Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

métropole du grand paris

  • VANVES ET LE PERIPH : UN DEVENIR TOUT AUTRE QU'ETRE COUVERT, DE BD URBAIN

    Il a été beaucoup question du devenir du Périph hier matin a Conseil de Paris en session budgétaire cette semaine. Il a dressé un premier bilan de l’atelier du Périph créé à la suite du rapport de la Mission d’Information et d’Evaluation et de l’étude sur «les routes du futur» du Forum Métropolitain du Grand Paris (FMGP) et auquel participe le maire de Vanves depuis sa première réunion à Malakoff en Juillet dernier. Il a permis de constater qu’un consensus politique se dégageait entre Paris et les territoires de la Métropole, autour de l’objectif d’une évolution  du Périph avec plus de végétation, création de voies dédiés aux transports collectifs et au covoiturage, franchissement piétons et cyclables facilités…Il a permis de jeter les bases d’un protocole de coopération pour étudier collectivement l’évolution des mobilités et qui se concrétisera à court terme par le lancement d’études techniques permettant d’améliorer leur connaissance du périphérique (composition du trafic, niveau de pollution des diozydesd’azote et particules…).

    Malgré qu’il soit l’axe le plus circulé d’Europe, la rocade autoroutière la plus proche d’un cœur d’agglomération de notre continent, c’est aussi un lieu de densité d’habitat, d’implantation d’équipements avec des populations sensibles. Nécessaire au fonctionnement du réseau autoroutier, il est aussi source de nuisances sonores et atmosphériques (37% des émissions d’oxyde d’azote et 35 des particules du secteur du transport routier à Paris). Propriété de la ville de Paris qui en assure l’entretien, il s’agit d’une infrastructure métropolitaine aux yeux de l’exécutif parisien qui constate que seulement 5% des trajets qui y sont effectués, vont de «Paris à Paris», et surtout il constitue une coupure majeur entre Paris et ses voisins, une barrière franchissable par des ouvrages d’art qui sont peu, voire pas adaptés aux piétions et aux cyclistes. «En transformant le Périphérique, nous résorberons cette coupure, nous renouerons avec les territoires de la petite couronne, et nous favorisons les mobilités actives. Faire des portes de Paris des places publiques ouvertes et accueillantes, des lieux de centralité et de continuité urbaine, sont des objectifs largement partagés de chaque coté du périphérique» constate il en rappelant avoir initié la démarche «Portes en place» qui s’est traduit  par une étude pré-opérationnelle sur le secteur de la porte Bagnolet confiée à l’EPT Est Ensemble, mais aussi la transformation, le temps d’une nuit Blanche, le 5 Octobre dernier  de la section comprise entre les portes de Pantin et de la Villette, en vélodrome lumineux qui a montré de façon spectaculaire, les effets d’une élimination des véhicules thermiques en terme de diminution de la pollution sonore et atmosphérique. Et de monter le projet Woodeum dans le Cadre d'Inventer la Métropole du Grand Paris  pour requalifier la porte Brancion entre Vanves et le 15e qui a du plomb dans l’aile depuis le rapport de l’Autorité Environnementale .

    Cet Atelier du Boulevard  Périphérique a donc permis d’établir une vision commune du devenir de cette voie rapide et à fixer un cadre partagé pour engager des évolutions  qui amélioreront la qualité de vie des riverains et les déplacements en particulier collectifs et partagés : apaiser le trafic (baisse de la vitesse de 70 à 50 km/h, détournement du transit vers l’A 86 et la Francilienne), inciter au changement de comportement (véhicules propres, covoiturage ) d’ici 2024 pour les JO et jusqu’en 2030 des mesures visant à protéger les riverains contre les pollutions et à amorcer sa mutation. en un véritable boulevard urbain comprenant des voies dédiées aux mobilités douces et propres, sur une partie des voies actuelles, des traversées piétonnes, un projet paysager et urbain qui participe au rétablissement des continuités entre Paris et la petite couronne, et renforce les corridors écologiques avec une trame qui relie le périphérique à la petite ceinture ainsi qu’à la trame bleue et aux parcs de part et d’autre du périph, une réduction globale du trafic motorisé sur les axes qui lui sont reliés, une réduction massive de la pollution environnemental et sonore. C’est pourquoi les projets de couverture du Périph ne sont plus d’actualité, au demeurant très coûteux  défendu encore par quelques rares élus en réunion publique. «Pour toutes ces actions, les JO de Paris 2024 constituent une opportunité d’accélérer la mutation du périphérique» indique l’exécutif parisien  qui souhaite y associer les parisiens et grands parisiens, en proposant à  ses partenaires d’organiser une Conférence des citoyens à l’échelle métropolitaine sous l’égide de l’atelier du boulevard périphérique

  • LES RENDEZ VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE MARQUEE PAR LE TELETHON

    En dehors du Téléthonn qui marque la fin de cette semaine, voilà 100 ans, Frédéric Pic était élu maire de Vanves. Il remplaçait Aristide Duru qui a été le maire de Vanves de la première guerre mondiale. Il entamait l’un des mandats les plus longs des maires de Vanves : 22 ans, c’est-à-dire jusqu’à la déclaration de la seconde guerre mondiale. Un record non encore battu, sauf si Bernard Gauducheau était réélu pour un quatrième mandant puisqu’il est maire depuis 18 ans pour l’instant, ayant été élu en Mars 2001. Il était en campagne samedi matin, faisant adhérer et signer à son comité de soutien avec déambulation autour du quartier de la gare,  alors que Séverine Edou, candidate LREM tenait son atelier participatif à la crêperie La Girafe sur le théme du Commerce et du développement économique. La plupart des candidats sont passés bien sûr soutenir les vanvéens qui s’étaient mobilisés pour la collecte de la banque Alimentaire devant les grandes surfaces vanvéennes et au marché.

    Mais revenons au Téléthon du prochain week-end  sur lequel se sont déjà mobilisés de nombreuses associations, artistes. Des points de ventes et de dons seront installés samedi devant Intermarché, le marché, avec le village du Téléthon sur le plateau de Vanves sous la galerie commerçante, sachant que les animations en faveur du téléthon ont commencé dés début Novembre pour se poursuivre jusqu‘à la fin de l’année, avec un loto téléthon au Square aujourd’hui à 14H, une vente de crêpe au profit du téléthon à l’ESCAL le mercredi 4 Décembre de 14H à 17H30 à Jean Monnet et Gazier, une conférence sur les Icônes du CAD le jeudi 5 Décembre à 14H à Raphaël Baes…

    Lundi 2 Dècembre

    A 11H30 sur le pont des Invalides : Paul Guillaud president de l’UNC 92 et de Vanves sera présent avec des portes drapeaux , comme c’est la tradition, pour rendre hommage aux OPEX morts pour la France, lors du passage du convoi des 13 militaires morts au Mali dans un accident d’hélicoptére, avant l’hommage official de la France cet après midi présidé par Emmanuel Macron, président de la République

    Mercredi 4 Décembre

    A 9H Dans l’hémicycle du Conseil Régioal : le maire de Vanves participe au conseil Métropolitain de la Métropole du Grand Paris

    Jeudi 5 Décembre

    A 11H30 au square des Combattants d'Afrique du nord et des Territoires d'Outre-Mer : Cérémonie à l'occasion de la journée d'hommage nationale aux "Morts pour la France" pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie

    A 19H à L’hôtel de ville : Réunion publique du quartier du Centre Ancien –Saint Remy

    Samedi 7 Dècembre 2019

    A 20H30 à l’espace Barolet  (Piscine municipale) : Soirée dansante caraïbes et Initiation danse carbiénne au profit du Téléthon organisée par Bachataccro

    Dimanche 8 Décembre 

    A 9H à l’espace Danton : « Pokerthon » organisé par Vanves Poker Club

    A 17H à Panopée : « Silence on tourne » de JL Angelot et « Le petit bourgeois Gentilhomme » de Luc Boulanger  donné par La Petite Galerie au profit du Téléthon

  • VANVES PARTICIPE A LA NUIT BLANCHE PARISIENNE ET METROPOLITAINE

    Vanves participe pour la première fois à la Nuit Blanche qui devient métropolitaine grâce à la MGP (Métropole du Grand Paris)  et à l’artiste  Denis Mariotte qui s’installera  ce soir dans le passage des Reflets(du métro) pour une «installation/Performance» dans le jargon artisistique, c’est à dire«un Chemin sensoriel jouant d’accumulations et d’états de saturation, sonore ou visuelle de 19H à 23H30». IL sera tout à fait dans le théme de cette 18eédition de la Nuit Blanche qui est « le mouvement » en se développant pour la première fois dans des lieux hors Paris intra-muros

    Cet ariste a imaginé et conçu une installation sur mesure pour le Passage des Reflets, à la sortie du métro Malakoff-Plateau de Vanves. «C’est dans l’itinérance du public que réside l’enjeu de l’oeuvre et dans la déstabilisation des habitudes perceptives. Comment rendre sensible et présent ce trait d’union entre des territoires et focaliser l’attention sur le contexte qui les accueille ? C’est à partir de ces notions que Denis Mariotte propose de révéler le Passage des Reflets de la Ville de Vanves lors de cette intervention in situ. À partir du préexistant du lieu, qu’il s’agisse de son architecture, de sa luminosité ou de son ouverture sur l’extérieur, comment mettre en mouvement ce tunnel pour en faire un passage sensoriel ? Comment mettre en mouvement ce passage à demi souterrain, ce lieu d’échanges entre des territoires et amener l’usager, l’habitué et les habitants qui empruntent ce couloir, à découvrir un autre espace et provoquer une nouvelle dynamique du regard? »

    Tel est l’enjeu pour ce musicien, performeur et plasticien qui  a notamment collaboré, entre 1989 et 2013, à de nombreuses pièces de la chorégraphe Maguy Marin, dont il compose les créations sonores : musiques jouées sur scène, bandes électro-acoustique, pièces vocales, dispositifs sonores, films musicaux. Rapidement, Denis Mariotte  relie musique, mouvement et mise en scène pour ouvrir de nouvelles pistes de travail artistique. Parallèlement, il pratique l’improvisation musicale en duo avec Gilles Laval ou Michel Mandel, et collabore avec le compositeur Fred Frith pour deux pièces, Impur et Stick Figures. Depuis 2005, il réalise des pièces en solo (Prises/reprises en 2011, Hiatus en 2018…) ou duo, notamment avec Maguy Marin (Ca quand même, 2004), ou Renaud Golo (On pourrait croire à ce qu’on voit, 2005, titre générique incluant différents chapitres)