Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

URBANISME

  • LE PROJET WOODEUM A VANVES PLOMBE PAR L’ARRET DES PROJETS D’IMMEUBLES PONTS A PARIS

    « Le projet lauréat de la 1re édition d'Inventons la métropole du Grand Paris illustre à nouveau toute la difficulté de porter à leur terme des opérations complexes sur des sites contraints. Chargée de l'équipement sportif, la société 3J a jeté l'éponge et est remplacée par la RIVP. Quant à Woodeum, mandataire, il a dû déposer un 2e permis de construire pour le foyer de jeunes travailleurs (sur la photo), tandis que la résidence étudiante côté Vanves a été revue à la baisse » annonçaient certains médias à la fin de l’année dernière à propos du projet woodeum porte Brancion entre Vanves et Paris. ce qui n’a guére étonné la municipalité de Vanves qui a quelque peu changé son fusil  d’épaule en privilégiant un projet des 3 portes (De la Plaine – Brancion – de Vanves) avec un  hub hôtelier autour de la porte de la Plaine depuis l’arrivée du Mama Shelter et du Novotel avenue de la porte de la plaine, du projet de tour hôtelière face au Mercure, et en cherchant à le relier au projet de Porte Brancion

    Mais là nouveau coup du sort, avec la remise en cause des bâtiments enjambant le périph (Gymnase Pont porte de Vincennes, projet mille arbres porte maillot, projet ville multistrates dans le 17e, et un autre projet porte Aubervilliers)  par la ville de Paris pour de multiples raisons : l’opposition d’une coalition d’écologistes, élus dont l’adjoint au maire David Belliard (EELV) avec le groupe EELV du conseil de Paris, d’associations comme les Amis de la Terre ou France Nature Environnement pour lesquels l’idée même d’installer des immeubles mêlant habitations et activités commerciales ou de loisirs  au dessus du Périph est incongru. Elle  pose problème,  même si les professionnels du BTP maitrisent la construction de tels bâtiments sans fondation classique,  pour le fait de construire dans une zone et au dessus d’une voie émettrice de pollutions, même si un atelier regroupant élus parisiens et des voisines riveraines planche pour en faire un boulevard urbain moins émetteur de pollution et de bruit,  et plus verdoyant d’ici 2024 . «Construire sur le Périph sans savoir ce qu’il va devenir du point de vue de la pollution pose des questions. On ne va pas installer forcément des gens là, où le taux de particules benzéne est la plus forte, même si on filtre les aérations !» s’interrogeait Pierre Mansat ex-adjoint de B.Delanoë chargé des relations Ville de Paris-Banlieue et spécialiste de la Métropole du Grand Paris.   La plupart des opposants à de tels projets s’appuient sur les avis de l’autorité environnementale qui a souligné « le risque sanitaire notamment en matière d’exposition aux  émissions polluantes » qui dépassaient les normes prescrites par l’OMS (organisation Mondiale de la Santé).  Sans parler du bruit.  Même des élus à droite commencent à demander l’abandon de «ces immeubles au dessus des pots d’échappement » et « qu’on ne construise pas d’immeuble sur le Périph, qu’on ne développe pas de logement au prix de la santé des futurs habitants »

  • LA VILLA DUPONT A VANVES, UNE RICHESSE URBANISTIQUE MECONNUE A PROTEGER

    A l’occasion  du projet de construction  d’Effiage à l’emplacement de deux pavillons rue A.Fratacci, sur lequel la mairie de Vanves aurait émis un avis défavorable selon  le maire adjoint chargé de l’urbanisme, l’association des riverains de la rue Marcheron s’était inquiété des répercussions sur l’école du Centre et de sa cour de récréation,  et surtout, pas très loin de la villa Dupont, un petit coin bucolique de Vanves avec ses pavillons disposés en arc de cercle auquel on accède par un petit cheminement piétonnier. «Que vont devenir les maisons de la rue Frattaci ? Il est temps que la ville protège son patrimoine, et pas uniquement les glacières du parc Pic !» s’est inquiété l’Association desriverains de la rue Raymond Marcheron (ARRM).

    Ce petit joyau a vu le jour en 1898 dont l’initiateur était, J. Dupont, architecte, rue Raymond Marcheron en face du Centre des Impôts. Il se compose de neuf pavillons dont deux doubles, le long d’une voie (piétonne) privée. Soucieux d’éviter la monotonie, son architecte avait disposé ses maisons en éventail parmi les arbres d’un vieux domaine. A l’époque, visant une clientéle moyenne en quête de maisons confortables, mais d’un coût modéré, il avait prévu quatre pavillons en meulière et cinq en brique locale. La gamme des logements variait de trois à huit piéces, réparties sur deux niveaux. L’ensemble s’efforçait de cultiver les références au « cottage » par l’espacement de maison dans un car=dre arboré et par l’accés privatif d’une allée ombragée protégée alors par des grilles. « Si la composition générale s’inscrit dans l’axe d’un pavillon central, la diversité formelle des constructions et la variété des matériaux mis en œuvre – meulière, brique blanche, brique de Vaugirard façon brique de Bourgogne – conférent à l’ensemble un effet sagement pittoresque … Avec des toits en tuiles mécaniques à long pans débordant » expliquait Antoine Le Bras dans un ouvrage de la collection « Inventaire générale des monuments et des richesses artistiques de la France consacré à Vanves en 2004.

    Comme l’ensemble des villas à Vanves  (Dupont, Quincy, Jeanne Léger et Colsenet) qui sont les plus remarquables et qui portent le nom de leur propriétaire de l’époque, il semblerait qu’à l’origine, à la fin du XIXe siécle, leur création ait répondu plus à un souci de rentabilité financière immédiate qu’à des préoccupations urbanistiques. Mais aujourd’hui, les vanvéens, comme tous les français sont sensibles à leur environnement et leur patrimoine et cherchent à le préserver, comme c’est le cas pour ce petit joyau.   

  • ENTREE DE VILLE : A VANVES LES PROJETS DE TOUR HOTELIERE ET WOODEUM EN PANNE, A MALAKOFF, LA ZAC AVANCE

    Après le report du projet de révision du PLU pour permettre la construction d’une tour hôtelière porte de la Plaine face à l’hôtel Mercure par GPSO, un projet Woodeum inscrit l’appel à projet «Inventez la MGP» en panne, porte Brançion, le seul projet qui avance aux portes de Paris est celui de «la porte Malakoff » à la porte de Vanves grâce à une équipe municipale conduite à Jacqueline Belhomme (FG/PC) qui a souhaité garder la main sur le réaménagement de son entrée de ville après le départ de l’INSEE. Même si l’Etat a changé son fusil d’épaule en souhaitant y installer le ministére des affaires sociales après avoir tervigésé

    Vallée Sud Grand Pari , l’interco similaire de GPSO,  qui regroupe des villes comme Malakoff, Fonteny aux Roses Clamart, Bagneux,  vient de voter en faveur d'une demande de concertation avec l'Etat sur le projet de Grand site de l'Administration centrale à Malakoff sur le terrain des anciens locaux de l’Insee, prés de la porte de Vanves (future porte de Malakoff)  L’Etat souhaite y installer le futur  Ministère des Affaires sociales regroupant la Santé, le Travail et les Sports avance.  En octobre 2020, l’État avait émis une déclaration d’intention relative à sa construction sur un terrain de la ZAC dont il est propriétaire.  Jacqueline Belhomme (FG/PC) maire de Malakoff souhaite cependant organiser une nouvelle concertation publique. Lors de du dernier conseil de territoire de Vallée Sud Grand Paris, ses élus ont délibéré en faveur de «l’exercice du droit d’initiative, en application du Code de l’environnement». Jean-Didier Berger, son président et maire Clamart va ainsi saisir l’État pour demander cette concertation. «Demander une concertation préalable à l’État, c’est notre droit. Ce que nous propose l’État en terme de projet n’est pas tout à fait ce que la population de Malakoff avait en amont défini»

    Dès 2017, une concertation avec les habitants de Malakoff a déjà eu lieu : «Quand l’Insee est partie sur Montrouge en 2015, l’État voulait vendre. Malakoff a tout de suite déterminé un périmètre d’étude sur ce triangle. On a saisi cette opportunité pour redessiner notre entrée de ville et décidé de faire un projet qui correspondrait au mieux à la population» explique Jacqueline Belhomme. Pendant six mois, la mairie a organisé des balades de quartiers, des ateliers participatifs, des réunions publiques et une enquête téléphonique, auxquels ont participé certains vanvéens. Le projet envisagé a été présenté dans une enquête publique fin 2019 pour la création d’une zone d’aménagement concerté (ZAC). «Depuis, l'État a décidé de revenir sur ce terrain qui lui appartient. Il est passé en force, parce qu'il a lui-même fait une déclaration de projet alors que nous avions déjà fait la création de notre ZAC, écrasant notre PLU par la même occasion» explique-t-elle en prenant acte et en  ne s’opposant pas à la construction du futur ministère, mais elle souhaite toutefois consulter les habitants : «Nous avons le droit de demander cette concertation de la population et nous avons bien l’intention de l’obtenir». Un ensemble comportant une école, un équipement polyvalent à dimension culturelle, un équipement sportif et des bureaux sont prévu sur le périmètre d’aménagement de la ZAC