Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vanvesauquotidien

  • STAGE DE GALLIGRAPHIE CHEZ LES BENEDICTINES DE VANVES : « BIEN ECRIRE ET CREER DU BEAU »

    Le stage de calligraphie organisé par l’association ABC-Calligraphie chez les bénédictines de Vanves prend fin aujourd’hui. Pendant une semaine, 7 personnes venant de tout horizon, une Xavière de Vanves, une sœur d’origine japonaise vivant en Belgique, une autre des Philippines, se sont retrouvés pour s’adonner à la belle écriture, sous la direction de Dominique Davienne (sur la photo entre son épouse et une stagiaire)  : « Kalein graphein en grec, cela veut dire « bien écrire », c’est à dire créer du Beau » explique t-il

    « Nous venons dans un monastère parce que cela se prête bien à la méditation, et que l’on peut participer aux offices, car nous calquons nos heures sur la vie monastique. Mais nous accueillons tout le monde, des pratiquants à des gens loin de l’église ou d’autres églises, de tous les endroits de France. Nous avons démarré à l’abbaye des bénédictines de  Saint Thierry à côté de Reims voilà 11 ans, à raison de 3 stages par an, et cette semaine a été une première à Vanves qui aura des suites » annonce t-il. « Pour ce stage, on part d’un principe basic : tout le monde sait parler, marcher, écrire  etc...mais on ne sait pas nécessairement bien le faire, car cela demande un minimum de connaissances et de préparation. Le but est que chacun puisse écrire quelque chose de beau pour communiquer » explique t-il.

    Ses cinq jours ont été découpés en 3 parties : Ils ont appris le premier jour  à manier le calam, bambou taillé en biseau faisant réservoir qui permet d’écrire. Puis les deux jours suivants, ils se sont appliqués  à écrire et maîtriser un alphabet gothique « en l’occurrence parce que c’est l’un des plus beaux et plus facile à faire, parce qu’il est très mathématique ». Les deux derniers jours, ont été consacrés à la réalisation du « chef d’œuvre » : « c’est à dire l’œuvre du chef, chacun venant avec un texte que l’on met en place, qu’on cale, qu’on mesure, avec des résultats splendides. Chacun avance à son rythme, sa façon de faire. On commence par les brouillons au départ, avant de réaliser le chef d’œuvre, pour bien placer son texte. Je leur dis toujours :  «Prenez le temps, posez bien votre esprit et votre âme pour faire quelque chose de beau et de bien ! » Et les sœurs viendront découvrir les résultats durant cette dernière journée.

    Occasion de rappeler que la calligraphie est ancestrale et très humaine. « A l’arrivée de l’écriture, les bénédictins et autres moines, ont utilisé cette forme d’écriture pour garder un certain nombre de textes royaux, d’édits, de traités, tout d’abord, puis ensuite utiliser tous ces écrits pour pouvoir proclamer devant tout le monde. Au départ, il n’y avait pas de ponctuation, car ils écrivaient au kilomètre sur des rouleaux.  Avec l’arrivée du parchemin, c’était l’idée de proclamer la parole. C’est là qu’est arrivée la ponctuation pour pouvoir scinder les phrases et faire comprendre. Quand on écrivait, il y avait toujours un moine érudit qui connaissait et une vingtaine de scribes qui n’avaient pas tous, la connaissance de la lecture ou de l’écriture. Ils recopiaient, y compris les fautes, ce qui fait qu’on a des écrits absolument splendides mais bourrés de fautes d’orthographes » raconte ce passionné de calligraphie qui habite la Drôme et reviendra à Vanves chez les Bénédictines pour partager sa passion avec d’autres.

  • VANVES ET LA FOIRE DE PARIS : UNE HISTOIRE LIEE GRACE AU PALAIS SUD

    La Foire de Paris ouvrira ses portes demain jusqu’au 8 Mai 2016 pour sa 112éme édition, mais depuis 91 ans dans ce parc des expositions de la porte de Versailles. Occasion de rappeler tout d’abord qu’à l’emplacement du Palais Sud qui fait l’objet de travaux très importants actuellement pour aménager le Paris Center Convention, c’étaient des carrières dont il reste une image avec la fresque dans la salle Henri Darien de l’hôtel de ville de Vanves et le nom  de la rue  du Moulin qui les bordait à l’époque.

    Lorsque le Comité des Expositions de Paris  décide de lui donner un lieu fixe en 1921, elle retient ce lieu à la limite de Paris, Issy les Moulineaux, Vanves et plus particulièrement cet emplacement occupé aujourd’hui par ce palais Sud avec les halls 3 et 4 dans son prolongement. « En un an, on a déblayé 500 000 m3 de terre, assaini le terrain, truffé de trous et de poudrières. Les premiers bâtiments voyaient le jour en 1923. Et la Foire de Paris s’y tenait pour la première fois en 1924. Elle était constituée de stands tout simples, avec des tissus tendus. Le sol était en terre battue. Des panneaux publicitaires étaient suspendus aux poutrelles des hangars et chacun glissait une piécette pour installer le sien plus haut que tous les autres » raconte un historien de la Foire de Paris. Par la suite, l’accueil du concours Lépine en 1929 permettra véritablement de lancer ce grand rendez-vous parisien de printemps. L’entrée monumentale a été construite en 1937 par Louis Hyppolite Boileau et Léon Azéma à la porte de Versailles    

    Edifié pour accueillir la Foire de Paris, ce parc des expositions après la seconde guerre mondiale qui le vit occupé par les militaires, a commencé à accueillir d’autres salons, du cycle, du poids lourds, du cuir, le concours général qui sera inclut  dans le salon de l’agriculture à partir de 1964, le salon de l’automobile dés 1962 avec pour vedette la 406 Peugeot avec deux cabriolets 4 places,  la DS 19 de Citroen… La multiplication de ces salons a conduit la société d’exploitation du Parc des Expositions créée en 1921 pour gérer ce site, à construire ce nouveau hall (n°1)  monumental d’une grandeur exceptionnelle avec une partie centrale de 26 m de haut, 144 m de long et 70 m de large sans point porteur - une prouesse à  l'époque -  sur ce terrain acquis dés 1928. Le Palais Sud de 72 000 m2 a été édifié à la fin des années 60  sur les plans des architectes Gravereaux et Thin reconnus pour leur appartenance au mouvement moderne, pour ouvrir en 1970.

    45 ans plus tard, Viparis (créé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Ile de France avec Unibail-Ramco) qui gère ce pac des expositions lui redonne vie grâce à ce projet de Paris Convention Center sur les plans des architectes Valode & Pistre  dont souhaite profiter Vanves comme ne l’a pas caché son maire, tout au moins ses retombées. Ce qui explique notamment tous ces projets de résidences hôtelières et d’hôtels  qui continuent de voir le jour dans et autour de notre commune, avec par exemple le projet d’extension d’Ibis Budget (dans les locaux d’Albert Gazier à défaut de pouvoir ajouter un étage), une résidence hôtelière à l’angle des  rues Henri Martin et Marcel Yoll… avec les projets de deux hôtels à l’emplacement des halls 6 et 8 le long de l’avenue de la porte de la Plaine et d’un autre en bas de la rue du 4 Septembre.

  • PROJETS IMMOBILIERS A VANVES : LORSQUE LES RIVERAINS NE SE LAISSENT PAS FAIRE

    Voilà prés d’un mois, le blog expliquait comment le maire de Vanves densifiait sa ville à l’insu de son plein gré. Mais certains riverains ne se laissent pas faire comme le Blog le rappelle aujourd’hui.  L’un des premiers quartiers touché par la densification se trouve dans les Hauts de Vanves autour finalement de l’axe tracé par la rue Aristide Briand entre la voie ferrée et la rue Raymond Marcheron, le secteur de la gare et la rue de Châtillon. La particularité des dernières résidences construites, est d’avoir toutes faites l’objet de réunions d’informations et de concertation quelquefois à l’ambiance assez chaude, pour présenter  le projet, le transformer et l’amender, puis expliquer les travaux avant  et pendant les chantiers, en nommant une « sentinelle » c’est à dire un référent servant d’interface entre les riverains et les promoteurs-constructeurs. Ce fut le cas avant les vacances de printemps pour la résidence Niwa de Bouygues Immobilier qui a fait l’objet de deux recours de riverains qui n’ont pas aboutis. Deux exemples ont été édifiants de l’action des riverains, dont une avec même l’aide du maire et de son adjoint à l’urbanisme d’alors Gérard Laubier, pour empêcher ou modifier certains projets.

    Tout d’abord la résidence Tandem construite par Vinci Immobilier : « Cette résidence est l’accomplissement d’un travail de longue haleine initiée en 2008. Il était prévu une résidence hôteliére et on se retrouve avec une résidence d’habitations qui s’intègre bien à son environnement,» constatait le directeur général de Vinci Immobilier Résidentiel lors de son inauguration voilà un an. Il est vrai que le premier projet avait provoqué une levier de bouclier : Une résidence hôteliére de 120 studios était prévu  à l’emplacement d’un ancien CAT (Centre d’Aide par le Travail), d’une usine et d’un vieux pavillon, sur un terrain qui s’étendait entre les  rues R.Marcheron et A.Briand avec une sortie de parking sur cette voie  dont ne voulaient pas  entendre parler les voisins les  plus proches. Il  avait été  abandonnée grâce à la mobilisation des riverains et remplacée par une résidence plus classique et acceptable, moins dense  et beaucoup mieux intégré dans le site pavillonnaire et résidentiel, en jouant sur la déclinivité du terrain sur ses 1700 m2 de surfaces constructibles : 34 logements en accession et 34 places de stationnements, répartis dans un immeuble donnant sur la rue Aristide Briand avec 25 logements répartis dans deux cages d’escaliers, porche d’entrée, et 8 duplex dans l’autre bâtiment derrière  avec des espaces verts en  terre plein, et un accés piéton par l’impasse donnant sur la rue R.Marcheron. « Ce projet montre un apport manifeste (par rapport au précédent) car les riverains se sont battus. Vous vous êtes imposé des contraintes supérieures au PLU. Nous apprécions les efforts faits » avait déclaré l’un des riverains lors d’une réunion de concertation

    Le second concerne le projet d’un immeuble de 22 logements avec un rez-de-chaussée commercial imaginé par l’architecte Archimat et porté par la SARL B3 et le groupe Le Bozec à l’emplacement du garage (voir photo). Le premier projet porté par le promoteur Sofiane avait fait  l’unanimité contre lui pour plusieurs raisons : le projet lui même de 2 immeubles, l’un sur la rue (12 logements en accession) avec 5 étages + comble, et un autre derrière avec 10 logements sociaux donnant sur une ruelle et des espaces verts. Il avait été  jugé trop dense et trop haut à côté de petits pavillons par les riverains qui n’arrivaient pas, lors des réunions de concertations, à avoir les bons plans et renseignements. Mais aussi les conditions de sa réalisation, car dans le même temps, il construisait la résidence étudiante à côté du commissariat dans des conditions déplorables ne respectant pas les régles de l’art,  qui avaient été dénoncées lors d’une réunion publique mémorable où le maire avait pris fait et cause pour les riverains malgré les corrections apportées au 1er projet :  « Je me suis associé aux remarques des riverains. Je préfère faire plaisir à mes administrés qu’aux promoteurs, contrairement à d’autres » avait il déclaré en promettant de s’opposer au permis de construire : « La réputation de votre entreprise est en cause. Nous avons des inquiétudes. C’est la première  fois que l’on voit un chantier réalisé dans de telles conditions » avait constaté le maire. Et il avait tenu parole puisque  ce sont maintenant d’autres professionnels qui se sont associé pour réaliser (enfon) ce projet: l’architecte Archimat,  la SARL B3 et le groupe Le Bozec