Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

URBANISME

  • LE PROJET WOODEUM AUX PORTES DE VANVES SUSCITENT DES QUESTIONS AU CONSEIL MUNICIPAL

    Deux questions orales ont été posés par Boris Amoroz (FG/PC) et Anne Laure Mondon (PS)  sur le projet baptisé « Woodeum » prévu à la porte Brancion  à la limite de Vanves et au dessus du Périph au niveau de la rue Louis Vicat, dans le cadre de l’appel à projet « Inventons la Métropole du Grand Paris ». Il s’agit de la création d’une résidence étudiante d’environ 157 logements étudiants, associée à un commerce en pied d’immeuble d’environ 90 m² . Ce grand bâtiment en « L » occuperait l’angle des rues Jean Bleuzen et Louis Vicat.   «Encore des projets qui arrivent d'en-haut, pondus par des cabinets parfois hors-sol, sans échange avec la population riveraine, pour connaître ses besoins, ses aspirations, pour construire un projet s'intégrant à l’environnement, et partagé avec tous » constatait Boris Amoroz en s’étonnant que le maire ait annoncé lors d’un précédent conseil municipal que «l’opposition  serait associé à cet appel et à cette attribution, à condition qu'elle soit minoritaire dans l'avis final exprimé. Je n'ai, sauf erreur de ma part, toujours pas reçu d'avis de votre part pour participer à la consultation sur ce sujet. Vous avez donc réussi à avoir un avis de l'opposition qui soit encore moins que minoritaire, puisque vous n'avez pas échangé avec nous ! Quant à établir une phase de concertation avec la population, comme je vous en avais parlé lors de ce Conseil Municipal, il semble bien que ça ait aussi été ignoré ».

    Ils ont tous les deux posées des questions :

    - Parmi les terrains de sport situés à l’entrée de Vanves, publics, gratuits, de libre-accès, au bénéfice de tous & appartenant à la collectivité, à savoir le terrain de football, le terrain de basket-ball et le skate-park, lesquels seraient détruits pour laisser la place à ce projet ? Aurions-nous toujours trois terrains de sport ?

    - Le projet prévoit de construire trois terrains de futsall (et une salle de crossfit), gérés par l'entreprise LE FIVE, qui seraient payants. Dans l'établissement de Bobigny de cette entreprise, les tarifs varient de 60€ à 100€ pour une heure de terrain de futsall. Pensez-vous, monsieur le Maire, que ceci soit accessible aux jeunes Vanvéens ou aux jeunes Parisiens ? Ne pensez-vous pas qu'il s'agit d'une régression en termes d'accessibilité sportive ? La mairie couvrira-t-elle une partie de ces prix pour les Vanvéens ?

    -Au sujet de la résidence étudiante LERICHEMONT, filiale de la RIVP, quel serait exactement le statut des 157 logements étudiants ? Rentreraient-ils dans le cadre de la convention de partenariat entre LERICHEMONT et le CROUS, qui en fait des logements étudiants à tarif raisonnable (entre 230€ et 500€) ? Et non, comme nous en avons trop sur Vanves, des chambres Nexity-Studea louées entre 702€ et 810€ ?

    - Quel serait le montage financier pour les terrains du projet où la ville de Vanves serait concernée ?

    -  La résidence pour jeunes travailleurs placée au-dessus du boulevard périphérique offrira-t-elle une qualité de vie suffisante en termes de pollution visuelle, sonore et atmosphérique ?

    « Vous indiquez dans le « Vanves Infos » qu’une large concertation sera prochainement mise en place dans le but d’associer les riverains Vanvéens et Parisiens et qu’une réunion publique serait prochainement organisée en collaboration avec la Ville de Paris afin de présenter aux riverains le projet sélectionné pour la Porte Brancion. Quel sera l’objectif exact de ces réunion/concertation, quelle sera la méthodologie de concertation et où se trouvent les marges de manœuvres encore envisageables ?  Enfin, dans votre programme 2014-2020 vous indiquiez vouloir requalifier les entrées de ville de Vanves avec notamment la Porte Brancion. La construction d’un tel bâtiment en angle vous parait-il de nature à requalifier de manière optimale une de nos principales entrées de ville, qu’il aurait été plus judicieux d’embellir que de bâtir ? »

    Pascal Vertanessian, maire adjoint à l’urbanisme, a été chargé de répondre à « ses deux séries de questions qui portent de façon quasi identique sur le même objet ». Il a tout d’abord précisé «sur la concertation concernant ce projet que jusqu’au 18 octobre, date de désignation du lauréat, aucune information ne devait être diffusée sur l’offre présentée qui, conformément au règlement de l’appel à projet, devait rester confidentielle jusqu’à la désignation officielle du lauréat. S’agissant d’un projet conjoint Vanves-Paris, la future opération vise à créer des liens sur un tissu profondément dégradé à cet emplacement et à aménager une continuité urbaine entre les deux villes . Dans cette logique la communication et l’information seront menées conjointement par les deux villes concernées ; tout cela s’organisera courant janvier 2018 ». Ensuite que « le règlement de la mise en concurrence organisée pour cet appel à projet  exige que le projet retenu ne soit pas modifié substantiellement après qu’il ait été choisi par le jury ».

    Enfin sur le  devenir du Fun Park et du Skate Park,  « nous pouvons d’ores et déjà répondre que le Skate Park ne sera pas impacté par l’opération. Les terrains du Fun Park seront occupés par l’immeuble en projet mais un espace sportif sera reconstitué à proximité offrant les mêmes possibilités de pratique et les mêmes conditions d’accès.Le montant de cession de la parcelle n’est pas encore définitivement arrêté car celle-ci appartient à l’Etat et les services de France-Domaine ne seront en mesure de donner leur estimation définitive que courant janvier ». Il a précisé que sur les questions juridiques et administratives, des négociations sont encore en cours tant du côté parisien que du côté vanvéen avec les futurs gestionnaires et le constructeur.

    A l’interrogation d’AL Mondon de savoir « si  le projet constitue ou non une opération de requalification, nous pouvons sans trop de risques répondre que ce projet qui permet l’arrivée d’une population jeune et active de plusieurs centaines de personnes, qu’il  prévoit de nouveaux lieux de vie et d’animation : commerces, restaurants, bars, espaces de pratique sportive, qu’il veut créer du lien social à travers une initiative innovante d’agriculture urbaine et de jardins partagés, qu’il  propose des modes de construction innovants et une architecture de  qualité. Il va entrainer une requalification des espaces publics et réunifier une zone de fracture urbaine. Il va nous faire oublier l’ancienne décharge sauvage de la porte Brancion…

  • VIPARIS INAUGURE CE SOIR LE PLUS GRAND CENTRE DES CONGRES EUROPEEN A VANVES

    Le plus grand centre de congrès d’Europe sera inauguré le 22 Novembre 2017 :  Il s’agit du Paris Convention Center pièce maîtresse de la modernisation du parc des expositions de la porte de Versailles,  dans le Palais sud (Hall 7) situé sur le territoire de Vanves.  Etalé sur 72 000 m2 avec une  grande salle plénière (jusqu’à 5200 places assises), dont le plafond sans poutre, avec une toiture ajourée et système d’occultation est une véritable prouesse architecturale. «Il permettra à Paris de recevoir les plus grands congrès mondiaux en offrant des configurations sur-mesure, connectée à 44 000 m² d’exposition» expliquent les responsables de Viparis et d’Unibail.

    Un projet conçu par l’agence Valode & Pistre et un chantier réalisé par Effiage Constructions Grands Projets.  Ce Palais Sud  construit en 1968  qui privilégie le béton armé et le béton pré-contraint a rendu délicate la reprise des charges du bâtiment nécessaire dans le cadre de sa mue : Effiage Construction a commencé par curer  le bâtiment en ôtant les cloisons non porteuses, en déposant les façades et en enlevant les revêtements de sols. Trois mois ont été nécessaire pour déshabiller le bâtiment puis créer de nouveaux poteaux, poutres et voiles afin d’assurer une reprise des charges permettant la démolition des planchers. Il a été doté de nouvelles façades vitrées de 8 m de haut, plissées au niveau des étages, dont l’ondulation et le rythme sont censées exprimer l’animation perpétuelle.

    «En configuration courante, les espaces d’expositions sont donc de 65 500 m2, sur les deux niveaux, avec un nouvel atrium central. Toutefois, les surfaces du 3éme étage seront conçus de façon modulaire, permettant des usages à titre exceptionnel pour des congrès de plus grande dimension (jusqu’à 30 000 participants) ou une utilisation en surfaces d’expositions, notamment pour les grands salons, conservant ainsi globalement les capacités actuelles du hall» explique t-on à Viparis.

    Ainsi  le plus spectaculaire s’est déroulé sur le toit : Effiage construction a dû libérer un espace de 4900 m2 en déconstruisant les poutres et les poteaux centraux du 3éme étage de ce pavillon, et a dû trouver une autre solution qu’une démolition traditionnelle à cause de la structure en béton précontraint qui engendrait des problématiques de charges. Une grande poutre d’une portée de 60 m a été installée pour supporter le plafond de cette grande salle. Les anciens parkings sur le toît ont été transformés en un vaste jardin suspendu de 100 m x100 m avec vue panoramique sur la capitale. Sûrement  le plus haut de Paris.

  • REUNION PUBLIQUE DES HAUTS DE VANVES : 3 NOUVEAUX PROJETS IMMOBILIERS

    L’autre théme abordé lors de la réunion publique du quartier des Hauts de Vanves, à l’école Larmeroux, lundi dernier, a été les nouveaux projets immobiliers prévus dans le triangle d’or du clos Mntholon, entre la rue du Clos Montholon, les avenues du Général de Gaulle et del La Paix. « Tout cela est la conséquence de l’arrivée du Grand Paris Express et de sa gare » constatait le maire de Vanves qui estime à 800 logements les constructions prévisibles et à 2000 les nouveaux habitants. « On voit de grands projets concrets émergés qui participe à la construction du Grand Paris ». Evidemment, des participants n’ont pas manqué de poser des questions des conséquences sur la circulation – « Le Grand Paris Express devrait inciter ses habitants à utiliser les transports en commun plutôt que leur véhicule » -  et les équipements publics et notamment les écoles – « On maîtrise les choses » avec une extension de l’école du Parc – ainsi que la préservation de la qualité de vie : « On ne peut pas aller contre le progrés (urbain). Et chacun a ses motivations (à propos des propriétaires qui vendent leurs pavillons). Il y a un juste équilibre à trouver ! »   

    Plusieurs projets immobiliers ont été présentés

    Bouygues Immobilier au 171/175 avenue du Général de Gaulle avec 54 Logements. L’immeuble respectera le retrait de 28m par rapport à l’avenue pour s’aligner sur les autres bâtiments. Cet espace sera végétalisé avec un jardin florentin (constitué de rosiers et de l’eau). Le bâtiment de 3 étages sur rez de chaussée, comportera des terrasses et un toît végétalisé, avec un parking souterrain de 57 places. La commercialisation des appartements commencera en Mars 2018, et les travaux se dérouleront entre le 4éme trimestre 2018 et 2020.

    Franco-Suisse construit  à l’angle des avenues  du Général de Gaulle (147/149) et de La Paix un immeuble R+4 de 83 logements (sur la photo). Il est assez long scindé en deux bâtiments, les façades étant en pierre massive, avec au dernier étage un revêtement en zinc, et des terrasses massives. Un jardin est prévu derrière avec un grand hall d’entrée à l'angle des deux avenues. Le chantier doit démarrer à l’été 2018 et durer 24 mois

    Ce promoteur devrait compléter par une seconde tranche de 83 logements au niveau des 18/24 Rue du Clos Montholon, les deux immeubles  qu’il construit au niveau de 26/34, l’un sur le devant de la rue (53 logements) et l’autre en arrière (37), grâce à l’acquisition de 4 parcelles qui avait été présenté lors de la réunion de Juin dernier. La façade de cet immeuble  sera toujours en pierre massive, avec des loggias, un bardage en zinc au 2éme étage, avec un proche à double hauteur permettant une vue sur le jardin intérieur.Ses 83 logements seront répartis sur 3 entrées, avec un rez-de-chaussé qui donne la possibilité d’installer un cabinet médical avec entrée indépendante