Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

URBANISME

  • URBANISME : LE CLOS MONTHOLON A VANVES, PARFAIT CONTR’EXEMPLE DU FORT D’ISSY A COTE

    A travers cette crise que nous traversons depuis maintenant plus de 3 mois, la fermeture d’espaces publics et d’équipements rassemblant du public qui ré-ouvrent lentement depuis le 2 Juin, (espaces verts, lieux culturels, restaurants et bars...) ainsi que la baisse du trafic en transports en commun et en voiture, ont créés des rapports différents à notre environnement. En temps normal en zone dense, ces espaces publics, assidûment fréquentés, compensent un espace domestique souvent contraint. Leur fermeture a eu un impact important, perturbant fortement l'équilibre de vie entre espaces privé et public» ont constaté chercheurs, urbanistes, architectes, élus ces temps-ci. «Cette évolution contribue certainement au réveil de réflexions déjà existantes sur la ville de proximité, la ville «du quart d’heure» comme avancée par Carlos Moreno. Elle nous pousse à repenser notre rapport à nos lieux de vie et au temps, de redécouvrir notre quartier et ses ressources. La ville, même si elle conserve une dimension spatiale de longue portée pour s’approvisionner, peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre en s’inscrivant dans des circuits courts de proximité, voire d’agriculture urbaine, et en permettant les achats de première nécessité (notamment alimentaires) par des mobilités actives de faible portée» expliquent ils en prenant l’exemple de quartiers durables qui portent ses ambitions comme l’écoquartier du Fort d’Issy les Moulineaux, parfaitement adaptés à des crises comme nous venons de le vivre. Ses 3 500 habitants peuvent ainsi profiter des 1 500 m² de commerces de proximité (supermarché, pharmacie, boulangerie), se promener et courir le long des fortifications ou du grand parc paysager agrémenté d’un verger de 44 000 m², voire cultiver un potager dans l’un des jardins partagés mis à la disposition des habitants», sans parler d’une école, d’une piscine etc…. sans être obligé de sortir de leur quartier (dans un rayon de 1 km comme c’était le cas pendant huit semaines)  

    Un quartier donc pensé qui pouvait vivre pratiquement en autarcie lors de ce confinement, dont le contre-exemple est le triangle du clos Montholon à Vanves qui se construit dans vision d’ensemble, sans schéma directeur, et du coup sans équipements et services au rez-de-chausée des immeubles qui se construisent. Or si 1800 habitants doivent habiter dans ce nouveau quartier, rien n’indique jusqu’à présent qu’ils disposeront de commerces, sauf un lidl déjà saturé, à moins d’aller au quartier de la gare de Clamart, ni d’une école ou sinon à l’autre bout de la ville..

    Voilà ce qui se prépare dans ce quartier de Vanves pour les six ans à venir, grâce à une politique de construction qui va s’amplifier avec d’autres projets immobiliers  à l’emplacement du Soleil Levant au carrefour Legris sur le Plateau, en haut de la rue A.Fratacci à la place du marchand de journaux (fermés depuis longtemps), sans compter les projets déjà lancé mais arrêté pendant cette période électorale, pour ne gêner les maires sortants dans leur campagne (comme les promoteurs/constructeurs ne s'en sont pas cachés),  comme Franco-Suisse  à l’angle Jullien/Gabrielle d’Estrée, Bouygues Immobilier rue Marcheron, très contestés par les riverains sans compter d’autres projets surprises durant cette quatriéme et nouvelle mandature, comme à l’emplacement du pavillon face à Audiens et le passage des Reflets.

    Le maire de Vanves battra le record de F.Pic en nombre d'années de mandat, mais il ne laissera pas le souvenir, comme lui, d’avoir ouvert un superbe parc et lutter contre la spéculation immobilière et ses promoteurs de l’époque, densifiant encore plus une ville qui bat déjà des records avec le département des Hauts de Seine. Un choix déterminé et assumé par la présence d’un promoteur sur sa liste qui construit à Vanves, et l’installation de nouvelles agences immobilières à l’emplacement d’un coiffeur, place de Lattre de Tassigny, face à Intermarché au carrefour de l’Insurrection, au lieu d’avoir des commerces d’alimentation, qui anime la ville. Que va devenir l’ancien commerce de fruits et légumes du regretté M.Abbas ? Une agence immobilière ?

  • VANVES ET LES MUNICIPALES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE : Les surprises du PLU qui expliquent la densification en cours

    « Nous savons que cette vague importante de constructions découle de changements du Plan Local d’Urbanisme (PLU) établi en 2011 et renforcé 2015 : il permet la construction sur la totalité d’une parcelle acquise, sans maintien de jardins ou vision de l’environnement architectural » indiquait l’association de défense des riverains de la rue Marcheron dans une lettre ouverte aux candidats aux élections municipales de Vanves au début de l’année, où elle demandait un moratoire de la construction. Et ses membres qui ont décortiqué le PLU  ont fait des découvertes intéressantes à partir des documents consultables à la mairie ou sur son site internet  qui confirment la volonté de densification de la municipalité sortante, sachant que les permis de construire sont bien signés par le maire, et non par instruits par l’intercommunalité que ce soit la Métropole du Grand Paris ou GPSO

    Tout d’abord, ils ont découvert que le PLU de Vanves comme le PLH de GPSO indiquaient la construction de plus de 500 nouveaux logements entre 2015 et 2020, soit 90 par an. La mairie en a autorisé plus de 900 pour la seule année 2019, soit 10 fois plus comme ils ont pu le constater en regardant ce qui était affiché à la mairie

    Ensuite, ils ont découvert dans une annexe du PLU (document réglémentaire), impossible à lire et à comprendre,  qu’il est demandé, pour respecter le COS du Grand Paris que les espaces verts en terre plein représentent 10% sur un terrain constructible. Mais une modification est intervenue enlevant cette obligation pour tout terrain de moins de 200 m2 (au lieu de 100 m2 auparavant), mais surtout pour tout terrain à l’angle de plusieurs voies. Ainsi le promoteur peut acheter  (à prix d’or) une maison ou un immeuble d’angle, avec les bâtiments de chaque côté, avec la possibilité de construite à 100% sur le terrain, sans aucun arbre, ni pelouse. Et à Vanves, comme hasard, tous les réalisations ou projets comportent un angle : Immeubles Legendre et devant la mairie, OGIC et Care Promotion, derrière, à l’angle Marcel Martinie/René Sahors , immeuble MDH, réalisé  à l’angle  des rues de la République et Raymond Marcheron  face à l’école primaire Larmeroux,  Résidence à l’angle des rues Pruvot et d’Issy, les projets First à la gare Vanves-Malakoff,  Franco-Suiis av de la paix/Av de Général de Gaulle, mais aussi à l’angle Gabriel d’Estrée/Jullien etc….avec des balcons qui dépassent les trottoirs comme c’est le cas devant la  mairie

    Enfin, il est demandé dans le cadre du PLU, d’améliorer et d’entretrenir l’existant, c’est-à-dire valoriser son patrimoine, sachant que 5% de son habitat est dans un état médiocre, plus que la moyenne départementale, expliquant le nombre de logements vacants (8%) dont pour certains, l’état ne permet pas une location. L’ADRM a quelques craintes sur certains pavillons de l’avenue A.Fratacci, ceux de la Villa Dupont sur laquelle des rumeurs circulent, et qu’elle souhaiterait voir réhabiliter, mais aussi sur le centre des Impôts avec ce cédre du Liban (sur la photo) devant et un beau un jardin derrière

  • VANVES SOUS L’ŒIL CRITIQUE DE SES HABITANTS EN MATIERE DE QUALITE DE VIE

    Avec le développement et l’animation commercial, l’urbanisme et l’aménagement de la ville est un second sujet de débat à Vanves à la veille des élections municipales, d’autant plus qu’il n’y a jamais eu autant de pétitions contre des projets immobiliers durant ce mandat que lors des précédents. Les opinions émises sur l’urbanisme et la qualité de Vanves sur les réseaux sociaux sont édifiants et ont été confirmés lors des ateliers réunis chaque samedi de Novembre par la candidate d’En marche Severine Edou

    «Peu de commerces certes, un Carrefour Market sympa mais dont on fait vite le tour, rien d'ouvert après 21h, ville un peu type «dortoir», mais au fond, n'est-ce pas ce qui est justement agréable ? On s'y ennuierait vite si on n'était pas à côté de Paris. Tout dépend bien sûr, de ce que l'on a comme passe temps» constatait un vanvéen. Un autre ajoutait : «Supermarchés ridiculement petits pour une ville de cette taille : On se retrouve vite à poireauter 25 minutes chez Carrefour ou Intermarché avec 3 articles dans le panier». Alors qu’un troisiéme constatait :  «Peu de restaurants/ bars du côté de la place de la République et ceux présents ferment relativement tôt». Alors qu’une mére de famille constatait que « les jeunes aiment rester à Vanves.  Ils  se retrouvaient au Tout Va mieux, mais, maintenant, ils se retrouvent au parc ! ». Il y en a même qui critique cette église qui sonne toutes les heures et parfois très longtemps : « cela a son charme mais la récurrence pourrait être revue ». D’autres constatent « des construction d'immeuble dans tous les coins de la ville sans prise en compte des infrastructures » ou  «un cumul de programmes immobiliers anarchiques rend la ville irrespirable! Bruit, saturation, embouteillages dès 7h du matin, le tout sans aucun développement des infrastructures (écoles, crèches, parcs). Au contraire tout se réduit et est envoyé dans les villes voisines ! fuyez vers Malakoff ou Issy qui ont un développement cohérent. Vanves était une jolie ville, c'est devenu un dortoir saturé de voitures, où la Mairie laisse pousser des blocs d'immeubles »... «Une mairie plus gérée par un maire promoteur que s'occuper du bien être des habitants».

    Enfin, des vanvéens se plaignent : « Aller à Paris à pied par la porte Brancion est une horreur, pas de passages piétons, véritable mare là où on peu dangereusement traverser, ceci malgré la couverture du périphérique, à peine mieux de côté de la porte de la Plaine. On est pourtant si proches de la capitale... ». Un habitant du quartier du plateau de Vanves considére «qu’il mériterait un lifting encore plus complet que celui opéré il y a quelques mois »… «Il faudrait également peut-être plus communiquer en ce qui concerne les dates des grands salons à la porte de Versailles et l'enfer que vit tout vanvéen qui veut se garer ce jour-là »…. «Des bandes qui squattent les entrées des résidences contraintes de faire installer des grilles. L'avenue de Verdun est le repère des racailles qui s'installent à l'entrée d'un petit parc, garent leurs véhicules à leur convenance. Rodéos de scooters, voitures puissantes qui pratiquent le stop and go. Incapacité de la police à intervenir et qui, curieusement, ne patrouille jamais dans cette rue.... » ajoute un habitant de l’avenue de Verdun.