Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vanvesauquotidien - Page 3

  • LA LICRA VANVES RECOMPENSE LE TRAVAIL DE MEMOIRE DES COLLEGIENS DE SAINT EXUPERY

    Lors de sa 34e Assemblée Générale, mardi dernier, la section Licra de Vanves a remis le prix «Mémoire»  attribué à 19 élèves de 3éme du collège Saint Exupery pour avoir décrit avec des mots empreints de justesse et de sensibilité ce qu’ils ont retenu des témoignages des rescapés des camps nazis en Février 2018 lors des «Rencontres de la Mémoire», dont le prix d’honneur à Rokia Pericard, pour sa chanson « Exil » qu’elle a composé.  

    Monique Abecassis a lu chacun de leur texte très émouvant, sur fond de photos sur ses rencontres. Deux rescapés des camps qui les ont marqués. Preuve que ces témoins ont laissé des traces chez ces 3000 jeunes qui ont participé au fil du temps à ces rencontres comme le notait sa présidente, heureuse d’annoncer que des professeurs du lycée Michelet l’ont sollicité pour organiser de telles rencontres pour les éléves de 1ére. «Ces rencontres de la mémoire sont un témoignage vivant de leur programme d’histoire. C’est un devoir pour ces témoins de parler et d’expliquer comment sont morts des millions de femmes et d’hommes parce qu’ils étaient juifs, tziganes. D’autant plus à l’heure où notre jeunesse voit comme nous, cette montée du nationalisme dans certains pays, il est nécessaire de perpétuer cette mémoire !»

    Comme chaque année, la présidence de la Licra Vanves a dressé un état des lieux en constatant une baisse de 16% des actes racistes mais une augmentation de 26% des actes violents. Si les atteintes aux sépultures sont en baisse, 22% concernent encore des tombes juives. Sur Internet, les insultes et les menaces restent impunis. On peut penser que cette violence verbale suscite un passage à l’acte. Sans compter cette vidéo du rappeur « Mort aux blancs ! » sur Internet. Isabelle Debré Vice présidente de l'Enfance Bleue s'est inquiété justement des réseaux sociaux contre lesquels il faut lutter contre sans complaisance.  A Vanves, les événements marquants en dehors des cérémonies du souvenirs, des rencontres de la mémoire a été l’inauguration de la promenade Simone Veil sous le soleil, la plantation de  l’arbre de la liberté, sous la pluie, ce qui lui a permis de conclure : « Que le Vivre Ensemble s’épanouisse comme cet arbre ». D’ailleurs, comme l’a exprimé le maire, « on n’a pas à déplorer de tels débordements à Vanves ! – Il y en a eu ! Mais c’est dans le Vivre ensemble qu’on peut agir. Et où on est attendu justement pour les éviter » a-t-il expliqué en prenant l’exempe de ce CLPD mis en place par son prédécesseur Guy Janvier, présent, qui permet d’échanger sur les difficultés identifiés par tous les acteurs locaux de la sécurité et de la prévention. Tout en annonçant que Vanves pourrait s’inscrire au concours national Halimi avec ses établissements scolaires.

  • RODEOS SAUVAGES A VANVES : UNE AFFAIRE DE POLICE…NATIONALE

    «Cet été, le temps des rodéos sauvages est revenu à Vanves : moteurs résonnant dans tout le quartier, figures acrobatiques en début de soirée.  Les riverains du quartier du Plateau étaient exaspérés, fatigués par le vrombissement des motos et quads lancés à pleine vitesse rue Jean Jaurès, rue Sadi Carnot au risque de blesser grièvement des piétons. A cela s'ajoutait des agressions verbales à l'encontre de Vanvéens qui osaient s'opposer aux motards» a constaté Valérie Mathey (PS) alors que le 26 juillet dernier, le Sénat a adopté la proposition de loi de l'Assemblée Nationale renforçant l'arsenal législatif permettant de lutter plus efficacement contre les rodéos motorisés. « Pouvez-vous nous dire, Monsieur le Maire, dans quelles mesures, la police municipale et vous, pouvez intervenir  sur ce type d'incivilités  puisque la police nationale ne se déplace pas  pour ce type d'infraction ?» a-t-elle demandé lors du conseil municipal de mercredi dernier dans le cadre des questions orales

    «Cette pratique des rodéos sauvages en deux roues est effectivement en recrudescence dans la plupart des Communes situées en agglomération urbaine. Les forces de police ont ainsi relevé 8 700 faits de ce genre en 2017, soit une hausse de + de 20 % en un an. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’incivilités comme vous le mentionnez mais de véritables délits puisque c’est effectivement ainsi que les caractérise la loi 2018-701 du 03 août dernier qui tente de donner de nouveaux moyens juridiques pour lutter contre ces pratiques. Malheureusement si l’octroi d’un arsenal juridique représente bien un progrès il reste lettre morte s’il ne s’accompagne pas d’une réelle volonté d’accorder les effectifs policiers pour le faire appliquer. Vous soulignez que la Police Nationale ne se déplace pas pour ce type de fait ce qui n’est pas exact car lorsqu’ils disposent de fonctionnaires en nombre suffisant les forces de l’ordre interviennent» a répondu Marie François Goloubtzoff, adjointe au maire à la Sécurité. «Depuis le vote de la loi, les agents du commissariat de Vanves-Malakoff ont ainsi saisi une mini moto, comme la loi le leur permet et son utilisateur fait l’objet de poursuites. Toutefois, il convient pour les policiers de rester très vigilants car face à ce phénomène, les forces de l’ordre savent que l’interpellation des auteurs en flagrant délit est très délicate : ils risquent une course poursuite qui peut malheureusement mener à un accident. C’est la raison pour laquelle, les interventions pour contrer les rodéos sauvages mobilisent des effectifs importants et ceux du commissariat de Vanves-Malakoff sont aujourd’hui loin d’être suffisants » a-t-elle reconnu.

    Occasion de rappeler que le Maire s’élève depuis des années contre la baisse régulière du nombre de postes pourvus dans la  circonscription de police de Vanves/Malakoff. «La dernière intervention auprès du Préfet de Police date de juin dernier mais elle n’a donné lieu à aucune mesure concrète. Bien au contraire, le commissariat de Vanves-Malakoff a commencé la rentrée avec un effectif inférieur d’un tiers à ce qu’il était il y a quelques années. La Police Municipale ne peut s’engager dans une action globale de lutte contre les rodéos sauvages puisque cela relève des prérogatives de l’Etat. Nous allons toutefois mettre le maximum de moyens à disposition des forces de l’ordre et l’extension de notre système de vidéo-surveillance en fait partie tout comme notre projet de vidéo-verbalisation. Notre investissement en hommes et en moyens ne peut malheureusement pas dépasser certaines limites car il se traduit automatiquement par des charges supplémentaires pour les contribuables. Il y a bien évidemment la limite financière mais aussi une autre limite que nous ne souhaitons pas franchir : celle des fonctions régaliennes liées à la sécurité qui sont et doivent rester le domaine de l’Etat ».

  • UN CONSEIL MUNICIPAL DE RENTREE A VANVES MARQUEE PAR DES VOTES ET DES POSITIONS ETONNANTES

    Le Conseil Municipal de Vanves a effectué sa Rentrée, Mercredi soir avec 17 délibérations inscrites à l’ordre du jour, examinées en 3H avec 2 questions orales (sur la poste encore, et les rodéos sauvages de l’été) et 2 communications  (sur les terrains synthétiques du PMS A.Roche qui font l’objet d’une analyse qui sera remis fin Octobre, et  les émigrés séjournant à Vanves, au nombre de 42 répartis dans 11 logements et de 21 assignés à résidence) sans débat, avec une scène cocasse lorsque Boris Amoroz  (FG/PC) a déclaré, à propos de la mise en place d’une indemnité kilométrique pour le personnel communal : « Le maire de Vanves va, pour une fois, dans le von sens ! ». Il a été applaudi par l’ensemble de l’assemblée municipale. Seule ombre au tableau : Une sono déplorable, rendant souvent les propos inaudibles, sans compter les effets d’arcénes. Mais il paraît qu’un nouveau matériel est prévu pour le prochain conseil municipal du 12 Décembre

    Il a été marqué par des votes et des positions étonantes de la part tant de la majorité que de l’opposition : Le maire a ainsi fait voter un avis négatif sur le PMHH (Plan Métropolitain del’habitat et de l’hébergement) qui donne les objectifs pour chaque interco et ville de la Métropole du Grand Paris, en matière de construction de logements (87 logements neufs  et 24 logements sociaux neufs par an) et d’ouverture de places d’hébergement (37 par an). En mettant en avant que «ce projet ne prévoit pas d’études foncières qui auraient permis d’évaluer plus précisément la capacité de Vanves à accueillir de nouveaux logements ».  Alors que le maire de Vanves (UDI) avec l’ensemble des élus de GPSO ont voté un avis favorable, comme l’a fait remarquer Jean Cyril Le Goff (LREM) à qui lors du conseil de GPSO s’est vu répondre « on peut changer d’avis ». Occasion d’un échange assez vif entre Anne Laure Mondon (PS) qui expliquait que «les importantes constructions en cours sur la ville, en fait la 12éme ville  la plus dense de France, et  provoquaient la disparition d'espaces verts» , et le maire qui a répliqué : « Vous êtes mal placée pour en parler vous qui habitez un immeuble de 20 étages ! »

    Le groupe PS a rappelé sa ferme opposition à la fermeture de l’espace santé jeunes et sa mutualisation avec le centre de planification et d’éducation familiale d’Issy les Moulineaux. Anne Laure Mondon (PS) remettait en cause les raisons invoqués (dysfonctionements, difficultés de recrutement, baisse de la fréquentation) et le manque d’informations et de communications. «Nous refuserons toujours que des services de proximité constituent une variable d'ajustement financière !» Des arguments réfutés par Sandrine Bourg (LR) maire adjointe : «Une communication a été prévue vers les scolaires, des visites ont été organisées pour faire connaître les lieux. A aucun moment, il a été question de supprimer  cet espace santé mais de le déplacer pour des services plus efficaces » en parlant d’une économie de 100 000 € pour la ville et en regrettant la campagne de désinformation sur les réseaux sociaux du PS. « Vous avez choisi un mauvais combat car on a une responsabilité dans ce domaine » a conclut le maire.