Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ecole - Page 4

  • LA RENTREE SCOLAIRE A VANVES : COLLEGES SECTORISES ET LYCEES NUMERISES !

    C’est la rentrée scolaire pour plus de 4650 jeunes de 3 à 20 ans dans les établissements scolaires à Vanves : Plus de 2000 enfants dans les 6 écoles maternelle ( 786 élèves pour 31 classes, soit une moyenne de 25,3 par classe) et 6 écoles élémentaires  (1289 élèves pour 49 classes soit une moyenne de 26,3 par classe) de Vanves, prés de 2500 élèves à Michelet dont 650 collégiens, 1300 lycéens,  500 étudiants de classes préparatoires, prés de 500 collégiens au collège Saint Exupery, plus de 350 élèves au LEP Dardenne….  

    Si l’événement de la Rentrée 2018 a été est le retour à la semaine de 4 jours pour les écoles maternelles et primaires,la Rentrée 2019 est marqué par la nouvelle sectorisation des collèges à Vanves décidée par le Conseil départemental des Hauts de Seine en concertation avec la ville de Vanves «L’objectif principal : rééquilibrer progressivement les effectifs au sein des deux collèges vanvéens, tout en tenant compte de la distance à parcourir par les collégiens. Le constat est sans appel et les chiffres sont là pour en témoigner : d’une capacité identique de 600 élèves, le collège Saint-Exupéry ne comptait que 472 inscrits pour l’année scolaire 2018/2019, contre 623 élèves pour le collège Michelet. La solution proposée par le Conseil départemental pour faciliter l’organisation pédagogique des deux établissements a été de transférer l’équivalent d’une classe du collège Michelet vers le collège Saint-Exupéry. Les futurs collégiens, scolarisés en 6e à la rentrée 2019, ainsi que les nouveaux arrivants sur la commune quel que soit leur niveau scolaire (entrée en 5e, 4e et 3e), sont concernés par ce nouveau découpage en fonction de leur lieu de domicile» expliquait on tant du côté mairie que du conseil départemental.

    Un autre événement concerne les lycées d’enseignement général Michelet et professionnel Louis Dardenne à la suite de la réforme de Jean Michel Blanquer, ministre de l’Education. Elle  entre en vigueur pour les 1ére et les 2éme et a conduit à renouveler entièrement les manuels soit 9 pour les 1ére et 7 pour les 2éme. « Nous avons décidé d’instituer la gratuité pour tous intégralement financé par la Région, car cela aurait coûté aux familles 270 € en moyenne. Et nous avons profité de cette opportunité pour proposer de passer au 100% numérique avec des manuels numériques -  50% des lycées d’enseignement général ont accepté,  sachant que pour les LEP c’était obligatoire, soit 330 établissements au total pour la Rentrée 2019» indiquait Valérie Pécresse président de la Région Ile de France lors de sa conférence de rentrée le 28 Août dernier. Ainsi le LEP Dardenne a dû faire le choix de passer aux manuels numériques sur tablettes, ce qui n’est pas le cas du lycée Michelet qui a préféré le renouvellement des manuels en papier. Ce qui n’est étonnant car « ce sont les lycées des quartiers les plus populaires qui ont été demandeurs, c’est-à-dire qui en avaient besoin, les autres étant plus réticent à sauter le pas du manuel numérique» selon V.Pécresse, car encore attachés au papier et à l’écrit, ainsi que leur passé prestigieux. Un seul regret : Que l’expérimentation des premiers cours à 9H au lieu de 8H ne concerne ni Michelet, ni Dardenne

  • VASTE OPERATION TIROIR POUR L’ECOLE DU PARC DE VANVES

    Dans le cadre du nouveau contrat développement Département-Ville  (2019-2021) pour Vanves qui  a été voté par la Commission permanente du Conseil départemental des Hauts de Seine, le 21 Mai dernier, Vanves recevra  1 630 000 € en investissement pour la construction-réhabilitation du groupe scolaire du Parc (1,2 M€). Une bonne nouvelle qui est intervenu le jour même où Bernard Gauducheau présentait ce projet lors de la réunion publique de quartier du Centre Ancien-Saint Remy.

    «Elle a vieilli. Elle doit être remise aux normes. On a choisi la démolition-reconstruction pour l’agrandir afin d’accueillir les enfants des nouveaux habitants qui s’installeront dans les nouveaux immeubles du Clos Montholon » a indiqué le maire de Vanves en précisant que cette opération s’effectuera sur la même emprise foncière de l’école actuellement édifiée dans les années 60, le schéma de réalisation étant en cours d’élaboration ainsi que l’étude de l’architecte, avec un niveau de plus pour l’école maternelle

    Cette opération va donner lieu à une vaste opération tiroir : les ateliers municipaux devraient déménager dans le vaste espace existant dans le sous sol de la piscine au niveau du terrain de football annexe J.Saccard. Un espace occupé en partie par une butte en terre datant sûrement de l’origine qui a avait été enlevé voilà quelques années lorsqu’il était destiné à accueillir un espace sportif (salle de musculation etc…) dont le projet a été abadonné. Le site desesateliers avec le garage municipal est appelé à être détruit pour une opération immobilière. Mais entretemps, ce terrain libéré servira à accueillir l’école du parc provisoire pendant les travaux, comme ce fut le cas pour l’école du Centre sur les terrains A.Briand avant la construction  de la résidence Niwa, pendant les travaux de l’îlôt Cabourg

  • CANTINE SCOLAIRE A L’ECOLE DU PARC A VANVES : LES ECOLIERS PROTESTENT CONTRE LA QUALITE DES REPAS

     «Leur cantine n’est pas bonne, les CM2 se rebellent» titrait le Parsien de Vendredi dernier en expliquant : «Ils ont confectionné leurs panneaux revendicatifs tout seuls : une poignée d’élèves de CM2 proteste ce vendredi contre les menus servis à l’école du Parc» en annonçant une manifestation en fin d’après midi. «Dans leur viseur : le contenu de leurs assiettes, élaborées par le prestataire Elior, choisi pour fournir la plupart des établissements des Hauts de Seine» expliquait le journal en citant quelques écoliers  parlant de «gras dans la viande», «de l’eau dans la purée»… 

    Ce qui n’est pas nouveau puisque déjà, avant le renouvellement de la concession du marché public de restauration à cette société Elior, il semble que des parents d’éléves de cette école du Parc s’étaient déjà mobilisés concernant la qualité des repas servis à leurs enfants. Ce qui avait amené la municipalité à renforcer les conditions de ce marché pour améliorer la qualité des repas. Et ce qui prouve qu’il y a encore des efforts à faire. Mais cette fois-ci, dans la lignée des Gilets Jaunes, les parents ont agis avec intelligence et humour : Pas de gilets jaunes mais des enfants habillés en noir, avec des affiches confectionnés de leurs mains : «même des pattes au beurre c’est bon !», «trop de sauce marron, repas pas bon !»

    Mais voilà, il faut être conscient que la liaison froide choisie actuellement par l’ensemble des municipalités - depuis 1994 par Vanves-  sécurise les élus, mais ne satisfait pas, bien évidemment, les adeptes de la bonne cuisine. Cuisiner un plat, le congeler, pour le décongeler, ensuite, lui fait perdre une partie de sa saveur. Tous les bons cuisiniers vous l’expliqueront. Pas étonnant qu’une telle cuisine ne satisfasse pas certains parents et enfants. Mais à contrario, les nutritionnistes vous expliquent que les enfants font, à la cantine, un repas équilibré, au moins une fois par jour, alors qu’à la maison, souvent, le soir, c’est pizza, hamburger etc… parce que les parents n’ont pas le temps de cuisiner. Sans parler du fait qu’en dehors des pâtes, de la purée, et des frites, essayer de faire manger à ces enfants des haricots verts, des épinards, etc….même bien cuisinés   

    Alors bien évidemment, pour éviter de faire des vagues, la municipalité a réagit en envoyant Xavière Martin, maire adjoint chargé des écoles rencontrer les parents d’éléves et les enfants pour réfléchir, durant ce week-end, «à ce qu’ils aiment le plus et ce qu’ils aiment le moins», c’est à dire, pour être cru, à ce qu’une nutritionniste ou une dédiéticienne ne conseillera jamais comme menu. Des échanges sont prévus demain matin à l’école suivi d‘un déjeuner à l’école pour Xavière Martin avant d’en saisir la commission des menus. Comme l’expliquait un restaurateur de Vanves «Avec 2 à 3 €, je pourrai leur confectionner un menu qui les satisfasse, chaque jour !». C’est ce qu’on choisit certaines communes, mais en province, par choix des élus, piu à cause de circonstances géographiques. Et encore, pas sûr qu’ils terminent leur assiette ! Surtout si vous servez une choucroute, un bœuf bourguignon où il y a beaucoup de sauce marron etc…