Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SANTE - Page 5

  • NOUVELLE VAGUE DE FROID ET DE COVID A VANVES ET EN ILE DE FRANCE

    Pour la semaine du 22 au 28 novembre 2021, Météo France prévoit des températures négatives. Elles pourraient être accompagnées de flocons de neige en grande couronne en fin de semaine.  Le brouillard et l’humidité de ces derniers jours devraient progressivement laisser place aux températures proches de 0… et même aux flocons de neige selon Météo France. Les tempérarures n’excéderont pas 5 à 6° Il faudra également gratter le pare-brise le matin. Les gelées tendent à se multiplier dans les prochains jours. Elle coïncide avec une 5e vague Covid-19 en Ile de France.  Selon les chiffres de Santé publique France,  le taux d’incidence est de plus de 50 cas pour 100 000 habitants, qui constitue le seuil d’alerte établi par le gouvernement, dans tous les départements franciliens, dans trois d’entre eux, il dépasse 100 :  Paris (134,5), le Val-d’Oise (102,7) et les Hauts-de-Seine (101,9). A titre de comparaison, la moyenne régionale est de 102.

    Pour l’instant «l’augmentation de l’incidence est beaucoup plus importante que celle des hospitalisations, des entrées en réanimation ou même des décés». 1740 personnes sont hospitalisées dans les établissements de santé franciliens. Par ailleurs, un peu plus de 25% des lits de réanimation d’Île-de-France sont occupés par des patients covid. «On maintient, heureusement, un écart très important entre l’augmentation du taux d’incidence et l’augmentation, d’une semaine sur deux, des entrées en réanimation et en service hospitalier (…) cet écart est justement dû au pass sanitaire et à la vaccination qui offre la protection contre les formes graves» indique SPF en  insistant sur le fait que «si cet écart s’amenuise, la situation deviendra problématique». A la mi-Novembre 9 075 717 franciliens étaient totalement vaccinés contre la Covid-19, soit 74 % de la population de la région. Ce nombre a sans doute augmenté depuis. «Grâce à la vaccination, on a érigé une muraille contre les formes graves du virus. On a 75% des Français qui sont complètement vaccinés, il ne faut pas que cete muraille se fissure» a plaidé le porte-parole du gouvernement (vanvéen)  au micro de France info cette semaine. «Si vous avez plus de 65 ans, que vous avez réalisé votre deuxième dose il y a six mois, vous avez cinq semaines pour réaliser votre rappel faute de quoi le pass sanitaire sera désactivé» a ajouté le conseiller Municipal de Vanves, porte Parole du Gouvernement qui était jeudi à l’assemblée Général de la FNACA  (sur la photo) pour échanger sur la reconnaissance des anciens combattants et leur rôle essentiel dans la transmission mémorielle

    Interrogé sur la reprise épidémique et les possibles mesures qui pourraient être prises dans le futur pour tenter de la ralentir, Gabreil Attal a expliqué qu’aucune hypothèse, dont un reconfinement, n’était à exclure. «Les enseignements que je tire, en tant que porte-parole du gouvernement, après 18 mois de crise, c'est qu'il ne faut jamais rien exclure par principe. Cette épidémie continue de surprendre le monde entier».Gabriel Attal  a d’ailleurs précisé qu’il ne fallait pas «affoler les gens», précisant qu’il est «pour le moment, absolument hors de question de parler de reconfinement dans notre pays parce qu'on a un taux de vaccination très élevé».

  • VANVES ET LE COVID-19 : «L'heure de lever toutes les contraintes n'est pas venue» selon Gabriel Attal.

    «Nous sortons de cette crise la tête haute, grâce aux choix que nous avons faits et à la robustesse de notre système social. La décrue de l'épidémie se poursuit de manière nette et continue» s’est réjouit le porte-parole du gouvernement, à l'issue du conseil de défense la semaine dernière. «Cependant, «l'heure de lever toutes les mesures, toutes les contraintes, n'est pas venue», explique le conseiller municipal de Vanves Gabriel Attal.

    L'adaptation du passe sanitaire «ne sera pas envisagée avant le 15 novembre». Car l'épidémie ne recule pas «dans une trentaine de départements. Cette décision sera d'ordre national et par secteur», a-t-il déclaré, sachant que le Conseil scientifique appelle à la prudence et préconise la sortie différée du pass-sanitaire entre le 15 novembre et la fin d’année 2021. Il indique « qu’il pourrait être global, ou limité à certains lieux, dans lesquels les risques de contamination semblent faibles depuis quelques semaines (comme par exemple les restaurants en extérieur, les lieux culturels à l’exception des concerts, les centres commerciaux, trains…) tout en l’accompagnant d’un maintien du pass-sanitaire pour l’accès à quelques lieux jugés plus à risque (comme par exemple les bars, les concerts, les discothèques, les restaurants en intérieur ou les salles de sport)».

    En attendant, un protocole allégé a été mis en place dans les départements (47 au total) où le taux d'incidence est le plus bas, permettant aux enfants des écoles primaires de ne plus porter le masque en intérieur. Il est étendu ce lundi à 21 départements, mais aucun encore en Ile de France

  • COVID-19 : VANVES BENEFICIE D’UNE ECLAIRICIE SANITAIRE COMME EN ILE DE FRANCE

    «Il faut se donner les moyens, pendant encore plusieurs mois, d'avoir la possibilité de recourir à des mesures, si c'est nécessaire, pour protéger les Français» expliquait encore Gabriel Attal, porte parole du gouvernement à propos du passe-sanitaire qui sera maintenu jusqu’en décembre avec  l’état d’urgence sanitaire, même si le gouvernement réfléchit à une application locale (au niveau départemental).  «L’éclaircie sanitaire s’observe à peu prés partout dans l’hexagone. Mais ce n’est pas parce que la marée est basse qu’elle ne peut pas remonter» ajoutait il à un moment où désormais seul un département, les Bouches-de-Rhône affiche un taux d’incidence supérieur à 100 pour 100 000 habitants, les autres étant au-dessus de la barre de 50 cas pour 100 000 habitants sauf dans 47 départements. Mais voilà les 8 départements franciliens dont les hauts de Seine n’en font pas partie.   

    Ainsi l’obligation du port du masque à l’école primaire est  obligatoire uniquement pour les enfants, celui-ci étant toujours porté par les adultes, et notamment à Vanves  Mais cela ne pourrait être qu’une question de jours pour certains d’entre eux : En Seine-et-Marne, le taux d’incidence est désormais de 56 cas pour 100.000 habitants… et la décrue se poursuit. Au rythme actuel, ce département pourrait franchir le cap des 50 d’ici la fin de la semaine prochaine. Autres départements concernés, les Hauts-de-Seine, avec un taux d’incidence de 63, ou l’Essonne (67 cas pour 100.000). En Seine-Saint-Denis, en revanche, département dans lequel la vaccination peine à progresser, le taux d’incidence est de 91,8. A Paris, le taux d'incidence est de 75.

    C’est pourquoi, dans les Hauts de Seine, l’accent est mis sur les vaccinations, encore et toujours avec les 28 Centres qui restent ouvert – le plus fort maillage en France selon le préfet des Hauts de Seine – dont celui d’Issy les Moulineaux dont dépend Vanves où 20 000 vanvéens-Isséens auront été vaccins d’ici la fin de l’année. «On conserve ce maillage pour la 3e dose » indique le préfet même si les horaires sont adaptés, et qui donnait quelques chiffres sur la vaccination des 12-17 ans qui doivent aussi avoir leur pass-sanitaire pour accéder aux cinémas, aux bibliothèques, dans les centres sportifs, à la piscine ou au restaurant. Le département compte 114 545 ados, dont seulement 57,8% disposent d’un schéma vaccinal complet et 66,4% a avoir reçu une première dose.