Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sophie cluzel secrétaire d’etat aux handicapés

  • LES VŒUX DE LA DEPUTE PROVENDIER A VANVES AVEC 2 MINISTRES ET SANS GILETS JAUNES

    Prés d’une centaine d’invités ont participé aux vœux de Florence Provendier (LRM), député de la 10éme circonscription des Hauts de Seine (Vanves/Issy) au Tout Va Mieux. Occasion de constater que pour ses premiers vœux, le vanvéen Gabriel Attal les avaient organisés à Issy lesMoulineaux au cœur de l’éco quartier en bord de Seine, en 2018, et qu’isséennne Florence Provendier les a organisée en 2019, jeudi soir, au cœur historique de Vanves. Avec deux ministres qui ont pris leur temps ce soir là, de passer un long moment avec les invités, Sophie Cluzel venue avec sa fille, Gabriel Attal toujours simple et abordable, des marcheurs, des personnalités comme le pére curé de Vanves, le commisssaire de police, un représentant de la BSPP, quelques élus d’Issy lesMoulineaux (en disgrâce d’André Santini) ou de Vanves (au moins un venu incognito et rapidement), mais pas de maires, ni de gilets jaunes à l’horizon   

    «C’est assez émouvant et réjouissant de se retrouver là ! » constatait Florence Provendier qui a veillé de très  prés avec son équipe à la bonne organisation de cette soirée, lors des discours. «J’ai commencé mon boulot lors de l’acte I des gilets jaunes ! » a t-elle rappelé, en revenant sur le grand débat qui devrait interpeller les français qui ne prennent jamais la parole. «Ils ont sûremment quelque chose à dire de très intéressant. La confrontation Paris-Province est insupportable, car on fait parti d’une même patrie» a-t-elle constaté. «Le mouvement des gilets jaunes est populaire. Mais des réponses ont été apportées par le président de la République. On aurait pu s’arrêter là. Il a fait le choix d’organiser un grand débat sous une formule souple, avec des méthodes permettant à tous de s’impliquer» a ajouté Gabriel Attal en constatant « qu’on avanve très vite. On a lancé toutes les réformes inscrites dans le programme. L’opportunité du Grand Débat est une façon de répondre de répondre à la question « et maintenant qu’est-ce qu’on va faire ? ». On compte sur vous pour être des relais »

    D’autant plus comme le faisait remarquer Sophie Cluzel :« soyez fier de ce qu’a fait le gouvernement. 2019 peut être une belle année. Mais c’est vrai que c’est compliqué ». Et Florence Provendier y apportera sa contribution comme elle l’a expliquée, au sein de la commission de la culture et de l’éducation à l’assemblée nationale en travaillant sur le projet de loi de l’école de la confiance qui srra le théme d’un atelier citoyen le 25 Janvier prochain sûrement dans le quartier desErinettes à Issy les Moulineaux. Elle n’en a pas moinds fait un vœu : «Mon souhait est de créer des liens dans la circonscription entre les responsables d’associations, les chefs d’entreprises etc…pour avancer ! »

  • VANVES EN PREMIERE LIGNE DANS LA LUTTE CONTRE L’AUTISME GRACE A DEUX FEMMES

    Ce lundi de Pâques, à la veille de la première journée d’une gréve perlée, un vanvéen, Gabriel Attal (LREM) avait fait le buzz sur les réseaux sociaux en ayant utilisé le terme de gréviculture lors d’une des interviews matinale sur France Inter. Le même jour, pratiquement à la même heure, une vanvéenne était sur Europe 1 à l’occasion de la journée nationale de l’autisme : Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat aux personnes handicapées pour notamment parler de la stratégie nationale pour l’autisme qui devait être présenté par le premier ministre les jours suivants. Dans ses différentes interventions qui ont suivis, elle avait pointée le souci d’une intervention précoce dans l’accompagnement des troubles autistiques,  le scolarisation des enfants autistes qui est la clé de l’inclusion sociale, et le manque de structures pour prendre en charge les adultes autistes, et l’absence de services d’accompagnement pour leur permettre de vivre chez soi en milieu ordinaire, ou de solutions comme la colocation

    Il est intéressant de noter, alors que les handicapés sont de la compétence des départements, que l’une des premières initiatives annoncées dans le cadre du rapprochement des Yvelines et des Hauts de Seine par Pierre Bédier et Patrick Devedjian, était  la création d’une plateforme d’hébergement et de services Yvelines-Hauts-de-Seine dédiée au handicap psychique et aux troubles du spectre autistique. Lancée en Janvier 2016, ce projet est sur les rails. Le site de Becheville du Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan/Les Mureaux a été acquis (pour 2,8 M€) pour aménager cette structure qui coûtera 30 M€ dont l’ouverture de la structure, est prévue à horizon 2020. Elle devrait permettre de répondre, dans une logique de mutualisation, au manque de places notoire entre l’offre médico-sociale et les besoins laissant les personnes en situation de handicap sans solution d’accompagnement.

    Cette structure interdépartementale sera dotée d’une capacité de 158 lits comprenant 50 places de Foyer d’Accueil Médicalisé dédiées aux personnes en situation de handicap psychique, 66 places de Foyer d’Accueil Médicalisé dédiées aux personnes présentant des troubles du spectre autistique, dont 4 places d’unité renforcée de transition, 42 places de Service d’accompagnement médico-social pour des adultes handicapés présentant des troubles du spectre autistique, réparties sur quatre antennes (deux dans les Yvelines et deux dans les Hauts‑de‑Seine), Auxquels s’ajouteront la création de deux pôles de compétences et de prestations externalisées, un dans chaque département. Un  dossier que suit de prés une autre vanvéenne : Isabelle Debré, Vice présidente du Conseil Départemental des Hauts de Seine

  • LEGISLATIVES A VANVES : ATTAL SENT UNE DYNAMIQUE ET QU’IL SE PASSE QUELQUE CHOSE !

    Le préau de l’école Marceau avait pris  une certaine fraîcheur, mardi soir, pour la première réunion publique de Gabriel Attal, candidat de la République En Marche, peut être à cause de ce très long week-end estival qui s’annonçait, tous ces vanvéens ou visages nouveaux venus de la circonscription écouter ce jeune candidat. « 3 fois plus que jeudi dernier » annonçait un  supporter qui comptait plus de 200 participants

    Que du neuf avec la nouvelle secrétaire d’Etat  Sophie Cluzel (personnes handicapées) qui participait à son premier meeting et a rappelé les raisons de son engagement auprès d’Emmanuel Macron : « Gabriel et Florence représentent bien ce qu’a voulu faire Macron : Impulser un renouveau ! Il est important d’avoir une majorité, de se mobiliser pour l’obtenir » a-t-elle insistée en donnant un aperçu des premiers dossiers à régler avec ce 4éme plan autisme qu’elle vient de lancer, la rentrée scolaire des handicapés qu’elle prépare avec le ministre de l’éducation, le souci de simplifier la vie et les démarches des handicapés. « C’est un gros bouleversement d’être devenu ministre ! » a-t-elle reconnu avant de repartir rapidement vers son ministère

    Gabriel Attal a alors pris le relais, derrière son pupitre, tout d’abord pour inviter tout le monde à se lever et respecter une minute de silence pour les jeunes victimes de l’attentat de Manchester. Ensuite, il s’est présenté en expliquant que c’est la vie associative qu’il l’a amené à s’engager comme Sophie Cluzel, ses responsabilités municipales où il a senti parmi les attentes des français, leur volonté de voir les partis politiques agir au-delà des clivages politiques sclérosés, comme il le fait en votant de nombreuses délibérations consensuelles pour le bien de la commune, en critiquant les opposants au travail le dimanche, au moment du vote de la loi Macron,  alors que beaucoup de jeunes comme lui sont prêt à le faire pour financer leurs études, leur logement, leurs vacances… 

    « L’arrivée de Macron permet de casser tout cela. Tous les progressistes de droite, du centre, de la gauche peuvent travailler ensemble ! Les clivages politiques peuvent s’effacer devant l’intérêt général et pour partager une ambition : Faire bouger le pays ! » a-t-il déclaré en étant prêt à concrétiser les engagements du Président de la République à la condition que les Français, les électeurs de cette circonscription,  donnent les moyens d’agir au premier, et élisent un élu qui le soutient.  Et ce candidat veut se servir de ce mandat pour donner une impulsion à ce territoire :

    -Soutenir les TPE, PME, start-ups car « il y a un terreau fertile » dans cette intercommunalité ;

    -Construire une politique globale et cohérente pour l’environnement avec les associations et ceux qui entreprennent dans ce domaine au niveau local ;

    -Défendre les centres villes à taille humaine, dans le cadre du Grand Paris, avec des commerçants de proximité qui continuent de se développer ;

    -Soutenir les projets de nos municipalités ;

    -Décider avec les habitants à travers des ateliers législatifs et être à l’écoute ou interpellé à tout moment, au lieu de se satisfaire d’un compte rendu annuel.

    « L’arrivée de Macron m’a donné envie de m’engager avec lui. Mais je ne serai pas un député à vie. Le moment est bon pour cela. Je ménerai une campagne bienveillante, même si je sais que je n’ai pas affaire à des bizonours ! Mais je sens une dynamique, qu’il se passe quelque chose ! »