Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

restauration scolaire

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    RESTAURATION SCOLAIRE : La modification du règlement intérieur de la restauration et des activités péri et extra scolaire voté par le Conseil Municipal du 22 Février dernier a suscité quelques débats. Pas du tout sur les modifications apportées (nouvelles dispositions du règlement de services régissant les relations entre la ville de Vanves et la société Elior, mise en conformité avec les nouvelles modalités de fonctionnement, notamment en matière de sécurité, modification des délais de réservation et d’annulation de fréquentation des mercredis et des vacances pour une meilleure gestion de ce service). Mais sur un article du réglement  qui prévoit un plat de substitution qui doit être systématiquement proposé en remplacement du plat avec du porc pour les enfants dont les parents en ont fait la demande au moment de l’inscription annuelle. Si ce n’est pas possible, la ville peut servir un repas fourni par les parents (panier repas) à la condition d’être préparé et transporter dans des conditions d’hygiéne précisées dans le protocole afin qu’il soit placé dans l’un des réfrigérateurs au moment de l’arrivée à l’école ou au centre de loisirs. Cette question aurait été évitée si la ville avait demandé à Elior de proposer à chaque repas, deux plats, mais cela n’est pas été possible pour des raisons de coûts. Ce qui a suscité ce débat tant au sein de la majorité qu’avec l’opposition avec un vote négatif de la commission  sur ce règlement qui ne respecte pas le principe de laïcité.      

    EGALITE HOMME/FEMME : A L’occasion du Conseil Municipal du 22 Février dernier,le rapport annuel sur l’égalité entre les femmes et les hommes a été présenté par Marie France Mugnier, conseillére municipale déléguée au personnel. Il concerne la situation tant au sein de l’entreprise mairie que les politiques menées sur son territoire : Si le nombre d’habitants s’élève à 18 170 à Vanves, 14 801 sont des femmes et 13 369 des hommes, ce chiffe étant similaire à celui que l’on retrouve dans Les hauts de seine (52,3%) et en Ile de France (51,7%) ou en France (51,6%). 76% des femmes sont en activités (contre 81 ,7% pour les hommes), 9,8% au chômage (8,6%), 47,4% salariés  dont 14,8% à temps partiel. Les femmes représentent 68% du personnel employées en mairie :  69% de contractuels (70% selon la moyenne nationale), 56% en catégorie A (60%) dont la rémunération moyenne est de 3 086,56€ (contre 3 180,12€) € pour les hommes),  61% en catégorie B (64%) dont la rémunération mensuelle est de 2064 € (2 171,01€), 70% en catégorie C (60%) dont la émunération est de 1 777,72 € (1 848,46€)  , 33,33% des emplois de direction (35%).

    PRESIDENTIELLES : Le maire de vanves, mais aussi la sénatrice de Vanves devraient recevoir aujourd’hui les formulaires de parrainage à l’élection présidentielle. Une retard dû à quelques avatars internes à l’administration et au fait que le conseil des Ministres s’est déroulé Vendredi dernier au lieu du mercredi habituel car le Premier Ministre était en Chine. Tout est déclenché par un décret pris en Conseil des Ministres  qui donne le signal aux préfets pour envoyer les formulaires officiels aux élus  et qui n’a pu être publié que samedi au Journal Officiel. Et ses formulaires  sont envoyés en recommandé, à ces élus qui doivent eux même signer l’accusé de réception, sans pouvoir  déléguer leur signature

  • UN CONSEIL MUNICIPAL TENDU AVEC QUELQUES DOSSIERS CHAUDS

    Pour ce conseil municipal de Rentrée, l’ambiance était chaude, mais personne parmi les élus de la majorité n’en a rien montré, sauf à quelques petits signes ou attitudes. Alors que l’ensemble des élus UDI et de l’opposition étaient déjà installés, et qu’il était 19H Mercredi dernier, les élus groupe UMP sont enfin  arrivés ensemble. Ils s’étaient réunis dans l’un des bureaux du rez-de-chaussé, occupé par Maxime Gagliardi, où Delphine Roy leur a lu la déclaration qu’elle a faîte à la fin du conseil municipal, annonçant sa démission. Certains regardaient leurs chaussures. Le maire n’a pas accepté qu’elle fasse sa déclaration au début. Peut être parce qu’il souhaitait rendre hommage à François Kosciusko Morizet maire de Sévres, décédé fin Juillet. « Il a été un modèle d’intégrité pour beaucoup d’élus qui l’ont côtoyé » a-t-il déclaré. L’examen des 28 délibérations pouvait commencer devant un public clairsemé qui avait quelquefois du mal à entendre les propos des élus à cause d’une très mauvaise sonorisation, le technicien se gardant de mettre trop fort de peur de créer quelques perturbations.

    L’octroi d’une garantie d’emprunt à la SA Logement Français pour des travaux sur l’un de ses immeubles sur le Plateau donna l’occasion au maire de dire « Preuve qu’il se passe quelque chose sur le plateau même s’il s’agit d’une simple rénovation ». Claudine Charfe, ex-conseillère municipale (FG/PC)  qui était dans l’assistance l’a pris pour elle. A l’occasion de demandes de plusieurs subventions concernant des travaux à l’espace Murillo (rénovation des façades), au PMS A.Roche (végétalisation de la toiture des tribunes réaménagés), à l’école Marceau (rénovation du 2éme étage), Lucile Schmid a constatée que ses travaux s’inscrivaient dans la démarche de l’agenda 21 de la ville, en demandant d’avoir « une vision d’ensemble sur ces investissements ».  Bernard Gauducheau (UDI) lui a répondu qu’il est prévu que « chaque année, il y ait un bilan » mais sans dire quand.

    A l’examen de la délibération concernant les tarifs de la  restauration scolaire pour les enfants hors commune, Jean Cyril Le Goff (PS) a posé une question sur la qualité des repas servis dans les cantines scolaires par la société Elior dont s’étaient plaints les parents d’élèves avant les vacances. « On a rencontré quelques problèmes sur la qualité. Nous avons rencontré le directeur régional d’Elior et nous avons décidé de mettre en place un processus sur la qualité des repas pour voir comment améliorer les choses » a répondu Jeremy Coste (UDI) en précisant que sont servis, en plus grand nombre, des plats bio  et que tous les produits proviennent de France. Il en a profité pour dire un mot succins sur la Rentrée qui s’est bien passée grâce à l’implication des parents d‘élèves, après ses dernières années qui ont été quelque peu mouvementées.

    Le conseil municipal a donné un avis favorable sur le projet fixant le périmètre et le siège du futur Etablissement Public Territorial (EPT) qui correspondront exactement à ceux de GPSO : « On n’est pas si mal dotés. On reste avec les mêmes communes. Et la plupart des compétences ont été transférées » constatait Bernard Gauducheau (UDI) qui n’en pas moins constaté : « C’est une montagne qui acouche d’une souris. Ce qui n’est pas de bon augure. Moins d’argent et plus de structure ». Lucile Schmid (EELV) s’est abstenu car elle est assez critique sur ce périmètre de GPSO qui n’inclut pas Clamart, ni Malakoff. Boris Amoriz (FG/PC) a voté contre en expliquant que « dés l’origine nous l’avons dit : notre région-capitale a besoin de rompre avec le repli sur soi, les égoïsmes locaux, la spécialisation et les inégalités territoriales. La métropole à laquelle nous aspirons ne peut être que solidaire, sociale, citoyenne, démocratique et durable. Or, c'est tout le contraire qui émerge de la construction actuelle. Et malgré, les arguments - que l'on peut entendre - sur l'existence d'un mille-feuilles institutionnel, la création de la métropole non seulement rajoute dans un premier temps des couches supplémentaires, pour ensuite sonner le glas de l'autonomie communale, éloigner les citoyens des lieux de décisions et supprimer à l'horizon 2020 les départements de la petite couronne »…. A SUIVRE

  • LA RENTREE 2015 A VANVES : 2 – DANS LE PRIMAIRE, LA RESTAURATION SCOLAIRE AU CENTRE DES PREOCCUPATIONS

    Les écoles de Vanves accueilleront 2 197 élèves pour 2015-2016 : 845 dans les 6 écoles maternelles et  32 classes  au tota soit  26,41 élèves en moyenne par classe, 1352 dans les 6 écoles élémentaires et 53 classes avec une 1 Ulis (Unité localisée pour l'inclusion scolaire) soit  25,04 élèves en moyenne par classe.Une classe a été fermée à la maternelle Fourestier et une classe a été ouverte à l’élémentaire Cabourg. Et une nouvelle directrice,Corinne Malherbe a remplacé à l’école primaire du Parc, Laurence Périche partie à la retraite.

    Si les nouveaux rythmes scolaires ont fait débat tout au long de l’année scolaire 2014/15 avec 3  comités de pilotage, un  sondage des parents d’élèves, d’autres sujets ont préoccupés les parents d’élèves : Tout d’abord la qualité de la restauration scolaire qui a été au centre des discussions de la dernière commission « restauration » (en  Juin ) qui a été très tendue parait il. Les trois associations, API, les Indépendants et la FCPE  ont reproché à la société Elior d’avoir baissé la qualité de ses produits. Si la situation s’était améliorée environ 6-12 mois avant le renouvellement du contrat de 6 ans à la mi-2014, elle s’était fortement dégradée depuis Janvier 2015. Observations partagées par les agents de restauration, les animateurs et les services techniques de la ville qui ont soulevés des problèmes récurrents : Non-respect des grammages, problème de maturité des fruits, changement de menus de dernière minute sans fiche technique fournie ou avec des données non exploitables, remplacement par de la moindre qualité ( Poulet par de la viande saumurée,  saucisses de Toulouse immangeable trop grasse), des gâteaux maison mal cuits…

    la ville  a demandé à la société Elior d’apporter des correctifs à tous ces défauts pour la Rentrée : Mettre en place une Information anticipée et complète sur les changements de menu, augmenter des portions là où cela est nécessaire. Des avenants au contrat vont être établis pour tenir compte de la perte de grammage à la cuisson, améliorer la qualité des produits servis, respecter les spécifications techniques (conditionnement, tranchage, réajustement indication coupe, cuisson) et améliorer les suivis techniques et les outil de communications (traçabilité, maintenance, matériel, hygiène). Les parents d’élèves ont demandé une mise en ligne des menus, comme le fait déjà Elior avec le département des Hauts de Seine pour les collèges, un respect des fruits et légume de saisons avec des suggestions prés  précises : Moins d’olives noires dans les pizzas, moins de crème dans les gâteaux à la crème citron, remplacer les nombreuses viandes en sauté peu appréciée par les enfants par des repas végétarien… Un bilan sera effectué en Octobre prochain.

    Ensuite, le déménagement du CMP (Centre Médico Psychologique) qui est un équipement rattaché à l’établissement public de Santé ERASME. Il constitue l’un des 12 CMP implantés dans les Hauts-de-Seine pour accueille les patients de 0 à 16 ans accompagnés de leurs parents pour toutes difficultés psychologiques, scolaires, comportementales et pour les troubles de l’apprentissage et du développement. Il ne pouvait plus rester dans les locaux du Conseil Départemental rue Aristide Briand, à cause du projet immobilier « NIWA » et la mairie comme les parents d’élèves souhaitaient une relocalisation dans la ville même, car ce service est indispensable sur le plan social et nécessaire à l’intégration d’enfants en situation difficile. « Vous comprendrez que ce sujet est un vrai sujet d’inquiétude pour de nombreux parents dont les ressources ne permettent pas l’accès à un psychologue clinicien ou pédopsychiatre du secteur privé, faute de moyens financiers. Les difficultés que traversent les familles, les parents et par voie de conséquence leurs enfants, la disparition progressive des Rased, des médecins scolaires et des assistantes sociales pour raisons financières, nous préoccupent vraiment et motivent notre démarche d’aujourd’hui » écrivait alors, en Février dernier les responsables de l’une des associations de parents d’éléves à la municipalité.

    « Une alternative sérieuse est actuellement étudiée par la commune et par le Conseil  Général. Sachez que nos deux collectivités sont déterminées à réaliser cet  investissement qui bénéficiera aux enfants suivis par le CMP » indiquait Isabelle Debré, alors1ére Adjointe au Maire et maintenant conseillère départementale/VicePrésident. Du coup, la ville de Vanves a trouvé une solution en proposant de déménager ce centre au 34/36 rue Jean Bleuzen -  au nouveau pôle de service qui accueillera l’antenne de la Croix Rouge, le Point Informations Jeunesse avec des deux salles polyvalents - « afin de ne pas pénaliser les familles des 320 enfants et adolescents qui font l’objet d’un suivi au CMP de Vanves » indiquait peu après Bernard Gauducheau en prévenant que « ces locaux nécessitent d’importants travaux d’aménagement et l’opération qui sera menée sous maîtrise d’ouvrage de la Commune fait l’objet de la présente demande d’inscription au titre d’un avenant au contrat départemental actuellement en cours entre la ville de Vanves et le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine ». Tout en rappelant le coût de l’opération d’aménagement « qui  est estimé à 615 000 € H.T. dont 81 %, soit 498 150 € seront consacrés spécifiquement au CMP, avec une subvention du Conseil Départemental de 398 520 €. ». Il devrait ré-ouvrir dans ses nouveaux locaux réaménagés dans le courant Octobre.