Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecole - Page 3

  • CHRONIQUES A VANVES DE CONFINEMENT : LA REPRISE DANS LES ECOLES SE PREPARE

    Le Maire de Vanves a choisit de ré-ouvrir les écoles primaires à partir du 14 Mai après une pré-rentrée entre Lundi et Jeudi  qui permettront une désinfection des salles de classes avec un désinfectant adapté et conforme, d’aménager les salles de classes de manière à respecter une distance d’au moins un mètre entre les tables, soit un espace de 4 mètres carrés autour de chaque élève, de marquer au sol les couloirs pour organiser la circulation, ranger les jeux partagés  etc…

    Et aux enseignants de préparer cette reprise dans le respect d’un protocole sanitaire très strict : port du masque pour les personnel  obligatoire que dans les situations où les règles de distanciation risquent de ne pas être respectées, comme pour les personnels intervenant auprès des plus jeunes ou d’élèves à besoins éducatifs particuliers,  lavages des mains répétés, jeux proscrits,  nettoyage approfondi des tables, chaises, équipements et matériels en contact avec des groupes d'élèves différents devant être réalisé entre chaque groupe, si possible à l’aide de lingettes désinfectantes… comme le recommande le protocole sanitaire de l’Education  précisant les modalités pratiques de réouverture et de fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires.  Un vrai casse-tête, surtout en maternelle, ont fait valoir certains enseignants.

    Sur le plan pédagogique, une circulaire mise en ligne le 4 Mai par l’Education Nationale indique que «L’enjeu n’est pas de finir les programmes » mais de consolider les acquis pour la suite du parcours scolaire, avec des fiches pédagogiques détaillant les objectifs pour chaque classe de la Maternelle à la 3e. 

    De nombreux maires ont fait savoir qu'ils ne rouvriraient pas les écoles le 11 mai, à l'instar des 400  maires franciliens sur 1268, la plupart de gauche, à quelques exceptions prés, dont Anne Hidalgo, qui ont demandé de repousser la réouverture des écoles à une date ultérieure, dénonçant un déconfinement «à marche forcée» dans une tribune paru Dimanche dans sur le site de La Tribune: «Nous n'avons pas encore toutes les informations pour préparer la population et (...) les directives sont mouvantes» font ils notamment valoir. «Ce calendrier est, dans la plupart de nos communes, intenable et irréaliste…La préparation du déconfinement se fait dans un calendrier à marche forcée, alors que nous n'avons pas encore toutes les informations pour préparer la population, et que les directives sont mouvantes» L'AMIF (Association des Maires d’Ile de France) a demandé ainsi, outre le report de la date de réouverture des écoles, de «ne pas faire reposer sur les maires la responsabilité juridique, politique et morale de la réouverture des écoles, mais de les associer dans une concertation avec le Préfet de département. La souplesse et l'adaptation aux conditions locales sont nécessaires, et les maires souhaitent bien évidemment être associés à cette concertation (...). Mais le désengagement de l'Etat de ses responsabilités en matière éducative et sanitaire, en pleine crise et alors que l'état d'urgence va être prorogé, est inimaginable» pointent-ils. «Nombreux sont ceux qui n'ont pas encore d'informations sur les enseignants qui seraient disponibles pour nos écoles, sur le nombre d'animateurs qui pourront être disponibles pour le périscolaire, ni même des effectifs des élèves à accueillir» déploraient les maires franciliens qui appelaient le gouvernement à «prioriser clairement les enfants qui pourront/devront reprendre le chemin de l'école en ÎDF en tenant compte du contexte familial de chaque enfant».

    C’est pourquoi, la tâche du maire de Vanves et ses équipes doit être difficile et redoutable. D’autant plus que  350 enfants devraient être accueillis à partir du 14 Mai sur 2083 au total avec un enseignant pour 15 élèves, avec un système de rotation pour que chaque enfant puisse retrouver plusieurs fois le chemin de l’école d’ici les vacances d’été.  «Un questionnalre a été envoyé aux parents pour construire ensemble des solutions d’accueil à la cantine et aux accueils péri-scolaires» indiquait il lorsde son point hebdomadaire sur le site Facebook de la ville, Vendredi dernier en annonçant pour le 7 Mai, l’annonce des modalités concrètes de la reprise. « L’objectif est de faire déjeuner 15 enfants par roulement dans la salle de restauration scolaire, et pendant ce temps là,  les agents d’entretien pourront désinfectés les classes»

    «Quoiqu'il en soit, nous devons non seulement rester vigilants sur ce qui sera mis en place pour ce retour à l’école (premier degré et second degré), mais aussi pour la rentrée de septembre. En effet, c'est dès maintenant que se mettent en place les conditions d'accueil de nos enfants dans quelques mois, et il est essentiel que cela se fasse dans de meilleures conditions que celles d'aujourd'hui ! Il faudra donc que nous restions tous mobilisés pour nos enfants !» indiquait la FCPE Vanves sur son site Facebook ces jours-ci

    A cette occasion, un débat s’est développé concernant la responsabilité pénale des maires, élus locaux, fonctionnaires et chefs d’entreprises qui seront amenés à prendre des mesures pour permettre la sortie du confinement. Les élus demandent des garanties qu'ils ne risquent pas de voir leur responsabilité engagée en cas de contamination d'un élévre ou d'un membre du personne. Auxquels les sénateurs ont répondu en adoptant un dispositif qui stipule que pendant l'état d'urgence sanitaire «nul ne peut voir sa responsabilité pénale engagée» pour des contaminations par le coronavirus, sauf en cas d'intention délibérée, imprudence ou négligence. «Nous ne pouvons pas déconfiner sans protéger l'exercice des responsabilités qui seront prises par beaucoup de Français et qui les dépassent» a expliqué l’un d’entre eux en soulignant que «ce n'est pas une exonération totale de responsabilité pénale».

  • LE PROJET DE LA NOUVELLE ECOLE DU PARC DE VANVES PRESENTE A LA MAJORITE MUNICIPALE

    A L’occasion de la dernière réunion de la majorité de l’année, ce soir, avant la trêve des confiseurs, le maire de Vanves devrait présenter le projet d’extension et de reconstruction de l’école du Parc. «Elle a vieilli. Elle doit être remise aux normes. On a choisi la démolition-reconstruction pour l’agrandir afin d’accueillir les enfants des nouveaux habitants qui s’installeront dans les nouveaux immeubles du Clos Montholon » indiquait le maire de Vanves lors des réunions publiques de quartier qui se sont tenus cette année. Ce groupe scolaire édifié en 1953-1954 comprend une école maternelle répartie dans un bâtiment en reez-de-chaussée et dans le pavillon Arnaud (avec 7 classes), une école maternelle répartie dans deux bâtiments de 13 classes avec deux préaux, ne communiquant que par les espaces extérieurs.

    Cette opération s’effectuerait sur la même emprise foncière de l’école actuellement, selon un schéma de réalisation et l’étude de l’architecte, avec un niveau de plus pour l’école maternelle. Selon les dernières informations, il prévoirait un accés différencié pour les deux écoles, un regroupement les classes maternelles qui passeraient de 7 à 9 en un seul site, l’école élementaire passerait de 13 à 18 classes, avec une seule cuisine et un seule réfectoire commun aux deux écoles. Les batiments de l’école maternelle seraient toujours en rez de chaussé raccolé au pavillon Arnaud, et relié au réfectoire aménagé en rez-de-chausée côté parc, fermant la cour verte actuelle, puisqu’il serait accolé à l’école élementaire sur-élevé, avec un centre de loisirs élementaire la séparant de l’école Larmeroux    

    Cette opération devrait donner lieu à une vaste opération tiroir : les ateliers municipaux devraient déménager dans le vaste espace existant dans le sous sol de la piscine au niveau du terrain de football annexe J.Saccard. Un espace occupé en partie par une butte en terre datant sûrement de l’origine qui a avait été enlevé voilà quelques années lorsqu’il était destiné à accueillir un espace sportif (salle de musculation etc…) dont le projet a été abadonné. Le site des sateliers avec le garage municipal est appelé à être détruit pour une opération immobilière. Mais entretemps, ce terrain libéré servira à accueillir l’école du parc provisoire pendant les travaux, comme ce fut le cas pour l’école du Centre sur les terrains A.Briand avant la construction  de la résidence Niwa, pendant les travaux de l’îlôt Cabourg.

  • L’ECOLE DU PARC A VANVES : 62 ANS APRES SA PREMIERE RENTREE, UNE EXTENSION EN PROJET

    C’était peut être la dernière Rentrée au groupe scolaire du Parc avant le chantier d’extension et de transformation qui nécessitera aux écoliers et auxs enseignants à s’installer dans une école provisoire qui devrait être aménagé sur le terrain des ateliers et garage municipaux qui déménageront sous la piscine municipal. L’objectif de la ville, avec ce projet d’extension, est de réaliser un accés différencié pour les deux écoles, regrouper les classes maternelles qui passeraient de 7 à 9 en un seul site, d’éviter une circulation extérieur pour l’école élémentaire qui passerait de 13 à 18 classes, avec une seule cuisine et un seule réfectoire commun aux deux écoles. Les bâtiments de l’école maternelle serait toujours en rez de chaussé raccolé au pavillon Arnaud, et relié au réfectoire aménagé en rez-de-chaussée côté parc, fermant la cour verte actuelle, puisqu’il serait accolé à l’école élementaire sur-élevé, avec un centre de loisirs élémentaire la séparant de l’école Larmeroux     

    Occasion de rappeler que cette école du parc a été construite voilà  60 ans, par la municipalité présidée avec par René Plazanet (1947- 1965), pour répondre, là aussi, à l’arrivée d’une nouvelle population et dont à un accroissement des effectifs scolaires, suite aux nouvelles constructions réalisées à Vanves avec 440 nouveaux logements dont un groupe d’HBM par l’office départemental (Les Chartiots).

     C’était le 3éme groupe scolaire de Vanves, aprés Gambetta et Le Centre, très attendue depuis le début des années 50. Les parents d’élèves se plaignaient de classes sursaturées avec 60 enfants dans les maternelles, avec 50 élèves dans les écoles primaires. Une situation inimaginable aujourd’hui. Il a été construit par les architectes Vieu et  Marchand sur un terrain de 6, 44 ha situé entre la rue et le parc Falret

    Sa  première Rentrée remonte à Octobre 1957 avec 562 écoliers rentrés un 1er Octobre après une inauguration qui s’était déroulée le 29 Juin en présence du préfet de la Seine Emile Pelletier : 206 garçons et 231 filles pour les classes primaires répartis dans deux écoles sur la partie haute du terrain, l’une pour les garçons avec 6 classes, l’autre pour les filles avec 6 Classes, et 125 pour les classes maternelles, avec 4 Classes, dans un troisiéme bâtiment construit sur la partie basse du terrain. «Tous ces enfants ont trouvé avec joie, des classes claires, gaies, bien garnies, bien aérées, garnies d’un mobilier scolaire approprié t située dans un cadre ravissant» indiquait le bulletin municipal de l’époque. De nombreuses générations de vanvéens sont passées par cette école un peu particulière car riveraine du parc Frédéric Pic. Des personnalités l’ont marqué comme l’une de ses directrices qui  était la mére du célébre footballeur Rothen, ou l’un de ses enseignants, monsieur Martin, qui a longtemps dirigé les colonies de vacances de Vanves à la Fécla