Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vanvesauquotidien

  • CANTON DE VANVES/CLAMART : LENDEMAINS D’ELECTIONS DEPARTEMENTALES AVEC EN TOILE DE MIRE LES REGIONALES DE DECEMBRE 2015

    Rentrée départementale pour la nouvelle assemblée élue Dimanche avec 15 anciens et 23 nouveaux dont Isabelle Debré (UMP) et Jean Didier Berger (UMP) qui vont découvrir le fonctionnement de cette assemblée, les us et coutume de l’hôtel départemental.  Le groupe UMP-UDI-DVD qui compte 38 élus sur 46, a désigné, et son candidat qui sera élu,  Patrick Devedjian qui remplie pour son  3éme mandat de président, et son président : Eric Berdoati, maire de Saint Cloud et rapporteur du budget. L’assemblée désignera donc ce matin à partir de 9H30 son président,  ses vice présidents, mais les délégations seront attribuées plus tard, et l’ensemble de la Commission Permanente (CP) qui dans les Hauts de seine, est constitué de tous les conseillers départementaux. C’est là où se prennent les décisions car la CP permet d’individualiser toutes les décisions et délibérations votées en assemblée plénière. Isabelle Debré devrait être élue Vice présidente, comme l’avait été en son temps Bernard Gauducheau (1998-2004) chargé alors de la culture.

    Mais revenons sur les résultats du canton et dans chaque ville, Clamart et Vanves, qui auront sûrement des implications aux Régionales qui vont suivre, et arriver très vite. Valérie Pécresse, tête de liste UMP, a prévu de lancer la campagne des régionales le 11 Avril prochain à Rosny (93).

    Quelques spécialistes de la carte électorale se sont amusés à calquer les résultats de ces élections départementales dans les nouvelles régions qui présagent la victoire de la droite dans 7 régions (sur 13)  dont l’Ile de France à 55%.  Et ils en tirent la leçon que pour des régions comme l’Ile de France, où ce sera difficile, car la situation apparait extrêmement serrée. Ces spécialistes expliquent que la présence partout, au second tour, du FN qui va provoquer des triangulaires, « va pousser les grands blocs à s’entendre »… « Il y aura un enjeu à être uni dés le premier tour !». Il faudra donc privilégier des listes d’union UMP/UDI et notamment en Ile de France. Ce qui devrait largement changer la donne pour tous ceux qui souhaitent se représenter ou se présenter. Tout se jouera à l’aune des promesses et du respect de la parole donnée jusqu’au bulletin déposé dans l’urne dans les élections qui l’ont précédé. D’autant plus qu’il y a beaucoup de candidatures pour être sur la liste du 92 avec tous ceux qui ont laissé leur place à cause du redécoupage cantonal.  Et les vainqueurs de l’élection dans le canton de Vanves/Clamart ont « un métro d’avance ».  Tout d’abord parce que Valérie Pécresse a toujours souhaité avoir un coup de main d’Isabelle Debré qui a vécu l’expérience d’être, en binôme avec Roger Karoutchi, tête de liste dans les Hauts de seine aux élections régionales de 2004. Et que Jean Didier Berger peut apparaître comme un protégé de la chef de file de l’UMP en Ile de France, siégeant à ses côtés à la Commission Permanente du Conseil régional où tout se joue et se décide, et qui lui fait entièrement confiance, étant toujours à ses côtés pour le soutenir (sans état d’âme) comme ce fut le cas lors des dernières échéances électorales à Clamart.  

     « Partout en IDF, les forces de la droite et du centre ont largement progressé. Elles ont été confortées là où elles étaient déjà majoritaires. Grâce à une stratégie d’alliance, elles ont fait le grand chelem dans les Yvelines en remportant 21 cantons sur 21. Elles ont aussi ont très largement renforcé leurs positions dans les Hauts-de-Seine (38 élus sur 46) et dans le Val d’Oise (32 élus sur 42). La droite et le centre ont aussi fait un bond avant et fait tanguer les places fortes historiques de la gauche que sont le Val-de-Marne depuis 1976 (22 élus sur 50) et la Seine-Saint-Denis, à gauche depuis sa création en 1968 (18 élus sur 42) » constatait Valérie Pécresse, chef de file de l’UMP en Ile de France et tête de liste pour les régionales de Décembre 2015 qui se réjouissait de voir deux départements franciliens basculer à droite : En Seine-et-Marne, qui était jusqu’ici dirigée par la gauche, la droite et le centre ont balayé l’ancienne majorité en remportant 19 cantons sur 23. Plus symbolique encore, le fief historique du Premier ministre, l’Essonne, à gauche depuis 1998, est tombé. Il a donné une très large victoire à la droite et au centre avec plus de 70 % des cantons acquis à leurs candidats »… « Au final, c’est à un véritable basculement politique de l’Ile de France qu’on a assisté ce soir puisque la droite et le centre compte désormais 220 conseillers départementaux sur 310 (71 % des élus) contre 143 sur 297 (48 %) auparavant » expliquait elle dimanche soir… avec les régionales en toile de mire.

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    MANIF : La manif contre la fermeture du guichet de vente Grandes Lignes de la gare Vanves/Malakoff n’a pas fait recette. Les militants du syndicat CGT des Cheminots de Paris-Montparnasse et de Versailles avec quelques militants et 2 élus malakoffios étaient les seuls à s’être mobilisés Mardi en fin d’après-midi. Ils sont d’ailleurs resté,  moins d’un quart d’heure,  côté Vanves et ont rejoint l’accès côté Malakoff avec leurs tracts « Pour la défense des guichets SNCF »  et leurs drapeaux « Pour la voie du service public SNCF » : « Cette fermeture comme celle de la gare de Versailles-chantiers et bientôt de Clamart, est la conséquence de la mise en œuvre de la réforme ferroviaire adoptée par le Parlement au début de l’été 2004 qui éclate la société publique SNCF en 3 entités autonomes et qui impose des gains de productivité dans tous les domaines. C’est pour cette raison première que sont fermées des points de vente pourtant utiles à la population, considérés comme insuffisamment rentables » expliquaient ses cégétistes. « C’est moche pour les handicapés et les personnes âgées » ajoutait l’un d’entre eux. « C’est une décision injustifié. Les élus n’ont pas été consulté » ajoutait un autre qui faisait signer une pétition. « Un guichet peut toujours servir » entendait-on. Mais les voyageurs n’en avaient rien à faire pressés de rentrer chez eux.

    NATATION : Vanves est présent aux championnats de France de Natation « qui  ont commencés mardi matin pour les Vanvéens et plutôt de belle manière car 4 nageurs étaient en lisse et les quatre se sont qualifiés pour les finales: Anissa Gitton qui finit 7eme du 100 papillon, Jordan Coelho qui réalise sa meilleure performance sur 50 papillon et finit 6éme, Romane Simonetti qui termine 3ème du 200 4nages, Et Homard Boursac-Cervera qui termine également 3éme» selon Lazreg Benelhadj, président de la section Natation du Stade de Vanves qui parlait « d’une première journée magnifique pour nos Vanvéens. Pour la suite nous attendons encore des finales et des podiums avec en point d'orgue le 200 papillon de Jordan, vendredi. Il doit aller y défendre son titre de champion de France et surtout une qualification pour les championnats du monde à Kazan en Russie ».

  • LENDEMAINS D’ELECTIONS SUR LE CANTON DE VANVES : DEBRE ET BERGER REMETTENT LES PENDULES DE LA MAJORITE UMP/UDI A L’HEURE !

    Cette victoire d’Isabelle Debré et de Jean Didier Berger (UMP) remet les pendules à l’heure au sein de la majorité UMP/UDI et notamment dans l’ancien canton-ville de Vanves.

    Il faut se souvenir qu’en 1980, lorsqu’André Roche (RPR) est décédé et avait été remplacé par Gérard Orillard (RPR) son 1er adjoint, il avait été passé un accord tacite entre RPR et UDF pour se partager la ville-canton, la ville revenant au RPR et  le canton  à l’UDF, non sans quelques tentatives hégémoniques d’un côté comme de l’autre. Ainsi lorsque Roger Aveneau  (UDF) a ainsi remplacé André Roche au Conseil Général où il a été élu en jusqu’en 1998, il avait eu contre lui au 1ertour en 1980, Claude Lemel alors 1er adjoint RPR de G.Orillard. Mais pas aux élections cantonales suivantes de 1986 et de 1992.  La défaite en 1995 de Didier Morin (RPR) qui avait succédé à Gérard Orillard (RPR) décédé des suites d’une longue maladie, en 1991,  avait quelque peu changée la donne.  Bernard Gauducheau (UDF) était devenu,  en quelque sorte,  le leader de l’opposition RPR/UDF, même si Isabelle Debré (RPR) était présent au conseil municipal pour son premier mandat (dans l’opposition) et n’avait pas encore le poids (politique) qu’elle a acquisepar la suite. Il est vrai qu’il était entré au conseil municipal  en 1989 et avait été maire adjoint chargé des écoles et de la Jeunesse de G.Orillard et de D.Morin. En fonction des accords, il  remplaçait Roger Aveneau  (UDF) au Conseil Général  en battant François Bordes (PS) en 1998 et devait laisser le leadership à Isabelle Debré (RPR)  pour les Municipales de 2001.

    Il n’en a rien été puisqu’il a profité de son avantage pour essayer d’imposer une primaire  à Isabelle Debré qui avait reçu l’investiture RPR. Ce qui a  aboutit finalement à la présence de deux listes RPR  et UDF face à  Guy Janvier (PS) qu’il  a réussit à battre en arrivant devant la liste RPR au 1er tour  et en imposant ses conditions aux gaullistes qui n’ont eu droit qu’à 6 élus et 3 maires adjoints dont la place de 1ére maire adjoint au lieu de 2 si Isabelle Debré n’avait pas menacé de se retirer. Elle en garde d’ailleurs un très mauvais souvenir. Ainsi l’UDF obtenait les deux postes de maire et de conseiller général de Vanves, ce que n’avait pas pu faire le RPR. Mais cela n’a duré que 3 ans, car Bernard Gauducheau était battu par Guy Janvier en 2004 puis en 2011 aux élections cantonales,  sans qu’il y ait un candidat  UMP. Aux municipales, il réussissait à imposer une liste unique UMP/NC en 2008 et UMP/UDI en 2014, même si pour cette dernière élection municipale, certains élus et  militants UMP  auraient préférés partir sous leurs couleurs. Entretemps, le maire était élu en 2010 au Conseil Régional et Isabelle Debré  entrait au Sénat en 2004 puis était réélu en 2011 où elle devenait l’une des rares femmes vice présidente de la haute Assemblée lors de son renouvellement en Septembre 2014.

    Du coup durant l’automne 2014,  Isabelle Debré,  sollicitée par Patrick Devedjian président du Conseil Général, alors que le maire de Vanves était indécis sur le fait d’y aller de nouveau ou de privilégier finalement  les régionales, pour faire équipe avec JD Berger (qui souhaitait se présenter)  sur ce nouveau canton de Clamart/Vanves et transformer l’essai en le ramenant dans la majorité départementale. Ce qui a été réalisé dimanche dernier. Ainsi la majorité UMP/UDI revient à un équilibre plus normal, même si cela a fait grincer des dents du côté centriste, avec un maire UDI et une conseillère général UMP, comme dans les années 80 et 90 mais à l’inverse. Et cet équilibre est un bien commun à la majorité qui lui a toujours permis de diriger cette ville à l’image de la majorité départementale gaulliste/centriste qui gére ce département depuis 50 ans.

    A Suivre : Les élections régionales en toile de mire