Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecole

  • A LA RENTREE A VANVES, DES TRAJETS EN PEDIBUS SECURISES ENTRE L'ECOLE DU PARC ET L’ECOLE PROVISOIRE

    A L’occasion du dernier conseil municipal du 8 Juin, Aurélie Zaluski (EELV) a souhaité savoir quels dispositifs de facilitation des trajets vont être mis en place – regroupements,  pédibus ou vélobus , passage piéton protégé, mise à disposition de vélos cargos…  entre l’école du parc dont le chantier et l’école provisoire installé dans des bâtiments sur l’ancien terrain du garage et des ateliers municipaux : « Plus d’une décennie est passée depuis la dernière expérience d’école provisoire. C’était pour re-construire l’école anciennement dite « du centre », devenue école Jacques Cabourg, entre 2009-2011. A l’époque, alors qu’un projet de pédibus se mettait en place (pour traverser le Parc Michelet), quelques parents véhéments (non-représentants élus) avaient fini par vous convaincre de mettre en place une navette sous forme de bus. Pendant deux ans, matin et soir un bus a transporté des enfants de la Mairie au bas de la rue Jullien, puis fait une boucle au retour, traversant Issy les Moulineaux, souvent encombrée pour ramener au point de départ des enfants qui avaient attendu jusqu’à 20 ou 25 mins assis au lieu de marcher dans un Parc. Doit-on faire le bilan carbone d’une telle opération ? La faute sûrement aux parents frileux, inquiets, pressés d’aller travailler qui ont réclamé un service entre   transport et mode de garde, qui n’était pas vraiment un service rendu aux enfants. Les quelques élèves qui traversaient le Parc ont sûrement de meilleurs souvenirs de leurs escapades que leurs camarades abonnés aux pots d’échappement» a t-elle rappelée, en ajoutant : « Aujourd’hui on sait que l’activité physique est un facteur protecteur de la santé, la marche à pied quotidienne fait partie des recommandations et ne peut qu’être encouragée en termes de santé publique, d’autant que les risques liés à la sédentarité commencent à faire des dégâts sur la santé des enfants.  Dans tous cas, un déplacement en car serait un contresens économique, sanitaire et écologique. Il y a pour autant des aménagements à proposer ! ».

    «Afin de réduire les contraintes des parents les plus éloignés de la rue de l’Avenir, la Municipalité a décidé de proposer un pédibus gratuit à destination des élèves des écoles maternelle et élémentaire du Parc dès le vendredi 2 septembre 2022. En effet, les écoles provisoires étant à 550 mètres des écoles du Parc actuelles, le recours à un car est rapidement apparu inadapté : en plus des aspects écologique et économique qu’engendrerait l’utilisation d’un car, il faut respecter les horaires scolaires, les axes Boulevard du Lycée, avenue de la Paix et rue Larmeroux étant encombrés le matin. La solution d’un pédibus a donc été évoqué par la Municipalité depuis le printemps 2021, à l’occasion des conseils d’écoles. L’association API avait alors proposé d’y participer » a répondu Xavière Martin, maire adjointe chargée de l’Education .

    « Début avril 2022, un courrier informant des conditions d’ouverture des écoles provisoires et de l’organisation d’un pédibus a été envoyé à l’ensemble des parents et futurs parents des écoles du Parc. Tous les enfants des écoles Parc peuvent prétendre à ce service qui sera donc gratuit. Cependant, seuls les enfants inscrits à ce dispositif pourront être pris en charge et le respect des horaires sera obligatoire afin de ne pas mettre en retard le début des cours. L’inscription à ce dispositif sera ouverte par le service Education d’ici la fin de l’année scolaire. Les enfants inscrits à ce service seront pris en charge dès 8h00 dans le Parc Pic à proximité des écoles. Des accompagnateurs seront présents pour les accueillir et le départ vers les écoles provisoires aura lieu à 8h05 précises, l’objectif étant que les élèves soient dans l’enceinte de leur école à 8h20. Ce service fonctionnera les jours d’école, les lundi, mardi, jeudi et vendredi matin. Les enfants des écoles maternelle et élémentaire seront regroupés pour aller à pied rue de l’Avenir » a-t-elle ajouté en précisant

    « Concernant le trajet, les enfants et leurs accompagnateurs remonteront dans le Parc Pic jusqu’à la piscine. Puis, ils traverseront la rue Larmeroux au passage piéton avec feu tricolore sécurisé et rejoindront les écoles par les escaliers. Les jours où le Parc Pic sera exceptionnellement fermé, ils emprunteront la rue Falret et la rue Larmeroux. Des agents « Point Ecole » sécuriseront, pour tous les enfants, le passage piéton au droit de la rue Mansart sur la rue Larmeroux. Les abords des écoles provisoires seront également aménagés pour accueillir les familles dans les meilleures conditions possibles : installation de panneaux « Attention écoles » rue Larmeroux, création de 3 places dépose-minute rue Larmeroux et de 3 places dépose-minute rue de l’Avenir (avant l’entrée de l’impasse). L’impasse de l’Avenir sera interdite aux voitures, sauf aux riverains et aux livraisons et le trottoir sera remis à neuf et sécurisé par des croix de Saint-André. Un parking à vélos et poussettes sera installé en bas des escaliers rue Larmeroux. La sécurité sera renforcée au niveau des deux sorties de parking des résidences par l’installation d’un miroir et d’un marquage au sol. L’accès aux écoles peut se faire par la rue Larmeroux ou par la rue de l’Avenir ».

     

  • GABRIEL ATTAL ANNONCE, A LA MANIF CONTRE LA FERMETURE D’UNE CLASSE A LA MATERNELLE GAMBETTA DE VANVES, QU’ELLE NE FERMERA PAS

    Les parents d’éléves de l’école maternelle Gambetta ont manifesté jeudi matin à la rentrée des classes  contre le projet  de fermeture de classe pour la Rentrée 2022/2023, avec les candidats Gabriel Attal (LREM) et Cécile Soubelet (PS) venus les soutenir. Le ministre de Vanves a annoncé qu’il est intervenu auprés des autorités académiques et que « la classe ne fermera pas» tout en faisant observer que cette fermeture n’est pas justifiée en reprenant les arguments des parents d’éléves, malgré une baisse des effectifs tant à Vanves que dans les hauts de Seine

     « Cette fermeture avec les effectifs actuellement déclarés, conduirait à mettre à mal les conditions cette classe ne fermera d’enseignement des enfants et ne semble pas justifiée :L'école maternelle prévoit aujourd’hui 121 élèves inscrits pour l’année prochaine, ce qui ferait entre 29 et 30 élèves par classes. Et sachant que le ministère de l’Éducation Nationale demande à limiter les classes de GS à 24 élèves, les autres enfants seraient répartis dans 3 classes à plus de 31 élèves par classes. Ces effectifs en classes de maternelle nous apparaissent déraisonnables et impropres à des conditions d’apprentissage satisfaisantes et au bien-être de nos enfants» expliquent ils en faisant circuler une pétition pour s’opposer à cette fermeture.

    Ils demandent  de « poursuivre le projet pédagogique de cette  école qui se concentre sur la mixité des niveaux (classe de triple niveaux), permettant à chaque élève d’évoluer à son rythme selon les apprentissages tout en créant un groupe classe structurant et rassurant. Et permettre la coexistence d’espaces de travail appropriés à la spécificité des apprentissages en école maternelle»

  • L’APPLICATION A GEOMETRIE VARIABLE DU PRINCIPE DE PRECAUTION ET DE PRENVENTION A VANVES

    Cette semaine a démontré que la ville de Vanves, très rigoureuse parait il sur le principe de prévention, pour éviter à son maire d’être mis en cause "intitue personae" en cas d’accident, l'applique à « la petite semaine ». Un article du Parisien, lundi dernier,  a fait état d’une  longue démarche d’un parent d’éléve Laurent Delrieu et de procédures pour lever l’opacité de la municipalité sur la présence d’amiante dans des écoles (Larmeroux, Le parc, Marceau). Ce  qui a provoqué une question orale de Severine Edou (LREM) au conseil municipal qui lui a valu cette remarque du maire : « Merci de nous rappeler à nos obligations qui nous auraient échappés ». Preuve qu’il y a eu une sorte de défaut de la municipalité dans l’application de ce principe.

    Par contre, autre exemple, les stadistes vanvéens attendaient depuis lundi dernier à l’occasion de la levée du pass sanitaire et du masque, que l’accés par la rue Jean Baptiste Potin du PMS A.Roche,  soit possible, comme ce fut la cas à la fin du confinement au printemps 2021. La mairie a fait avoir que ce n’est pas possible à cause de Vigipirate, alors qu’il n’y pas eu une hausse du degré de vigilance par rapport au printemps 2021 lorsque l’accés avait, de nouveau, été ouvert. Ce qui est incompréhensible  aux yeux des habitués, d’autant plus qu’il n’y a aucun contrôle de l’accés à l’entrée du Docteur Arnaud par les gardiens, souvent absent, alors que ce n’était pas le cas lorsque le pass-sanitaire était exigé,  comme l’ont constaté nombre d’habitués. A Croire que le mairie de Vanves applique plutôt le principe « d’enmm… » . Mais beaucoup l’expliqueraient par l’hostilité du service des sports qui date de mathussalem à cet accés au PMS où pourtant ont été installé une caméro de viéoprotection, avec et un tourniquet  pour justement sécuriser les entrées du PMS.  

    «Vous avez été alerté à plusieurs reprises et par de nombreuses voies administratives sur la présence d’amiante dans des locaux municipaux accueillant du public, plus particulièrement dans les écoles Larmeroux, Marceau et du Parc, ainsi que la bibliothèque municipale. Si nous savons, enfin, que ce n’est pas de l’amiante dégradée et que cela ne fait pas particulièrement courir de risques à nos enfants et aux personnels techniques, nous souhaitons avoir de plus amples précisions quant aux actions menées en termes de désamiantage et d’information aux populations concernées» a déclaré Séverine Edou lors du dernier conseil municipal mercredi dernier en prenant l’exemple de l’école Larmeroux : «Comme vous le savez, la présence d’amiante a été détectée dans le préau de l’école (poteaux) ainsi que dans la colle du sol d’une salle destinée à l’accueil des enfants. Il en est de même dans la chaufferie et sur les allèges des fenêtres. Nous pensons que les allèges des fenêtres du bâtiment des logements de fonction en cours d’aménagement en Centre de loisir sont également concernées, or la construction d’un escalier extérieur jouxte ces fenêtres, et seul le rez-de-chaussée a fait l’objet d’un désamiantage».

    Et de la bibliothèque municipale : « Ses 600m2 de plafond contiennent de l’amiante non dégradée et protégée par de faux plafonds. Un désamiantage est-il prévu lors de sa prochaine rénovation ? Nous souhaiterions savoir si des travaux sont prévus sur l’ensemble des bâtiments municipaux concernés afin de prévenir tout risque futur de dégradation ? Si la municipalité a mis en place un plan d’information des risques à l’attention des personnels techniques intervenant dans les chaufferies ? Si des études et diagnostiques amiante ont-ils été menés avant la destruction des locaux techniques de la ville pour y construire l’école provisoire du Parc ? Nous vous remercions des réponses et précisions que vous apporterez sur ce sujet de santé publique qui engagent la responsabilité de la ville de Vanves et la vôtre en tant qu’employeur et 1er magistrat de notre commune.» a-t-elle demandée

    «S’il est vrai que la ville a été sollicitée par un même administré pour des demandes de transmission de diagnostics techniques amiante (DTA) de certains bâtiments communaux, je tiens à vous rassurer et vous assurer que la présence d’amiante dans les bâtiments est-elle en revanche connue et suivie par les services qui en ont la gestion »a assuré Pascal Vertanession maire adjoint à l’urbanisme en entrant dans les détail : «Concernant l’école Larmeroux, les allèges des fenêtres du bâtiment des logements de fonction amené à devenir le futur centre de loisirs sont dépourvus d’amiante au regard des diagnostics avant travaux réalisés. Un désamiantage a déjà été opéré suite aux diagnostics avant travaux et à la validation, par les organismes officiels compétents, du plan de retrait en découlant, conformément à la réglementation en vigueur .Pour la bibliothèque, un désamiantage est bien prévu. Il a été contractualisé dans l’appel d‘offres dédié à ces travaux (lot 1) et sera exécuté, comme explicité préalablement, conformément à la réglementation en vigueur qui s’impose» a-t-il indiqué..

    « Ensuite, sur la question de savoir si des travaux sont prévus sur l’ensemble des bâtiments municipaux concernés afin de prévenir tout risque futur de dégradation. Les matériaux amiantés repérés (matériaux de la liste B de l’annexe 13-9 du code de la santé publique) sont soumis à une recommandation d’effectuer une évaluation périodique qui consiste à contrôler périodiquement que l’état de dégradation des matériaux et produits concernés ne s’aggrave pas et, le cas échéant, que leur protection demeure en bon état de conservation sans que la réglementation n’impose de fréquence d’évaluation. Par conséquent les services de la ville se conforment à la réglementation et il n’est pas prévu d’autres opérations de désamiantage à ce jour. Concernant votre question sur le plan d’information des risques à l’attention des personnels techniques intervenant dans les chaufferies, je vous confirme que les entreprises intervenantes ont eu transmission des documents au lancement d’exécution des marchés correspondants. Enfin, concernant l’école du Parc, des diagnostics amiante avant travaux ont bien eu lieu afin de définir le périmètre qui sera soumis à la mission de désamiantage, les cahiers des charges étant en cours de rédaction par la maitrise d’ouvrage déléguée et la maitrise d’œuvre désignée pour cette opération».