Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vanves et le Parc des Expositions

  • LA PLUS GRANDE FERME DU MONDE HORS SOL A COTE DE VANVES OUVRE LE 1er JUILLET

    La plus grande ferme urbaine en toiture au monde», perchée sur le toit du Pavillon 6 du Parc des Expositions, à Porte de Versailles (Paris 15e) sur 14.000 m² ouvrira que le 1er juillet. C’est le point d’orgue de la 2e tranche de remodernisation de ce parc des expositions dont une partie du territoire se trouve à Vanves avec l’ouverture du pavillon 6 et des deux hôtels  Mama Shelter et Novotel inaugurés voilà six mois. L’équipe municipale, qui s’en gargarise à outrance durant cette campagne municipale, comme si elle en était à l’origine, a eu l’occasion de la visiter ces dernières semaines avec force photos sur le site internet de la mairie de Vanves, comme les autres équipes municipales  des villes voisines et notamment de Paris et du 15e

    Les vanvéens comme les franciliens peuvent déjà la découvrir en venant s’attabler au restaurant La Table du Perchoir (250 m2) et sa terrasse panoramique ouverte depuis le 18 Juin. Ses fruits et légumes seront à la carte de ce restaurant confiés au chef Jeremy Claudepierre. L'architecture du lieu, conçu par le Studio Perrier, a souhaité «placer la nature au cœur du projet», avec un décor qui fait la part belle aux matériaux naturels (bambou, chaux, fresques florales... » indique le groupe Perchoir qui gére à Paris d’autres lieux de ce type et notamment 3 autres Rooftops.  Mais les franciliens  pourront même venir cultiver fruits et légumes dans un bac réalisé en bois de châtaigne rempli d’un substrat de compost plus que la terre végétale mis au point par l’école d’agronome AgroTech, afin ne pas trop peser sur la résistance du toît, dans la partie accessible au public.

    Mais une autre partie de cette ferme productive hors sol et en plein air plus grande, ne le sera pas. Deux techniques seront utilisées, l'aéroponie et l'hydroponie. «Dans le premier cas, des plants de blettes ou de fraises sortent de colonnes métalliques verticales. Leurs racines, nues dans le tube, sont aspergées toutes les 12 minutes par un liquide nutritif composé d'engrais minéraux et d'éléments organiques comme les algues. Dans le second, des gouttières horizontales à hauteur d'homme, alignées en rangées, hébergent des plants de tomates qui grimpent sur des fils tendus. Leurs racines baignent dans le liquide en permanence. Un ordinateur gère les fréquences et volumes d'aspersion des racines» indique-t-on à l’association Nature Urbaine et Agropils qui a conçu ces équipements et chez Nature Urbaine chargé de sa gestion.

    Aucun pesticide chimique, mais les produits ne seront pas labellisés bio, en raison de l'absence de terre. De quelque 4.000 m2 actuellement, la ferme devrait en couvrir 14.000 en 2022 dont les produits fourniront Le Perchoir mais aussi les restaurants d’entreprises gérées par la société Serenest chez Vinci, Boursorama, Orange, la Croix Rouge. Cette ferme urbaine est l’une des réalisations les plus spectaculaire de cette restructuration de ce parc des expositions, géré par Viparis qui a investit 3 M€ pour verdir ce lieu.

  • UN NOUVEAU HALL ET DEUX HOTELS OUVRENT A COTE DE VANVES DANS LE PARC DES EXPOS

    Pendant que le parc des expositions, accueillait le Congrés des Maire de France, Viparis inaugurait mercredi soir son nouveau pavillon 6 qui est le centre d’un nouveau quartier avec cette place et ses deux hôtels donnant sur l’avenue de la Porte de la Plaine dans laquelle passent de nombreux vanvéens. Cette partie du parc n’est pas vanvéenne mais elle touche Vanves qui était représentée à cette inauguration

    Les invités ont pu découvrir à leur arrivée la piéce maîtresse de ce pavillon avec l’auvent (sur la photo) signé Jean Nouvel qui «doit donner l’envie de venir, en créant une surprise. Un drapeau qui envoie des signes, qui se baisse ou se léve selon les événements, avec ses pendrillons qui créent une pluie d’images et de lumières. C’est comme un écran particulier qui créé une pluie de lumière» indiquait cet architecte de renom. Il s’agit d’un monolithe d’acier fuselé surmonté d’une couverture transparente avec sous la charpente  636 pendrillons verticaux constitués de leds réagissant comme des écrans miroirs. L’auvent donne une impression de légéreté malgré les 300 tonnes de structures avec deux énormes vérins pour le soulever ou l’abaisser en 20 mn. «C’est une oeuvre qui va évoluer avec le temps. Il s’agit d’un petit triangle. Il y en a un plus grand qui arrive» ajoutait il

    Ils ont pu ensuite découvrir l’intérieur de ce pavillon 6 de 15 000 m2 aux formes arrondis, représentatif d’une nouvelle génération de hall d’exposition, construit par l’architecte Jean Pistre.  L’intérieur se caractérise avec des espaces de 5000 m2 d’un seul tenant, un espace événementiel (La Serre) avec des salles de réunion, un sous sol logistique, un toit qui accueillera la plus grande ferme d’Europe  (14 000m2)avec  des jardins familiaux, un restaurant, le Perchoir, et permettra de récupérer les eaux de pluie. Cette ferme urbaine qui alimentera les espaces de restaurations du parc, sera inauguré au printemps prochain.

    Ils n’ont pas pu visiter les deux hôtels car ils ouvriront quelques jours tard : un  Mama Shelter  le 2 Décembre et un Novotel à la mi-décembre construits par Jean Pierre Vilmotte sur un terrain étroit, avec de grandes baies vitrées mettant en scéne la vie intérieur en rez-de-chaussée, le corps du bâtiment étant composé d’une série de volumes empilés pour créer un mouvement  sur toute la longueur des façades : Un Mama Shelter Ouest (207 chambres). Conçue par la firme d’architectes d’intérieur Dion & Arles, ses chambres au design décalé, à la literie ultra confortables er à la technologie intelligente, sont de véritables cocons. Il  est équipé d’un sauna, d’une salle de sport, mais pas de réunion car ce n’est pas l’esprit Trigano qui souhaite favoriser la convivialité et l’échange, avec un restaurant. Un Novotel (245 chambres avec  34 Suites dont 5 sur le théme « Bivouac ») qui vise la clientèle business et famille selon Frank Gervais DG Accor Europe.

  • UN ETE DE DERAPAGE POUR VIPARIS DU COTE DES RIVERAINS DE VANVES ET D’ISSY

    Un incident particulièrement significatif des relations difficiles entre le parc des expositions et ses riverains est passé inaperçu au début de la semaine, si certains riverains du parc des expositions n’avaient pas réagis. Les riverains de la rue du 4 Septembre ont eu le droit d’être perturbé par une véritable boîte de nuit installée aux proches des habitations, durant les soirées des 26 et 27 Août 2019. Ce qui a suscité de vives protestations. Ils se sont demandés, à juste titre, pourquoi installer une telle boite de nuit si proche des habitations dans le Hall 3 avec ses terrasses donnant sur les immeubles du 4 Septembre. Avec la chaleur, tout le monde était dehors côté parc, et les fenêtres étaient ouvertes, côté riverains. Avec des sons très graves à vous secouer le cœur…Mais pourquoi avoir donné un tel emplacement à ses organisateurs alors que les dirigeants disposent non seulement de halls plus centraux, moins gênant comme les halls 4 et 2, mais surtout du Palais Sud avec ses salles du Paris Center Convention et sa boîte de nuit au dernier étage dont ils se gargarisent dans la presse à longueur d’articles. Et les riverains des rues Yoll et du Moulin comme de ce quartier pavillonnaire s’en sont d’ailleurs plaint lorsque les fins de soirée se terminaient dans ses rues avant que la ville obtiennent que les accès et sorties s’effectuent côté porte de la Plaine

    Cet incident de la fin Août est très révélateur de l’état d’esprit des dirigeants du parc des expositions dont les riverains ont eu une démonstration avec le fameux projet Mixcité heureusement suspendu, mais aussi à chaque montage et démontage de grands salons. Une association de riverains, aujourd’hui dissoute, l’ARPEX, qui a toujours cherchée à concilier cette activité congrés salon qui assure l’attractivité de Paris, et l’environnement proche du parc des expositions,  avait obtenu que l’activité logistique se déroule plus au centre du parc et moins sur ses franges, côté habitation surtout de Vanves et d’Issy, mais pas côté Paris, et surtout avec ses containers sur roues qui font un bruit infernal lorsqu’on les secoue, surtout à 2H ou 3H du matin. Mais voilà, depuis un certain (long) temps, toutes ces bonnes intentions ont été oubliées, à chaque montage et démontage, la nuit est infernale pour les riverains, d’autant avec les «bip-bip» des marches arrière des engins, car les manutentionnaires roulent sur des centaines de métres en marche arrière plutôt qu’utiliser  la marche avant plus silencieuse. Les riverains s’en  sont mais « c’est comme pisser dans un violon».  Voilà une fois de plus, une preuve du manque de considération des dirigeants de Viparis vis-à-vis riverains malgré leurs bonnes paroles et leurs réunions de concertation, deux fois par an, complétement bidon lorsqu’on voit le résultat concret!