Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fun park

  • LES PROJETS DU PLATEAU DE VANVES SUSCITENT QUELQUES QUESTIONS NOTAMMENT SUR LES BACHES DE LA RUE AUGUSTE COMTE

    «Lors de la réunion publique du 20 octobre dernier, organisée via zoom, la municipalité a présenté le projet de réhabilitation de la Rue Auguste Comte ainsi que la construction de la résidence étudiante par la société Woodeum. Il est incontestable que les rues Louis Vicat et Auguste Comte sont loin d’être attrayantes ! La rénovation et la modernisation des bâtiments de bureaux s’impose, quant à la résidence étudiante, le projet modifié montre une réelle volonté de la part des acteurs de rendre plus agréable cette entrée de ville.  Néanmoins les points suivants posent question et méritent toute votre attention » selon le groupe LREM du conseil Municipal qui a reposé une question orale sur   la disparition du Fun Park pour la construction de Woodeum est un vrai sujet de préoccupation. « Celui-ci est très fréquenté par tous les jeunes Vanvéens du Plateau et sa disparition totale serait préjudiciable » ; sur la rue Auguste Comte : «A la question « allez-vous réaménager cet espace, le végétaliser, privilégier les ilots de fraicheur, en faire un lieu de passage pour piétons et mobilités douces ? », vous aviez répondu y réfléchir ! », et sur le parking Papillon : «  Sa valorisation et modernisation sont indispensables, nous ne pouvons accepter d’avoir un tel bâtiment en béton, sale et non entretenu.   En ce début février, les travaux de désamiantage des bâtiments de la rue Louis Vicat ont à présent commencé. Pouvez-vous nous apporter des éléments de réponses claires, que les riverains de ce quartier sont en droit d’attendre, sur le devenir du Fun Park, du Parking Papillon et le réaménagement de la rue Auguste Comte».

    «Nous constatons, avec satisfaction, que les projets proposés par la Municipalité dans ce secteur Vicat - Auguste Comte - Brancion sont accueillis de plus en plus favorablement. Nous vous remercions de votre constat sur la réelle volonté des acteurs en charge des différents projets sur ce site de rendre plus agréable l’entrée de ville par la rue Jean Bleuzen. Nous notons aussi qu’un quasi consensus s’établit sur la nécessité de rénover et de moderniser les bâtiments de bureau comme le propose l’ambitieux projet de MATA Capital qui promeut une architecture de qualité, des espaces adaptés aux nouveaux besoins des salariés et un souci partagé de réussir l’intégration du projet dans son environnement pour en faire bénéficier tout le quartier. Bien évidemment les projets de cette envergure vont nécessiter, dès le passage en phase opérationnelle, de répondre à plusieurs questions sur l’avenir de divers équipements en place et votre interrogation sur ce point se comprend » a constaté Pascal Vertanessian, adjoint au maire chargé de l’urbanisation qui a fait le point sur :

    -Le  Fun Park : « Nous avons à de nombreuses reprises exprimé la position de la Municipalité et nous la confirmons en réponse à votre question. Le Fun Park sera reconstruit dans le même secteur que celui de l’équipement actuel. Il s’agira d’un équipement plus moderne, plus en rapport avec la demande actuelle des jeunes et qui sera accessible facilement dans les mêmes conditions que le Fun Park. Une étude de faisabilité menée en 2020 a conclu à la possibilité d’implanter le nouvel équipement en continuité de l’actuel Skate Park et nous entendons poursuivre les études en ce sens si la faisabilité technique est confirmée».

    - le parking Papillon : «  Nous sommes tout à fait d’accord sur le constat concernant son aspect inesthétique, son entretien insuffisant et le fait qu’il soit dévalorisant vu de l’espace public. La Ville ne dispose pas de la maîtrise sur cet équipement qui a fait l’objet d’un bail emphytéotique dont la date de fin est prévue en avril 2044. La propriété actuelle du parking est détenue majoritairement par la Société 1001 Vies Habitat et par la copropriété privée du 109-111 rue Bleuzen qui comprend plusieurs dizaines de copropriétaires. Toute décision de fond sur l’avenir de ce bâtiment est donc complexe sachant qu’elle exigerait le vote d’une majorité qualifiée compliquée à obtenir au vue de la multitude de copropriétaires».

    -La rue Auguste Comte : « Je vous confirme que celle-ci fera l’objet d’une mise en valeur concertée  et conséquente  qui privilégiera l’agrément, le cadre de vie, les circulations douces, les espaces de rencontres autour de nouveaux commerces et la sécurité des riverains. L’opportunité qu’un acteur tel que MATA Capital accompagne ces choix est une réelle opportunité et nous entendons bien la faire fructifier avec notre partenaire GPSO dans l’intérêt de tous les habitants du quartier qui seront évidemment concertés».

    D’ailleurs à propos du chantier de Mata, le maire adjoint  chargé de l’urbanisme a reçu une requête de l’ssociation Agir pour le Plateau : «Nous avons été saisis d’un grand nombre de remarques concernant la gêne occasionnée par les bruits émis par le chantier de Mata Capital. Il avait été précisé lors du webinaire que ces nuisances auraient été contenues par des bâches acoustiques au niveau de la rue Auguste Comte. De telles bâches doivent présenter des critères d’efficacité tels que ceux définis dans la documentation ci-jointe. Or nous constatons que les protections mises en place sont des dispositifs limitant la projection de poussières et non les bâches anti-bruits promises. Pouvez-vous intervenir auprès de Mata Capital en urgence pour obtenir la mise en conformité de ce chantier ?» lui a demandé Pierre Rousseau, Président d’Agir Pour le Plateau

  • DES PRECISIONS SUR LE PROJET WOODEUM A LA PORTE BRANCION, ENTREE DE VANVES

    Après la webréunion publique sur le projet Mosaïc de réhabilitation immeubles ex-Orange et du projet de résidence étudiante de Woodeum, réduit dans sa capacité, en Octobre dernier, l’association Agir sur le Plareau a réagit : «Nous n’y avons pas perçu le projet annoncé d’une continuité entre la Porte de Brancion et la Porte de La Plaine mais la juxtaposition. Nous n’avons pas saisi une unité architecturale entre les deux projets et par ailleurs la réduction de la résidence étudiante devrait impacter l’économie de ce projet. La réduction de la surface occupée n’est elle pas sans conséquence sur l’opération de rachat des terrains à l’État et leur revente à Gecina censée apporter un profit à la municipalité ? L’aspect de la pollution de l’air souligné dans l’enquête requise par la Préfecture d’Île-de-France ne paraît avoir été pris en compte. La relocalisation des installations du Fun Park est plus que jamais dans un grand flou…alors qu’il serait indispensable pour les jeunes du quartier que cette relocalisation soit faite avant le début des travaux pour assurer la continuité des installations sportives qui ont le mérite de canaliser leurs exubérances et ainsi contribuer à la sérénité de notre quartier».

    Une réunion avec Erwan Martin Adjoint au Maire chargé du quartier du Plateau et un courrier du maire qui a suivi, ont permis aux responsables de de cette association d’avoir quelques éclaircissements sur ces différents points en décembre :

    -Résidence étudiante (sur la photo) : La mairie confirme que «le projet Woodeum - qui constitue avec le projet Mosaique un marqueur important pour nos entrées de ville vers le Plateau - inclura toujours la société GECINA comme gestionnaire de la future résidence étudiante, que le parti pris qui l’a motivé est bien la volonté de Vanves et de Paris de rompre l’effet de rupture existant sur le secteur Brancion-L.Vicat-J. Bleuzen quasiment dédié à la seule circulation automobiliste et anxiogéne pour toutes les autres catégories d’usagers (piétons, cyclistes). L’objectif de recréer des liens par une valorisation des espaces publics, d’apaiser et de sécuriser les liaisons, d’y introduire de l’activité et des commerces, a été prioritaire lorsque Vanves et Paris ont choisi de déposer en commun l’appel à projet organisé par la Métropole du Grand Paris qui est à l’origine des opérations actuelles. Bien évidemment l’harmonie architecturale entre le secteur parisien et le secteur vanvéen est prise en compte dans la continuité de cette logique d’aménagement» explique Bernard Gauducheau qui précise : «Concernant le montage financier de l’opération, il est prévu que la ville achète les terrains à I’EPT pour 2 780 000€ hors droits, taxes ou charges. Le montant convenu dans le protocole conclu avec la SCCV Porte de Brancion-Vanves (venant aux droits de la société WOQDEUM) pour la revente des parcelles de terrain nécessaires au projet est de 3 164 360€.  Le planning prévisionnel a été communiqué lors du webinaire d’octobre dernier: le permis de construire déposé le 07 octobre dernier est en cours d’instruction et pourrait être délivré dans le courant du premier trimestre 2022. La durée des travaux est estimée à 2 ans soit un objectif d’ouverture de la résidence pour la rentrée universitaire 2024. Le projet a bien tenu compte des observations formulées par l’autorité environnementale. L’opérateur Woodeum a diminué la densité de l’opération avec 9700 m2 de surface de plancher pour 10 300 m2 dans le projet initial. Des engagements supplémentaires ont également été pris sur la qualité de l’air intérieur des constructions projetées, la prise en compte de l’environnement sonore et la gestion de la pollution des sols. Sur ces enjeux environnementaux la société s’est aussi engagée de la conception à l’exploitation des bâtiments à l’obtention des labels de certification supplémentaire suivants label Intaireur, label E+C-n

    - Portes Brancion/de la Plaine : «Sur l’ensemble de ces opérations, tant Mosaique que Woodeum et plus largement sur l’ensemble des sujets qui touchent l’aménagement du secteur allant du Carrefour des Insurgés de Varsovie à l’entrée de Malakoff (concernée par le projet de l’Etat sur l’ex-INSEE), je comprends votre souhait d’un travail en commun entre les 3 Communes directement concernées par les projets. Je sensibilise régulièrement mes collègues sur cette nécessité et pour le moment les relations de travail sont nombreuses et permettent d’avancer de façon cohérente sur les projets en évitant que les frontières communales ne deviennent des ruptures. Dans cette logique de travail en commun, les voies frontalières deviennent un enjeu important et vous avez tout à fait raison de soulever le cas de la rue Louis Vicat. Toutefois, l’hypothèse d’une intégration de cette voie parisienne à la voirie de Vanves comme vous le proposez nécessiterait une procédure administrative longue et complexe de changement de limites territoriales entre les deux Communes. Nous préférons avancer de façon plus pragmatique et efficace sur ce dossier en faisant de la rue Louis Vicat le symbole d’une remise en valeur d’un axe jusqu’ici délaissé. La volonté d’y favoriser les circulations douces, de remettre en valeur les espaces plantés, de mieux gérer les questions d’entretien est bien présente et l’avancée rapide du projet Mosaïque conforte cette volonté que partage la ville de Paris » indique le maire  

    - Le Fun park : «J’ai bien noté que votre association avait une attention particulière sur la relocalisation du Fun Park et que vous ne souhaitiez pas d’interruption du fonctionnement de cet équipement avant ou pendant les travaux de Woodeum. Je comprends ce souhait et, sous réserve de contraintes techniques qui le rendraient impossible, je suis prêt à étudier favorablement votre proposition. Sur le lieu de réimplantation du Fun Park, je vous précise que nous privilégions un site le plus proche possible de l’actuel sur le secteur Vicat et qu’une étude de faisabilité déjà engagée par nos soins permettrait de valider cette hypothèse » précise-t-il.

  • LE PROJET WOODEUM AUX PORTES DE VANVES SUSCITENT DES QUESTIONS AU CONSEIL MUNICIPAL

    Deux questions orales ont été posés par Boris Amoroz (FG/PC) et Anne Laure Mondon (PS)  sur le projet baptisé « Woodeum » prévu à la porte Brancion  à la limite de Vanves et au dessus du Périph au niveau de la rue Louis Vicat, dans le cadre de l’appel à projet « Inventons la Métropole du Grand Paris ». Il s’agit de la création d’une résidence étudiante d’environ 157 logements étudiants, associée à un commerce en pied d’immeuble d’environ 90 m² . Ce grand bâtiment en « L » occuperait l’angle des rues Jean Bleuzen et Louis Vicat.   «Encore des projets qui arrivent d'en-haut, pondus par des cabinets parfois hors-sol, sans échange avec la population riveraine, pour connaître ses besoins, ses aspirations, pour construire un projet s'intégrant à l’environnement, et partagé avec tous » constatait Boris Amoroz en s’étonnant que le maire ait annoncé lors d’un précédent conseil municipal que «l’opposition  serait associé à cet appel et à cette attribution, à condition qu'elle soit minoritaire dans l'avis final exprimé. Je n'ai, sauf erreur de ma part, toujours pas reçu d'avis de votre part pour participer à la consultation sur ce sujet. Vous avez donc réussi à avoir un avis de l'opposition qui soit encore moins que minoritaire, puisque vous n'avez pas échangé avec nous ! Quant à établir une phase de concertation avec la population, comme je vous en avais parlé lors de ce Conseil Municipal, il semble bien que ça ait aussi été ignoré ».

    Ils ont tous les deux posées des questions :

    - Parmi les terrains de sport situés à l’entrée de Vanves, publics, gratuits, de libre-accès, au bénéfice de tous & appartenant à la collectivité, à savoir le terrain de football, le terrain de basket-ball et le skate-park, lesquels seraient détruits pour laisser la place à ce projet ? Aurions-nous toujours trois terrains de sport ?

    - Le projet prévoit de construire trois terrains de futsall (et une salle de crossfit), gérés par l'entreprise LE FIVE, qui seraient payants. Dans l'établissement de Bobigny de cette entreprise, les tarifs varient de 60€ à 100€ pour une heure de terrain de futsall. Pensez-vous, monsieur le Maire, que ceci soit accessible aux jeunes Vanvéens ou aux jeunes Parisiens ? Ne pensez-vous pas qu'il s'agit d'une régression en termes d'accessibilité sportive ? La mairie couvrira-t-elle une partie de ces prix pour les Vanvéens ?

    -Au sujet de la résidence étudiante LERICHEMONT, filiale de la RIVP, quel serait exactement le statut des 157 logements étudiants ? Rentreraient-ils dans le cadre de la convention de partenariat entre LERICHEMONT et le CROUS, qui en fait des logements étudiants à tarif raisonnable (entre 230€ et 500€) ? Et non, comme nous en avons trop sur Vanves, des chambres Nexity-Studea louées entre 702€ et 810€ ?

    - Quel serait le montage financier pour les terrains du projet où la ville de Vanves serait concernée ?

    -  La résidence pour jeunes travailleurs placée au-dessus du boulevard périphérique offrira-t-elle une qualité de vie suffisante en termes de pollution visuelle, sonore et atmosphérique ?

    « Vous indiquez dans le « Vanves Infos » qu’une large concertation sera prochainement mise en place dans le but d’associer les riverains Vanvéens et Parisiens et qu’une réunion publique serait prochainement organisée en collaboration avec la Ville de Paris afin de présenter aux riverains le projet sélectionné pour la Porte Brancion. Quel sera l’objectif exact de ces réunion/concertation, quelle sera la méthodologie de concertation et où se trouvent les marges de manœuvres encore envisageables ?  Enfin, dans votre programme 2014-2020 vous indiquiez vouloir requalifier les entrées de ville de Vanves avec notamment la Porte Brancion. La construction d’un tel bâtiment en angle vous parait-il de nature à requalifier de manière optimale une de nos principales entrées de ville, qu’il aurait été plus judicieux d’embellir que de bâtir ? »

    Pascal Vertanessian, maire adjoint à l’urbanisme, a été chargé de répondre à « ses deux séries de questions qui portent de façon quasi identique sur le même objet ». Il a tout d’abord précisé «sur la concertation concernant ce projet que jusqu’au 18 octobre, date de désignation du lauréat, aucune information ne devait être diffusée sur l’offre présentée qui, conformément au règlement de l’appel à projet, devait rester confidentielle jusqu’à la désignation officielle du lauréat. S’agissant d’un projet conjoint Vanves-Paris, la future opération vise à créer des liens sur un tissu profondément dégradé à cet emplacement et à aménager une continuité urbaine entre les deux villes . Dans cette logique la communication et l’information seront menées conjointement par les deux villes concernées ; tout cela s’organisera courant janvier 2018 ». Ensuite que « le règlement de la mise en concurrence organisée pour cet appel à projet  exige que le projet retenu ne soit pas modifié substantiellement après qu’il ait été choisi par le jury ».

    Enfin sur le  devenir du Fun Park et du Skate Park,  « nous pouvons d’ores et déjà répondre que le Skate Park ne sera pas impacté par l’opération. Les terrains du Fun Park seront occupés par l’immeuble en projet mais un espace sportif sera reconstitué à proximité offrant les mêmes possibilités de pratique et les mêmes conditions d’accès.Le montant de cession de la parcelle n’est pas encore définitivement arrêté car celle-ci appartient à l’Etat et les services de France-Domaine ne seront en mesure de donner leur estimation définitive que courant janvier ». Il a précisé que sur les questions juridiques et administratives, des négociations sont encore en cours tant du côté parisien que du côté vanvéen avec les futurs gestionnaires et le constructeur.

    A l’interrogation d’AL Mondon de savoir « si  le projet constitue ou non une opération de requalification, nous pouvons sans trop de risques répondre que ce projet qui permet l’arrivée d’une population jeune et active de plusieurs centaines de personnes, qu’il  prévoit de nouveaux lieux de vie et d’animation : commerces, restaurants, bars, espaces de pratique sportive, qu’il veut créer du lien social à travers une initiative innovante d’agriculture urbaine et de jardins partagés, qu’il  propose des modes de construction innovants et une architecture de  qualité. Il va entrainer une requalification des espaces publics et réunifier une zone de fracture urbaine. Il va nous faire oublier l’ancienne décharge sauvage de la porte Brancion…