Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

URBANISME - Page 4

  • MUTATIONS URBAINES A VANVES ET AUTOUR DE LA GARE DU GRAND PARIS EXPRESS : 19 HECTARE SONT CONCERNES

    Aujourd’hui les vanvéens peuvent voir les effets du chantier du Grand Paris : Il est partout avec ce chantier de la gare du Grand Paris Express du Fort d’Issy-Vanves-Clamart, avec ces nombreuses opérations immobiliéres privées en projet ou en train de sortir de terre, disséminées un peu partout sur le territoire vanvéen, mais surtout dans ce triangle au bout de Vanves entre les avenues du Général de Gaulle et de la Paix, et la rue du Clos Montholon devenue la rue des chantiers du Grand Paris, avec ses panneaux des promoteurs immiboliers, ces terrains où des pavillons ont laissés place à des friches, ces espaces de ventes…. «Autour des gares, l’Etat et la Région ont fait le choix de laisser le secteur privé et bancaire développer un urbanisme qui va accélérer l’embourgeoisement de ses communes» constate une observatrice averti du Grand Paris. Et Vanves n’y échappe comme c’est le cas tout autour de ce quartier de gare 

    Une étude inédite de l’APUR (Atelier parisien d’urbanisme ) réalisée avec la SGP (Société du Grand Paris)  et la DREIA (Direction Régionale de l’Equipement),  s’est penché sur les mutations urbaines des quartiers des gares de la ligne 15 sud du Grand Paris Express. C’est la première de ce genre éditée par l’Observatoire des quartiers de gare.  L’étude décrit les transformations engagées au travers de 80 projets d’aménagement dans les 16 quartiers de gare de la ligne 15 sud dont certains font l’objet de ZAC, de PRU (Renouvellement Urbain), de l’appel à projet innovants « Inventons la Métropole du Grand Paris »etc…dont 19 autres projets, le plus souvent des opérations privées, de petites, grandes ou moyennes envergures, comme c’est le cas à Vanves.

    19 ha soit 10% du territoire est  concerné autour de la gare  du Fort d‘Issy/Vanves/Clamart : Ils représentent prés de 105 153 m2  de logements (1923) avec 20 770 m2 de logements sociaux , 65 500 m2 de bureaux, 800 m2 d’activités, 12 760 m2 d’équipements, 3100 m2 de commerces, créant une densité de 1,13  sachant que la densité moyenne se situe entre 0,8 et 1,4.  Il s’agit pour les grosses opérations de l’écoquartier du Fort d’Issy, du quartier à la Gare à Clamart, du secteur Colonel Fabien à Malakoff. A Vanves, il s’agit de la zone pavillonnaire en triangle où trois opérations ont été lancé, l’une par Bouygues Immobilier (54 logements) et les deux autres par Franco Suisse à l’angle des avenues de la Paix/Général de Gaulle et rue du Clos Montholon (Villa Mathilda). Mais les promoteurs  ont adopté la stratégie de la lenteur sur laquelle le blog reviendra demain

  • POSE OFFICIELLE DU LABEL PATRIMOINE D’INTERET REGIONAL A LA CITE PAYRET DORTAIL DE VANVES

    La plaque du label « patrimoine d’intérêt régional » de la cité jardin Payret Dortail dans le cadre du « Printemps des Cité Jardin »sera posée officiellement samedi matin  par Christian Dupuy, président de Hauts de Seine Habitat, Valérie Pécresse, présidente de la RégionIle de France,  Bernard Gauducheau maire de Vanves. Il est intéressant de noter que cette cérémonie se déoulera alors que la Région organise une Biennale de l’Architecture et du Patrimoine depuis le 4 Mai jusqu’au début Juillet à Versailles. «Avec la création du label patrimoine d'intérêt régional, la Région  apporte au patrimoine non protégé un soutien déterminant» déclarait elle  lors de son inauguration le 4 Mai dernier en annoncant, après 17 ans de délaissement, un plan inédit pour le patrimoine qui, au-delà de son volet financier, développera la formation et la visibilité des métiers du patrimoine, ainsi que la valorisation touristique des lieux, et des Etats Généraux du patrimoine francilien en Juin prochain 

    La cité Payret Dortail dit « Le 13 » est un ensemble architectural qui fut réalisé par l’architecte Maurice Payret-Dortail pour l’Office public des Habitations à bon marché de la Seine avec lequel il assurera la construction de plusieurs cités jardins. Il a la particularité de réunir des logements sous forme d’immeubles collectifs et de pavillons, dont 27 ateliers d’artistes bénéficiant pour la plupart d’un logement attenant localisé dans la cité. Outre ses qualités architecturales, cette cité témoigne de presque 100 ans d'aventure du logement social dans les Hauts-de-Seine, marqués par un vécu collectif d'une grande richesse.

    Rénovée il y a une dizaine d’années cette cité d’exception a toujours été un atout patrimonial de la ville dont l’histoire a été contée par l’un de ses habitants, René Sedes,  dans « Ceux du 13 – L’histoire d’une cité HLM à Vanves». Il a raconté surtout que cette cité a été une cité expérimentale au niveau architecturale et une expérience intéressante de vie collective dans ses premières années avec le foyer des locataires, un ciné club, des spectacles artistiques…qu’essaie de faire renaître depuis quelques années, une amicale des locataires qui organise différentes activités.

    Rappelons à cette occasion, que l’un de ses habitants, René Sedes, a écrit un livre - « Ceux du 13. Histoire d’une cité HLM à Vanves » - paru en 1994,  à la suite d’une exposition effectuée dans son atelier d’artiste de cette cité Payret Dortail. « J’avais pu l’écrire grâce aux témoignages d''habitants, encore présents, qui avaient été parmi les premiers occupants, comme Odette Grosjean, ma voisine, arrivée à l’âge de 3 ans » expliquait il alors. Il a été réédité en 2009 « Square Payret Dortail – la singulière aventure sociale d’une cité HLM à Vanves (1929-2009) » en laissant une plus grande place aux artistes et à leurs ateliers à l’occasion du 80éme anniversaire de la cité

  • A COTE DE VANVES, LA TOUR TRIANGLE A ETE DEFINITIVEMENT VALIDEE

    Le projet controversé de la tour Triangle a été validé par le tribunal administratif de Paris le 6 mai dernier qui considère que le permis de construire «n'est pas entaché d'illégalité». Il rejette le recours introduit par trois associations (SOS Paris, France Nature Environnement Ile-de-France et association pour le Développement harmonieux de la porte de Versailles et ses environs) contre le permis de construire délivré le 28 avril 2017 en vue de sa construction, dans le secteur de la porte de Versailles dans le 15ème arrondissement de Paris, considérant que l'enquête publique était assez précise, la procédure était régulière et le permis de construire respecte le PLU. Il a estimé que la «mairie de Paris n'a pas commis d'erreur manifeste d'appréciation en considérant que le projet de la Tour Triangle n'est pas de nature à porter atteinte au caractère ou à l'intérêt des lieux avoisinants et monuments». 

    Un autre recours avait été formulé «contre la promesse de bail à construire signée le 31 juillet 2015 entre la ville de Paris et la société civile immobilière Tour Triangle pour la réalisation du projet». Le juge  administratif ne s'est pas estimé compétent car ce contrat était de droit privé : «Il appartient, dès lors, au seul juge judiciaire de connaître de la contestation de cette promesse de bail»

    La première pierre de la tour doit être posée avant 2020, en vue d'une ouverture avant les Jeux Olympiques de 2024 indique la ville de Paris pour laquelle «la tour Triangle fait partie de ces nouvelles constructions qui dessinent ce nouveau Paris. Cet édifice de 180 mètres de haut et 42 étages, contre 300 m de haut pour la tour Eiffel, et signé des architectes suisses Herzog et de Meuron, aura un hôtel quatre étoiles de 120 chambres avec un «sky bar», 2.200 mètres carrés d'espace de «coworking» et un équipement culturel de 540 m²» Rappelons que pour accélérer sa construction, le gouvernement a publié en février dernier un décret  permettant à ce chantier de bénéficier des procédures d’urbanisme simplifiées relatives à la loi dite «olympique» de mars 2018.