Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

URBANISME

  • VANVES ET LA TOUR TRIANGLE : POSSIBLE REJET DES RECOURS

    Le tribunal administratif a examiné vendredi dernier deux recours, contre le permis de construire et contre le contrat accordé par la Ville à Unibail, déposés par la FNE Ile de France SOS Paris et ADAHPE. Ils ont été jugés recevables par le rapporteur public. Mais selon un responsable du collectif d’associations contre la tour Triangle «il a détaillé nos arguments, soulignant parfois leur perspicacité contre l’étude d’impact, assez sibyllin pour frôler l’approbation non-dite quant au contrat mis en cause, mais il a proposé aux juges… de rejeter les deux requêtes». Ce qui a fair réagir Daniéle Simmonet (LFI) candidate à la mairie de Paris : « Les conclusions du rapporteur public appuient le rejet de ce recours par le tribunal administratif et ne remettent pas en cause les conditions de la mise en concurrence relatives à l’attribution du permis. C’est proprement scandaleux !. Comment peut-on encore prétendre que la Tour Triangle est «un projet privé d’intérêt général», alors que la conscience de l’urgence climatique et de l’effondrement de la biodiversité doivent conduire à une bifurcation complète de notre modèle économique et notamment de la production de la ville. Comment les tenants du projet peuvent faire passer comme indispensable aux Jeux olympiques, la Tour Triangle ? La proximité éventuelle de certaines épreuves olympiques ne peut justifier la construction d'un tel bloc immobilier dédié au luxe et à la spéculation immobilière ! Les avis défavorables se multiplient fédérant une opposition légitime devant ce projet démentiel : riverains et parisiens, architectes, urbanistes» explique t-elle dans un communiqué

  • VANVES ET LA TOUR TRIANGLE : DES ELUS PARISIENS DENONCENT UN REGIME DEROGATOIRE VERITABLE DEVOIEMENT DU DROIT

    Une question au gouvernement a été posé  le 5 Mars dernier publié dans le J.O. et deux vœux ont été déposé lors de cette session du Conseil de Paris qui se déroule du 1er au 4 Avril, concernant  le décret gouvernemental 2019-95 du 12 février 2019, décret qui étend les dispositions de la Loi Olympique (qui prévoit notamment, la réduction des possibilités de recours des tiers) aux halls 1 et 4 du Parc des expositions de la porte de Versailles, et (!) au terrain choisi pour construire le programme Tour Triangle 2, terrain situé le long du hall 1

    «Il ‘agit de bénéficier de procédures simplifiées et accélérées issue de la loi olympique, pour des constructions et opérations d’aménagement à proximité immédiate ou nécessaires à la préparation et au déroulement des JO lorsqu’elles sont de nature à affecter les conditions de desserte, d’accés, de sécurité ou d’exploitation. Le projet de la tour Triangle a été invoqué comme une cause susceptible de remettre en cause la tenue de salons et d’événements internationaux. En quoi, le potentiel chantier de la tour Triangle affecterait il de manière irrémédiable l’organisation ou le bon déroulement des JOP 2024 (2 épreuves) ?» s’est interrogé  Pierre Yves Bournazel député LR  et candidat aux municipales en 2020 dans sa question écrite a gouvernement.

    «D’une part l’emprise prévue pour le projet de cette tour ne représente que 400 m2 sur une emprise totale du parc des expos de 220 000 m2, soit 3,3%. D’autre part, en cas de réalisation du projet, la suspension des travaux le temps de la période olympique apparait comme la solution la plus appropriée. Au regard du caractère extraordinaire du projet visant la construction d’une tour de très grande hauteur (180 m) la mise en oeuvre d’une procédure dérogatoire semble poser un problème de gouvernance. En effet, cette nouvelle procédure change profondément les conditions d’exercice de concertation et de démocratie participative pour les habitants et les associations» indique t-il en demandant à la ministre Jacqueline Gourault (Cohésion des Territoires et des relations avec Les collectivités locales ) de connaître les motifs détaillés qui justifieraient cette décision ?

    Dans le vœu déposé au Conseil de Paris, il propose «dans un souci de bonne gouvernance d’organiser une consultation citoyenne à l’échelle parisienne sur le projet de tour Triangle».  Léa Filoche et Yves Contassot (groupe Génération) demandent carrément de modifier le décret concernant cette tour afin qu’elle ne bénéficie pas de ce régime dérogatoire qui «constitue un dévoiement de droit. Cette inscription illégitime aura pour principal effet de réduire les droits et moyens d’actions et de recours des citoyens et des associations qui s’opposent au projet». Malgré tout selon le dernier calendrier, le projet de la tour Triangle devrait voir le jour d'ici 2021. Ce projet, financé sur des fonds privés est estimé à 500 M€

  • REACTION DE GUY JANVIER, EX-MAIRE DE VANVES SUR LA TRIBUNE DE LA MAJORITE

    Guy Janvier, ex-maire de Vanves (1995-2001) aréagit après avoir lu la tribune de la majorité municipale dans le dernier Vanves Infos du mois de Mars qui l’a interrogé : « L’intérêt général est-il si bien défendu à Vanves ?».

    «Les quelques « exemples » suivants me permettent d’en douter :

    -La vente des terrains sur lesquels étaient construits l’ancien conservatoire de musique à un promoteur privé a empêché la réalisation d’une opération entièrement publique qui aurait pu voir la construction d’une médiathèque et la création d’un espace vert profitable aux utilisateurs (élèves et adultes) ;

    -Le réaménagement de la porte Brancion prévoit la construction d’un immeuble sur Vanves, à la place d’un espace vert et de terrains de sports ;

    -La construction d’une nouvelle résidence pour étudiants dont les tarifs ne sont pas accessibles à toutes et à tous ;

    - Les pénalités que la ville doit verser car elle enfreint la loi qui oblige les municipalités à avoir au moins 25% de logements sociaux ;

    -L’absence totale de politique municipale face à la pression immobilière qui fait de notre ville une des cités où les acquisitions et les locations voient leur prix s’envoler.

    Alors pourquoi s’en prendre à une association de riverains qui demandent notamment qu’un trottoir soit élargi afin de faciliter le passage des poussettes et des personnes à mobilité réduite sur une voie particulièrement passagère ? L’intérêt général exige qu’un minimum de concertation soit organisé en amont des réalisations qui changent notre cadre de vie et que les avis de chacun soient, sinon forcément suivis, du moins écoutés et respectés»