Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

api

  • L’EFFET CABOURG SUR LA CARTE SCOLAIRE DE VANVES : « C’est notre quartier pour aller voter, mais plus pour l’école de nos enfants ! »

    « Nous habitons rue Ernest Laval qui était jusqu’à présent sectorisé à l’école Cabourg. Notre fille aîné qui vient d’entrer au collége a fait toute sa scolarité à l’école élémentaire Cabourg et a vécu les travaux de transformation de l’école du centre avec les classes installées dans des pré-fabriqués à côté du lycée Michelet. Sa sœur est dans la grande section maternelle à Cabourg et elle risque de se retrouver à l’école maternelle Marceau lorsqu’elle rentrera en CM1 à deux ans du collège. Alors qu’elle est à 5 mn de Cabourg, elle va se retrouver à 10 mn de Marceau avec une rue Jean Bleuzen très circulante, dont les trottoirs sont, par endroits, étroits, avec un seul feu rouge au niveau de la boulangerie pour traverser. Et on le sait d’autant plus que notre fille ainée suit des cours de danse au conservatoire, et avant soin installation dans le bâtiment ODE, elle allait suivre ses cours à Marceau, dans les sous-sols. On a apprécié le changement » explique cette mère de famille qui ne comprend pas : « Marceau, ce n’est pas notre quartier. A pied c’est dangereux et en voiture c’est lmpossible ! Nous avons toutes nos habitudes dans ce quartier de la gare, où nous avons nos repères, notre vie sociale avec nos relations, avec des amis retraités qui peuvent venir chercher note fille à Cabourg lorsqu’on n’est pas là, mais pas à Marceau parce que c’est trop loin. D’ailleurs on votait avant à Marceau et maintenant à la Palestre. Alors c’est notre quartier pour aller voter, mais plus pour nos enfants. On a l’impression que les élus ne tiennent pas compte des conséquences » ajoute t-elle

    LES ENFANTS VARIABLE D’AJUSTEMENT

    « On comprend l’argument du maire avec ses nouvelles habitations qui vont faire venir de nouvelles familles que la ville doit bien accueillir, ce est tout à fait louable, et nous y adhérons. Mais pas le raisonnement : Pourquoi les familles qui habitent là depuis longtemps doivent en faire les frais. Et elles sont nombreux dans le quartier, cinq dans mon immeuble à être concerné. Certaines n’en dorment plus la nuit ! » ajoute une autre mére de famille. « C’est une vision administrative des choses. D’autant plus que 30 à 35% des effectifs de cette école Cabourg sont des dérogations accordées à des familles qui avaient leurs enfants dans d’autres écoles ! Et si on commençait par leur demande de mettre leur enfant dans l’école la plus proche de leur domicile, nous pourrions rester à Cabourg ? » explique t-elle en faisant état de ses familles qui sont préoccupées parce qu’ils ont des enfants en maternelle. « Il y a une incompréhension et vraiment une impression que nos enfants sont une variable d’ajustement pour l’administration et l’Education Nationale ».

    INCIDENCE SUR L’AFFECTATION AU COLLEGE

    Ces familles ont eu une première réponse lors du dernier conseil municipal qui a voté cette modification de la carte scolaire autour du groupe scolaire Cabourg : Solliciter une dérogation auprès de la commission où siège les directeurs et directrices d'écoles de Vanves. « En tenant compte de votre place dans la carte scolaire et l'effectif des écoles, ils vous accorderont ou pas le droit de rester à Cabourg. C'est pour cela, que d'expérience, nous sommes très vigilant sur ce sujet et nous tenons à informer les parents bien avant. D'expérience, on vous présente cette commission comme une simple formalité et quand le verdict tombe en juin, vous n'avez aucun recours. Vous devez suivre l'affectation » indique un parent d’élève sur le site Internet de l'API . « Et lorsqu'un parent reçoit un refus, je peux vous dire que l'on se sent bien seul, car la réponse est sans appel. On vous présente la commission comme une simple formalité – comme ce fut le cas au conseil municipal - et ensuite quand la sentence tombe, il est trop tard, on n'a aucun recour : « La décision est collégiale ».C'est à dire que personne n'est responsable de la réponse » ajoute t-ilAinsi l’API comme la FCPE se sont fortement mobilisé sur cette question. D’autant plus que plusieurs familles les ont saisis pour demander de l'aide sur le sujet « car elles ont réalisés qu'ils n'étaient plus dans le secteur de l'école Cabourg » ? Autre source d’inquiétude des parents : l'incidence que cette nouvelle carte engendrera sur l'affectation au collège

  • LA RENTREE 2015 A VANVES : 2 – DANS LE PRIMAIRE, LA RESTAURATION SCOLAIRE AU CENTRE DES PREOCCUPATIONS

    Les écoles de Vanves accueilleront 2 197 élèves pour 2015-2016 : 845 dans les 6 écoles maternelles et  32 classes  au tota soit  26,41 élèves en moyenne par classe, 1352 dans les 6 écoles élémentaires et 53 classes avec une 1 Ulis (Unité localisée pour l'inclusion scolaire) soit  25,04 élèves en moyenne par classe.Une classe a été fermée à la maternelle Fourestier et une classe a été ouverte à l’élémentaire Cabourg. Et une nouvelle directrice,Corinne Malherbe a remplacé à l’école primaire du Parc, Laurence Périche partie à la retraite.

    Si les nouveaux rythmes scolaires ont fait débat tout au long de l’année scolaire 2014/15 avec 3  comités de pilotage, un  sondage des parents d’élèves, d’autres sujets ont préoccupés les parents d’élèves : Tout d’abord la qualité de la restauration scolaire qui a été au centre des discussions de la dernière commission « restauration » (en  Juin ) qui a été très tendue parait il. Les trois associations, API, les Indépendants et la FCPE  ont reproché à la société Elior d’avoir baissé la qualité de ses produits. Si la situation s’était améliorée environ 6-12 mois avant le renouvellement du contrat de 6 ans à la mi-2014, elle s’était fortement dégradée depuis Janvier 2015. Observations partagées par les agents de restauration, les animateurs et les services techniques de la ville qui ont soulevés des problèmes récurrents : Non-respect des grammages, problème de maturité des fruits, changement de menus de dernière minute sans fiche technique fournie ou avec des données non exploitables, remplacement par de la moindre qualité ( Poulet par de la viande saumurée,  saucisses de Toulouse immangeable trop grasse), des gâteaux maison mal cuits…

    la ville  a demandé à la société Elior d’apporter des correctifs à tous ces défauts pour la Rentrée : Mettre en place une Information anticipée et complète sur les changements de menu, augmenter des portions là où cela est nécessaire. Des avenants au contrat vont être établis pour tenir compte de la perte de grammage à la cuisson, améliorer la qualité des produits servis, respecter les spécifications techniques (conditionnement, tranchage, réajustement indication coupe, cuisson) et améliorer les suivis techniques et les outil de communications (traçabilité, maintenance, matériel, hygiène). Les parents d’élèves ont demandé une mise en ligne des menus, comme le fait déjà Elior avec le département des Hauts de Seine pour les collèges, un respect des fruits et légume de saisons avec des suggestions prés  précises : Moins d’olives noires dans les pizzas, moins de crème dans les gâteaux à la crème citron, remplacer les nombreuses viandes en sauté peu appréciée par les enfants par des repas végétarien… Un bilan sera effectué en Octobre prochain.

    Ensuite, le déménagement du CMP (Centre Médico Psychologique) qui est un équipement rattaché à l’établissement public de Santé ERASME. Il constitue l’un des 12 CMP implantés dans les Hauts-de-Seine pour accueille les patients de 0 à 16 ans accompagnés de leurs parents pour toutes difficultés psychologiques, scolaires, comportementales et pour les troubles de l’apprentissage et du développement. Il ne pouvait plus rester dans les locaux du Conseil Départemental rue Aristide Briand, à cause du projet immobilier « NIWA » et la mairie comme les parents d’élèves souhaitaient une relocalisation dans la ville même, car ce service est indispensable sur le plan social et nécessaire à l’intégration d’enfants en situation difficile. « Vous comprendrez que ce sujet est un vrai sujet d’inquiétude pour de nombreux parents dont les ressources ne permettent pas l’accès à un psychologue clinicien ou pédopsychiatre du secteur privé, faute de moyens financiers. Les difficultés que traversent les familles, les parents et par voie de conséquence leurs enfants, la disparition progressive des Rased, des médecins scolaires et des assistantes sociales pour raisons financières, nous préoccupent vraiment et motivent notre démarche d’aujourd’hui » écrivait alors, en Février dernier les responsables de l’une des associations de parents d’éléves à la municipalité.

    « Une alternative sérieuse est actuellement étudiée par la commune et par le Conseil  Général. Sachez que nos deux collectivités sont déterminées à réaliser cet  investissement qui bénéficiera aux enfants suivis par le CMP » indiquait Isabelle Debré, alors1ére Adjointe au Maire et maintenant conseillère départementale/VicePrésident. Du coup, la ville de Vanves a trouvé une solution en proposant de déménager ce centre au 34/36 rue Jean Bleuzen -  au nouveau pôle de service qui accueillera l’antenne de la Croix Rouge, le Point Informations Jeunesse avec des deux salles polyvalents - « afin de ne pas pénaliser les familles des 320 enfants et adolescents qui font l’objet d’un suivi au CMP de Vanves » indiquait peu après Bernard Gauducheau en prévenant que « ces locaux nécessitent d’importants travaux d’aménagement et l’opération qui sera menée sous maîtrise d’ouvrage de la Commune fait l’objet de la présente demande d’inscription au titre d’un avenant au contrat départemental actuellement en cours entre la ville de Vanves et le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine ». Tout en rappelant le coût de l’opération d’aménagement « qui  est estimé à 615 000 € H.T. dont 81 %, soit 498 150 € seront consacrés spécifiquement au CMP, avec une subvention du Conseil Départemental de 398 520 €. ». Il devrait ré-ouvrir dans ses nouveaux locaux réaménagés dans le courant Octobre.

  • VANVES : DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    DEMI JOURNEE SANS COURS : MAL VECUE

    L’éducation Nationale est arrivé à un résultat inespéré après les élections au conseil des écoles des représentants des parents d’élèves avec cette demi-journée  de classe « banalisée » sans cours devant permettre aux enseignants d’être consultés sur les programmes entre le 22 Septembre et le 18 Octobre et qui se déroule aujourd’hui à Vanves et dans les Hauts de Seine. « En fermant les écoles, elle met tous les enfants à la charge de la commune, logistique et financière, pendant toute cette journée alors qu’elle a demandée à tous les communes d’ouvrir les écoles le Mercredi matin pour donner cours pourtant avec ces nouveaux rythmes scolaires. Est-ce que vous vous rendez-vous de l’aberration.  Tous les enfants vont se retrouver à l’école, car les parents n’ont rien prévus comme lorsque c’était le cas pour le mercredi, l’année derniére. Et les communes comme Vanves ont dû se dérouiller, pour mobiliser les animateurs afin qu’ils s’occupent de tous les enfants, en dépassant sûrement pour la matinée, les effectifs qui fréquentent habituellement les centres de loisirs, afin qu’ils ne se retrouvent pas sur le carreau » tonnaient des parents d’éléves de l’API, l’une des associations de parents d’élèves présent à Vanves. A Noter que toutes, FCPE comme PEEP dénoncent la forme qu’a prise cette consultation, l’une d’entre elle, ayant même déposé un recours pour la faire reporter, sans succès.   «  Une majorité » de parents ne sont pas dûpes. Ils  auraient pu faire leur concertation pendant les vacances scolaire ou lors d’un pont de Novembre. Utiliser ce mercredi matin qui était le cheval de bataille des nouveaux rythmes scolaires, en fermant les écoles, c’est aberrant. Les parents le vivent mal ».

    ELECTIONS : La FCPE qui se targue d’être la seule association présente dans toutes les écoles primaires, collèges et lycées est  arrivée en première position lors des élections de parents d’élèves le week-end dernier à Vanves avec 63 élus (58%) contre 37 à l’API (34%) et 9 aux indépendants (8%). Mais si l’on s’en tient aux écoles primaires et maternelles, l’écart est moins grand avec 47 élus pour la FCPE et 33 pour l’API, 4 pour les Indépendants n’étant représentés qu’à l’école élémentaire Larmeroux avec. Et l’API a la majorité d’élus devant la FCPE aux Maternelles Gambetta (3 contre 2), Marceau (5 contre 0), et Parc (5 contre 2), ainsi qu’aux écoles élémentaires Marceau (6 contre 2) et Parc (8 contre 5).

    PLAN SENIOR 92  DU PS DEFENDU PAR GUY JANVIER

    A l’occasion de la Semaine Bleue, le groupe PS du Conseil Général des Hauts de Seine demande le lancement d’un « plan senior » dans le département afin de développer des maisons de retraite à prix accessible pour les Altoséquanais. « Alors que de trop nombreuses personnes âgées n’ont pas les moyens de financer leur accueil en EHPAD, du fait du nombre trop limité de structures publiques, il est de la responsabilité du conseil général  de financer de nouveaux établissements publics à prix accessible », déclare Luc Bérard de Malavas, nouveau Président du groupe PS-EELV. « En dehors des maisons de retraite publiques, il est en effet exceptionnel de trouver un accueil en EHPAD à moins de 2.000€ mensuels dans les Hauts-de-Seine, alors que le montant moyen de la retraite est inférieur à 1.300 euros mensuels ». C’est l’un des chevaux de bataille de Guy Janvier, Conseiller général PS de Vanves,  qui avait dénoncé voilà quelques années, les tarifs pratiqués par ces EHPAD. Il présentera lors de la séance publique de Vendredi prochain  un amendement au budget 2014 visant à financer le lancement de ce « plan senior », grâce à des économies réalisées sur d’autres dépenses superflues. « Chaque euro dépensé doit être un euro utile pour les Altoséquanais. Investissons dans les maisons de retraite publiques accessibles afin que nos anciens puissent vieillir dignement dans les Hauts-de-Seine ! Ce sera une dépense réellement utile au regard de la gérontocroissance de notre Département… » 

    CHAUFFAGE URBAIN : TOUT N’A PAS ETE DIT !

    Une communication avait été faite au dernier Conseil Municipal par Philippe Thieffine (UMP) sur les travaux que doit réaliser la CPCU (compagnie Parisienne de Chauffage Urbain), sur sa chaufferie de Grenelle pour la mettre aux normes, et lui permettre de passer au gaz naturel les trois chaudières en abandonnant le systéme fonctionnant au fuel lourd.  Ces travaux inquiétent les écologistes car cette chaufferie est installé  rue Georges Pitard  et ses annexes de stockage de fioul lourd de 2ème catégorie  rue Castagnary, dans ce secteur, le long des voies ferrées Montparnasse, qu’empruntent les vanvéens lorsqu’ils entrent  dans Paris par cette voie. Or ces annexes sont constituées de 2 cuves de 2830 m3 chacune, deux zones de dépotage de camions-citernes et  de wagons-citernes), avec des canalisations CPCU de forte section (visibles) qui acheminent du fioul lourd chauffé entre 50 et 70° (pour réduire sa viscosité) vers la chaufferie CPCU de la rue Georges Pitard.  Or il se trouve qu’un chantier est réalisé par la RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris) qui construit un  nouvel immeuble, et qu’un mur sépare seulement de ces canalisations. Ce qui inquiéte fortement ls écologistes parisiens qui ont sensibilisé les pouvoirs publics sur le risque d’un écroulement (du mur)  du fait de ce chantier.