Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vanvesauquotidien - Page 3

  • BERTRAND AUVILLE CURE DE VANVES ET NOTRE DAME : «C’est dramatique mais pas tragique. car pour les Chrétiens, l’Eglise, ce sont des pierres vivantes !

     «Ce qui m’a frappé le plus, c'est l’image vue du ciel de la croix rougie que forment le transept et la nef qui étaient en feu dans la nuit noire. Comme chrétien, la croix est le signe du don total de Dieu qui demeurera quoi qu’il se passe. Alors, la pierre elle se remplace, mais l’émotion qui nous a personnellement saisis et qui a fait le tour du monde de manière incroyable dit quelque chose d’un attachement des hommes à une transcendance, à un amour diront certains, surtout quand la société est éprouvée, chez nous par des difficultés sociales graves, en d’autres lieux par des guerres et des profondes injustices» expliquait un Evêque français de l‘Est de la France à la veille de ce week-end de Pâques en découvrant cette photo pris par un drome qui ne laisse pas indifférents. Peut être plus que la photo de cette croix au fond de la cathédrale debout dans les gravats comme une espérance de jours meilleurs, qu’ont retenu et publié certains internautes vanvéens,  

    C’est donc à un week-end de Pâques particulier et même une semaine sainte déjà bien entamée que vivent les vanvéens comme tous les parisiens. Tous se rappelleront ce qu’ils faisaient lors cette soirée : « Je l’ai appris par un texto « horreur ! Notre dame brûle ! Allume la TV ». J’ai découvert alors des images saissisantes, des souvenirs de temps forts télévisuels me revenant comme l’apparition de l’image de F.Mitterrand en mosaïque, l’attentat de Jean Paul II au Vatican, les town tower. C’était un peu pareil ! De la sidération ! On n’y croit pas !La fléche qui tombe. Les tours de NotreDame qui ne tombent pas.. Le courage des Sapeurs Pompiers de Paris. Après un rapide dîner chez des amis, de retour chez moi, j’ai ré-allumé la TV. Des journalistes m’ont appelé » témoignait Bertrand Auville curé de Vanves.

    «Ce drame a donné lieu, avant les polémiques, à des réactions sincéres, à une émotion non feinte, des paroles pleines de bon sens notamment du chef de l’Etat, d’Anne Hidalgo… Ce n’est pas un incendie comme un autre. Il a donné lieu à un élan national. «Et la France se souvint qu’elle était chrétienne» a écrit dans le Figaro 17 Avril, notre Evêque, Mgr Rougié. J’ai reçu des témoignages, notamment du prêtre orthodoxe de Vanves « bien triste de ce qui se passe ! », qui rappellent que l’Eglise est universelle. Notre Dame est un lieu de culte qui appartient au patrimoine national. C’est dramatique, mais pas tragique. Notre Dame a connu des moments heureux (La libération de Paris), de deuils nationaux (hommage aux victimes des attentats)… mais ce n’est pas tragique, parce que ce qui compte, c’est qu’ils n’y aient pas de morts. Pour nous Chrétiens, l’Eglise est une architecture, des œuvres d’arts…Mais c’est aussi des pierres vivantes ! »

    Pas question d’en faire une tragédie pour le curé de Vanves notamment depuis que Jeudi, les cérémonies marquant cette grande semaine sainte de la Passion et de la Résurrection du Christ, se déroulent. «J’en dirai un mot dans les homélies. J’ai mis dans le Sel et Lumière la priére à Marie de Paul Claudel plutôt que signer  un éditorial. La vie chrétienne continue avec cet événement. Des vanvéens, plus âgées, ne disaient ces jours-ci qu’ils ne reverraient jamais plus  Notre Dame comme ils l’ont connu ». Peut être que des vanvéens mettront une lumière à la fenêtre de leur domicile dans la nuit de Samedi à Dimanche comme l’a invité à le faire Mgr Aupetit Archevêque de Paris qui a répondu à cette question que se posent certains vanvéens : »Qu’est-ce que le Seigneur veut nous dire à travers  cette épreuve ? »  intervenue alors que les chrétiens entraient dans cette semaine Sainte :  «Nous avons perdu la beauté de l’écrin, mais nous n’avons pas perdu le bijou qu’elle contenait : Le Christ présent dans sa Parole et dans son corps livré pour nous » 

  • AVEC L’ARRIVEE DU 59 A VANVES LE 20 AVRIL, C’EST TOUT LE RESEAU DE BUS PARISIEN QUI CHANGE

    La nouvelle ligne 59 qui dessert Vanves  - Elle a été inauguré par une conférence de presse de la RATP et Ile de France Mobilités mardi dernier mais le sera  aussi  samedi matin par les élus de Vanves qu’a invité le Maire par mail - fait partie des 5 nouvelles lignes créées à l’occasion de la restructuration du réseau de bus parisiens qui entre en vigueur Samedi matin, avec une cinquantaine de modifications et prolongement de lignes, avec la création de 287 nouveaux arrêts de bus et 4000 points d’arrêts impactés, de nouveaux couloirs de bus pour améliorer la vitesse commercial et rendre attractif les bus. Il n’avait pas évoluée depuis 70 an. Il était devenu nécessaire de rééquilibrer le réseau à Paris et en petite couronne, desservir des quartiers qui ont évolués démographiquement et développés sur le plan urbain aux franges de la capitale, en multipliant les liaisons avec la banlieue, alors que les bus parisiens s’arrêtaient aux portes de la capitale, et notamment les gares du Grand Paris Express comme ce sera le cas avec la gare du Fort d’Issy/Vanves/Clamart avec le ligne 59. Il a fallu 3 ans d’une large concertation avec les associations d’usagers, le grand public et les collectivités locales avec 21 réunions publiques, 57 Cahiers d’Acteurs, 2000 avis de voyageurs»

    Rappelons que ce réseau de bus parisien a été conçu durant l’après-guerre, de 1945 à 1951, pour remplacer l’ancien réseau de tramway, dont la circulation s’était arrêtée en 1938. Il a été pensé comme complémentaire du plan métro de 1948, afin de desservir les quartiers non couverts par le réseau souterrain, mais aussi en «superposition» du métro sur les axes majeurs, afin de permettre aux voyageurs qui ne prenaient pas le métro de rallier les pôles principaux. La numérotation des lignes parisiennes reflète d’ailleurs cette conception commune. Ainsi, les numéros 1 à 19 étaient réservés aux lignes de métro, et les lignes 20 à 99 aux lignes de bus parisiennes. Pour les lignes qui desservent la banlieue, la numérotation passe à trois chiffres. Les numéros des lignes de bus parisiennes dépendent de l’itinéraire du bus. Le chiffre des dizaines indique l’origine des lignes dans Paris, et le chiffre des unités indique la destination aux portes de Paris. Par exemple, la ligne 38 relie la Gare du Nord (3) à la Porte d’Orléans (8). Ces dernières années, l’offre de bus a augmenté dans Paris, avec une hausse du nombre de bus circulant en heures de pointe et en heures creuses, une extension des horaires, la création de services de soirée et de week-end, pour accompagner l’évolution des modes de vie. Cependant, depuis les années 1950, la structure du réseau n’avait que très peu évolué : le nombre de lignes était resté presque constant, et seuls quelques prolongements ou légères modifications d’itinéraire ont eu lieu. Pourtant, en parallèle, la démographie parisienne avait changé : c’est ce qui a expliqué le besoin de réorganisation du réseau.qui entre en vigueur ce week-end de Pâques

  • L’IRE DE L’EX-DEPUTE DE VANVES EST DE PIRE EN PIRE VIS-A-VIS DU MINISTRE ET DE LA DEPUTE DE LA 10e CIRCONSCRIPTION

    Après avoir fait capoter le projet de l’école hôtellière Ferrandi de la CCI Paris Ile de France accolé à l’hôtel Accor prévu d’être construit face à l’hôpital Suisse, parce que ses responsables avait reçu le jeune député Attal (En photo dans Paris Match de cette semaine avec le nouvel uniforme des jeunes qui feront le Service Universel National)  pour le lui présenter, cette fois, l’ex-député de la 10e circonscription  a de nouveau frappé : A L’occasion du 30e anniversaire du jumelage d’Issy lres Moulineaux et Etchmiadzine (Arménie), il a refusé un portrait-interview dans le magazine France-Arménie et d’apparaitre ainsi à côté du jeune secrétaire d’Etat à la Jeunesse.

    La Rédaction dans un article intitué « Nous nous devions de vous dire » explique : « Le 1er Mars, le Cabinet de M .Santini contacte France Arménie pour s’étonner de la présence de M.Attal dans ce numéro, nous demandant de faire un choix entre le maire d’Issy les Moulineaux et le député de la circonscription, devenu en Octobre dernier, Secrétaire d’Eat à l’Education nationale. Nous avons écouté les arguments de M.Santini. Nous lui avons indiqué de France arménie n’avait pas à prendre position, et que notre magazine donnait la parole à tous les courants républicains dés qu’il sagit de parler de leurs engagement de l’Arménie, des Arméniens ou des concitoyens français d’origine arménienne. Nous avons également fait remarquer qu’il s’agissait de la liberté de la presse que de pouvoir librement fixer le contenu de son média » écrit la rédaction en faisant état d’un  mail reçu le 7 Mars indiquant qu’André Santini lui demandait de retirer sa participation à ce numéro et qu’il annulait, par là même, la publicité prévue par la mairie d’Issy les Moulineaux. «Nous ne pouvons que regretter ce choix que nous sommes contraint de respecter. Cela ne remet en cause l’estime que nous avons pour l’action accomplie par M.Santini à Issy les Moulineaux et celle en faveur de l’Arménie et des arméniens ».  Rappelons qu’il avait déjà menacé les associations isséennes arméniennes de leur couper les vivres si elles continuaient à inviter le jeune député LREM.à leurs manifestations.

    Ce n’est guére mieux  pour Florence Provendier qui a remplacé Gabriel Attal au Palais Bourbon. A l’occasion d’une question orale concernant l’organisation du grand débat national posé par le groupe PS au conseil municipal du 7 Février 2019, le maire d’issy les moulineaux a rajouté ce commentaire après la réponse de ses adjoints : «Au passage, nous avons, paraît-il, une députée sortie comme le champignon à l’automne et qui doit justifier son action, sa paie, etc. Elle a un petit problème : les gens qui lui écrivent ne reçoivent pas de réponse ! Je lui ai donc envoyé une lettre un peu sévère en disant : « vous avez tant de collaborateurs ». Je n'ai pas dit que c'étaient des emplois fictifs…Il ne faudrait pas… On a déjà Benella sur la Ville, on ne va pas en rajouter d'autres au troupeau ! Benella commence à poser des problèmes ! On me dit qu'il en est maintenant à contaminer Matignon ! Alors, là… Putain ! Je ne sais pas où cela va se terminer cette histoire ! Dans un lac en Bavière, vous allez voir ! Donc Mme Machin a donc écrit pour dire « il me faudrait une salle ». Je lui ai répondu : « Madame, on ne vous donnera pas de salle spécialement puisqu'on met l’Auditorium à disposition, c'est quand même mieux ! » Elle n'était pas contente. Elle a donc loué l'hôtel Ibis ! C’est bien… Mais ce qui est embêtant, c'est qu'elle a raconté qu'elle avait loué l'hôtel Ibis et que je lui ai envoyé la commission d'hygiène ! Je ne lui ai jamais envoyé la commission d’hygiène ! Elle dérape complètement. Donc je lui ai demandé de confirmer qu'elle avait dit ça ou qu’elle ne l’avait pas dit ! Mais on a affaire à une joyeuse bande. À chaque fois qu'ils me posent des questions, je leur dis « vous savez, Louis XVI, avant de mourir, il a dit "a-t-on des nouvelles de M. de La Pérouse ?" » Moi j’ai dit : avez-vous des nouvelles de M. Benalla ? Voilà avec qui on discute ! Je lui ai dit : « Madame commencez par répondre aux courriers, c’est le minimum de politesse. » Ils veulent tout faire. Elle a été au lycée l’autre jour. Bilan : lycée en grève pour 15 jours. Un succès ! Le Cornu est venu au transfo de Farman. Bilan : incendie du transfo et la gare Montparnasse en rideau. Je leur ai dit : « écoutez, les petits chéris, restez chez vous ». Edifiant