Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

prieuré saint bathilde

  • LE DERNIER OUVRAGE DE SŒUR MARIE MADELEINE CASEAU : «VIVRE LE NOTRE PERE»

    Sœur Marie Madeleine Caseau, présidente de la Congrégation des Bénédictines de Sainte Bathilde et Prieure de Vanves a présenté et dédicacé son nouveau livre : « Vivre le Notre Père »  jeudi dernier.  

    «La prière du Fils est notre trésor. Comment passer à côté sans la laisser murmurer sa saveur, sans en recevoir son essence, sans en goûter sa ferveur ? Jésus a livré son testament en partageant les mots de son coeur à coeur avec le Père » explique t-elle. En fille, en héritière, en cohéritière de l’amour de Dieu, elle tente d’ouvrir des sillons et de les creuser, « chemin faisant», au gré de la lectio et des résonances liturgiques. « Chaque demande du Notre Père est visitée à l'école de la vie fraternelle reçue comme un laboratoire, une prophétie, une promesse. Chacun est invité à aller comme il est, là où il est, en cordée, à la rencontre du Père. Tous appelés au bonheur de devenir fils, filles, frères et soeurs universels non en récitant une prière, mais en vivant le Notre Père » explique t-elle.

    Elle a déjà publiée trois autres livres : «Qui que tu sois – Au fil des jours avec Saint Benoit» en 2015 véritable comentaire de la régle de St Benoit, «Vivre en majuscule – Si tu savais le don de Dieu» en 2017 qui invite chacun à vivre de la parole, tout simplement en lisant les textes bibliques de la liturgie du jour une fois au cœur de la semaine, «Braises de Réssurection» où elle  propose un chemin d’écoute, de silence, de méditation à partir des récits des apparitions du Ressuscité. Un vrai chemin initiatique simple, peu exigeant : dix minutes chaque matin, livre en mains, assis avec soi-même, qui est ainsi balisé, pour chercheur assoiffé…. Ce qui est peit paraîte incroyable alors qu’elle préside cette congrégation, l’anime comme prieure de Vanves, voyage aussi. Elle a été, pendant plusieurs années, responsable des Oblats et hôtelière au Prieuré de SaintThierry (Reims). Elle a ainsi accompagné de nombreux laïcs dans leur quête de Dieu et a pu réaliser la nécessité de donner à chacun des outils pour qu'il trouve son chemin de vie et de bonheur et y persévère. Conduire au Christ et rendre libres sous le regard de Dieu ont été ses seules convictions profondes notent ceux qui la connaissent bien

  • LES BENEDICTINES DE VANVES BRANCHEES AVEC LES MONASTERES DU MONDE ENTIER

    Beaucoup de monde imaginent que les sœurs bénédictines de Vanves vivent en vase clos dans leur monastère Saint Bathilde, avec des journées entières consacrées à la priére et à la réflexion spirituelle, retirées du monde. Rien de plus faux, car non seulement, elles accueillent des soeurs du monde entier venus étudier à Paris, mais elles sont en lien avec un certain nombre de monastéres (bénédictins) implantés dans tous les continent. Elle accueille non seulement l’Alliance Inter-Monastére (IAM) présidée par le pére Jean Pierre Longeat (sur la photo à droite), mais aussi les Amis des Monastères à travers le Monde (AMTM) présidée par un laic, Bernard de Mas Latrie. Cette association a un rôle important car son but est de recueillir des dons pour financer des projets concernant ses monastère que l’AIM fédére. Elle tenait d’ailleurs son assemblée générale dimanche dernier dans la grande salle Saint Jean du séminaire entièrement rénovée

    Occasion de découvrir cette association qui célébrera ses cinquante ans en Octobre prochain. Elle récolte surtout des dons grâce à des campagnes de communication, notamment avec ses 4 lettres annuelles envoyées dans de nombreux pays européens, en plusieurs langues,  et son site Internet qui présentent ces projets qui tournent autour de deux grands thèmes : le quotidien des moines afin d’améliorer leur condition de vie, de travail, de prières… et la formation, car dans ses pays étrangers, ses séminaires accueillent beaucoup de jeunes. Elle a ainsi versé 79 910 € pour financer 18 projets en 2017, plus de 71 000 € en 2018 pour soutenir une dizaine des réalisations : Maison de retraite pour soeurs âgées, une session de dialogue inter-religieux, un nouveau monastère, l’approvisionnement en eau (souvent rare et vitale dans certains pays) en 2017, la construction d’une église abbatiale, une bibliothèque, un noviciat, la réhabilitation d’un monastère abimé par un tremblement de terre en 2018….

    Elle est finalement le bras armée (financier) de l’AIM créé en 1961 pour fédérer et soutenir prés de 450 communautés en Afrique, en Amérique Latine, et en Asie. Celle-ci a organisée plusieurs rencontres monastiques sur différents continents, et elle est très attentive à la formation des jeunes. C’est pourquoi, elle a créé un «Studium» dans le monastère Saint Bathilde en 2006 pour y recevoir de nouvelles moniales en provenance de ses continents qui viennent étudier à Paris. Le pére Jean Pierre Longeat qui préside l’AIM a, lors de cette assemblée générale, témoigné sur son voyage en Chine en Décembre durant lequel il s’est rendu dans plusieurs monastères (sur lequel reviendra le Blog plus tard).

    La célébration du 50éme anniversaire de l’AMTM prévu le 16 Octobre 2019 sera l’occasion d’organiser un colloque  sur le théme «Le rayonnement des monastères spirituels » dans leur environnement économique, social, spirituel avec de nombreux moines et une têt d’affiche : le pére Anselme Krume, célier de monastére et pére d’une école spirituelle en Allemagne. «L’objectif est de faire connnaître la diversité des monastères dans le monde»

  • CONCERT POUR LE RENOUVEAU DE L’ORGUE DES BENEDICINES DE VANVES

    Le concert de musique classique autour de Charles Gounod organisé par l’association pour le renouveau des Orgues de Saint Remy de Vanves ce soir au prieuré Saint Bathilde est organisé  au profit de la restauration de l’orgue de la chapelle des bénédictines de Vanves. Le projet de cette association en est à son tout début, ses dirigeants réléchissant sur les actions à mener avec Loic Lacombe organiste titulaire de l’orgue de Saint Remy et les sœurs bénédctines, bien sûr. «Cet Orgue de Victor Gonzalez, typique de l'esthétique néo-classique, a été inauguré en 1944 par Marcel Dupré. Il a fait l’objet d’un relevage en 1983 mais n'a subi aucune modification sur le plan sonore depuis sa construction. Il posséde 22 jeux (18 réels), une boîte expressive au récit, une transmission électropneumatique, un buffet ouvert, une console en bas, en fond de nef. Cet orgue a servi, sous les doigts de Noëlle Pierront, à l'enregistrement historique des "Leçons de Ténèbres" de Couperin par Nadine Sautereau et Claudine Collard (Erato)» indiquait cetteassociation dansson dernier bulletin.  « Une expertise réalisée en janvier 2014 a révélé un état technique moyen, notamment en raison de l'empoussiérage, de l'oxydation de certains tuyaux dûs à d'anciennes fuites, des problèmes de contacts électriques et quelques soufflets crevés dans la transmission pneumatique. Le clavier de récit est aujourd'hui totalement inutilisable et les sommiers des deux claviers demanderaient à être entièrement refaits»