Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

POLITIQUE DEPARTEMENTALE

  • VANVES DURANT CETTE PREMIERE ANNEE DE PAIX VOILA 100 ANS

    Dés les jours qui ont suivi l’armistice, Vanves a retrouvé ses soucis du quotidien : Le conseil municipal du 23 Novembre 1918 votait un budget «d’attente» de 972 965 frs pour 1919, selon son rapporteur «en raison des événements de guerre qui touchent à leurs fins». Mais surtout, il votait un crédit de 25 000 frs pour la création d’un monument aux morts et de mesures diverses qui pourront être prises « pour perpétuer la mémoire des soldats de Vanves morts au champ d’honneur ». Il saisissait la commission départementale des dommages de guerre, pour les dégats du cimetière et de la rue Danton en demandant respectivement 3891 frs et 1500 frs. Il décidait de baptiser certains rues pour perpétuer le souvenir de la victoire : Av Foch ( allée du progrés), Joffre (ex-Liberté), Gallieni ( rue du Parc), rue Clemenceau (ex-rue du Plateau devenu rue Gambetta, la rue Georges Clemenceau actuelle étant l’ex-sentier des Nouzeaux), Pétain (ex-de la Manufacture devenue la rue Mary Beyssere), de la Marne (ex-rue du Château), rue de Verdun (ex-Francois 1er), avenue des alliés (une partie, haute,  de la rue Antoine Fratacci ) et avenue du Président Wilson (sur l’autre partie basse de cette rue). Frédéric Pic avait proposé l’attribution du nom de Jean Jaurés à une rue de Vanves pour « glorifier l’homme qui s’était fait l’apôtre du droit contre la force ». Mais il a retiré sa proposition afin qu’elle ne soit pas prise pour une manifestation politique susceptible de diviser le conseil municipal. Justice lui sera rendu plus tard

    La municipalité relancait un nouveau projet d’assainissement général de la commune ajourné à cause de la guerre, c’est-à-dire, l’établissement d’un réseau d’égout sur tout son territoire. Il demandait à la société ECFM concessionnaire de l’éclairage de le remettre en fonction, tel qu’il existait au jour de la mobilisation, tout en reconnaissant qu’il ne pourra se faire que pas étape, en raison des difficultés d’approvisionnements  et de trouver de la mai d’œuvre. Et il supprimait toutes les indemnités pour cherté de la vie voté durant la guerre.. Enfin, c’est à cette époque que les fameuses fortifications (là où s’installérent les chiffonniers et biffins jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale avant d’être utilisé pour aménager  le bd périphérique) étaient démolis par les prisonniers allemands.   

    Enfin, le 7 Décembre 1919, Frédéric Pic était élu maire et prenait le relais d’Aristide Duru. Ce maire qui est resté plus de 20 ans à la tête de cette commune n’a cessé de rappeler tout le bienfait qu’a apporté à Vanves pendant la guerre, son prédéceseur, son humanité, sa courtoisie, sa grande bonté qu’il a toujours su montrer à des administrés, prenant soin d’aller lui-même annoncer le décés d’un poilu vanvéen à sa famille.

  • LES VŒUX DE LA DEPUTE PROVENDIER A VANVES AVEC 2 MINISTRES ET SANS GILETS JAUNES

    Prés d’une centaine d’invités ont participé aux vœux de Florence Provendier (LRM), député de la 10éme circonscription des Hauts de Seine (Vanves/Issy) au Tout Va Mieux. Occasion de constater que pour ses premiers vœux, le vanvéen Gabriel Attal les avaient organisés à Issy lesMoulineaux au cœur de l’éco quartier en bord de Seine, en 2018, et qu’isséennne Florence Provendier les a organisée en 2019, jeudi soir, au cœur historique de Vanves. Avec deux ministres qui ont pris leur temps ce soir là, de passer un long moment avec les invités, Sophie Cluzel venue avec sa fille, Gabriel Attal toujours simple et abordable, des marcheurs, des personnalités comme le pére curé de Vanves, le commisssaire de police, un représentant de la BSPP, quelques élus d’Issy lesMoulineaux (en disgrâce d’André Santini) ou de Vanves (au moins un venu incognito et rapidement), mais pas de maires, ni de gilets jaunes à l’horizon   

    «C’est assez émouvant et réjouissant de se retrouver là ! » constatait Florence Provendier qui a veillé de très  prés avec son équipe à la bonne organisation de cette soirée, lors des discours. «J’ai commencé mon boulot lors de l’acte I des gilets jaunes ! » a t-elle rappelé, en revenant sur le grand débat qui devrait interpeller les français qui ne prennent jamais la parole. «Ils ont sûremment quelque chose à dire de très intéressant. La confrontation Paris-Province est insupportable, car on fait parti d’une même patrie» a-t-elle constaté. «Le mouvement des gilets jaunes est populaire. Mais des réponses ont été apportées par le président de la République. On aurait pu s’arrêter là. Il a fait le choix d’organiser un grand débat sous une formule souple, avec des méthodes permettant à tous de s’impliquer» a ajouté Gabriel Attal en constatant « qu’on avanve très vite. On a lancé toutes les réformes inscrites dans le programme. L’opportunité du Grand Débat est une façon de répondre de répondre à la question « et maintenant qu’est-ce qu’on va faire ? ». On compte sur vous pour être des relais »

    D’autant plus comme le faisait remarquer Sophie Cluzel :« soyez fier de ce qu’a fait le gouvernement. 2019 peut être une belle année. Mais c’est vrai que c’est compliqué ». Et Florence Provendier y apportera sa contribution comme elle l’a expliquée, au sein de la commission de la culture et de l’éducation à l’assemblée nationale en travaillant sur le projet de loi de l’école de la confiance qui srra le théme d’un atelier citoyen le 25 Janvier prochain sûrement dans le quartier desErinettes à Issy les Moulineaux. Elle n’en a pas moinds fait un vœu : «Mon souhait est de créer des liens dans la circonscription entre les responsables d’associations, les chefs d’entreprises etc…pour avancer ! »

  • L’ETE 2018 DU DEPUTE DE VANVES QUI A FAIT LE BUZZ ET AGACE LE PREMIER MINISTRE AVEC LA BANDE DE POITIERS

    Le député de Vanves a fait le buzz cet été malgré les vacances, notamment sur Paris Match avec non seulement  une photo avec Lionel jospin, dans un article sur « La jeune garde macroniste se ressource en Bretagne et croise... Jospin » mais une interview incroyable où il se déclare fan de d’Oreslan «  Vanves - Gabriel Attal : « J'ai monté le fan-club d'Orelsan à l’Assemblée » et un troisiéme où il explique comment il s’est engagé pour la libération d’Ingrid Bettencourt  … après cet échange aigre-doux avec son pédécesseur dans un EHPAD d’Issy  les Moulineaux raconté par le Canard Enchaîné. Trois articles en un mois dans Paris Match, un record pour un député de Vanves et de la 10éme circonscription des Hauts de Seine (Vanves/Issy).  A tel point que l’ex-député UDI  de Vanves/Issy qui le poursuit de son ire,  a écrit à la rédaction en chef de ce magazine pour s’en plaindre ( ?) .

    Gabriel Attal (sur la photo avec Edouard Philippe)  fait parti de la bande de Poitiers qui s’est retrouvé cet été justement sur une île du Golfe du Morbihan (l’île aux Moines), où justement il séjourne, et qui a fait parler d’elle dans la presse avec cette photo de Lionel Jospin. Cinq députés de la majorité (Matthieu Orphelin, Guillaume Chiche, Aurélien Taché, Marie Lebec et Gabriel Attal) et un conseiller du président (Stéphane Séjourné) – sur laquelle le JDD du dimanche 20 Août 2018   a titré :  «La petite bande qui agace le premier Ministre» -  surveillé de très prés par les proches d’Edouard Philippe, à qui l’on prête beaucoup parait il. Une bande des cinq qui s’est élargi, se situant clairement à gauche du gouvernement, « plus macroniste qu’eux, tu meures », dont les initiatives et les petites phrases agacent aussi, et dont Le Monde du 11Août  dressait le portrait de deux d’entre eux, Guillaume Chiche et Sacha Houillé, en laissant entendre que «la jeune garde macronienne jugent que le dispositif présidentiel devrait être renforcé » après l’affaire Benalla. « Rien de tout cela n'est une affaire d'État. La réalité c'est que, avec cette affaire, l'opposition et les médias font 15 tonnes de mousse avec 150 grammes de savon » commentait Gabriel Attal

    Depuis l’affaire Benalla, jusqu’à la démission de Nicolas Hulot, avec entretemps les vacances, cette garde prétorienne croyait possible de reprendre la main : « La séquence a peut être été compliqué médiathiquement, mais il n’y a pas de remise en cause de la ligne politique. La capacité du président à réformer est intacte et les réformes à venir vont  le montrer » estimait Gabriel Attal dans Le Monde du 1er Septembre. La preuve : La décision d’annoncer le prélévement à la source mardi soir par le premier Ministre avec les tergiversations du gouvernement et du président. Pour ce qui concerne Nicolas Hulot,  Gabriel Attal soulignait la « fragilité » de cet ex-ministre venu de la société civile, en lançant, avec une pointe d’amertume, en sa direction  : « Je suis sûr que notre bilan lui fera, dans quelques années, regretters, sa décision ! »

    Enfin, la grande affaire de cette année 2018-19, ce sont les élections européennes : Gabriel Attal considére que « la droite modérée a un choix de cohérence  à faire » en visant les centristes de l’UDI avec Jean Christophe Lagarde, les constructifs avec Agir (Frank Riester), Gilles Boyer… « Il ne serait pas logique que les proeuropéens ne partent pas à la bataille unis, alors que nous sommes sur la même ligne. Le cas contraire laisserait penser que certains font de la politique politicienne pour des siéges » prévient il. Peut être sera t-il présent ce soir à la réunion de rentrée des Marcheurs Vanvéens