Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • L’IRE DE L’EX-DEPUTE DE VANVES EST DE PIRE EN PIRE VIS-A-VIS DU MINISTRE ET DE LA DEPUTE DE LA 10e CIRCONSCRIPTION

    Après avoir fait capoter le projet de l’école hôtellière Ferrandi de la CCI Paris Ile de France accolé à l’hôtel Accor prévu d’être construit face à l’hôpital Suisse, parce que ses responsables avait reçu le jeune député Attal (En photo dans Paris Match de cette semaine avec le nouvel uniforme des jeunes qui feront le Service Universel National)  pour le lui présenter, cette fois, l’ex-député de la 10e circonscription  a de nouveau frappé : A L’occasion du 30e anniversaire du jumelage d’Issy lres Moulineaux et Etchmiadzine (Arménie), il a refusé un portrait-interview dans le magazine France-Arménie et d’apparaitre ainsi à côté du jeune secrétaire d’Etat à la Jeunesse.

    La Rédaction dans un article intitué « Nous nous devions de vous dire » explique : « Le 1er Mars, le Cabinet de M .Santini contacte France Arménie pour s’étonner de la présence de M.Attal dans ce numéro, nous demandant de faire un choix entre le maire d’Issy les Moulineaux et le député de la circonscription, devenu en Octobre dernier, Secrétaire d’Eat à l’Education nationale. Nous avons écouté les arguments de M.Santini. Nous lui avons indiqué de France arménie n’avait pas à prendre position, et que notre magazine donnait la parole à tous les courants républicains dés qu’il sagit de parler de leurs engagement de l’Arménie, des Arméniens ou des concitoyens français d’origine arménienne. Nous avons également fait remarquer qu’il s’agissait de la liberté de la presse que de pouvoir librement fixer le contenu de son média » écrit la rédaction en faisant état d’un  mail reçu le 7 Mars indiquant qu’André Santini lui demandait de retirer sa participation à ce numéro et qu’il annulait, par là même, la publicité prévue par la mairie d’Issy les Moulineaux. «Nous ne pouvons que regretter ce choix que nous sommes contraint de respecter. Cela ne remet en cause l’estime que nous avons pour l’action accomplie par M.Santini à Issy les Moulineaux et celle en faveur de l’Arménie et des arméniens ».  Rappelons qu’il avait déjà menacé les associations isséennes arméniennes de leur couper les vivres si elles continuaient à inviter le jeune député LREM.à leurs manifestations.

    Ce n’est guére mieux  pour Florence Provendier qui a remplacé Gabriel Attal au Palais Bourbon. A l’occasion d’une question orale concernant l’organisation du grand débat national posé par le groupe PS au conseil municipal du 7 Février 2019, le maire d’issy les moulineaux a rajouté ce commentaire après la réponse de ses adjoints : «Au passage, nous avons, paraît-il, une députée sortie comme le champignon à l’automne et qui doit justifier son action, sa paie, etc. Elle a un petit problème : les gens qui lui écrivent ne reçoivent pas de réponse ! Je lui ai donc envoyé une lettre un peu sévère en disant : « vous avez tant de collaborateurs ». Je n'ai pas dit que c'étaient des emplois fictifs…Il ne faudrait pas… On a déjà Benella sur la Ville, on ne va pas en rajouter d'autres au troupeau ! Benella commence à poser des problèmes ! On me dit qu'il en est maintenant à contaminer Matignon ! Alors, là… Putain ! Je ne sais pas où cela va se terminer cette histoire ! Dans un lac en Bavière, vous allez voir ! Donc Mme Machin a donc écrit pour dire « il me faudrait une salle ». Je lui ai répondu : « Madame, on ne vous donnera pas de salle spécialement puisqu'on met l’Auditorium à disposition, c'est quand même mieux ! » Elle n'était pas contente. Elle a donc loué l'hôtel Ibis ! C’est bien… Mais ce qui est embêtant, c'est qu'elle a raconté qu'elle avait loué l'hôtel Ibis et que je lui ai envoyé la commission d'hygiène ! Je ne lui ai jamais envoyé la commission d’hygiène ! Elle dérape complètement. Donc je lui ai demandé de confirmer qu'elle avait dit ça ou qu’elle ne l’avait pas dit ! Mais on a affaire à une joyeuse bande. À chaque fois qu'ils me posent des questions, je leur dis « vous savez, Louis XVI, avant de mourir, il a dit "a-t-on des nouvelles de M. de La Pérouse ?" » Moi j’ai dit : avez-vous des nouvelles de M. Benalla ? Voilà avec qui on discute ! Je lui ai dit : « Madame commencez par répondre aux courriers, c’est le minimum de politesse. » Ils veulent tout faire. Elle a été au lycée l’autre jour. Bilan : lycée en grève pour 15 jours. Un succès ! Le Cornu est venu au transfo de Farman. Bilan : incendie du transfo et la gare Montparnasse en rideau. Je leur ai dit : « écoutez, les petits chéris, restez chez vous ». Edifiant  

  • CAMPAGNE DES EUROPEENNES A VANVES : JUVIN A VANVES POUR DIRE LA VERITE SUR L’EUROPE !

    Beaucoup de militants LR Vanvéens qui ont accueilli lundi dernier Philippe Juvin à l’école Marceau, député européen seront sûrement vandredi soir à Boulogne pour assister au meeting de François Xavier Bellamy, tête de liste LR.  Bertrand Voisine maire adjoint, délégué de circonscription MLR avait invité le maire la Garenne Colombes  qui siége au Parlement Européen depuis dix ans, mais ne se représente pas à venir échanger sur l’europe avec une soixantaine de  vanvéens.

    «Cette élection est particulière, car elle se tient à un moment où un événement nous dépasse : le Brexit. Tous les gouvernements britanniques, conservateurs et travaillistes, ont dit du mal de l’Europe pendant 40 ans, n’ayant pas le courage d’assumer leurs décisions » a t-il commencé à expliquer. «Ils l’ont voté et ils ne sont  pas d’accord pour l’après en voulant rester dans l’union douanière. Car ils veulent commercer ! Ils veulent sortir du marché unique en voulant y rester. On a dit qu’il n’en pas question» précisait-il suite à une question en expliquant bien que « chaque pays de l’UE ne pas passer un accord commercial bilatéral, mais c’est l’UE qui les a signée au nom des 28 pays : 761 Aaccords ont ainsi été passé avec les autres pays. Ce que vont perdre les britanniques qui devront les re-signer ! Quant à la solution «à la Norvége, c’est la «lousse», car ce pays fait partie de l’union douanière, applique toutes ses régles, mais sans avoir le droit à la parole ! »

    Philippe Juvin démarque bien LR des lepénistes et mélenchonistes, «car on est un parti de gouvernement dont la responsabilité est de dire les choses, contrairement aux britanniques, en refusant de participer aux débats entre Europe fédérale et Europe des Nations. L’Europe est une, une Europe des Nations avec 28 représentants qui ne peuvent pas prendre d’accord sans être unanime – Il faudrait mettre fin au dogme de l’unanimité des Etats avec des votes à la majorité simple -   une Europe fédérale avec l’Euro» explique t-il décidé à dire d’autres vérités quite à bousculer,  sur l’élargissement à l’Est qui est une bonne chose tout en notant que «L’Europe est un marche pied qui marche bien », sur une Europe pas parfaite avec des propositions iconoclastes – réduite le nombre des 28 Commissaires, élire au suffrage universel le président du Conseil Européen -  sur les députés européens qui ne sont pas élus par les européens, mais désignés par leur parti à une place éligible

    Le Maire de La Garenne Colombes étrille les adversaires : «En face de nous, Le Pen et Dupont-Aignan qui veulent tout changer en disant «Je t’aime quand même ! Marine est pour l’Europe, pas pour l’institution Européenne. Macron envoie là bas des gens sans expérience, en nous expliquant que ce serait un gage d’efficacité…comme pour les législatives de 2017 ? » constate t-il 

    « Aucun pays ne peut imposer ses vues en étant seul. Il faut des alliés. Macron nous a isolé car il peine à en trouver. Les valeurs qu’il voulait défendre, ne marchent pas !» constatait il en regrettant cette France qui a souvent éclairer le monde. « Cela ne sert à rien de dire que que l’Europe a des racines chrétiennes sans les mettre en œuvre ! Si on veut que notre pays existe encore, il nous fait créer une histoire commune, avec nos alliés. C’est ce qu’apporte François Xaver Bellamy notre tête de liste LR». Dans ses interventions, il ne cache pas que la présidence européenne de Nicolas Sarkozy «nous a donné la fierté d’être européen. Mon combat c’est d’exiger que l’on dise la vérité sur l’Europe dans mon parti ! » a t-il  conclu après avoir répondu à de nombreuses questions sur les sondages, l’abstention, le plombier polonais c’est-à-dire les travailleurs détachés etc….,

  • DES LYCEENS PERTINENTS A VANVES POUR UN GRAND DEBAT SUR LE CLIMAT AVEC DES MINISTRES A « LA MASSE »

    A peine les échanges sur le changement climatique avec ses jeunes lycéens au LEP Louis Dardenne, vendredi dernier, Gabriel Attal secrétaire d’Etat auprès du ministre de l'Éducation, s’est envolé pour Aix en Provence où il a ouvert une conférence citoyenne avec 80 jeunes tirés au sort. Parmi les sujets de préoccupations : «l'environnement» bien sûr et «la vie quotidienne». «C'était quelque chose qui me tenait beaucoup à cœur» avait il confié sur RTL avant de rejoindre ses 4 autres collègues à Vanves. «La parole des jeunes se libère facilement quand ils sont entre jeunes. Quand on est jeunes et qu'on va dans une réunion avec des moins jeunes, qui ont tous un vécu, une expérience, qui souvent s'appuient sur ce vécu et cette expérience pour s'exprimer, ça peut être intimidant !  On peut se dire est-ce que je suis vraiment légitime ?».

    Mais là à Vanves, les quelques journalistes présents ont pu s’apercevoir qu’ils n’ont pas hésité à interpeller les ministres en rendant ce débat très enrichissant: «On a travaillé sur la transition écologique sous forme d’ateliers participatifs animés par les élèves qui se sont posés la question : «Qu’est-ce c’est la transition écologique» sans avoir eu de réponses !» a constaté Etienne. Ce qui a fait bondir François de Rugy ministre de la Transition écologique : «Je vous comprends, parce que cette question, je me la pose ! La transition écologique, c’est organiser le chemin pour aller vers une situation meilleure et éviter les catastrophes, notamment dans des domaines où cela se dégrade comme le climat». Jean Marc Blanquer, ministre de l’Educatioon   a ajouté que «l’éducation nationale travaille depuis 20 ans sur l’environnement dans  l’enseignement et nos programmes. Vous faites partie d’une génération qui a eu des enseignements sur cette question. Ce qui n’étaient pas le cas des générations précédentes». A ce moment là, il fut interrompu par plusieurs lycéennes : «Mais cela reste insuffisant. La sensibilisation est inexistante en primaire et au collège. Les jeunes se mobilisent par eux même, avec quelques professeurs. D’autres trouvent cela ridicule» ont-elle expliqué.

    «Pourquoi le gouvernement et les ministres ne sont pas plus ambitieux pour appliquer les décisions de la COP 21 ? Comment se fait il que l’on n’a pas encore appliqué les solutions proposées par les scientifiques ? C’est maintenant qu’il faut bouger pour éviter d’atteindre + 3° ! Pourquoi le gouvernement soutient de grands projets d’aménagements qui vont à l’encontre des objectifs poursuivis en matière de transition écologique ? Pourquoi ne pas parler de la disparition de la biodiversité et de ne pas avoir interdit le gyphosate ? » se sont ils interrogé. Et les ministres ramaient : «C’est une transformation très profonde que vous nous demandez. Cela va prendre du temps !» constatait Emmanuelle Wargon secrétaire d’Etat à la transition éxologique.  «L’accord de Paris (COP 21) a été signé voilà 3 ans .C’est la première fois que les Etats se sont engagés. Mais voilà un pays s’est retiré, et pas des moindres. Je peux espérer que ce mouvement de jeunes puisse se lever aussi aux USA. Beaucoup de transformations sont en cours. On se bat au niveau européen pour des objectifs plus élevés» a répondu François de Rugy.

    D’autres lycéens ont posé quelques questions plus locales sous l’œil attentif de Marie Carole Ciuntu vice présidente Lycées de la Région IDF  qui était présente : «Pourquoi avoir attendu 4 ans pour obtenir l’installation de cendriers aux portes du lycée Duruy à Paris ? Pourquoi ne pouvons nous pas réserver nos repas à la cantine pour éviter le gâchis ? Pourquoi ne pas instituer un repas végétarien par semaine ? » ont demandé des lycéens parisiens.