Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paris

  • PORT OBLIGAIRE DU MASQUE A VANVES A 8H AUJOURD’HUI

    Suite au Conseil de Défense qui s’est tenu mardi,  le Premier Ministre a demandé au préfet de Police d’étendre, en concertation avec les élus concernés, l’obligation de porter le masque dans la totalité de l’espace public à Paris et sur l’ensemble des trois départements de la petite couronne. Cette obligation est entré en vigueur à 8H aujourd’hui à Paris, les Hauts de Seine, la Seine Saint Denis et la Val de Marne et concernent tous les piétons circulant dans les espaces publics, les utilisateurs de vélos, deux-roues, trottinettes et autres engins de mobilité personnels, motorisés ou non. Seuls les usagers circulant à l’intérieur des véhicules à moteur (voitures des particuliers, camionnettes ou poids lourds des professionnels) seront dispensés de cette obligation.

    La dégradation de la situation sanitaire, avec une circulation active du virus dans l’agglomération parisienne, qui tend à s’accélérer a conduit le préfet de Police et les préfets des trois départements de la Petite  Couronne, à prendre cette mesure forte dans l’intérêt général. «L’épidémie regagne du terrain, et c'est maintenant qu'il faut intervenir» avait prévenu, le 27 Aout,  le Premier ministre lors d'une conférence de presse à Matignon avec le ministre de la Santé, Olivier Véran, et celui de l'Education,  Jean-Michel Blanquer. «Face à une épidémie du coronavirus qui regagne du terrain sur le territoire, le gouvernement souhaite tout faire pour éviter un reconfinement généralisé, qui serait dévastateur pour l'économie»  a expliqué Jean Castex, en reconnaissant que «porter un masque, ce n'est pas toujours très simple. Se tenir à distance des autres, ce n'est pas un réflexe spontané. Mais avouons ensemble que ce ne sont pas des contraintes insurmontables» a-t-il lancé

    Les vanvéens et les franciliens devront donc s'habituer au port du masque partout dans l'espace public, pour une durée indéterminée. Mais attention,  pour faire respecter les mesures anti-Covid, Jean Castex a également mis l'accent sur les contrôles : 700 verbalisations sont dressées chaque jour dans l'ensemble du pays pour non-respect de l'obligation de port du masque. Les Vanvéens et les franciliens pourraient encore bénéficier de quelques jours de répit avant de se voir sanctionnés pour non-port du masque

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    TROTTINETTES ELECTIQUES INTERDITES

    Vanves avec les autres communes de l’EPT (Etablissement Public Territorial  GPSO ( Grand Paris Seine Ouest) ont décidé d'interdire totalement les opérateurs de trottinettes électriques sur leur territoire à la suite de plusieurs incidents. Ces huit communes sont placés en zone rouge empêchant les usagers d'y déposer les trottinettes. «Toutes les trottinettes électriques que nos agents trouveront stationnées dans nos villes seront enlevées. Les opérateurs auront un mois pour payer une amende dont le montant doit être fixé, faute de quoi, les engins partiront à la broyeuse» indique Pierre-Christophe Baguet, président de GPSO : «C'est une décision que nous prenons faute de législation. Lorsqu'il y en aura une, nous nous y conformerons»

    SOPHIE CLUZEL SERMONNE

    La ministre Sophie Cluzel qui ne fait pas beaucoup parler d’elle comparé à son colégue Vanvéen, Gabriel Atal, a fait l’objet d’un écho dans le JDD de dimache à propos des JO 2024 et Anne Hialgo ont dû siffler. Elle aurait, devant le conseil d'administration du comité d'organisation des JO de 2024, a mis en garde sur la nécessité de préserver «l'esprit d'équipe» et réclamé une «clarification dans le choix des partenaires». En cause : les exigences environnementales de la maire de Paris qui ont conduit le groupe Total à se retirer récemment du collège des sponsors – avec à la clé un trou de 120 M€ dans le budget, sur 1 milliard d'euros à trouver. «Il faut d'urgence rassurer les entreprises» a-t-elle souligné, en souhaitant pour cela une «gouvernance resserrée».

    ATTAL EN GUYANE POUR LE SNU

    Comme les 124 Jeunes venus de l’hexagone, le secrétaire d’Etat Gabriel Attal a dormi en hamac, marché sur un sentier botanique, appris à reconnaître des plantes et des arbres de l’Amazonie, en passant une journée et une nuit sur la piste de Saint Elie, à Sinnamary. La phase pilote du SNU touche à sa fin : Ce fut une expérience inoubliable et formatrice pour tous ces jeunes» a-t-il pu constater. Tout en annonçant une généralisation plus rapide que prévue de ce dispositif expérimental (au départ, sa mise en œuvre pour tous les jeunes français de 16 ans était prévue en 2026) «Il était prévu que la généralisation du SNU se fasse plus tard, mais le Président de la Républqiue m'a demandé d'aller plus vite. Ce sera chose fait » La date de mise en œuvre du SNU pour toute une classe d’âge devrait être annoncée à la rentrée. «C’est une réforme qui sera obligatoire pour 800 000 jeunes. C'est très bien d'être ici pour la première phase du SNU 

  • ISSY/BOULOGNE : LES CONDITIONS DE LA REUSSITE D’UNE FUSION…ENCORE SANS VANVES

    En dehors de la politique et des élections présidentielles, cette semaine a été marqué par plusieurs événement :  un Conseil territorial de GPSO au cours duquel s’est déroulé le débat d’orientation budgétaire mercredi soir alors qu’à Audiens, avait lieu le lancement officiel de la mission handicap de la branche de la production audiovisuelle. La réélection de Bruno Chauvet à la présidence du Stade de Vanves lors du Comité directeur jeudi soir…Et vendredi, une interview est parue dans Première Heure de Guy Sorman qui indiquait quelles sont les conditons de la réussite d’une fusion entre Issy les Moulineaux et Boulogne Billancourt

    Guy Sorman est le président du Conseil Economique, social et Environnemental local (CESEL) de Boulogne qui a été saisi par son maire, Pierre Christophe Baguet,  de cette problématique. Ce CESEL a étudié ce qui s’était fait en la matière en France et notamment dans les agglomérations d’Annecy et de Cherbourg et consulté des rapports du Sénat et de la Cour des Comptes, et en a conclu plusieurs choses : Une fusion est réussie si vous avez une volonté politique commune et des projets en commun. La finance n’est pas une condition de la réussite. Beaucoup de fusions se sont faîtes pour obtenir une carotte fiscale de l’Etat, obtenir une prime, mais voilà la réussite n’est pas au bout du chemin. C’est même  très aléatoire.  Par contre « lorsqu’il s’agit de faire quelque chose ensemble, que l’on n’aurait pas pu faire séparément, permet de réussir la fusion. Nous avons beaucoup insisté dans le rapport sur la nécessité de projets collectifs commun -  amélioration des services publics, de l’environnement etc…- pour que les populations adhérent » indique t-il en parlant d’aménagement des rives de seine incluant les îles d’Issy les Moulineaux et de Boulogne, et même d’un campus commun puisque Boulogne et Issy ont beaucoup d’étudiants.

    Le référendum ne sert à rien, car comme cela a été vérifié pour Cherbourg ou la fusion ds départements du Haut et du Bas Rhin, car les électeurs répondent à une autre question que celle qui est posée. Il n’est surtout pas apparu comme un élément qui contribue à réussir une fusion.  Par contre l’explication,  la concertation  sont des conditions de la réussite. « Et nous disons clairement que jusqu’ici la communication n’a pas été bien menée, qu’elle a plutôt introduit le trouble dans les esprits, qu’elle a un peu perturbée, et même beaucoup, les fonctionnaires des deux villes.  Et que la communication soit entièrement axée sur la notion de projet territorial commun sinon les habitants n’en verront pas l’utilité ! » explique Guy Sorman qui parle de « capitale alternative à Paris suffisamment attractive  où l’on trouve une qualité de services et d’offres commerciales, d’emplois, d’activités culturels qui fait qu’on n’est pas obligé d’aller à Paris  de plus en plus inaccessible,  en particulier en voiture, sans perspectives d’amélioration de dessertes en transports en commun immédiats »

    Enfin, ce CESEL ne s’est pas saisi de la question d’un élargissement de cette fusion à d’autres communes comme Vanves par exemple, isolée à la pointe est du territoire de GPSO. « Il est bien trop tôt pour parler de cela, il faut bien que nous commençions par avancer de notre côté » expliquait récemment PC Baguet maire de Boulogne dans les médias qui remarquaient d’aileurs que « faute d’informations techniques suffisamment précises, le maire de Vanves gardait, pour le moment, un silence prudent ». En tous les cas, une preuve est apportée que les CESEL peuvent être saisis de questions d’actualités brûlantes. Encore faut il le vouloir !