Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecole

  • NOUVEAUX HABITANTS A VANVES : LA VILLE ETUDIE LES IMPACTS SUR SES SERVICES PUBLICS LOCAUX

    « Vanves qui connaît une des densités les plus élevées d'Ile-de-France verra sa population encore croître en 2018 et 2019 du fait des nombreuses constructions immobilières actuellement en cours.La typologie des logements proposés augure de la présence de familles et donc d'enfants » a constaté Anne Laure Mondon (PS)  en posant lors du conseil municipal du 31 Mai,  une question pour « savoir dans quelle mesure ces nouveaux logements et les besoins qu'ils pourraient générer dans les différents équipements publics de la ville, et plus spécifiquement dans les services publics de la petite enfance et les établissements scolaires, sont d'ores et déjà anticipés.Par ailleurs, les surfaces commerciales Carrefour Market et Intermarché disposent-elles de capacités excédentaires pour accueillir une clientèle supplémentaire? »

    « Les services de la ville ont étudié l’impact de ces nouveaux arrivants sur les structures municipales et plus spécifiquement concernant les établissements scolaires et de la Petite Enfance. Pour les établissements scolaires, il ressort qu’à l’horizon 2020,  les élèves issus des nouveaux logements pourront être absorbés et qu’il n’y aura pas d’augmentation sensible de la population scolaire.Par anticipation, nous avons révisé la carte scolaire qui est appliquée depuis la rentrée 2016/2017 afin de tenir compte de l’équilibre des effectifs entre les écoles et l’arrivée de nouveaux élèves émanant des nouvelles constructions. Ainsi  l’école Cabourg va accueillir de nouveaux élèves dont l’effectif est estimé à 35 en maternelle et 55 en élémentaire sur une période de 3 ans et qui pourront être accueillis dans les locaux existants. Les écoles Lemel et Larmeroux devraient accueillir sur cette même période un total de 7 élèves de maternelle et 10 élèves en élémentaire et disposeront de surface suffisante.Les écoles du Parc accueilleraient 9 élèves de maternelle et 13 en élémentaire et disposeront de locaux suffisants" a répondu Xavière Martin, maire adjointe aux Ecoles. 

    "Par contre, dans l’hypothèse d’une évolution immobilière au Clos Montholon, qui pourra atteindre un maximum de 600 logements au cours des dix prochaines années, les écoles du Parc seront directement concernées par l’arrivée de cette nouvelle population scolaire et ne disposeront pas de locaux suffisants. Aussi, nous avons demandé à nos services d’étudier un projet de reconstruction ou d’agrandissement des écoles du Parc.Les écoles du secteur du Plateau ne sont pas impactées par l’arrivée de population supplémentaire » a t-elle précisée

    « Concernant le secteur Petite Enfance, nous constatons depuis quelques années, une baisse de la demande d’admission qui est liée à la diminution de la natalité.De plus, l’ouverture  de 2 crèches privées, Les Petits Corsaires et le Rosier Rouge, sur la Ville va permettre d’augmenter l’offre de 86 berceaux supplémentaires et de répondre ainsi aux nouvelles demandes. Par rapport aux surfaces commerciales, différentes enseignes, telles qu’Intermarché, Carrefour Market, Franprix, existent sur la ville et sont en capacité de répondre à une clientèle supplémentaire.De même, le marché de Vanves est ouvert trois matinées par semaine ».

  • A COTE DE VANVES : INAUGURATION A NOTRE DAME DE FRANCE

    Bernard Gauducheau avec Xavière Martin, adjoint au maire chargé de l’éducation ont participé, hier matin,  à l’inauguration du nouveau bâtiment « Dujarié » de l'Institution Notre-Dame de France par Patrick Devedjian Président du Conseil Départemental des Hauts de Seine,  Luc-Olivier Vignaud, président du conseil d'administration de l'OGEC et d'Alain Bossard, chef d'établissement du collège. La déconstruction/reconstruction du nouveau bâtiment « Dujarié » de l'Institution Notre-Dame a été réalisée en 2016 dans un temps record malgré desproblèmes de carrières, d’inondations et de vols. Le nouveau bâtiment abrite désormais 1 grande salle polyvalente, des salles de classes, le centre de documentation, les salles des enseignants et un espace collégiens. « Le Département s’est engagé régulièrement auprés de vous comme il le fait pour l’enseignement privé », a expliqué Patrick Devedjian,   avec une enveloppe dédiée de 3 M€ pour l’équipement de ses établissements (sur un budget de 163 M€ consacré à l’éducation dont 71 M€ pour les travaux dans les colléges). Pour ND de France, il  a alloué deux subventions de 343 011€ chacune en 2015 et 2016 pour la réalisation de ces travaux. Cet établissement privé accueille 850 enfants de la maternelle à la 3éme dont beaucoup devanvéens. Au moins un ancien éléve de Vanves, chef scout à Saint Remy, a assisté à l’événement

  • ENQUETE SUR LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES A VANVES ET DANS LES 1281 COMMUNES FRANCILIENNES

    A l’occasion d’un  colloque sur « la Réforme de l’Ecole en questions, L’AMIF (Association des maires d’IDF) a présenté les résultats d’une enquête réalisé auprès des maires sur les nouveaux rythmes scolaires entre le 1er Juillet et le 31 Août 2016.

    «La réforme a été imposée aux maires qui, réticents au départ mais responsables, ont dû devant la demande très forte des parents s’adapter et chercher des solutions pour mettre en place des activités»  constate l’AMIF en indiquant «qu’en 2013, 13% des communes volontaires ont mis en place la réforme, 81% en 2014 lorsqu’elle est devenue obligatoire - comme à Vanves - et les 6% restant s’y sont pliées en 2015». Cette enquête montre que 90% des maires sondés ont estimé avoir rencontré des difficultés dans la mise en place de la réforme et 90% des communes franciliennes ont établi un Plan éducatif de territoire (PEDT).

    Les difficultés les plus importantes ont été : la fatigue des élèves (76%) constaté par l’ensemble des enseignants et des parents d’élèves surtout pour les maternelles comme ont témoignés ces derniers sur le blog autour de la Toussaint 2014. Le recrutement et la formation des personnels (64%). Vanves a vraiment rencontré des difficultés avec les recrutements extérieurs la première année, certains des animateurs extérieurs dans les différents ateliers ayant des comportements qui « laissaient à désirer ». C’est pourquoi, dés la Rentrée 2015, la ville adoptait une formule plus souple, en remplaçant les ateliers par une prise en charge par les centres de loisirs chargés de l’accueil, avec des activités de qualité, animées par du personnel connu et formé. Enfin, le financement (22%) : Il en a coûté 600 000 € la première année à Vanves, beaucoup plus que les évaluations faites avec l’aide du fonds de compensation. C’est pourquoi une participation des parents a été demandée, en pratiquant le tarif des centres de loisirs.

    Cette enquête montre que les dépenses qui risquent de croître en 2016-17 concernent : les personnels (75%), le matériel (43%), la restauration (26%), les transports (10%). Les NAP sont fréquentées par 62% des élèves en élémentaire et 57% des élèves en maternelle. Elles sont encadrées par des animateurs (75%), des ATSEM (63%), des enseignants (41%), des entraîneurs sportifs (41%), des animateurs d’associations d’éducation populaires (37%) et des bénévoles retraités ou des étudiants (22%). A Vanves, seuls les animateurs des Centres de loisirs animent ces NAP, le maire exigeant le BAFA. « Le temps passé par les  animateurs avec les écoliers est aujourd’hui plus long et important que les enseignants. Il ne faut pas négliger cette nouvelle donne, car les animateurs ont un rôle pédagogique. C’est pourquoi j’exige une formation BAFA ! » indique Bernard Gauducheau pour qui c’est une filière qui s’est professionnalisé depuis les années 1980/90