Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

education nationale

  • LES RYTHMES SCOLAIRES A VANVES : 2 – GROSSE FATIGUE EN MILIEU DE SEMAINE ET A LA VEILLE DES VACANCES D’AUTOMNE

    Certains parents, mais aussi les animateurs, ont constaté une fatigue en milieu de semaine à cause de l’absence de cette coupure du Mercredi 

    « Le Mercredi, j’ai le plus grand mal à lever mon fils pour l’emmener à l’école maternelle,  d’autant plus que son frère qui est à Notre Dame  continue à dormir. Et le petit ne comprend pas ,car il a encore l’idée que l’année dernière, il ne se levait pas à un moment donné dans la semaine » raconte Patrick Gaidamour, parent d’élève à l’API  « C’est le même constat pour les primaires, où ils sont fatigués, ils se déconcentrent plus facilement. Les instituteurs nous disent qu’à partir du Jeudi, les enfants se concentrent beaucoup moins sur ce  qu’ils ont à apprendre. Le corps enseignant est fatigué et désorienté, ainsi que les animateurs » indique Stéphanie Gazel.   L’API a attiré l’attention de la mairie sur ce point là  D’ailleurs, cette association, comme beaucoup de directeurs d’école,  était pour un regroupement des NAP en une seule après midi.  « Il y avait la possibilité de prendre le décret Hamon. Mais par manque de temps et d’investissement,  la mairie qui s’était engagée sur le décret Pellion, a préférée en restée là et s’en tenir au premier système sur lequel elle avait travaillé. Mais beaucoup de parents et d’enseignants préféraient le système Hamon ! » indiquent ces deux parents d’élèves.

    « Dés le départ, nous pensions que ce système était très mauvais pour les Maternelles. De toute façon, il y a des choses à corriger, à travailler notamment sur le contenu, la sieste et le réveil des petits » expliquent ils, en ajoutant sur le réveil des petits « qu’on a l’assurance que les enfants ne sont pas réveillés. Lorsqu’un enfant dépasse 15H, les animateurs le laissent dormir au maximum jusqu’à 15H45 et ils sont levés doucement. Ils  les habillent, leur proposent de faire un petit dessin, une lecture, et ils les réintégrent dans le NAP tranquillement. Mais in fine, lorsqu’on prend les enfants à 15H, on les met 20 mn dans la cour pour qu’ils se défoulent, puis on les envoie aux toilettes, et on les prépare un quart d’heure avant l’arrivée des parents, on passe 30 à 40 mn de NAP seulement.  Mais pourquoi pas ?  Certaines écoles (pas à Vanves) qui avaient supprimé les dortoirs, ont dû les remettre, ce qui a calmé le jeu et a fluidifié le système pour les enfants ». Le même constat a été fait par les animateurs dans les Maternelles, où la NAP se limite à 20mn lorsque la sieste s’est prolongée, en se posant vraiment  la question des NAP en maternelles.

    Pour les parents, tout cela est liéé à la loi sur la refondation de l’Ecole. « Elle était censée refaire les programmes en parallèle. Et elle ne fait que commencer. Elle a imposée à toutes les communes de France de mettre en place ces nouveaux rythmes scolaires et les programmes viendront après. Elle a commencée à l’envers. Les enfants ont des pics de vigilance dans une semaine. Avec un rythme de 4 jours, l’enfant a la meilleure perception de son programme en milieu de matinée et après la digestion l’après midi entre 15H et 16H30. Soit 8 pics d’activité  pour 4 jours. Là on a remplacé 2 après midi  par des NAP. Pour acquérir le socle commun des programmes (maths, français, histgéo) on perd deux après midi pour des activités qui ne constituent pas le savoir que je demande à la sortie de l’école primaire. On a remis une matinée certes. Mais on a perdu une aprés-midi. Les enfants sont, du coup, fatigués » explique Patrick Gaidamour qui a  mis un de ses fils dans le privé en élémentaire,  pour éviter les rythmes scolaires. « Beaucoup de vanvéens ont envoyés leurs enfants à Notre Dame pour éviter les nouveaux rythmes scolaires. Car ils n’ont pas  changé  la méthode d’apprentissage dans le privé.  Ils focalisent sur les activités péri-scolaires, mais cela ne change rien à la base de l apprentissage d’un enfant à l’école. En tant que parent, je suis très inquiet pour eux. Autant les NAP sont très bien gérées par les mairies, autant au niveau apprentissage avec l’Education Nationale, cela ne colle  pas ! Nous allons nous retrouver au bout d’un an avec une baisse des connaissances !  Il faudra faire une évaluation des enfants pour voir s’ils ont le même niveau scolaire que ceux de la fin Septembre 2013, de 2012 et de 2011. Et on pourra voir le bien fondé de cette réforme ! »

     

    A Suivre : Des dommages collatéraux 

  • VANVES PRECURSEUR DES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES PAR LE SPORTS

    Luc Chatel ministre de l’Education Nationale a lancé la semaine dernière l’idée d’une expérimentation d’après-midi sportifs dans une centaine de classes de colléges et de lycées à partir de la Rentrée. Ce qui a fait sourire dans les chaumières vanvéennes ou tout au moins chez ceux qui se souviennent que dans les années 50, notre commune avait expérimenté de nouveaux rythmes scolaires dénommés à l’époque « le tiers temps pédagogique ». Il aurait dû même se souvenirs des propos de Guy Drut qui était alors le ministre de la Jeunesse et des sports de Jacques Chirac : « C’est Vanves qui est à l’origine des nouveaux rythmes scolaures. Voilà plus de 40 ans – on était à la fin des années 90 – démarrait dans cette ville des Hauts de Seine le « tiers temps pédagogique »

     

    Inspiré par le docteur Max Fourestier – dont l’un des groupes scolaires de Vanves porte le nom – créateur des classes de neige, ancêtre de toutes les classes de découverte, ce « tiers temps pédagogique » a été appliquée dés la Rentrée de 1950, pendant dix ans à l’école Gambetta non seulement du CM1 à des classes de fin d’études en 1950 et 1951, mais aussi de la 6éme à la 3éme entre 1953 et 1959. Il prévoyait une matinée (8H30-11H30° consacrée au travail des disciplines essentielles. L’après midi se partageait entre des activités sportives et culturelles (2H) après une sieste obligatoire d’une heure pour les écliers en CP, puis des cours ou des études dirigées d’une heure à une heure et demi après un goûter et une récréation de 20 mm. « Ainsi en une semaine, en considérant le temps d’activité et de détente physique par rapport à celui des cours et des travaux intellectuels, nous avions un rapport de 10H sur 30, soit un tiers du temps scolaire » indiquait alors la directrice de l’école Gambetta.

     

    Les résultats attestés par des documents officiels furent étonnants : 90% de reçus au BEPC (contre 33% pour les autres) : « Nous avons permis à ces jeunes entre leur 12éme et leur 17éme année, de bénéficier d’un véritable épanouissement physique, d’acquérir un esprit d’équipe, de développer des aptitudes de ténacité, de solidarité, de sans froid, d’énergie, et d’être bien armés contre les épreuves de la vie » constatait Max Fourestier à cette époque. « Je n’ai rien inventé, mais simplement copié le modèle anglais » ajoutait il en montrant les nombreux articles et rapports suscité par cette « expérience de Vanves ». L’un d’entre eux avait même titré « l’exercice physique, un reméde contre les blousons noirs ».

    Comme quoi Luc Chatel n’a rien inventé. Simplement, il s’est inspiré du modèle allemand  où alors jeune éléve, il avait été scolarisé pendant 6 mois. Et il vise les établissements situés dans les ZEP, c'est-à-dire les quartiers difficiles de la banlieue.  

     

    Il reste encore des témoins de cette « expérience de Vanves » et non des moindres comme Gérard Gadras, ancien commerçant du marché à la retraite, qui partage sa vie entre Vanves et la côte d’Azur. « C’était formidable. Cela a été les trois belles années de ma scolarité. Cela nous changeait de l’ordinaire. Nos copains nous enviaient dans les autres écoles. On travaillait mieux parce qu’on faisait du sport après les cours ». De même chez les enseignants, comme Bernard Villars, ancien journaliste, qui avait été professeur de gymnastique au collége : « Il est malheureux de constater que cette « expérience de Vanves » dont peu de gens se souviennent, n’a servi à rien, sauf pour quelques mesures timides. Pourtant, elle a prouvée sa supériorité tant sur le plan sportif que sur le plan intellectuel. Seule la routine et le désir de ne rien changer ont fait barrage à son application ». Et la nouvelle tentative de Luc Châtel s’ajoute à d’autres.  

  • VANVES ENTRE LA PENTECÔTE ET LA FETE DES VOISINS

    Beaucoup d’événements se sont déroulés dans notre commune ou ont concerné certains de ses membres, durant cette semaine sur lesquels revient Vanves Au Quotidien

     

    LEGION D’HONNEUR ET MI TEMPS PEDAGOGIQUE

    Patrick Sorin, proviseur du lycée Michelet recevait des mains du ministre de l’éducation national Luc Chatel, la Légion d’Honneur, mardi dernier. Un ministre qui lançait en ce début de semaine une expérimentation d’après-midi sportifs dans une centaine de classes de colléges et de lycées à partir de la Rentrée. Ce qui a fait sourire dans les chaumières vanvéennes…ou tout au moins chez ceux qui se souviennent que dans les années 50, notre commune avait expérimenté le mi temps pédagogique qui doit être exactement le même projet. Nos élus devraient peut être le lui rappeler, surtout du côté de ceux qui traînent du côté du parlement ou à l’UMP. D’ailleurs pour leur formation et l’information des Vanvéens, Vanves Au Quotidien se fera un plaisir de rappeler demain ce qu’il en était, d’autant plus que des cobayes vivent encore prés de chez nous. Mais comme tout le monde se fout du passé, on voit un ministre ré-inventer la lune.

     

    INAUGURATION ET CLASSEMENT

    Le Maire a inauguré sa participation à la Commission Permanente du Conseil Régional comme nous l’avons raconté hier, et le même jour le restaurant « l’envie des Mets » qui se trouve à l’angle des rues Marcel Martinie et Henri Martin face au cimetière. C’est un beau nom pour un restaurant qui en a beaucoup changé comme de propriétaires.

    Dans le même temps, on apprenait qu’Isabelle Debré, notre sénateur  apparaissait pour la deuxième fois de suite parmi les valeurs  montantes du Parlement dans le classement établi par le cabinet Séance Publique. Et notamment parmi les parlementaires en mission avec bien évidemment sa mission temporaire sur les mineurs étrangers auprès de Michèle Alliot Marie, Ministre de la Justice qui lui vaut ce classement.

     

    GRAND PARIS ADOPTE

    Les députés, Mercredi, et les Sénateurs Jeudi,  ont adopté le texte de compromis mis au point en commission mixte paritaire. Cette adoption permettra le lancement conjoint de deux procédures de débat public, l'une sur la double boucle, l'autre sur le projet régional de rocade automatique en métro Arc Express, soutenu notamment par les élus du Val-de-Marne. Christian Blanc, Secrétaire d’Eat, a assuré que « dès septembre 2010 le débat public et la concertation relatives au réseau de Grand Paris pourront démarrer. Et dès la fin du débat, les premiers contrats de développement territorial (pour l'aménagement des quartiers autour des futures gares) pourront être signés ». Il a  répété « qu'au début de 2013, les travaux (de construction de la double boucle) pourront commencer » et que « 10 ans plus tard, en 2023, la mise en service de l'ensemble doit devenir une réalité ». De son côté, Jean-Paul Huchon, a affirmé que le débat autour des deux projets de rocade de métro (double boucle de M. Blanc et Arc Express), qui se recoupent par endroits, aura lieu à partir d'octobre de manière quasi-certaine. « Blanc voulait passer au 1er septembre, en fait ce sera au 1er octobre ».

     

    FETES DES VOISINS ET DU PRINTEMPS

    Côté fête, ces jours-ci les vanvéens sont gâtés avec les voisins qui a marqué la soirée d’hier, même si cette fête a un côté « bal des hypocrites »: Pendant une soirée, on se fait des sourires, on prend un verre, on se parle…. Et après, on ne se salue plus lorsqu’on ne se fait pas la guerre de voisinage… Heureusement il y a des exceptions. Dans la rue de l’église, ils (les voisins) ont décidé de la célébrer le soir même contrairement à l’année dernière. Les séminaristes qui viennent dans les paroisses de Vanves le week-end, ont invité hier soir à venir passer la fin de l’après midi au séminaire Saint Sulpice à Issy les Moulineaux….  

    Aujourd’hui et demain, c’est au tour de la Paroisse de Saint Remy de fêter le printemps, avec beaucoup d’animations, et notamment une exposition de photos prises par Jacques Marillier, un paroissien, l’artiste qui a refait les peintures murales et Arnaud le photographe de la Mairie. Jacques Marillier avait déjà exposés les photos réalisés sur les clés de voûtes  lors de l’inauguration des travaux de restauration intérieure en janvier 2009 : « Ayant eu alors le privilège de voir de près les peintures murales de Charles PUTOIS et même de prendre des photos depuis l'échafaudage, j'avais constaté combien les personnages représentés gagnaient à être vus de près, d'autant qu'ils sont nombreux (plus d'une centaine) et très variés dans leur attitude et leur regard expressif. J'ai complété ma documentation en me procurant des clichés faits en cours de travaux par l'artiste elle-même, ainsi que ceux réalisés ensuite par le photographe de la Mairie » explique t-il en invitant à venir découvrir toutes ces photos.