Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

métropole du grand paris

  • METROPOLE DU GRAND PARIS : Avec la réelection de Patrick Ollier, le maire de Vanves a assisté à un véritable psychodrame à la Marseillaise.

    Finalement, Patrick Ollier se succède à lui-même après un véritable psychodrame où les parisiens ont été meilleurs que les marseillais. Lors d’une primaire organisée mardi dernier au sein du groupe LR de 102 élus, une majorité avait décidé d’écarter ce vieux gaulliste de 75 ans au profit d’un jeune ex-LR (Libres) de 36 ans, fidéle de Valérie Pécresse, présidente de la Région. Patrick Ollier n’avait pas vu le coup venir de ce challenger qui l’a emporté par 54 voix contre 44, après avoir travaillé au corps chacun des élus durant ces derniers jours.

    Du coup, hier au palais des Congrés lors d’une séance du Conseil Métropolitain, présidée par le doyan, André Santini, comme il fallait s’y attendre, Vincent Jeanbrun  (LR) s’est retrouvé avec 3 candidats contre lui, au 1er tour : Il  a recueilli 79 voix, contre 73 pour Philippe Laurent (UDI) maire de Sceaux (92)  26 pour Patrice Leclerc (FG/PC) maire de Gennevilliers (92) et  16 pour Daniel Guiraud (PS) maire des Lilas. Patrick Ollier, qui avait annoncé avant le vote qu’il n’était pas candidat, a malgré tout obtenu 9 voix. 

    Emmanuel Grégoire (PS), 1er Maire adjoint de Paris a alors, demandé une suspension de séance suite aux résultats du premier tour, pour «échanger avec les différents groupes». Avant le deuxième tour, le candidat Vincent Jeanbrun (LR) a pris la parole pour maintenir sa candidature et «s’indigner des petits arrangements qui se préparent».. Les autres candidats ont pris la parole à leur tour : Daniel Guiraud a appelé à voter «massivement» pour Philippe Laurent (LR),  Patrice Leclerc (FG/PC) se désistait également pour Philippe Laurent (UDI) pour «une gestion partagée de la métropole». Face à cette situation, Vincent Jeanbrun (LR) demandait une nouvelle suspension de séance, d’une dizaine de minutes. Elle a été suivie d’une autre demandé par Eric Cesari président du groupe LR.  

    Au retour de tractations visiblement compliquées, Vincent Jeanbrun (LR) a finalement pris la parole et a annoncé «retirer sa candidature». Avant de quitter la salle, il a déclaré que «certains font honte à la démocratie». Face aux divisions, Eric Cesari, président du groupe LR  a annoncé la candidature de Patrick Ollier «pour une candidature de «rassemblement». Le président sortant a annoncé se présenter à l’unique condition que les candidats se retirent. Ce qui a été le cas de Patrice Leclerc, Philippe Laurent  «par souci d’apaisement» et Daniel Guiraud parce que «nous avons beaucoup de défis à relever ensemble». Le second tour n’était plus qu’une formalité pour un président sortant ressuscité : Patrick Ollier obtenait 133 et déclarait : «La MGP a gagné !»

    Beaucoup d’observateurs se sont interrogés : «Pourquoi se déchirer pour renouveler le mandat de celui qui a porté la métropole sur les fonts baptismaux ?» Tout simplement parce que deux conceptions de la métropole qui s’affrontaient, dépassaient les clivages  politique : Une gouvernance partagée et la défense d’une construction progressive de la Métropole d’un côté, avec Ollier, la suppression de la métropole considérée comme un échelon «inutile et coûteux», avec Jeanbrun . Avec derrière, deux femmes prêt à en découdre malgré les apparences : Anne Hidalgo, maire de Paris, 1ére vice-présidente de la MGP qu’elle défend avec des élus parisiens comme Geoffroy Boulard (LR) maire du 17e arrondissement, de l’autre Valérie Pécresse président de la Région qui vise à sa suppression avec ses lieutenants de son mouvement Libres, Vincent Jeanbrun mais aussi Jean Didier Berger maire de Clamart, partie à la reconquête des départements franciliens pour mieux encercler et isoler une capitale socialiste. Echec et Mat pour Pécresse.

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES DE LA PREMIERE SEMAINE DE VACANCES

    Le père Vincent de Labarthe, ancien séminariste de la paroisse de Vanves, récemment ordonné pour le diocèse de Rouen, a célébré vendredi  soir une de ses premières messes à saint François d'Assise, avec le pére curé Vincent Auville. Alors que le nouveau conseil municipal était installé salle La Palestre. D’ailleurs, à peine le deuxiéme tour passé, dés le lendemain, certains chantiers commençaient ou re-commençaient, après un moratoire décidée par les promoteurs-constructeurs durant la période des municipales pour ne gêner les maires dans leur campagne électorale, comme les instructions concernant permis de construite et préparations des chantiers à venir. C’était le cas pour le futur petit immeuble enserré entre l’école Gambetta et les pavillons face à Audiens avec neutralisation d’une partie du trottoirs

    Cette semaine avait été marqué par le décés de Michel Judde, ex-président du CLAP (comité Local des Anciens Combattants) que des vanvéens, élus, membres des associations UNC, Amicale des Pieds Noirs ont accompagnés à sa dernière demeure jeudi dernier avec un hommage fort de sa fille qui a fait part de sa devise «courage et confiance», et du président de la Fondation de la France Libre, ainsi que celui d’un compagnon de route. Enfin, les premiers départs en vacances se sont fait sentir à Vanves, d’autant plus aprés 2 mois de confinement et presque deux mois de déconfinement, les vanvéens ayant besoin de pendre l’air, pour ceux qui le peuvent. Les sœurs Bénédictines qui vont fêter la saint  Benoit vendredi prochain, ont décidé lors de leur conseil de communauté, d’installer cet été cinq ruches dans leur jardin, ayant trouvé un apiculteur pour s’en occuper. Une action qui s’inscrit dans le cadre de leur réflexion sur une transition écologique de leur communauté qui vit dans ce prieuré Saint Bathilde  

     

    Lundi 6 Juillet

    Dans la matinée : Dépar pour le premier séjour de vacances à la Féclaz au chalet du col du Sire (sur la photo), pour les 5/8 ans dénommée «challenge Académie» jusqu’au 16 Juilllet  

    A 14H30 au Conseil Départemental des Hauts de Seine : Isabelle Debré participe à la Comission Permanente

    Mercredi 8 Juillet  

    A 19H30 dans les jardins de la maison paroissial Saint remy : Barbecue de l’été

    Jeudi 9 Juillet

    A 9H au Palais des Congrés : Les 130 Maires de la MGP dont celui de Vanves se réunissent pour élire le président. Deux candidats sont en course, avec Patrick Ollier, président sortant et Vincent Jeanbrum, maire de l’Hay Les Roses qui défendent deux positions différentes de la  Métropole : Le premier en a fait un club de Maires jouant sur le consensus pour voter à l’unanimité les délibérations, le second défend une conception de la métropole-Région pour y intégrer les communes de la grande couronne, très proche de Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile de France

    A 9H30 devant l’EHPAD Larmeroux : Manifestation des agents qui se sont mobilisés depuis le 30 juin 2020 «pour manifester leur mécontentement face à une direction qui n’est pas dans une démarche de dialogue social constructif avec son personnel pour répondre aux différentes revendications sur leurs conditions de travail,  jusqu'à obtention de leurs revendications, que ce soit en termes de moyens humains, financiers ou de formation » indiquent leurs représentants.

    Vendredi 10 Juillet

    A 18H à La Palestre : Conseil Municipal avec 40 délibérations inscrites à l’ordre du jour dont le compte administratif, des marchés publics, des contrats de délégations,  et toute une série d’élection dans des commissions (CCAS,…), des conseils d’administration  d’établissements municipaux (de l’EHPAD Larmeroux, Biblio-club…) de syndicats intercommunaux, d’organismes régionaux (comité Stratégique de la SGP, SEMADS…)

  • VANVES ET LE PERIPH : UN DEVENIR TOUT AUTRE QU'ETRE COUVERT, DE BD URBAIN

    Il a été beaucoup question du devenir du Périph hier matin a Conseil de Paris en session budgétaire cette semaine. Il a dressé un premier bilan de l’atelier du Périph créé à la suite du rapport de la Mission d’Information et d’Evaluation et de l’étude sur «les routes du futur» du Forum Métropolitain du Grand Paris (FMGP) et auquel participe le maire de Vanves depuis sa première réunion à Malakoff en Juillet dernier. Il a permis de constater qu’un consensus politique se dégageait entre Paris et les territoires de la Métropole, autour de l’objectif d’une évolution  du Périph avec plus de végétation, création de voies dédiés aux transports collectifs et au covoiturage, franchissement piétons et cyclables facilités…Il a permis de jeter les bases d’un protocole de coopération pour étudier collectivement l’évolution des mobilités et qui se concrétisera à court terme par le lancement d’études techniques permettant d’améliorer leur connaissance du périphérique (composition du trafic, niveau de pollution des diozydesd’azote et particules…).

    Malgré qu’il soit l’axe le plus circulé d’Europe, la rocade autoroutière la plus proche d’un cœur d’agglomération de notre continent, c’est aussi un lieu de densité d’habitat, d’implantation d’équipements avec des populations sensibles. Nécessaire au fonctionnement du réseau autoroutier, il est aussi source de nuisances sonores et atmosphériques (37% des émissions d’oxyde d’azote et 35 des particules du secteur du transport routier à Paris). Propriété de la ville de Paris qui en assure l’entretien, il s’agit d’une infrastructure métropolitaine aux yeux de l’exécutif parisien qui constate que seulement 5% des trajets qui y sont effectués, vont de «Paris à Paris», et surtout il constitue une coupure majeur entre Paris et ses voisins, une barrière franchissable par des ouvrages d’art qui sont peu, voire pas adaptés aux piétions et aux cyclistes. «En transformant le Périphérique, nous résorberons cette coupure, nous renouerons avec les territoires de la petite couronne, et nous favorisons les mobilités actives. Faire des portes de Paris des places publiques ouvertes et accueillantes, des lieux de centralité et de continuité urbaine, sont des objectifs largement partagés de chaque coté du périphérique» constate il en rappelant avoir initié la démarche «Portes en place» qui s’est traduit  par une étude pré-opérationnelle sur le secteur de la porte Bagnolet confiée à l’EPT Est Ensemble, mais aussi la transformation, le temps d’une nuit Blanche, le 5 Octobre dernier  de la section comprise entre les portes de Pantin et de la Villette, en vélodrome lumineux qui a montré de façon spectaculaire, les effets d’une élimination des véhicules thermiques en terme de diminution de la pollution sonore et atmosphérique. Et de monter le projet Woodeum dans le Cadre d'Inventer la Métropole du Grand Paris  pour requalifier la porte Brancion entre Vanves et le 15e qui a du plomb dans l’aile depuis le rapport de l’Autorité Environnementale .

    Cet Atelier du Boulevard  Périphérique a donc permis d’établir une vision commune du devenir de cette voie rapide et à fixer un cadre partagé pour engager des évolutions  qui amélioreront la qualité de vie des riverains et les déplacements en particulier collectifs et partagés : apaiser le trafic (baisse de la vitesse de 70 à 50 km/h, détournement du transit vers l’A 86 et la Francilienne), inciter au changement de comportement (véhicules propres, covoiturage ) d’ici 2024 pour les JO et jusqu’en 2030 des mesures visant à protéger les riverains contre les pollutions et à amorcer sa mutation. en un véritable boulevard urbain comprenant des voies dédiées aux mobilités douces et propres, sur une partie des voies actuelles, des traversées piétonnes, un projet paysager et urbain qui participe au rétablissement des continuités entre Paris et la petite couronne, et renforce les corridors écologiques avec une trame qui relie le périphérique à la petite ceinture ainsi qu’à la trame bleue et aux parcs de part et d’autre du périph, une réduction globale du trafic motorisé sur les axes qui lui sont reliés, une réduction massive de la pollution environnemental et sonore. C’est pourquoi les projets de couverture du Périph ne sont plus d’actualité, au demeurant très coûteux  défendu encore par quelques rares élus en réunion publique. «Pour toutes ces actions, les JO de Paris 2024 constituent une opportunité d’accélérer la mutation du périphérique» indique l’exécutif parisien  qui souhaite y associer les parisiens et grands parisiens, en proposant à  ses partenaires d’organiser une Conférence des citoyens à l’échelle métropolitaine sous l’égide de l’atelier du boulevard périphérique