Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • COMMENT VIT ON CE CONFINEMENT HISTORIQUE A VANVES : FLORENCE PROVENDIER, DEPUTEE LREM… ««Nous avons, dans nos circonscriptions, un énorme travail de coordination local !»

    Vanves au Quotidien a souhaité savoir comment la député, la députée de Vanves/Issy les Moulineaux (10e circ.)  continue son travail parlementaire  et sur le terrain malgré le confinement. Rencontre avec Florence Provendier (sur la photo avec Séverine Edou et Sophie Cluzel lors de la campagne des municipales )  députée LREM de la 10e circonsription des Hauts de Seine (Issy les Moulineaux/Vanves)

    Vanves au Quotidien - Que s’est il passé pour que l’assemblée nationale devienne un cluster, 26 ayant été touché par le virus dont 18 députés  ?

    Florence Provendier : «Nous étions particulièrement nombreux la dernière semaine avant le confinement, parce que l’on examinait la loi organique sur la réforme des retraites, et qu’en commission des affaires culturelles et éducation, nous étions sur le projet de loi audiovisuel : Nous avons siégé 3 jours non-stop de 9H à minuit, avec 2 ou 3 suspensions dans la journée,  même en étant trés vigilant, en  appliquant les gestes barrières, nous étions quelque peu confiné dans une salle où nous sommes côte à côteCe qui n’a pas empêché certains collègues d’être contaminés

    VAQ. - Qu’est-ce qui a changé dans votre travail parlementaire au quotidien ?

    F.P. : «Je ne siège plus à l’Assemblée nationale. En temps normal, nous aurions dû examiner le projet de loi audiovisuel dans l’hémicycle dont je suis la responsable de texte pour la République en Marche. Je ne siège plus, pour ce qui me concerne, mais certains députés sont présents dans l’hémicycle, chaque mardi, pour les questions d’actualité au gouvernement, un député par groupe posant l’ensemble des questions de son groupe. Nous continuons les travaux de commissions, Affaires culturelle et éducation nationale, pour ce qui me concerne, (cela peut se faire à d’autres moments) pour auditionner les ministres, par exemple Jean Michel Blanquer sur les conditions du suivi pédagogique, les examens, la fin du confinement et la continuité de l'enseignement. Il est important que nous puissions faire remonter les préoccupations de nos concitoyens, et que nous soyons force de propositions sur les mesures qui seront mises en place. Le président de la commission prévoit de faire nos réunions à distance, en visio-conférence, à partir de cette semaine, Mais nous avons, dans nos circonscriptions, un énorme travail de coordination local ! 

    VAQ. - C’est-à-dire ? 

    F.P. : « Je suis en contact avec les entreprises, les associations de parents d’élèves, de commerçants, de professions indépendantes et libérales qui n’ont pas forcément tous les éléments d’informations nécessaires, pour essayer de les tenir informés des décrets, des mesures prises par le gouvernement, en les appuyant dans leurs démarches. Je réponds à énormément d’interpellations de personnes, je mets en relations beaucoup de personnes, je relaie pour mettre en place des liens de solidarité… Beaucoup de travail même si on reste chez soi. J’ai ainsi pris le temps de faire le point au téléphone, avec, par exemple, la responsable solidarités du département par rapport aux EHPAD, aux enfants placés, aux enfants handicapés, avec la préfecture… sachant que chaque journée, je commence par faire le point avec mes deux collaboratrices à 9H30, pour savoir qui appelle qui, qui répond à quoi.

    VAQ - Sur quels sujets vous interpellent ils ou vous saisissent il le plus souvent ?

    F.P. : « Dans cette circonscription qui est très particulière, ce sont des sujets qui concernent des personnes âgées, les parents d’enfants autistes, les petites entreprises, les micro-entrepreneurs pour les aider à trouver des solutions concrètes. Ainsi j’ai eu affaire à des orthophonistes, des kiné qui, du jour au lendemain, se sont retrouvés sans travail, cherchant à savoir de quelles aides, ils peuvent bénéficier, et à quelles conditions. J’ai été interpellé par deux personnes qui étaient à l’étranger et je suis intervenu pour faciliter leur rapatriement en les accompagnant dans leurs démarches. Par d’autres sur la protection des salariés, quelles solutions pratiques à mettre en place etc… J’ai relayé auprés des villes l’appel d’Adrien Taqué,  secrétaire d’État à la protection de l’enfance pour que la continuité pédagogique soit aussi assuré auprés des enfants de Sociale à l’enfance #DesOrdisPourNosEnfants

    VAQ - Comment conciliez-vous vos fonctions de député et la nécessité de respecter le confinement comme tous les autres citoyens ?

    F.P. :  «En matière de confinement, je dois être exemplaire. Maintenant s’il y a besoin d’intervenir, et qu’on me le demande,  je suis mobilisable. Je vis mon mandat de député durant cette période particulière selon trois principes : Etre à l’écoute, en lien avec les habitants de la circonscription en leur envoyant des informations, en répondant systématiquement à toutes leurs interpellations. Ce n’est pas parce qu’on est confiné, la vie ne continue pas, car il est important de continuer notre travail de contrôle et d’interpellation du gouvernement, en ayant par exemple, envoyé ces jours-ci une question écrite à Adrien Taquet sur les actions prévues pour les enfants victimes de violences puissent se signaler. Enfin, nous avons un travail de prospectives à faire : Comment, compte tenu de ce qui s’est passé, être en amplification sur la reprise, se préoccuper du jour d’après. Il va y avoir un certain nombre de sujets liés aux bouleversements auxquels sont confrontés les médias, avec des audiences qui augmentent sur certains médias, d’autres qui émergent ou ressurgissent, s’interrogeant sur leur place dans le futur. Il est important de continuer à le préparer car le monde ne s’arrête pas. Enfin, il y a trois enjeux fondamentaux pour l’après ! l’écologie, la démocratie avec la solidarité, la culture, la communication, et l’économie. Ce temps de confinement est propice à un peu de réflexions, et à mettre à profit pour penser le futur

    VAQ – Pourquoi êtes vous sensible à ces problèmes de violences vis-à-vis des enfants ?

    F.P. : «Je suis engagée dans une association qui vient en aide aux enfants victimes de violences sexuelles ! C’est pourquoi j’ai envoyé une question écrite à Adrien Taquet secrétaire d’État à la protection de l’enfance : La violence faîte aux enfants de façon mécanique est en train d’augmenter, notamment parce qu’ils vivent parfois dans un petit espace qui suscite des tensions, les enfants de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance)  qui sont en milieu ouvert c’est-à-dire qu’ils vivent en famille, recevaient des travailleurs sociaux qui ne viennent plus ! Vous imaginez donc la poudrière sur laquelle nous sommes assis. On voit bien aussi que les violences conjugales sont en train d’exploser, et on sait que les enfants, en sont les victimes collatéraux, même directs. Il y a trois phénomènes objectifs qui font que nous redoutons le pire : le fait qu’ils n’aient de lien physique avec leurs copains, les enseignants, les travailleurs sociaux qui peuvent détecter quelque chose qui cloche, est terrible.  Le ministre a mis en place en place une campagne avec le numéro 119 afin qu’il soit connu de tous les enfants, même si ce n’est pas facile pour eux d’appeler ou de répondre avec des parents violents.

  • VANVES ET LES MUNICIPALES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE : A l’Hôtel de ville perdrait on la tête ?

    Depuis quelques jours et surtout ce week-end, une certaine ambiance agressive tend à se développer à cause de l’attitude du maire sortant et ses familiers.

    Et notamment lors de l’hommage rendu par la ville aux déportés à l’occasion du 75e anniversaire de la libération des camps de la mort dimanche matin. Beaucoup de participants ont été interloqués lorsqu’au début de son discours, Bernard Gauducheau  aurait fait remarquer qu’il fallait des élections pour qu’il y ait du monde à une telle cérémonie, et qu’il en faudrait plus (d’élections). Mais comme le faisait remarquer un participant : «Il a demandé à tous ces futurs co-listiers qu’il a présenté jeudi dernier d’être présent ! ». Sans parler de ces vanvéens qui ont voulu tout simplement être présent pour marquer cette journée internationale de mémoire des victimes de l’holocauste, et leur soutien aux deux candidats LREM qui ont été victimes d’inscriptions de croix gammée sur leurs affiches la semaine dernière, événement particulièrement rare à Vanves

    Mais un autre événement significatif de cette ambiance électrique a marqué cette cérémonie même s’il est passé inaperçu : Isabelle Debré a toujours l’habitude de se faire accompagner pour déposer la gerbe au nom du Président du Conseil Département des Hauts de Seine, par un ou plusieurs enfants. Elle a demandé à un pére de famille s’il acceptait que son enfant l’accompagne, ce qu’il a accepté. Mais voilà, juste avant le début de la cérémonie, la mére de cet enfant a refusé.  Du coup Isabelle Debré a dû demander à une autre famille d’un militant ou sympathisant LR  si elle acceptait que leur enfant l’accompagne. Or après coup, elle a appris l’idendité de cette mére de famille qui pourrait être la niéce de madame Gauducheau, présente sur la liste, ce que personne n’avait pu deviner, sauf peut être un nom à consonance polonaise. Cette liste  deviendrait, si c'est le cas,  presqu’une affaire de famille avec la belle fille, la nièce, le futur beau fils, comme à Puteaux et Levallois….sans parler des amis promoteurs.

    Mais ce n’est pas fini (au niveau engueulades et altercations), car, selon les rumeurs, et de bonnes sources,  des élus de l’équipe sortante qui soutiendraient et rejoindraient la liste Vivre Vanves de la République en ont été victimes :  Pascale Kaazan, par exemple, qui est pourtant encore maire adjointe aux affaires sociales et seniors, et a  été mis à l’écart par le maire de l’accueil des seniors invités au banquet du nouvel An, le 19 Janvier dernier. D’ailleurs elle a été victime d’une vive altercation avec l’épouse du maire ce jour là. Et elle n’est pas la seule. Antoinette Girondo qui a soutenu la liste Renaissance aux dernières Européennes, Philippe Thieffine qui a rejoint En Marche, Jean Pierre Marco y ont eu droit aussi de la part du maire, ou de sa belle fille sur le théme : « Après tout ce que j’ai fait pour toi ! Mais j’ai des dossiers ! » ou dans une autre version « après mon élection, je vais m’occuper de toi ! »  

    A la République en Marche, Gabriel Attal, secrétaire d’Etat à la Jeunesse, explique tout simplement cette réaction par l’apparition du Mouvement En marche sur la scéne politique depuis l’élection du Président Macron, et des députés LREM, avec le résultat des élections européennes, et maintenant la présence de listes LREM aux municipales qui ont un effet déstabilisant, car le vieux monde politique n’a pas de prise sur ses français, élus ou pas, progressistes, qui tiennent un autre discours, défendent des propositions diruptives, détabilisantes.

  • LA LISTE DE VANVES EN TETE DEVOILEE PAR BERNARD GAUDUCHEAU A QUI «LES VANVEENS VONT CONFIER LES CLEFS DU CAMION »

    Bernard Gauducheau (UDI) et son équipe de campagne avaient mobilisé le ban et l’arrière ban de ses militants, sympathisants, fidéles pour remplir le préau de l’école Marceau Jeudi soir pour la présentation des 36 candidats de sa liste «Vanves en tête», pour éviter que l’on raconte, comme pour la présentation de son bilan, que l’assemblée était clairsemée comme il l’a fait comprendre, vertement comme à son habitude, à l’auteur du blog, avec des allusions durant son intervention. Une preuve de fébrilité ?

    «On est dans une belle réunion et configuration. On a commencé notre campagne depuis Octobre, avec une enquête auprés de 700 habitants et commerçants, puis ma déclaration de candidature. Je montre ainsi mon respect des électeurs en ne me présentant pas au dernier moment, 5 à 6 semaines avant le scrutin. Commencer cette campagne six mois avant, pose question. Comment nos adversaires peuvent ils convaincre en apparaissant quelques semaines avant ? On a présenté notre bilan. Il est tellement volumineux qu’en papier, il nous aurait coûté le budget de la campagne. C’est pourquoi, on l’a mis en ligne ! » a-t-il attaqué d’emblée. « Ce soir est important ! A qui va-t-on confier les clés du camion. La question vaut la peine d’être pose car en 6 ans, on peut changer le climat d’une ville ! Il faut faire des efforts permanents pour que la machine tourne dans une mairie où il y a 25 métiers différents. Il faut des élus qui travaillent et tiennent des réunions publiques pour expliquer. Et vous voulez savoir à qui vous allez confier les clés du camion» a-t-il continué en expliquant comment cette liste a été constituée : Il a tenu compte de son expérience, jusqu’à trois mandats dont il est fier. «C’est que que j’ai pas trop mal fait mon boulot. J’ai le moyen d’avoir des gens à la hauteur » a-t-il poursuivi en confiant que c’est une liste sur laquelle il s’est beaucoup investi pour la constituer – « mon épouse pourrait vous le dire » - en tirant profit de son expérience. Une liste de personnes « qui veulent défendre l’intérêt général et qui en ont le sens » a-t-il insisté

    Le maire a indiqué les cinq critéres qu’il avait fixé :

    -Une volonté de tenir compte de l’aspiration de la population en priorité et les appartenances politiques en second. «Sachant que je suis centriste et que je n’ai pas varié quel que soient les aléas politiques. Je n’ai pas quitté le navire. La lise d’intérêt- local est  soutenu par l’UDI, LR, Libres le mouvement de Valérie Pécresse. Ce que j’ai fait, je l’ai fait avec mes convictions. Ceux qui ne donnent des ordres, c’est vous, ce n’est pas les partis politiques !»

    -Cette liste est inclusive et représentatives des catégories socio-professionnelles : « La ville de Vanves évolue, ses habitants doivent pouvoir s’identifier dans les personnes qui les représentent. Il ne faut pas de décalage. C’est ce que j’appelle la représentativité»

    -Une liste qui repose sur des personnes expérimentées rompues au travail partenarial et en équipe. «C’est un impératif ! Savoir travailler aussi avec des partenaires extérieurs »

    - Une nouvelle liste, investie dans la vie locale «qui s’inscrit dans la perspective de développer Vanves au-delà de 2026 »

    - Une liste basée sur des valeurs dont les membres ont signé une charte des valeurs

    « On en a entendu de tous ceux qui veulent raser gratis. Le rôle du maire, c’est du concret » a-t-il insisté en rappelant qu’il s’est présenté « pour remplacer une équipe de « bras cassés » car il ne se passait rien dans la ville. Conduire une ville de 28 000 habitants, c’est une responsabilité. Il y a des gens qui ont dit « il y a un coup à faire ! », ce qui me révolte. Mais être maire, c’est 24H sur 24, 365 J sur 365. Etre élu c’est un engagement très fort, sans faille, c’est faire le choix de donner aux autres le meilleur de soi-même ! » a-t-il conclu

    Il a donné ensuite la parole à chacun de ses 35 co-listiers qui ont donné les raisons de leurs engagements sur cette liste avec 12 sortants,  23  nouveaux avec quelques surprises, le fils d’une ancienne tête de liste PS en 2014, un promoteur immobilier, un président du syndicat d’initiative, la présidence du Challenger Club etc….