Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecole - Page 2

  • UNE GREVE DES ENSEIGNANTS TRES SUIVIE A VANVES PAR 76% DES ENSEIGNANTS

    La gréve des enseignants a été très suivie à Vanves (76% des enseignants), dans les hauts de Seine (93%)  et en Ile de France (3 enseignant sur 4) jeudi dernier. La ville n’a pas éré en mesure d’assurer le service minimum d’accueil  (SMA) faute de personnel car il aurait fallu 62 agents, comme beaucoup d’autres communes du département et en France. D’ailleurs, l’Association des Maires de France (AMF)  a tenu à rappeler, à la veille de cette gréve,  avec force «les grandes difficultés des communes pour maintenir le bon fonctionnement des écoles, de la restauration scolaire et des accueils périscolaires, dans un contexte marqué par la complexité et les changements incessants des règles sanitaires annoncées sans concertation, et les problèmes de remplacement des personnels touchés par la covid ou cas contacts». Depuis le début de la crise sanitaire, les maires ne ménagent pas leurs efforts pour assurer les meilleures conditions sanitaires possibles pour maintenir ouvertes les écoles primaires, en engageant les moyens matériels, humains et financiers nécessaires.

    «Sur le fond, nous comprenons le mouvement de grève des personnels enseignants. Nous ne pouvons que partager leur exaspération quant à la multiplication des protocoles, dans un délai si court.  Nous sommes également confrontés depuis plus de 2 ans à l’adaptation nécessaire face à une pandémie dont personne n’aurait pu prédire l’ampleur et la durée. Mais nous ne sommes plus en mars 2020 et l’absence de moyens est aujourd’hui criante et la succession si rapprochée des protocoles interroge sur la cohérence d’ensemble » indiquait le maire de Vanves sur le site facebook de la ville.

    Les parents d’élèves leur en sont reconnaissant, souhaitant à plus de 60% que les écoles restent ouvertes,  malgré les difficultés et ce protocole qui, heureusement, a été allégé. Sur France Infos, François Bouyer, professeur agrégé d'histoire-géographie au lycée Michelet reconnaissait que certains élèves ont des difficultés en ce qui concerne l'acquisition des méthodologies. «En effet, celle-ci passe par l'entraînement», expliquait-il. «Or, il y a une différence entre faire un devoir à la maison et le faire en classe avec une correction derrière. On remarque beaucoup d'inégalités entre les membres d'une même classe. Pour les plus autonomes, le distanciel ne pose pas de problème. Mais pour ceux qui sont en difficulté, le suivi des apprentissages demeure compliqué» observait cet enseignant préoccupé comme ses colléègues par la continuité pédagogique, même s’il faut se débrouiller souvent.

  • 62 CLASSES IMPACTEES PAR LA GREVE DANS LES ECOLES DE VANVES

    62 classes seraient impactés sur 81 dans les écoles primaireset maternelles de Vanves auourd’hui. Le maire dans un courriel aux parents d’éléves  les a informé que vul’ampleur de la gréve, un service minimum est impossible car il mobiliserait 62 agents municipaux dont il ne dispose pas. Dans les collèges et lycées de Vanves, beaucoup de professeurs ont informés leurs élves qu’ils pouvaient rester chez eux. Selon le ministére de l’éducation nationale, et certains syndicats, cette gréve devrait être d’un ampleur historique avec 75% de grévistes. Enfin selon une enquête Ifop, 66% des Français estiment que le gouvernement a eu raison de maintenir le plus possible les écoles ouvertes depuis le début de la pandémie

  • UNE RENTREE A VANVES MARQUEE PAR DES ANNULATIONS, DES TESTS ET QUELQUES TENSIONS

    Cette semaine de Rentrée pour la nouvelle année s’est déroulée sur fond de crise sanitaire, avec des suppressions ou des reports de rendez-vous comme le repas paroissal prévu le 15 Janvier pour célébrer la Saint Remy reportée en Mai, comme les « galettes » traditionnellement organisé par les associations à cette époque, le banquet des seniors, des matchs comme c’était le cas pour le basket qui devait jouer à Tourcoing à cause de joueurs contaminés, des congrés et salons annulés ou reportés en Mars au parc des exposition…. Dans certaines communes, les classes d'instruments à vent dans les conservatoires er les leçons individuelles et collectives ont été annulée jusqu'à fin janvier, à cause de la propagation du variant Omicron. Les pharmaciens sont  sous pression avec ces longues files d’attente devant les barnums blancs pour se faire tester surtout, et vacciner (sur laphoto devant la pharmacie de l’Eglise).

    Selon les dernières données de Santé publique France, un test au Covid-19 sur cinq s’avère positif en IDF. Le taux de positivité est de 20,5 % dans la région contre 17,1 % au niveau national. Un résultat qui s’explique par un nombre record de tests réalisés ces derniers jours : 9,5 millions de testes réalisés la semaine derniére (+25%) contre 3 millions de tests hebdomadaires en 2020 et 6 en Août  2021. La hausse du nombre de cas positifs témoigne «d’une circulation virale toujours plus intense, dominée par le variant Omicron» affirme SPF. Cela s’explique également par un nombre de tests réalisés ces derniers jours. Le taux d’incidence se rapproche des 3.000 cas pour 100.000 habitants dans la Région. Une tension hospitalière se fait déjà ressentir. Les scientifiques prévoient un pic épidémique à la mi-janvier.

    Dans les écoles, la tension est grande actuellement après l’annonce d’un nouveau protocole considéré comme « hors sol » annoncé par le ministre de l’Education la veille de la Rentrée dans le Parisien, heureusement allégé depuis peu….  «Ce nouveau protocole sanitaire rend la situation ingérable. Il veut que dans un cas de contamination dans une classe, tous les élèves devaient passer un test antigénique. Puis, un second test, deux jours après le premier cas et un troisième, quatre jours après. Si l’un des élèves était déclaré positif pendant ce laps de temps, la démarche des trois tests devait être relancée du début. On arrive plus à gérer» expliquait un responsable d’un syndicat enseignant qui ajoutait : «Depuis trois jours, les directions scolaires ne font que rappeler les parents. Ce protocole entraine une consommation massive d’autotests car les écoles demandent aux parents d'utiliser des autotests, et ils se tournent donc vers les pharmacies. Les pharmacies ne savent pas si elles seront remboursées et sont réticentes à fournir des tests, alors que le stock diminue. Les parents reviennent voir les écoles sans avoir d'autotests et sont déboussolés. Ils n'en peuvent plus et les directions scolaires aussi !».

    Et certains témoignages de parents vanvéens sont édifiants, car emmener les enfants à l’école, c’est devenu depuis la rentrée une sorte de parcours du combattant pour beaucoup d’entre eux. Selon le nouveau protocole, les élèves de moins de 12 ans doivent subir trois tests en cinq jours et justifier à chaque fois d’un résultat négatif pour pouvoir revenir en classe. Encore faut-il pouvoir se faire tester. «On a fait une heure de queue par deux degrés» racontait à France Info, une maman d’une écolier en CP. Même galère pour Louise, qui elle est en CM1 : «On en fait presque toutes les semaines. (…) C’est un peu beaucoup !» témoignait une autre mére. «Trois tests je trouve ça un peu lourd pour les enfants (…) mais c’est imposé !» ajoutait un père de famille devant une pharmacie dont la plupart sont déjà saturées et à bout.. Selon un pére de famille qui déposait ses deux garçons à l'école du parc hier matin, un enseignant faisait le tri à l'entrée, en laissant certains élèves aller en classe, en renvoyant d'autres se faire un test.   

    Face à la demande croissante de tests la ville de Montrouge propose depuis lundi un dépistage covid dans les écoles pour faciliter la vie de tous. Les enfants cas contacts au sein d'un établissement scolaire montrougien peuvent se faire tester directement dans leur école grâce à une cellule mobile de dépistage COVID mise en place par la Ville en accord avec l’Edication nationale. Et à Vanves, c’est pour quand ? Mais ce n’est pas tout, dans le contexte actuel,  les absences  des enseignants malades ou contaminés, n’arrangent pas le situation, que ce soit dans le primaire ou le secondaire. Cette semaine à Lemel, les parents doivent se débrouiller pour cause d’absence ces deux premiers jours de lasemaine, à cause de l’absence d’un enseignant, et de la grève jeudi, Vanves n’est pas épargné. C’est pourquoi  les syndicats ont appelés les enseignants et les professionnels de l’éducation à la grève à partir du 13 janvier prochain, ce qui ne va pas arrangés la situation de parents excédés. Parmi les revendications : « Des consignes discutées et adaptées à la réalité, communiquées clairement et directement aux collègues et avec des délais de mise en place ; des équipements de protection et de prévention en nombre (masques chirurgicaux et FFP2, autotests, capteurs de CO2), dès les prochains jours et pas dans plusieurs semaines ; un recrutement de personnels via les listes complémentaires des concours et via des contrats décents pour les enseignants et CPE contractuels ainsi que pour les assistants d’éducation» décrit le SE-Unsa dans un communiqué