Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SANTE

  • CHRONIQUES VANVEENNES DE CONFINEMENT : « Ce virus est une saloperie ! »

    Si une quinzaine de Vanvéens sont décédés du corinavirus, d’autres ont été touchés mais s’en sont heureusement sortis, souvent très fatigués, avec une longue convalescence : «C’est une véritable saloperie » me confiait l’un d’entre eux revenu de l’hôpital où il a été mis sous oxygéne pendant quelques jours. «C’est une vacherie sans nom» me confiait une autre qui en a réchappé sans être hospitalisée mais confinée chez elle. Le scénario est le même pour tous : «On commence à se sentir mal, puis  à respirer mal, en ayant mal à se lever le matin, en ressentant une grande fatigue ! Avec une perte de goût et d’odorat  !» racontent-ils. «C’est bien simple, si vous avez par exemple été hospitalisé 6 jours ou plus, il vous faudra six semaines pour vous rétablir, car un jour correspond à unesemaine pour s’en remettre. Pour certains, cela va être trés long. J’ai toujours du mal à me lever le matin» témoigne ce vanvéen. De nombreux vanvéens, comme d’autres,  se sont rendus compte des effets de ce virus dans leur chair, mais aussi du travail extraordinaire de ces médecins, de ce personnel soignant, mais aussi de tous ceux qui permettent aux hôpitaux de fonctionner et que beaucoup de vanvéens applaudissent chaque soir à 20H, aux fenêtres. Mais aussi de tous ceux qui, dans les EHPAD touchés duremment, de la direction au personne soignants et de services font tout pour faire barrage au virus afin de protéger nos ainés. Et tos ceux qui ont des parents en EHPAD peuvent en témoigner

    D’où l’importance de rester confiné, de respecter les règles de distanciation, de barrière… et de porter un masque. Tous les professeurs de médecine, tous les médecins urgentistes insistent sur le port obligatoire du masques et pas uniquement dans les transports comme le demande Philippe Juvin, chef-urgentiste de l’hôpital européen Georges Pompidou :  «Toutes les recommandations scientifiques allaient dans le sens de se couvrir au maximum la bouche pour limiter la propagation du virus.  Les Français doivent porter un masque au moment du déconfinement mais aussi dès maintenant. Un masque vaut mieux que rien du tout, même fabriqué à la maison. Il vaut mieux se couvrir la bouche et le nez. C’est une intervention qui ne coûte pas très cher quand on le compare à un patient qui passe en réanimation et qui a probablement une efficacité importante» précisait ce colégue du maire de Vanves puisqu’il est aussi maire de La Garenne Colombes (92).   De plus en plus de voix s’élèvent sur ce sujet, comme l'Anses ou la communauté scientifique internationale. «Les politiques devraient commencer à les écouter. Je pense que sur ça, le président de la République se trompe» constatait-il. Pour permettre le déconfinement, «il faut également que nous ayons des capacités de testing de la population extrêmement massives , mais aussi des lits disponibles, surtout en réanimation. Quand vous faites la guerre, il faut avoir des munitions. Sinon, on ne pourra pas déconfiner les Français en toute sécurité».

    Il est même contre un déconfinement total le 11 mai : «Déconfiner tout le monde en même temps, c’est exposer les gens à une forme grave de la maladie !». Un groupe de chercheurs de l'Institut Pasteur, de l’INSERM de Santé Publique France insistent sur la nécessité maintenir des mesures de protection au-delà du 11 mai pour éviter une deuxième vague, comme vit actuellement Singapour. Plus intéressant : Ces chercheurs sont aussi parvenus à mesurer l'impact des gestes barrières, du respect des distances et du confinement : il est très fort. Le taux de transmission du Covid-19 s'effondre de plus de 84%, et la perspective d'un reflux du nombre quotidien des admissions en réanimation. Au moment du déconfinement, celle-ci devrait culminer à 50 par jour, contre 200 actuellement

  • COMMENT VIT ON CE CONFINEMENT HISTORIQUE A VANVES … A LA PHARMACIE DE L’EGLISE AVEC HERVE ARMAND : « Depuis une trentaine d’années que j’exerce, je n’ai pas connu cela de ma vie !».

    Depuis le début de la crise sanitaire, les pharmacies jouent un rôle central. Vanves au Quotidien a voulu savoir au boit de 5 semaines de confinement, comment sedéroule leur quotidien, surtout après un début assez sportif auprés d’Hervé Armand qui tient la pharmacie de l’Eglise (sur la photo) 

    Vanves Au Quotidien - Comment avez-vous fait face à ces premiers jours de confinement ?

    Hervé Armand : « Pendant trois jours, j’ai reçu 457 clients le lundi après l’annonce du confinement, 397 le mardi, 340 le mercredi  au lieu de 200 à 220 clients  durant une journée normale. Une quarantaine de vanvéens faisait la queue dehors, devant la pharmacie. C’était la panique, la plupart des clients ayant peur de ne pas obtenir le renouvellement de leur traitement. Ils voulaient tous des masques, du gel hydroalcoolique. Après la situation s’est un petit peu calmé, et depuis une dizaine jours, c’est beaucoup plus calme. 

    VAQ - Comment se sont traduits ses trois jours intensif pour vous ?

    H.A. : «Pendant ces trois jours, nous avions toures les commandes du matin, dans la pharmacie, soit 6 caisses que nous n’avions pas le temps de décharger et de ranger, ayant à l’époque deux distributions par jours des grossistes. Depuis quinze jours je n’en ai plus qu’une seule. Nous avons accumulé les retards.  Pascal, mon prédécesseur a pris de nos nouvelles, et s’est proposé de venir de Paris nous donner un coup de main. Depuis une trentaine d’années que je suis installé en tant que titulaire, je n’ai pas connu cela de ma vie.  

    VAQ - Certains de vos collègues ont été victimes d’actes d’incivilités et même d’agressions  parait il face au manque de masques et de gel hydroalcoolique !  En avez-vous été victime ?

    H.A. : « Pas du tout, les vanvéens étaient très compréhensifs au contraire ! Dés qu’ils étaient plus de 3 dans la pharmacie, je fermais les portes, car comme nous étions 3 derrière les comptoirs.  Je ne voulais pas plus 3 clients dans l’officine. A aucun moment, il n’y a eu d’actes d’incivilités.  J’ai installé des vitres en plexiglass devant les comptoirs, et j’ai revêtu une blouse que je n’avais plus mis depuis des années

    VAQ - De quoi avez-vous manqué ? Et que vous manque t-il encore ?

    H.A. : «Principalement de gel hydroalcoolique. Je n’en ai reçu qu’en fin de semaine dernière. Après avoir fait des demandes de masques, on arrive à en avoir, de la part de personnes qui en retrouvent au fond d’une boutique. A part les masques qui nous sont résevés en tant que professionnel, il m’arrive d’en donner quelques uns de ma dotation à des clients. Mis à part la rupture classique de médicaments, j’avoue que les grossistes répartiteurs ne gérent pas trop mal les livraisons. On arrive à s’arranger entre confrères, on se dépanne !.   

    VAQ - Pourquoi  d’un coup, votre activité a baissée ?

    H.A. : « Parce que beaucoup de personne télétravaillent, sorte un peu moins, n’ayant pas besoin du superflux, comme les crémes solaires. Il y a aussi la crainte d’aller chez le médecin, de tomber sur une salle d’attente pleine. Des médecins m’ont appelé pour que je rassure les clients, et éviter qu’ils aillent à l’hôpital ou appellent le 15. La fréquentation de la pharmacie a baissée de 10 à 15% , avec 140 clients aujourd’hui.

    VAQ - L’image des pharmaciens n’a-t-elle pas changé  parce que vous rassurez et aider les plus fragiles ?

    H.A. : «Je pense que nous avons un rôle de cobeil qui est plus important qu’avant. On a une très bonne considération de la part de notre clientèle. On les a beaucoup rassurés lorsqu’elles se plaignaient de ne pas pouvoir aller chez leur médécin, de ne pas pouvoir renouveler leur ordonnance. Nous avons l’accord des caisses pour procéder à des renouvellement exceptionnel des ordonnances. Nous faisons un métier où nous répétons beaucoup les mêmes choses, mais c’est notre rôle, pour protéger. Tout le monde s’est adapté à la situation.

    Au niveau de mon métier, je ne vois pas de changement particulier. Les gens nous parlent surtout de la difficulté d’être en confinement, surtout avec les enfants. Certains craquent en fin de journée. On ne voit bien sur la place de république, où  il y des parents  avec leurs enfants en fin d’après midi. Mais aucun geste de mauvaise humeur ou de parole déplacée.

  • 4e SEMAINE DE CONFINEMENT A VANVES : NOUVEAU TOUR DE VIS MAIS QUELQUES COMPENSATIONS

    Souvenez-vousce mardi 15 Mars tout le monde était encore dehors, pour faire ses dernières courses dans les supérettes où les rayons avaient été dévalisés, les pharmacies submergées avec ses longues files d’attentes, les parents avec leurs enfants profitant jusqu’à midi d’un temps clément place la République. 3 semaines après, on est loin d'être encore au bout de ses peines, avec près de 9.000 morts en France et , 2409 personnes en IDF dont 271 au cours des dernières 24 heures,  en dépit de quelques lueurs d'espoir. Pas question de relâcher les efforts faits jusqu'à présent pour lutter contre l'épidémie, a prévenu lundi soir le gouvernement. Et contrairement à certaines fake news, comme l’a dit le Pr Delfraissy, qui préside le comité scientifique : «Il est trop tôt pour prévoir une date de sortie. Ça nous mène probablement jusqu'à début mai, je n'irai pas plus loin sur la précision parce que nous ne l'avons pas !». Alors pas de 15 Avril, pas de 5 Mai, pas de 15 Mai

    Pour l’instant, «Soyons stricts sur le confinement (...) seul moyen de juguler cette épidémie» a martelé Jean-François Delfraissy. D’ailleurs, le gouvernement constatant un certain relâchement cesjours-ci, a donné un nouveau tour de vis, en permettant aux maires et aux préfets de durcir les régles au cas par cas. Le maire de Sceaux a pris un  arrêté obligeant ses administrés au port d’un masque ou à défaut d’une écharpe sur le nez et la bouche. La maire de Paris et le Préfet de police ont interdit, à partir d’aujourd’hui, de faire son jogging en journée dans la capitale. D’autres comme à Colombes, Suresnes, Asnières, Puteaux ont institué depuis prés de quinze  jours, un couvre-feu entre 22H et 5H du matin

    Les vanvéens comme tous les autres français respectent ce confinement : Sur 80 contrôles, 40 PV. Selon un sondage, Odoaxa-CGI pour France Info et Feance Bleu, ils effectuent en moyenne deux sorties par semaine (2,4), tandis qu'une faible minorité (7%) sort tous les jours,  les 50-64 ans ayant tendance à sortir le plus souvent. Ils sortent avant tout pour faire des achats de première nécessité (79%), plus souvent que pour se dégourdir les jambes, faire du sport ou promener un animal (24%) ou pour des raisons professionnelles (16%). Parmi les «actifs occupés», la majorité est désormais à la maison, soit parce qu’ils télétravaillent (24% d’entre eux), soit parce qu’ils ne travaillent plus ou quasiment plus (51%). Parmi ces derniers, la plupart ont été mis au chômage partiel par leur employeur. 

    Il est à noté que ce confinement ont amené les pouvoirs publics comme les collectivités territoriales à prendre quelques mesures de solidarités ou compensatoires. Après la gratuité du stationnement payant instauré petit à petit tant à Paris que l’agglomération parisien, à Vanves notamment comme dans toutes les communes de GPSO, le service de vélos en libre-service Vélib', est gratuit jusqu'à la fin du confinement, cette mesure étant limité  à des trajets de moins d'une heure afin de la réserver aux déplacements autorisés. «Les trajets à Vélib' (deviennent) gratuits pour accompagner les déplacements autorisés pendant le confinement»  a indiqué le Syndicat Autolib' Vélib' Métropole, l'organisme intercommunal qui gère les vélos. Parmi les déplacements autorisés figurent le fait de se rendre à son travail ou d'aller faire des achats essentiels.

    Les transports franciliens ne seront pas gratuits, par contre a indiqué Valérie Pécresse président de la Région qui a annoncé que  le Pass Navigo d'avril sera remboursé à ceux qui achèteront un abonnement mensuel «pour aller travailler aux fonctions essentielles pour le pays» et ceux qui sont confinés chez eux et qui avaient acheté un abonnement annuel, un Navigo senior ou une carte Imain’R. «Ils devront se connecter en Mai, sur une plateforme dédiée pour se faire rembourser,  comme après la gréve de Décembre» a-t-elle indiqué. Quant aux détenteurs d'un abonnement annuel, ils ne peuvent pas suspendre leur abonnement pendant le confinement, car la procédure impose d'aller à un guichet avant le 20 du mois précédent. «Nous ne pouvions pas envoyer un million de personnes aux guichets en plein confinement» a remarqué Valérie Pécresse, qui se refuse encore à envisager la situation en mai et juin.