Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SANTE

  • VANVES ET LE CONFINEMENT : LE DEUXIEME EST BIEN PLUS DEPRIMANT QUE LE PREMIER

    Au printemps, lors de la première vague, l’Ile de France  était la région la plus touchée par le coronavirus. En mars et avril, les établissements étaient sous tension et le personnel soignant exténué et submergé. À la mi-novembre, elle s’en sort relativement bien par rapport à d’autres régions : Le taux d’incidence était même en dessous de la moyenne nationale à quelques jours de la nouvelle intervention du chef de l’Etat hier soir dont Gabriel Attal, porte parole du gouvernement que les vanvéens connaissent bien  avait donné un avant goût au cours d’interviews dans les  médias et des propos rapportés dans la presse :  « L’enjeu : faire évoluer les conditions du confinement à mesure que la situation sanitaire s’améliore tout en assumant une maîtrise pour éviter que l’épidémie reparte…. » expliquait ce conseiller municipal d’opposition de Vanves qui est au cœur des décisions prises par le chef de l’Etat  en participant à chaque conseil de défense sanitaire (sur la photo) au salon Murat de l'Elysée. « Les assouplissements se feront en trois étapes en fonction au regard de l’évolution sanitaire et des risques liées à certaines activités : d’abord autour du 1er Décembre, puis avant les congés de fin d’année, puis à partir de Janvier 2021 » précisait il

    Mais voilà, cette intervention intervenait à un moment où les vanvéens comme les parisiens ou les franciliens, vivent plus mal ce second confinement :  «Ça devient abrutissant ! le deuxième confinement est bien plus déprimant que le premier ! car si le premier a été mal vécu, avec la difficile conciliation entre le télétravail et la garde des enfants, le tout dans des conditions de vie peu adaptées à cette situation inédite, il laissait espérer un été déconfiné. Avec ce deuxième confinement et un contexte qui se répète, les journées qui raccourcissent, les craintes qui planent sur les fêtes de fin d’années et les difficultés - notamment financières - qui se sont accumulées, les perspectives ont changé » expliquait un observateur qui rapportait cette réaction : « Là, c'est ambiance gros pull d'hiver, je n'ai plus la motivation »…. «Les journées sont répétitives, ça en devient abrutissant ».Jérôme Salomon directeur de la santé, lors de la conférence de presse des autorités du jeudi notait que  «Le taux de dépression a doublé entre fin Septembre et début Novembre ! »

    Beaucoup de vanvéens rencontrés le reconnaissent : Plus de moral, quelque peu déprimé, avec ce temps froid qui n’incite pas à sortir se balader même une heure, cette nuit qui tombe vite, et ce temps grisâtre. Heureusement  le parc F.Pic fait le plein en fin d'aprés midi à la sortie des écoles, et chaque week-end,  envahi par les joggeurs les samedis et dimanches matin  qui y courent, même et dans les rues autour  du PMS A.Roche fermé, pour les plus motivé. «Il fait nuit de plus en plus tôt et le parc en bas de chez nous est passé en horaires d'hiver» expliquait une joggeuse. «Mais je n'ai aucune envie d'aller courir la nuit dans des rues mal éclairées !». Certains se forcent à sortir comme cette retraité qui a déjà du mal à marcher, pour aller faire ses courses, faire le tour du paté de maisons. «Mais c’est dur » confie-t-elle, tant sur le plan physique que moral… surtout. Beaucoup de grands parents confient qu’ils souffrent de ne plus voir leur petits enfants. D’autres compensent par la cuisine, la TV, la vidéo, Internet et passe toute la journée devant un écran. Comme l’expliquait un vanvéen qui suit de prés le Vendée Globe actuellement en participant à ce jeu sur Internet où l’on dirige l’un de ses mastodontes des mers  : «C'est comme une traversée en solitaire, avec un système de communication uniquement audiovisuel et la nécessité de tout auto-gérer. S'auto-contrôler pour les temps de travail, les repas, jusqu'au sommeil. À la différence que, pour un sportif, il sait quand se terminera la course ! »

  • COVID-19 : VANVES FERAIT PARTIE DES COMMUNES LES MOINS TOUCHEES

    La carte de l’épidémie en France s’affine de plus en plus grâce à des enquêtes et études approfondies. Ainsi Santé Publique France (SPF)  a dévoilé récemment quelle était le taux d’incidence dans les 35 000 villeset villages de l’hexagone, et de savoir où se trouvent les collectivités les plus touchées par la « deuxième vague ».

    Jusqu’à présent, là, la strate la plus élevée était celle d'un taux d'incidence (c'est-à-dire le nombre de cas pour 100 000 habitants) supérieur à 250. SPF a affiné ses recherches en déterminant deux nouvelles tranches de l'incidence : entre 500 et 1000, et supérieure à 1000. Sachant qu’il suffit que 10 résidents d'une collectivité de 1000 habitants soient testés positifs pour que le taux d'incidence atteigne 1000, par exemple. La situation serait plutôt critique autour de Lyon et de Saint-Etienne, mais aussi Tourcoing et Roubaix. Elle a permis de découvrir qu'aucun arrondissement parisien ni aucune petite commune de petite couronne francilienne n'apparaissent dans la couleur la plus foncée de la carte qu’elle a établie. «Jusque-là, on savait seulement que le taux d'incidence était supérieur à 250 partout en région parisienne. On découvre désormais qu'il y est aussi systématiquement inférieur à 1000» explique-t-elle tout en temporisant : «A l'inverse des villages, cela s'explique certainement par le fait que ces zones sont très denses, donc qu'il faudrait beaucoup de personnes contaminées pour faire grimper le taux d'incidence au-delà de 1000. Mais ce seuil a été déjà atteint dans de nombreuses communes des métropoles de Lille, de Lyon ou encore de Saint-Etienne. Preuve que la situation sanitaire y est particulièrement inquiétante !». Ainsi, elle indique que, pour Vanves, le taux d’incidence était, entre le 13 et le 19 Octobre, entre 150 et 250 pour l’ensemble de la pipulation, et supérieure à 250 pour les plus de 65 ans . A titre de comparaison, elle est de 389,1 dans les Hautsde Seine et de 268,7 en France

    Une seconde étude, là universitaire de Guy Byurgel, professeur de géographie urbaine à l’université Paris Nanterre qui montre que les inégales sociales coïncide avec celle des zones de surmotalité dans la métropole du Grand Paris MGP), vient compléter et approfondir les études de l’INSEE IDF sur la surmortalité pendant le confinement parue en Juin enrichissant le constat dressé par l’Observatoire régional de Santé IDF sur la surmortalité différenciée. Elle constate une surmortalité plus forte dans la moitié nord – Seine Saint Denis – et le sud est de la métropole, où les taux de surmortalité s’envolent au-delà de 150 et plus faible dans la banlieue et les arrondissements de l’ouest parisien, souvent inférieur à 125 et même 116, dont fait partie Vanves. Mais attention, comme l’explique Guy Burgel, le Covid-19 n’a pas, pour autant, inversé la tendance de la surmortalité structurelle : « Globalement, on meurt plus dans les quartiers richeset vieillissants que dabs leszones urbaines jeunes et défavorisées »

  • VANVES SOUS LE COUVRE FEU A PARTIR DE CE SOIR MINUIT JUSQU’AU 1er DECEMBRE

    Comme attendu, Emmanuel Macron a annoncé Mercredi qu'un couvre-feu serait instauré en IDF et dans 8 métropoles entre 21H et 6H jusqu’au1er décembre, dispositif, dont «on a vu la pertinence en Guyane et en Mayenne». Mais qui rappelle de mauvais souvenirs à nos aînés qui ont vécu l’occupation. «Si pendant six semaines nous tenons ce couvre-feu, nous pensons que nous pourrons progressivement rouvrir !» a-t-il prévenu. Les services de la mairie de Paris et de la préfecture de police ont travaillés dès jeudi sur la mise en oeuvre des mesures annoncées avant une conférence de presse commune d'Anne Hidalgo et Didier Lallement, prévue aujourd’hui en fin de matinée, où ils détailleront l’application de ce couvre feu dans le Grand Paris.  Mais de quoi s’occupe-t-elle n’ont pas manqué de remarquer les maires des Hauts de Seine, à propos de la maire de Paris, par la voix du président de leur association, l’AMF 92, alors qu’ils ont eu réunion avec le préfet du département, hier, pour savoir comment les choses peuvent se mettre en place et surtout quelles sont les exceptions, les dérogations possibles«Les citoyens des villes des départements limitrophes n’ont pas pris part à l’élection municipale parisienne. L’on s’interroge donc bien sur la raison pour laquelle Mme Hidalgo et le préfet de police s’arrogent le droit de parler au nom et pour le compte de ces premières. A quoi servent ces réunions (régulières avec le préfet des Hauts de Seine)  si finalement la décision nous échappe à tous au profit du préfet de police de Paris et de Mme Hidalgo ? Notre légitimité démocratique n’est pas moins grande, ni les capacités des préfets de petite couronne. A la vérité, le temps du mépris de Paris envers sa banlieue n’est en fait toujours pas passé !» expliquait Jacques Kossowski, président de l’AMF 92 et maire de Courbevoie.

    Philippe Laurent son collégue de Sceaux se demandait par exemple si les réunions du conseil municipal, qui ont lieu le soir, comme celui de Vanves hier, pourront se tenir : «Est-ce qu'on va considérer qu'une réunion du conseil municipal, c'est une réunion de travail ? Les réunions du conseil de copropriété, est-ce qu'on va considérer que c'est du travail ? Il y a toute une série de points qu'il faut discuter et mettre au point» indiquait le secrétaire général de l’AMF en prévenant : «Il va y avoir des arrêtés préfectoraux qui vont être pris et je pense qu'il va y avoir des recours concernant les libertés publiques. Surtout avec une heure comme 21h, c'est très tôt dans la journée. On aurait compris un couvre-feu qui commencerait à 22h, voire 23h, car à 21h, ça rend très difficile toute vie sociale et ça rend impossible l'activité des cinémas, des théâtres et de toute la vie culturelle. C'est quelque chose qui me paraît quand même un peu exagéré. Je parle de l'heure, je ne parle du principe du couvre-feu dans la nuit» précisait il sur France Infos

    Ainsi à Vanves, le comité directeur du Stade Vanves prévu à 19H30 à l’école Larmeroux pourra se tenir car le couvre-feu débute à minuit. Mais après, pour les entrainements des équipes de foot, de basket, de hand, d’athlétisme, etc…qui se déroulent le soir entre 19/20H et 22H, devront ils être avancé, ce qui parait difficile car beaucoup de ces sportifs quittent leur boulot pour venir directement s’entraîner. Comme pour les matchs de championnat qui se déroulent à 20H pour le basket et le hand. Il sera de même pour toutes les activités associatives qui se déroulent le soir ou se terminent vers 21H30/22H, la programmation du théâtre et du ciné de Vanves qui devront être avancer. A court teme, le pére curé de Vanves, Bertrand Auville devra avancer l’horaire de la soirée de présentation de l’encyclique « Fratelli Tutti » prévu le 4 Novembre à 20H45 à Saint Remy, et certaines messes, par exemple la messe des défunts prévue le 2 Novembre à 20H lors de la Toussaint. C’est tout un pan des activités socio-culturelles et sportives, riches à Vanves, qui va être touchée et perturbé pendant 6 semaines alors que les vacances de la Toussaint débutent ce week-end    

    Les  horaires de la RATP ne changeront pas, et les métros, bus circuleront à 100% sur l'ensemble du réseau RATP et notamment les lignes qui desservent notre commune,,  car il y a des vanvéens qui travaillent la nuit, en soirée ou tôt le matin. Comme lors du confinement, ils devront avoir une autorisation de sortie de leur employeur. Les professionnels de l'hôtellerie et de la restauration ont vivement réagis voyant dans le couvre-feu annoncé une «fermeture déguisée» de leurs établissement. Cette décision est «lourde de conséquences pour le secteur (...) déjà durement frappé par cette crise. Cette nouvelle contrainte horaire, qui condamne le service du soir, a pour conséquence pure et simple d'obliger nos restaurants à fermer» estimaient ils, ce qui devra être le cas pour certains établissements qui sont ouvert le soir comme la pizzeria Il giardino, les restaurants asiatiques du Plateau et du Centre Ancien, la crêperie La Girafe, Les Platanes Bd du lycée le 12 rue J.Bleuzen etc…