Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vanvesauquotidien - Page 3

  • L’EFFET GARE DU GRAND PARIS EXPRESS A VANVES

    A l’occasion de sa rencontre de conjoncturelle trimestrielle sur le marché foncier et immobilier, la semaine dernière, l’ORF (Observatoire Régional du Foncier) a consacré une table ronde sur «l’effet gares du Grand Paris Express» que connait Vanves, en tous les cas du côté du clos Montholon, en dehors d’une certaine attractivité dû au prix du marché immobilier. L’ORF a enregistrée pour l’ensemble des gares du GPE dans un rayon de 800 m,  2052 transactions (-5% par rapport à 2016), portant sur 250 ha (-18%) pour un volume financier global de 3,5 milliards d’euros. Autour de la gare du fort d’Issy/Vanves/Clamart sur ses 4 villes villes avec Malakoff, une vingtaine de transactions ont été effectués en 2018.

    «Ces secteurs autour des gares sont regardés de très prés par les promoteurs et gestionnaires de biens, notamment les gares du GPE qui devient un argument de vente. Les promoteurs doivent anticiper car une opération, entre le montage du dossier et la construction elle-même, prend entre 2 à 5 ans. Alors quel’acquéreur, commence à voir l’effet d’une nouvelle gare dans l’année précédente son ouverture, mais pas plus longtemps à l’avance» expliquait l’un d’entre eux qui indiquait que les gares d’interconnexions et les nouvelles gares dans les communes recherchées comme Issy les Moulineaux, Boulogne, Villejuif… étaient attractives, créant des tensions sur le marché du foncier.

    Du côté des communes, deux réactions apparaissent : Libérale en laissant faire, comme c’est le cas à Vanves où la municipalité n’intervient pas, veillant simplement au stricte respect du PLU. Le maire a toujours expliqué qu’il n’avait pas à s’immiscer dans les relations propriétaires (de pavillons) et promoteurs. Et il certain que beaucoup ont été sollicité, si ce n’est harcelé. D’autres villes sont interventionnistes pour réguler comme à Malakoff et à Bagneux où les promoteurs se sont bousculés dans les bureaux des maireset de leurs adjoints chargés de l’urbanisme. Bagneux a mis en place une charte promoteur qui a permis de mettre un cadre en place pour luttercontre les nuisances des chantiers de construction avec des régler à respecter…

    «L’enjeu de ce qui se passe en petite couronne est important. Quand on laisse faire le marché, les prix augmentent. C’est pourquoi, il faut être en maîtrise» expliquait un élu en reconnaissant «qu’on est dans un laps de temps historique, pour savoir quel type de métropole, on veut construire. Or, on constate qu’une grande partie de ses habitants veulent quitter la région parisienne. Or cette ligne 15 comme toutes les autres lignes du GPE devraient leur permettre de mieux se déplacer et donc de mieux vivre dans cette métropole. Mais s’il n’y a pas d’interventionniste autour des gares, qui va pouvoir vivre dans ces quartiers qui se transforment. Car leur habitant cherche des logements moins chers une meilleure qualité de vie, avec des espaces verts, des écoles, des commerces, des équipements sportifs et culturels… et pas seulement des logements»

  • LES RESULTATS SPORTIFS DU WEEK-END A VANVES

    EXPOGRAPH VANVES EN COUPE D’ILE DE FRANCE ENTREPRISE CONTRE ORLY  .

    Ses joueurs avaient des fourmis dans les jambes, samedi dernier, à Vanves..selon Jean Royer, co-président d’Expograph Vanves : « Privés depuis 3 semaines de match officiel,les joueurs de Vanves se sont lancés sur le rectangle vert en commençant, timidement le match,puis au bout d’un quart d’heure de jeu en marquant 3 buts en 5 minutes : un pénalty, un tir lobé de 25 mètres et un 3éme but dans la foulée par Johann de Blaise qui reçu un cadeau de l’arriere central dans les pieds aussitôt transformé en un tir magistral en pleine lucarne à gauche du gardien.3/0 en 20 minutes puis 4/0 à la 41e minute suite à une passe sur le côté droit de Fred Gleze pour Johann De Blaise ,encore lui, qui centre au 2 e poteau repris de la pointe du pied par Mickael Adouan,qui arrivait lancé». Mi-temps 4/0 «La reprise, un peu molle,verra quand même nos joueurs s’énerver et scorer par 3 fois encore et profiter du lâcher prise des joueurs d’Orly: 5/0 tir de Mickael Audouan des 25 mètres. 6/0 but de Salam Sy autour d’une cavalcade de 60 mètres et d’un tir décroisé au 2 e poteau laissant le gardien médusé. 7/0 enfin suite à un exploit individuel de Johann DeBlaise en verve hier(il ajoutait quand même à la fin du match en avoir ´plein les pattes par manque de compétition)Heureusement ! Qu’est ce que cela aurait été autrement ! » Samedi à 16H30 au PMS A Roche, ce sera une autre histoire avec la réception des champions de France Best Training (anciennement ASPTT Chambourcy)

     

    STADE DE VANVES : DEFAITE FACE A LA COLOMBIENNE 1 à 0.

    «Sans une erreur défensive de notre gardien, je pense que le match nul était à notre portée contre une équipe classée troisième en championnat départemental 1. Le match s'est déroulé dans des conditions climatiques compliquées, vent violent et pluie» a constaté Jean Claude Vignal, président de la Section Football. «Chaque semaine le commentaire est le même , problèmes récurrents d'une défense sous pression et une attaque inefficace. Restons optimiste, il suffit de gagner 2 matchs pour se sortir de la zone de relégation. Dimanche déplacement à Neuilly où il faut revenir avec les 3 points»

  • L’EVENEMENT DU JOUR A VANVES : HOMMAGE A LA DOYENNE DE 110 ANS

    Une cérémonie religieuse s’est déroulée à Saint Remy, hier matin, en présence de nombreux vanvéens, pour les obséques de Jeanne Augier, la doyenne de Vanves, décédé à l’âge de 110 ans. Surtout des habitants du Centre Ancien où elle a vécu plus de 65 ans, dans cet immeuble de la rue de l’Eglise au dessus de la pharmacie (sur la photo), construit par l’un des fréres Marme. «C’est une première dans ma vie sacerdotale» a reconnu le pére Bouleau qui a célébré une messe pleine d’empathie et d’humanité. «Un âge qu’elle avait souhaitée atteindre » parait il. «Un pur produit du territoire berrichon, discréte, toujours le mot juste pour exprimer ses sentiments » selon un proche. « Une femme très distinguée qui a longtemps travaillé dans la haute couture » selon l’une des anciennes commerçants chez qui elle avait l’habitude d’aller faire ses courses dans ce centre ancien qui lui a ainsi rendu hommage avant d'être enterrée au cimetière de Bagneux