Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • VANVES ET LES MUNICIPALES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE : A l’Hôtel de ville perdrait on la tête ?

    Depuis quelques jours et surtout ce week-end, une certaine ambiance agressive tend à se développer à cause de l’attitude du maire sortant et ses familiers.

    Et notamment lors de l’hommage rendu par la ville aux déportés à l’occasion du 75e anniversaire de la libération des camps de la mort dimanche matin. Beaucoup de participants ont été interloqués lorsqu’au début de son discours, Bernard Gauducheau  aurait fait remarquer qu’il fallait des élections pour qu’il y ait du monde à une telle cérémonie, et qu’il en faudrait plus (d’élections). Mais comme le faisait remarquer un participant : «Il a demandé à tous ces futurs co-listiers qu’il a présenté jeudi dernier d’être présent ! ». Sans parler de ces vanvéens qui ont voulu tout simplement être présent pour marquer cette journée internationale de mémoire des victimes de l’holocauste, et leur soutien aux deux candidats LREM qui ont été victimes d’inscriptions de croix gammée sur leurs affiches la semaine dernière, événement particulièrement rare à Vanves

    Mais un autre événement significatif de cette ambiance électrique a marqué cette cérémonie même s’il est passé inaperçu : Isabelle Debré a toujours l’habitude de se faire accompagner pour déposer la gerbe au nom du Président du Conseil Département des Hauts de Seine, par un ou plusieurs enfants. Elle a demandé à un pére de famille s’il acceptait que son enfant l’accompagne, ce qu’il a accepté. Mais voilà, juste avant le début de la cérémonie, la mére de cet enfant a refusé.  Du coup Isabelle Debré a dû demander à une autre famille d’un militant ou sympathisant LR  si elle acceptait que leur enfant l’accompagne. Or après coup, elle a appris l’idendité de cette mére de famille qui pourrait être la niéce de madame Gauducheau, présente sur la liste, ce que personne n’avait pu deviner, sauf peut être un nom à consonance polonaise. Cette liste  deviendrait, si c'est le cas,  presqu’une affaire de famille avec la belle fille, la nièce, le futur beau fils, comme à Puteaux et Levallois….sans parler des amis promoteurs.

    Mais ce n’est pas fini (au niveau engueulades et altercations), car, selon les rumeurs, et de bonnes sources,  des élus de l’équipe sortante qui soutiendraient et rejoindraient la liste Vivre Vanves de la République en ont été victimes :  Pascale Kaazan, par exemple, qui est pourtant encore maire adjointe aux affaires sociales et seniors, et a  été mis à l’écart par le maire de l’accueil des seniors invités au banquet du nouvel An, le 19 Janvier dernier. D’ailleurs elle a été victime d’une vive altercation avec l’épouse du maire ce jour là. Et elle n’est pas la seule. Antoinette Girondo qui a soutenu la liste Renaissance aux dernières Européennes, Philippe Thieffine qui a rejoint En Marche, Jean Pierre Marco y ont eu droit aussi de la part du maire, ou de sa belle fille sur le théme : « Après tout ce que j’ai fait pour toi ! Mais j’ai des dossiers ! » ou dans une autre version « après mon élection, je vais m’occuper de toi ! »  

    A la République en Marche, Gabriel Attal, secrétaire d’Etat à la Jeunesse, explique tout simplement cette réaction par l’apparition du Mouvement En marche sur la scéne politique depuis l’élection du Président Macron, et des députés LREM, avec le résultat des élections européennes, et maintenant la présence de listes LREM aux municipales qui ont un effet déstabilisant, car le vieux monde politique n’a pas de prise sur ses français, élus ou pas, progressistes, qui tiennent un autre discours, défendent des propositions diruptives, détabilisantes.

  • LA LISTE DE VANVES EN TETE DEVOILEE PAR BERNARD GAUDUCHEAU A QUI «LES VANVEENS VONT CONFIER LES CLEFS DU CAMION »

    Bernard Gauducheau (UDI) et son équipe de campagne avaient mobilisé le ban et l’arrière ban de ses militants, sympathisants, fidéles pour remplir le préau de l’école Marceau Jeudi soir pour la présentation des 36 candidats de sa liste «Vanves en tête», pour éviter que l’on raconte, comme pour la présentation de son bilan, que l’assemblée était clairsemée comme il l’a fait comprendre, vertement comme à son habitude, à l’auteur du blog, avec des allusions durant son intervention. Une preuve de fébrilité ?

    «On est dans une belle réunion et configuration. On a commencé notre campagne depuis Octobre, avec une enquête auprés de 700 habitants et commerçants, puis ma déclaration de candidature. Je montre ainsi mon respect des électeurs en ne me présentant pas au dernier moment, 5 à 6 semaines avant le scrutin. Commencer cette campagne six mois avant, pose question. Comment nos adversaires peuvent ils convaincre en apparaissant quelques semaines avant ? On a présenté notre bilan. Il est tellement volumineux qu’en papier, il nous aurait coûté le budget de la campagne. C’est pourquoi, on l’a mis en ligne ! » a-t-il attaqué d’emblée. « Ce soir est important ! A qui va-t-on confier les clés du camion. La question vaut la peine d’être pose car en 6 ans, on peut changer le climat d’une ville ! Il faut faire des efforts permanents pour que la machine tourne dans une mairie où il y a 25 métiers différents. Il faut des élus qui travaillent et tiennent des réunions publiques pour expliquer. Et vous voulez savoir à qui vous allez confier les clés du camion» a-t-il continué en expliquant comment cette liste a été constituée : Il a tenu compte de son expérience, jusqu’à trois mandats dont il est fier. «C’est que que j’ai pas trop mal fait mon boulot. J’ai le moyen d’avoir des gens à la hauteur » a-t-il poursuivi en confiant que c’est une liste sur laquelle il s’est beaucoup investi pour la constituer – « mon épouse pourrait vous le dire » - en tirant profit de son expérience. Une liste de personnes « qui veulent défendre l’intérêt général et qui en ont le sens » a-t-il insisté

    Le maire a indiqué les cinq critéres qu’il avait fixé :

    -Une volonté de tenir compte de l’aspiration de la population en priorité et les appartenances politiques en second. «Sachant que je suis centriste et que je n’ai pas varié quel que soient les aléas politiques. Je n’ai pas quitté le navire. La lise d’intérêt- local est  soutenu par l’UDI, LR, Libres le mouvement de Valérie Pécresse. Ce que j’ai fait, je l’ai fait avec mes convictions. Ceux qui ne donnent des ordres, c’est vous, ce n’est pas les partis politiques !»

    -Cette liste est inclusive et représentatives des catégories socio-professionnelles : « La ville de Vanves évolue, ses habitants doivent pouvoir s’identifier dans les personnes qui les représentent. Il ne faut pas de décalage. C’est ce que j’appelle la représentativité»

    -Une liste qui repose sur des personnes expérimentées rompues au travail partenarial et en équipe. «C’est un impératif ! Savoir travailler aussi avec des partenaires extérieurs »

    - Une nouvelle liste, investie dans la vie locale «qui s’inscrit dans la perspective de développer Vanves au-delà de 2026 »

    - Une liste basée sur des valeurs dont les membres ont signé une charte des valeurs

    « On en a entendu de tous ceux qui veulent raser gratis. Le rôle du maire, c’est du concret » a-t-il insisté en rappelant qu’il s’est présenté « pour remplacer une équipe de « bras cassés » car il ne se passait rien dans la ville. Conduire une ville de 28 000 habitants, c’est une responsabilité. Il y a des gens qui ont dit « il y a un coup à faire ! », ce qui me révolte. Mais être maire, c’est 24H sur 24, 365 J sur 365. Etre élu c’est un engagement très fort, sans faille, c’est faire le choix de donner aux autres le meilleur de soi-même ! » a-t-il conclu

    Il a donné ensuite la parole à chacun de ses 35 co-listiers qui ont donné les raisons de leurs engagements sur cette liste avec 12 sortants,  23  nouveaux avec quelques surprises, le fils d’une ancienne tête de liste PS en 2014, un promoteur immobilier, un président du syndicat d’initiative, la présidence du Challenger Club etc….

  • VANVES ET LES MUNICIPALES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE : Un mandat marqué de nombreuses démissions

    Alors que Bernard Gauducheau (UDI) a présenté hier soir à l’école Marceau  le nom des 36 vanvéens de sa liste « Vanves en tête », il est intéressant de rappeler que cette mandature 2014-2020 a été marqué par de nombreuses démissions qui ont aboutit  à ce qu’il manque 3 conseillers municipaux sur les 35 réglementaires

    L’élection départementale en Mars 2015 a eu pour effet d’entrainer un jeu de chaises musicales conséquent au Conseil Municipal de Vanves. Isabelle Debré (LR)  devant choisir de quitter l’un de ses 3 mandats (conseillére municipal, conseillére départementale, sénateur) aprés son élection au Conseil Départemental des Hauts de Seine pour respecter la loi sur le cumul des mandats, démissionna du Conseil municipal, faisant monter Bertrand Voisine comme 1er Adjoint, Delphine Roy (LR) comme nouvelle maire adjointe chargé des affaires sociales et en faisant entrer Anne Marie Souby (LR) au Conseil municipal.. Mais ce n’était pas fini car le maire a forcé à démissionner,  à la rentrée 2015 (Septembre)  Delphine Roy (LR) au prétexte qu’elle n’avait pas le temps de consacrer à sa fonction et qu’elle avait déménagée de Vanves, déclenchant une première crise entre LR et UDI au sein de la majorité.  « Ma situation personnelle et professionnelle ne me permet plus d’assumer les fonctions » déclarait elle, sans convaincre, à la fin du Conseil municipal de Rentrée (Octobre 2015), tout en restant conseillére municipale sans délégation. Elle était remplacé par Patricia Kaazan aux affaires sociales.  Mais ce n’était pas fini, car dans la foulée, Jeremy Coste (UDI) démissionnait  en septembre 2015 puisqu’il était nommé en Nouvelle Calédonie, Dircab du Maire de Nouméa, faisant monter Omar Hijaz (UDI) , ainsi qu’Alain Toubiana (UDI) qui s’expatriait en Israël, permettant à Antoinette Girondo (UDI) d’être élu après avoir été rétrogardé en 2014 à une place non éligible sur la liste, ainsi que  Héléne Freke Gengoux  (LR) qui  démissionnait  du Conseil Municipal en Septembre à cause de contraintes personnelles qui ne lui permettaient plus d’assurer une présence au sein de cette assemblée municipale, remplacé par Catherine Scibilla (UDI).

    Du coup l’Exécutif municipal subissait quelques changements au début de l’année 2016 avec, au conseil municipal du 10 Février 2016  de  Xavier Lemaire(UDI) comme  maire adjoint chargé du commerce, du développement économique et de l’emploi en remplacement d’Alain Toubiana, devenant le 11éme maire adjoint, puisque dorénavant la municipalité ne comptait plus que 11 maires adjoints sur 13 initialement. Des changements de délégation, intervenaient  notamment pour les écoles, avec Xavière Martin (UDI), qui succédait à Jéremy Coste (UDI) et le quartier du Plateau confié à Antoinette Girondo (UDI). Mais ce n’état pas fini, car Laurent Lacomére (LR) faisait le 9 Novembre 2016 son retour au sein du Conseil municipal, aprés la démission d’Anne Marie Souby (LR) qui avait remplacé Isabelle Debré (LR) en 2015 dans l’assemblée municipale.  Il n‘y avait plus de suivant sur la liste de la majorté pour remplacer d’autres partants ou disparition comme ce fut le cas pour Delphine Roy (LR) qui a finalement démissionnée à la fin de l’année 2017, Hanna Sasportas (UDI) partie étudier en Israël, et  le regretté et dévoué Daniel Barrois (LR) décédé  au tout début de l’année 2018 dont le combat contre la maladie a beaucoup marqué ses collégues et amis. Du coup, un nouvel adjoint était élu, en la personne de Sandrine Bourg (LR) le 28 Mars 2028.  Mais les démissions n’ont pas concerné uniquement la majorité puisqu’à la Rentré 2017,  Guillaume Moucheroud, nouveau conseiller municipal EELV remplacait Lucile Schmid