Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

yvelines

  • VANVES EN PREMIERE LIGNE DANS LA LUTTE CONTRE L’AUTISME GRACE A DEUX FEMMES

    Ce lundi de Pâques, à la veille de la première journée d’une gréve perlée, un vanvéen, Gabriel Attal (LREM) avait fait le buzz sur les réseaux sociaux en ayant utilisé le terme de gréviculture lors d’une des interviews matinale sur France Inter. Le même jour, pratiquement à la même heure, une vanvéenne était sur Europe 1 à l’occasion de la journée nationale de l’autisme : Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat aux personnes handicapées pour notamment parler de la stratégie nationale pour l’autisme qui devait être présenté par le premier ministre les jours suivants. Dans ses différentes interventions qui ont suivis, elle avait pointée le souci d’une intervention précoce dans l’accompagnement des troubles autistiques,  le scolarisation des enfants autistes qui est la clé de l’inclusion sociale, et le manque de structures pour prendre en charge les adultes autistes, et l’absence de services d’accompagnement pour leur permettre de vivre chez soi en milieu ordinaire, ou de solutions comme la colocation

    Il est intéressant de noter, alors que les handicapés sont de la compétence des départements, que l’une des premières initiatives annoncées dans le cadre du rapprochement des Yvelines et des Hauts de Seine par Pierre Bédier et Patrick Devedjian, était  la création d’une plateforme d’hébergement et de services Yvelines-Hauts-de-Seine dédiée au handicap psychique et aux troubles du spectre autistique. Lancée en Janvier 2016, ce projet est sur les rails. Le site de Becheville du Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan/Les Mureaux a été acquis (pour 2,8 M€) pour aménager cette structure qui coûtera 30 M€ dont l’ouverture de la structure, est prévue à horizon 2020. Elle devrait permettre de répondre, dans une logique de mutualisation, au manque de places notoire entre l’offre médico-sociale et les besoins laissant les personnes en situation de handicap sans solution d’accompagnement.

    Cette structure interdépartementale sera dotée d’une capacité de 158 lits comprenant 50 places de Foyer d’Accueil Médicalisé dédiées aux personnes en situation de handicap psychique, 66 places de Foyer d’Accueil Médicalisé dédiées aux personnes présentant des troubles du spectre autistique, dont 4 places d’unité renforcée de transition, 42 places de Service d’accompagnement médico-social pour des adultes handicapés présentant des troubles du spectre autistique, réparties sur quatre antennes (deux dans les Yvelines et deux dans les Hauts‑de‑Seine), Auxquels s’ajouteront la création de deux pôles de compétences et de prestations externalisées, un dans chaque département. Un  dossier que suit de prés une autre vanvéenne : Isabelle Debré, Vice présidente du Conseil Départemental des Hauts de Seine

  • VANVES ET LE GRAND PARIS : LES DEFENSEURS DE LA METROPOLE ET DES DEPARTEMENTS AFFUTENT LEURS ARMES

    A l’occassion de la présentation du  premier rapport d’activité de la MGP (Métropole du Grand Paris) pour l’année 2016 lors du Conseil de la Métropole de Vendredi dernier, Bernard Gauducheau (UDI), maire de Vanves (sur la photo entre Patrick Ollier et Anne Hidalgo) a constaté  que «La MGP a beaucoup avancée, s’est battue avec de petits moyens. Elle est avant tout une intercommunalité au service des communes. Mais nous devons clarifier la situation de chaque niveau, avoir des garanties, afin d’assurer sa pérennité. Il faudra préciser son rôle et sa place» a-t-il demandé

     «On n’existe que depuis 16 mois. On est crédible au niveau de l’Etat, des acteurs économiques, notamment grâce l’appel à projet «Inventons la MGP» véritable levier de croissance, et des autres acteurs institutionnels avec la mise en place d’un système de travail avec les EPCI limitrophes» a ajouté Patrick Ollier (LR) président de la métropole. Mais voilà «l’évolution institutionnelle de la MGP dépend de gens qui ne sont pas là ! Nous aurons un débat sur son évolution institutionnelle» a-t-il  promis en faisant allusion bien sûr aux déclarations d’Emmanuel Macron, pendant la campagne des Présidentielles qui avait indiqué tout d’abord qu’il faudrait revoir le périmétre de laMGP en y intégrant les pôles de la Grande couronne comme les zones aéroportuaires, et les zones denses. Ensuite qu’il envisageait de supprimer les départements dans les métropoles comme cela a été fait dans le Grand Lyon, où le département du Rhône n’est plus constitué que de ses zones rurales, les zones denses ayant été intégrées dans le Grand Lyon. Du coup les défenseurs du département affûtent leurs armes comme c’est le cas dans les Hauts de Seine et les Yvelines : Les conseillers départementaux de ces deux départements ont inscrits à l’ordre du jour de leur séance publique vendredi prochain  à Nanterre à laquelle participera Isabelle Debré, vice présidente, et à Versailles une délibération demandant au gouvernement le regroupement des deux départements. Ils se retrouveront ensuite pour déjeuner et tenir une conférence de presse commune

     

  • VANVES, REGION. METROPOLE DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    METROPOLE : « La Métropole est bien assise. Ce qui a été dit jusqu’à présent, complique les choses. On ne parle pas de solidarité, de complémentarité, de partenariat, de mutualisation, ce qui est notre objectif» a  constaté Patrick Ollier, président de la MGP  en annonçant pour le conseil de la métropole du 18 Février des décisions qui démontreront qu’elle marche. « A partir du 18 févier, je vais accélérer le processus de création du conseil de développement économique» sur lequel il travaillera avec André Santini vice président de la MGP. «Nous avons mis en place une gouvernance partagée pour répondre à vos attentes, les élus mettant dans leurs poches leurs idées politiques. Les mauvais esprits vont trouver en face d’eux une équipe unique, décidée à agir ensemble» a-t-il expliqué en promettant des propositions décoiffantes pour les semaines à venir. «Nous allons être accélérateur. Nous allons aider à réaliser les grands projets. Mais qu’on nous laisse travailler ».   

    REGION : «L’Ile de France n’est plus en avant. Elle doit entrer dans l’ère de l’intelligence active, de l’Open Data… Tous les chantiers sont ouverts. On n’a pas de temps à perdre » expliquait la semaine dernière  Valérie Pécresse, présidente de la Région. Elle a  annoncée pour le 21 Mars 2016 l’organisation d’une conférence pour l’emploi, la formation, l’innovation autour de 5 thèmes : L’attractivité qui abordera des questions  des transports (CDG Express, GPE..) de logement pour développer l’innovation en matière de construction ; le rapprochement entre les entrepreneurs et des innovateurs ; l’aide aux jeunes entreprises et jeunes pousses car elle est décidé à vivifier le vivier de start-ups et lancer un plan croissance TPE ; Repenser l’offre de formation (vers les métiers de la transition écologique et énergétique, les services) en rendant plus attractif l’apprentissage ; Réfléchir aux nouvelles formes de travail…  « Et nous allons définir notre stratégie de développement économique et de l’emploi vers des secteurs et des filières stratégiques (Santé & Recherche, Métier de la Finance, industrie numérique, tourisme)» a-t-elle expliqué en affirmant qu’elle veut créer un système favorable à l’entreprise. Elle a confirmée la création d’un conseil pour l’attractivité qui «nous dira comme la rendre à l’IDF» et devrait tenir sa première réunion dés Jeudi prochain,  et sa volonté d’être «la VRP de la Région et de ses entreprises»

    FUSION : Le PS a lancé dans les Hauts de seine une pétition et une campagne militante contre la fusion des Hauts de Seine avec les Yvelines. Dés Vendredi, des militants socialistes distribuaient au métro un tract et invitaient les vanvéens comme les altoséquanais à signer leur pétition. « Ces fiancailles entre ces deux départements laissent tout le monde sceptique » expliquent les socialistes. Le Front de Gauche n’était pas en reste avec Boris Amoroz qui distribue un tract et fait signer une pétition contre cette fusion : « cette décision n’a aucune assise démocratique. Les dernières élections départementales remontent à moins d’un an, aucun candidat, aucun élu, ni M.Devedjian, ni M. Bédier, n’ont évoqué cette idée dans leurs programmes respectifs lors des élections de mars 2015 » expliquent les frontistes de gauche. Et tous de faire le même constat : « Casser, mettre en échec, la métropole du Grand Paris, née en Janvier 2016… ». La réunion de section du PS de Vanves  devrait mardi être consacrée à cette fusion en présence des deux conseillers départementaux, Joaquim Timotéo et…