs dernières heures de liberté pour faire des courses que traduisaient ses longues files d’attente devant les supérettes, les boulangeries, les pharmacies. Place de la République, la pharmacie de l’église n’a pas désemplie depuis Lundi, les entrées se faisant au compte goutte, n’ayant même pas le temps de ranger les cartons de médicaments livrés La boulangerie connaissait l’affluence d’un dimanche à la sortie de la messe, et des files d’attentes s’étaient étalés sur le trottoir devant le charcutier et la petite surface Bio c’est Bon. Les parents avec leurs enfants ont profité en milieu de matinée de la place de la République, le parc F.Pic ayant été fermé, jusqu’à midi l’heure du confinement, alors que s’étaient déroulées des obséques à l’église Saint Remy. Plusieurs commerçants annonçaient sur les réseaux sociaux les dispositions qu’ils avaient prises suite à la fermeture de leurs boutiques. Ainsi pour celles qui faisaient office de points de relais, les colis sont disponibles dans d’autres points relais ouvert, genre bureau de tabac.   

    L’après midi était impressionnante, personne dehors à quelques exceptions prés, des supérettes et magasins ouverts mais sans file d’attente aux rayons vides. Par contre à 20H, notamment sur le Plateau, beaucoup de vanvéens ont ouvert leurs fenêtres pour applaudi. Il s’agissait de rendre hommage et de soutenir le personnel soignant à la suite d’un mot d’ordre lancé sur Internet où il est demandé de réitérer ce geste chaque soir.  Le lendemain, c’est-à-dire mercredi, les premiers contrôles de police étaient effectués notamment sur le Plateau à Carrefour Market qui ouvre dorénavant à 10H et réserve la plage horaire 10H-11H aux seniors, personnes handicapés, femmes enceintes, et personnels soignants, et  dans le Centre Ancien, place de la République. Les habitants redécouvraient une ville sans ses bruits habituels, avec moins d’hélicopétes dans le ciel au dessus du Plateau, avec ses cloches, même lointaines que l’on n’entendait plus sonner dans le brouhaga urbain, ni le chant des oiseaux avec ce mercredi printaniers… Et au fur et à mesure de l’actualité, que beaucoup de vanvéens suivent bien évidemment, ils apprenaient que les chantiers du Grand Paris Expresse avaient été suspendu, avec ceux de la gare Fort d’Issy/Vanves/Clamart. La cérémonie  à l’occasion de la journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie, et des  combats en Tunisie et au Maroc n’aura pas lieu aujourd’hui devant la stéle du rond pont Auguste Comte, ni la veillée de priéres prévue le 19 Mars au soir  avaient fait savoir les paroisses de Vanves dans un communiqué du pére curé Bertrand Auville.

  • DES EFFETS VISIBLES DES MESURES DE PREVENTION AU CORONAVIRUS A VANVES

    Le chef de l'Etat français s'est expriméhier soir  à la télévision quelques heures seulement après un déjeuner avec les membres du conseil de défense à l'Elysée qui a été entièrement consacré à la gestion de la crise du coronavirus dont le bilan est passé dimanche à 127 morts et 5.423 cas confirmés en France. Après avoir exclu dans un premier temps une réponse calquée sur celle de l'Italie qui a placé en quasi quarantaine le pays, l'exécutif français a changé d'approche samedi en annonçant à la surprise générale et à la veille du premier tour des élection municipales la fermeture des commerces non indispensables dont on a vu les effets à Vanves hier.  Elle s'est traduite à certains endroits par une affluence dans les supermarchés, avec la formation de longue file d’attente à Carrefour Market, Intermarché, Franprix qui étaient dévalisé. Face aux images de rayons vides, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a toutefois assuré lundi sur CNews qu'il n'y avait pas de pénurie alimentaire en France et qu'il n'y aurait pas de problème d'approvisionnement de l'alimentation. Mais rien n’y fait. Même devant les pharmacies de Vanves, des files d’attentes se sont formés. Mais c’est normal pour faire respecter la distance d’un métre. Certains magasins dans les environs ont informé leur clientéle seniors qui sont ouvert pour eux qu’à certaines heures de la journée. Certains restaurants qui avaient fait leur stock pour la semaine ont vendus des plats préparés à emporter, comme chez Manu, mais sans possibilité de consommer sur place. Des espaces de restaurations rapides comme l’îlot Grec ne vendaient que des plats à emporter, aucunement à déguster sur place…

    Plusieurs membres du gouvernement, à l'image du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, avaient depuis laissé entendre qu'un autre tour de vis pourrait être donné dans les prochains jours après les images de nombreux Français présents dimanche en masse dans les parcs et jardins à Paris, mais aussi à Vanves dans le parc F.Pic où de très nombreuses familles ont passés la journée de dimanche aprés avoir été voté. A tel point que certains vanvéens se demandaient pourquoi le parc Municipal des Sports était fermé et pas le parc F .Pic. En raison de la grave crise sanitaire et des mesures gouvernementales de confinement qui l’accompagnent, l’équipe de Vanves en Tête (UDI/LR) a annoncée au lendemain du 1er tour avoir décidé, dans un souci de santé publique, de suspendre toutes ses opérations de campagne de terrain pour le 2ème tour des élections municipales et de se rendre disponible pour apporter son concours aux initiatives municipales de solidarité. Sachant que la maire de Vanves préside une réunion régulière de suivi (sur la photo)  des mesures de prévention à pendre en  fonction des instructions de l'Etat et du préfet des Hauts de Seine

    Selon des informations publiées par Paris Match, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, Gabriel Attal, et ses équipes plancheraient sur une plateforme d’appel à volontaires pour assumer  des fonctions autour de la lutte contre le coronavirus, comme l'aide aux personnes âgées et isolées ou l'accomplissement de fonctions non-sanitaires dans les hôpitaux pour décharger le personnel soignant. Côté école, de la maternelle au lycée, tous les établissements sont fermés, mais les cours continuent tant bien que mal, mais selon une formule différente, comme celle qui appliquée au collège Saint-Exupéry  où BFM Paris a réalisé  un reportage avec des élèves et leurs professeurs. Durant sa fermeture de l'établissement, les collégiens devront ainsi rendre des exercices maison à des heures précises via une plateforme en ligne. L'emploi du temps sera adapté pour privilégier les matières dites «principales , comme les mathématiques et le français, et faire en sorte que les élèves aient au moins quatre heures de cours par jour. Pour s'assurer que tous les collégiens de Saint-Exupéry pourront suivre ces cours à distance, les professeurs principaux les réuniront (à distance bien sûr)  ce vendredi, de manière à vérifier qu'ils peuvent accéder à la plateforme en ligne, grâce à leur ENT (Environnement numérique du travail) mis en place par le département dans tous les collèges (et par la Région dans les lycées).