Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vanvesauquotidien

  • REACTION D’UN PS PLUTOT HOLLANDAIS A VANVES SUR LA DECISION DE FRANCOIS HOLLANDE DE NE PAS SE REPRESENTER

    L’information politique de la semaine a été bien sûr l’annonce par le président Hollande de ne pas se représenter Jeudi dernier. D’ailleurs certains participants à la réunion publique de quartier des Hauts de Seine à l’école Larmeroux ont suivi pratiquement direct son intervention alors qu’était donné des informations sur le chantier de la gare du Grand Paris Express Fort d’Issy /Vanves/Clamart. Le Blog de Vanves Au Quotidien a sollicité Antonio Dos Santos secrétaire de la section PS de Vanves pour avoir quelques commentaires  de la part de militants socialistes dont une grande majorité sont des « hollandais » et ont toujours soutenu le chef de l’Etat quoi qu’il advienne (comme Jean Cyril Le Goff avec le président Hollande lors d'unevisite du Salon de l'agriculture en 2013) 

    « Le Président de la République vient d'annoncer qu'il renonce à poser sa candidature pour le renouvellement éventuel du mandat confié en 2012. Chacun a pu entendre sa déclaration en direct, grave et digne, toute orientée vers l'intérêt supérieur de la nation et la préservation des idéaux de gauche. A titre personnel je le regrette mais ne suis pas totalement surpris, autant il était invraisemblable d'imposer à un président sortant un passage obligatoire par la case primaires. Pour nombreux militants de Vanves, la surprise est réelle et la déception au rendez-vous, avec des interrogations compréhensibles sur l'avenir immédiat. Ils accusent le coup, un temps de recul permettra à chacun de se repartir...

    Aussitôt l'annonce enregistrée, voilà que ceux qui de la  droite l'ont toujours combattu se réjouissent et même tiennent des propos inconvenants en la circonstance; mais aussi que, ceux de sa majorité qui l'ont par tous les moyens contrarié dans l'action et participé au "Hollande-bashing", s'en réjouissent et désignent de nouvelles cibles. C'est le jeu politique, le temps du recul viendra.

    Dans son propos le président semblait penser qu'il n'était pas en mesure de rassembler la gauche; qui le sera dans le contexte actuel où, à gauche comme ce fut le cas à droite, beaucoup visent davantage à empêcher qu'à choisir ?  Mais la France a toujours besoin, pour les alternances politiques et les choix de société ou pour des oppositions constructives, d'une gauche de gouvernement, progressiste, pragmatique et adaptée aux évolutions du monde. Aux multiples candidats de la primaire à venir de l'avoir à l'esprit, avec sens des responsabilités; aux militants et sympathisants de gauche d'y veiller... notre moyen d'expression sera le vote fin janvier.

    Face aux conservatismes et aux extrémismes qui se dessinent, une gauche responsable continuera assurément d'incarner le progrès et défendra le bilan du quinquennat de François Hollande... à défaut elle pourrait être amoindrie pour longtemps. Beaucoup disent qu'elle est confrontée à un défi de clarification; nous restons confiants qu'elle saura le faire à terme, car le pays en a besoin et les militants aspirent à plus d'unité.

    François Hollande est le président de la République jusqu'au terme de son mandat.Il n'en déplaise à certains, on peut parier que l'intérêt de ses réformes sera reconnu, y compris par une gauche radicale, autant que la hauteur avec laquelle il a fait face aux évènements tragiques  survenus en France et  le courage dans les combats menés contre le terrorisme international »

  • A VANVES, LES PAVILLONS AU COEUR DU DEBAT SUR LA DENSIFICATION DU GRAND PARIS

    La réunion publique du quartier des Hauts de Vanves, Jeudi soir à l’école Larmeroux,  a été quelque peu perturbée lors de la présentation d’un projet de petit immeuble à l’angle des rues Mansart et du Docteur Arnaud face à l’entrée du PMS André Roche lorsqu’a déboulé l’une des  voisines du  projet, prévenue par téléphone de cette présentation dont elle n’avait pas été informée, ni d’ailleurs les autres participants qui n’étaient pas au courant des sujets abordés, comme à l’habitude. Les échanges qui ont tournées au vinaigre, sont tout à fait symptomatiques de ce qui se passe à Vanves actuellement, et devrait toucher plus particulièrement ce quartier du clos Montholon comme en a prévenu le maire, quel que soit la qualité du projet en lui même.

    « C’est le premier projet qui apparaît dans ce quartier du Clos Montholon, et ce ne sûrement pas le dernier ! On a des contraintes d’urbanismes qui empêchent de faire n’importe quoi en matière de hauteur. Là, il s’agit d’une petite opération  mais on en aura d’autres, plus importantes, à l’emplacement de pavillons qui disposent de plus de terrains » a prévenu Bernard Gauducheau après la présentation du projet de résidence de 11 logements (de 3/4 piéces)  par le promoteur L&P Immobilier représenté par M.Lurette et l’architecte Chesnay à l’emplacement d’un pavillon à l’angle des rues Mansart et du Docteur Arnaud : D’après les photos et les plans présentés, sa façade sera constituée d’un jeu de terrasses en espaliers comme si 3 petites maisons avaient été mises l’une sur l’autre, avec d’un côté, un triplex et de l’autre un petit bâtiment rappelant un atelier d’artiste.  Un soin particulier a été apporté aux matériaux. Les travaux seront réalisés entre Septembre 2017 et Janvier 2019.

    « Je suis triste de voir que mon quartier se dégrade ! » déclare alors la voisine de ce futur immeuble qui est arrivée entretemps. « Je ne peux rien faire. Ce sont les propriétaires qui déclenchent l’opération ! Ce n’est pas moi ! » tente de répondre le maire face à cette femme qui lui dit alors « que la propriétaire de ce pavillon l’a prévenu » - « Mais elle m’a informée de rien du tout » assure alors le maire. « Le probléme n’est pas le projet en lui-même, mais ce que je vais vivre pendant deux ans. Lorsque j’ai acheté cette maison, on a dû construire un radier pour stabiliser le sol sur lequel repose la maison. J’espére ne pas voir glisser ma maison dans un trou que je viens justement terminer de payer » a-t-elle alors expliquée face à Pacal Vertanessian, maire ajdoint à l’urbanisme qui constate que dans ce quartier beaucoup de maisons ont peu de fondations. Il est vrai qu’il le connait bien pour avoir habité un des pavillons justement de la rue Mansart. « Ma vie s’est arrêtée lorsque ma voisine m’a prévenu qu’elle avait vendu à un promoteur ! » confie t-elle. « Et bien vous allez la voir et vous lui proposez de racheter son pavillon ! » répond alors le maire. « Densifier ! Densifier ! Mais que va devenir Vanves » commence alors à réagir certains participants à cette réunion         

    Et ils ne sont pas les seuls à réagir comme les Amis de la gare de Vanves/Malakoff qui se déménent actuellement pour préserver de la destruction, ce fameux pavillon du 21 rue René Coche, une petite merveille architecturale de style « Art Nouveau » inspirée de l'école Guimard. « Un projet immobilier (voir la photo) prévoit la démolition de cette maison qui présente une co-visibilité avec le clocher de l'église Saint-Rémy inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Cette maison figure non seulement sur la liste du patrimoine de Vanves dans l'inventaire général des monuments et richesses artistiques des Hauts-de-Seine, mais  aussi dans l'inventaire général du patrimoine culturel d'Ile-de-France. Elle est l'un des derniers témoins des lotissements de la fin du XIXème siècle construits au moment de l'ouverture de la gare de Vanves-Malakoff en 1882. Elle est construite dans le prolongement du vieux centre à la même époque que la reconstruction du clocher de l'église Saint-Rémy daté de 1871 à 1874. Ces édifices (le clocher, la gare, la maison) appartiennent à une même période d'extension urbaine. Ces architectures témoignent de l'élan bâtisseur de nos sociétés au tournant du XXème siècle avec l'arrivée du chemin de fer. Elles constituent aujourd’hui le patrimoine de la ville dont l'église et son clocher restent l'élément repère, dominant les perspectives que l'on ne peut masquer ou anéantir en niant la composition urbaine de l'époque » explique cette association sur son site internet

    Elle appelle d’ailleurs  à signer une pétition contre « l’autorisation donnée par la ville de Vanves pour démolir cet édifice par un promoteur, au détriment de l'histoire de notre quartier et de notre ville » soutenu  par l’association Agir Pour le Plateau: « Même s'il faut bien que chacun voit ses affaires profiter y compris les promoteurs immobiliers et les particuliers qui leur concèdent un bien, il est toujours regrettable qu'un morceau de l'histoire commune, communale, disparaisse. Nous sommes donc émus à l'idée que cet immeuble, témoin de notre Histoire, notre culture,  puisse disparaître ou tellement déformé » indiquent ses responsables en appelant les vanvéens à signer cette pétition . D’ailleurs les Amis de la gare de Vanves Malakoff ont précus de déposer un recours gracieux

  • LA NAVETTE MUNICIPALE PAYANTE A VANVES AU PRIX D’UN TICKET DE BUS +

    Le dossier de la navette municipale a été abordé tant lundi soir à Marceau qu’hier soir à Larmeroux et le sera le 12 Novembre prochain à l’hôtel de ville lors des réunions publiques de quartier. Pour résumer, la ville a pour projet de rendre payant ce service qui était gratuit jusqu’à présent pour de multiples raisons  qui ont été expliquées lors de ces réunions.

    Rappelons que cette navette municipale a été créée en 1983 par Gérard Orillard et qu’elle a été exploitée pendant plus de 20 ans en régie directe jusqu’en 2004. Sa gestion a été reprise en main par GPSO et elle est assurée par un prestataire privé, le groupe SAVAC depuis 2006. En 2010, le STIF (Syndicat des Transports d’Ile de France) a transféré sa compétence (transport local) à GPSO et donc la gestion de cette navette comme de toutes celles qui existent dans les communes de ce Territoire de la Métropole. Elle effectuait trois parcours - Un circuit le matin, un autre en journée et un troisième le soir - avec un fonctionnement réduit au matin, les jours de marché, pendant les vacances. En 2015, GPSO a passé un nouveau marché public en créant un service plus visible et lisible, avec une offre simplifiée et quelques suppressions  : La boucle passant par la rue 4 Septembre pour créer une correspondance et le tramway T2 dont profitaient très peu de vanvéens, le Bd du lycée avec des arrêts peu fréquentés du fait qu’ils sont déjà desservis par les bus 126 et 189, ainsi que les rues du Docteur Delafosse et Aristide Briand remplacé par un passage rue Raymond Marcheron. Trois nouveaux arrêts ont été créé devant le conservatoire de musique, l’Ode, le Commissariat de police avec avenue du Général de Gaulle pour créer une correspondance avec le bus 394.

    « On a ainsi pu réinjecté des kilométres les jours d’été qui n’étaient pas assuré. Les horaires ont été adaptés. De nouveaux poteaux ont été installés aux arrêts » a indiqué Alexis Gatauer qui suit ce dossier à  GPSO en annonçant une surélévation des trottoirs aux arrêts pour rendre plus accessible aux PMR et personnes en fauteuil cette navette qui est assuré depuis plus d’un an par un véhicule électrique à plancher bas. Il a surtout indiqué qu’elle est fréquenté à 75% par les jeunes et les seniors, et des utilisateurs dont 25% possèdent un abonnement (Pass Navigo) et 57% ont l’habitude d’utiliser des tickets et de payer leur transport en commun. C’est pourquoi la ville avec GPSO a décidé de rendre payant la navette en pratiquent la tarification normale de tous les modes de transports existant dans la Région Ile de France avec la possibilité d’utiliser le même ticket lors de correspondances avec des bus, des tramways de la RATP (mais pas le métro) dans une période de 1H30. « Cette tarification permettra de garder les horaires adaptés et de couvrir 18% du coût du service » a-t-il indiqué

    « Tout a un coût. Les chose ne sont plus gratuites. On n’était plus que 3 communes sur 7 de GPSO à avoir une navette gratuite. Ainsi tout le monde sera traité de la même façon ! » a ajouté Bernard Gauducheau le maire en faisant remarqué que « Vanves est l’une des villes les mieux desservie d’Ile de France » et en parlant des projets en cours de réalisation ou d’études : La gare du Grand Paris Express Fort d’Issy/Vanvces/Clamart qui désenclavera le  Clos Montholon, mais aussi le prolongement du bus 58 jusqu’à cette gare, une nouvelle ligne entre Montparnasse jusqu’à la gare du GPE Issy-RER via la gare Fort d’Issy/Vanves/Clamart, sans parler de la mise en place sur la ligne 189 de véhicules articulés pour transporter plus d’usagers notamment aux heures de pointe (du matin).