Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • GABRIEL ATTAL : le conseiller municipal de Vanves poursuit son ascension en Macronie en devenant porte-parole du gouvernement

    À deux ans de la présidentielle, ce vanvéen devient désormais le producteur officiel d’éléments de langage du gouvernement Castex. Avec un impératif : éviter les fautes de quart alors que sa prédécesseure Sibeth Ndiaye avait multiplié les maladresses dans sa communication, notamment pendant la crise sanitaire. Il a eu l’ocasion de faire ses preuves dés hier après-midi, après le premier conseil  des Ministres de ce nouveau gouvernement. Après un aparté avec le président de la République et le premier Ministre à la fin du Conseil, pour lui donner les éléments de langage, il s’est retrouvé pour la première fois devant les journalistes généralement réunis à l’hôtel Marigny, à côté de l’Elysée, pour le traditionnel point de presse qui suit.

    Issu des rangs socialistes avant d'être «Marcheur» historique et proche d'Emmanuel Macron, le député des Hauts-de-Seine et benjamin du gouvernement, Gabriel Attal, a connu une ascension express, jusqu'à être nommé lundi dernier, à 31 ans, porte-parole du gouvernement. Avant lui, François Baroin était devenu en 1995 secrétaire d'État et porte-parole du gouvernement Juppé un mois avant de fêter ses 30 ans. Très à l'aise sur les plateaux télés, l'élu au débit mitraillette, qui était chargé de mettre en place le SNU auprès du ministre de l'Éducation, fait partie des ex-jeunes pousses socialistes ayant suivi Emmanuel Macron lors de la création de son mouvement, et pendant sa campagne victorieuse de 2017. «En travaillant à ses côtés, j'ai trouvé quelqu'un qui avait beaucoup d'allant, qui impulse les choses, ce qu'on attend d'ailleurs d'un jeune homme politique» loue-t-on dans son entourage, en insistant sur son « dynamisme».

    Issu de la mouvance strauss-kahnienne, Gabriel Attal est en effet membre de la garde rapprochée du candidat Macron en 2017, aux côtés de Stéphane Séjourné, qui fut un temps un influent conseiller politique du chef de l'État, de l'ancien secrétaire d'État Benjamin Griveaux, ou encore de Sibeth Ndiaye, qu'il remplace désormais à ce poste sensible. Il fait partie de la jeune garde se revendiquant «canal historique» du macronisme. Ce conseiller municipal de Vanves est familier du porte-parolat, exercice qu'il avait pratiqué pour le compte de «La République En Marche». Prudent, mesuré dans son expression, il est le quatrième porte-parole du gouvernement directement issu du premier cercle macronien. Doté d’un bon sens politique - contrairement à certains de ses collègues - de facilités oratoires, et jamais pris en défaut de loyauté vis-à-vis de la ligne officielle, sa promotion à ce poste apparaît logique. Il fait partie de la « jeune garde » des Marcheurs et il s’était déjà illustré au début du quinquennat en étant l’un des députés les plus actifs sur les plateaux de télévisions, refusant rarement de monter au front même quand d’autres se défaussent, comme sur le plateau d’un JT un soir de manif des gilets jaunes face à Jean Luc Mélechon et des gilets jaunes,  lorsque tous les autres ministres s’étaient défilés. Récompensé pour sa fidélité, il était devenu il y a un an et demi le plus jeune membre d’un gouvernement sous la Ve République. Cet espoir  des marcheurs qui poursuit ainsi son ascension en Macronie

  • LA DEPUTE DE VANVES SIGNE UNE TRIBUNE POUR «REPENSER LA PLACE DE NOS ENFANTS DANS NOS VILLES ET NOS POLITIQUES PUBLIQUES »

    Durant le confinement/Déconfinement, Florence Provendier, députée LREM de la 10e circonscription  a trouvé un moyen de garder contact avec ses électeurs en s’adressant à eux, tous le 15 jours en audio, grâce à des podast,  pour les tenir informés de son actualité en circonscription et à l’Assemblée nationale. « Il est important pour moi déchanger sur la période que nous vivons. Depuis le début de l’année 2020, toute la planète est confinée du fait de la pandémie. Les systémes de santé sont sous pression, et confinement a souvent été conjugé avec isolement »a-t-elle constatée dans son premier podcast,  en remarquant que de nombreuses initiatives citoyennes ont émergés pour lutter contre, avec  plus d’entraides et de liens,  et qu’elle a accompagné et soutenu pour rendre cette péride un peu plus douce pour ceux qui sont seuls, fragiles, vulnérables.  Le dernier Podcast mettait l’accent sur la Culture, et plus particulièrement sur la filière du livre. «Si la lecture a été pour nombre d’entre nous un moyen d’évasion pendant le confinement, les moments d’échanges et de partages avec ces « passeurs d’histoires » nous ont manqués. Maintenant qu’elles rouvrent, à nous de soutenir nos librairies ! » expliquait elle

    Durant cette période, faisant partie du groupe d’étude parlementaire «Droits de l’enfant et protection de la jeunesse», elle a signée une tribune parue dans la presse (et passée inaperçue) proposant  de faire de la crise une opportunité pour les enfants, avec les députées Alexandra Louis (Lrem) et de Maud Petit (Modem), co-présidentes du groupe d'études parlementaire droits de l'enfant et protection de la jeunesse. Intitulée : «Repensons la place de nos enfants dans nos villes et dans nos politiques publiques», cette  tribune a fait l’objet d’un courrier qui a été transmise à l'association des maires de France et l'association des maires ruraux.

    Très impliquée dans la lutte contre les violences faîtes aux enfants, et leur protection, surtout dans cette période de confinement qu’a connu la France et qui a amplifié, certains problèmes familiaux, elle considère avec ses collègues que «si le confinement a mis en exergue des difficultés qui touchent directement les enfants, si la parole se libère, cet épisode singulier doit nous permettre d’agir et de co-construire : faisons de cette période une opportunité pour rechercher les bons équilibres et repenser la place des enfants dans nos villes et dans nos politiques publiques. Pour cela la collaboration entre élus locaux, services de l’Etat, associations, corps enseignant et parents est une nécessité absolue. S’il y a bien un sujet qui peut et doit fédérer, c’est celui de l’enfance». Elles relèvent qu’au terme de l’année scolaire, le Ministre de l’éducation nationale a annoncé la mise en place de dispositifs éducatifs afin que tous les enfants profitent de «vacances apprenantes», elles considèrent que «dans chaque territoire, il nous appartient de bâtir ce dispositif mais également d’expérimenter de nouvelles pratiques pour envisager la suite. Nous devons réinventer de nouvelles solutions et notamment l’occupation de leurs espaces publics et privés. Les lieux culturels, les équipements sportifs ou les parcs et les stades seront encore fermés au public ?  Qu'à cela ne tienne : ouvrons-les aux classes pour des écoles à ciel ouvert afin de renforcer le lien scolaire pour le plus grand nombre. De nombreuses initiatives peuvent être expérimentées et notamment réserver aux centres de loisirs des activités dans les parcs, plages, musées, l’ensemble du réseau des bibliothèques, à des horaires spécifiques ; Maintenir ouverts les lieux de proximité (écoles, gymnases...) pour accueillir de petits groupes des centres de loisirs ou des acteurs associatifs qui accueillent des enfants ; Augmenter le nombre de places dans les centres de loisirs et créer de plus petits groupes ; Créer des espaces de parole et d’expression et investir ce temps pour sensibiliser les enfants à la problématique des violences, aux dangers d’internet et à la malnutrition. «Donnons ensemble, petits et grands, la place centrale qui revient aux enfants, afin qu’ils s’épanouissent au sein d’une société qui leur ressemble ; bienveillante et inspirante ».

  • LES AMBITIONS DE GABRIEL ATTAL, LE MINISTRE DE VANVES

    Le nom de Gabriel Attal, secrétaire d’Etat à la Jeunesse circule actuellement avec ceux de trois autres député (Yaël Braun-Pivet,  Olivier Grégoire, Roland Lescure) pour remplacer Gilles Le Gendre à la tête du groupe LREM à l’Assemblée Nationale, selon certaines rumeurs  et à cause  surtout de cette note révélée par Marianne où il préconie le remplacement d’Edouard Philippe au chef de l’Etat lors d’un prochain remaniement ministériel.

    Ce qui promet un mardi explosif lors du petit déjeuner de la majorité à Matignon, et la réunion du groupe LREM. DU coup, le ministre de Vanves pourrait être tenté de retrouver son siége au Palais Bourbon pour prendre la tête du groupe, remettre de l’ordre dans le groupe LREM, intervenir dans les médias comme il le fait déjà, en ne craignant pas de se retrouver seul sur les plateaux TV devant des adversaires comme JL Mélechon comme ce fut le cas lors des manisfestations des Gilets Jaunes, en jouant le porte-parole officieux du gouvernement et du président pour prendre leur défense. Ce qui serait de surcroît un moyen de reprendre pied sur une circonscription  (Vanves/Issy) conquise en 2017 pour préparer les élections législatives après la présidentielle de 2022 que tout le monde a en tête, où certains élus UDI semblent vouloir prendre leur revanche après leur victoire aux Municipales