Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • GABRIEL ATTAL LE MINISTRE-ELU DE VANVES EN PREMIERE LIGNE POUR DEFENDRE LA STRATEGIE DU GOUVERNEMENT

    Face aux critiques sur la lenteur des vaccinations au lendemain des fêtes, Gabriel Attal porte parole du gouvernement a dû monter en première ligne, en se répandant sur les radios et les télés. Il n’a même pas accompagné le premier Ministre lors de son déplacement  au Tchad, prié à la veille de son départ, par le président Macron, de rester à Paris pour expliquer la stratégie du gouvernement dans les médias. Mais le fait que le porte-parole de l'exécutif garde la main dans cette riposte ne semble pas être dû au hasard. Selon les spécialistes, Jean Castex a expressément demandé aux membres du gouvernement, y compris aux plus coutumiers de la confrontation politique, d'éviter les prises de position sur des sujets ne relevant pas de leur domaine de compétence, et ce,  afin d'empêcher une dispersion de la communication de l'exécutif. 

    Et les élus locaux qui ont fustigés la lenteur des premiers jours et dénoncé sle manque de concertation sur le plan de vaccination, n’ont pas été déçu. «Ce que j'ai entendu, notamment de la part du président de la région Normandie, c'est qu'il déplorait un manque d'association des régions à la définition de la politique vacinale.Je pense que vous pouvez vous référer à des déclarations de présidents de régions qui, début décembre, saluaient à ce moment leur association». Et sa réplique a été cinglante face aux accusations d’Anne Hidalgo dans le JDD de Dimanche dernier : La maire de Paris avait estimé « qu’avec de telles carences, le Débarquement de juin 1944 aurait échoué». Ce qui a valu dés lundi, une réaction qui tranche avec le pacte de non-agression qui régissait jusqu'ici, tant bien que mal, les relations entre l'État et la capitale. «Je suis assez surpris d'entendre des leçons de logistique de la part d'une élue qui n'a pas su gérer le Vélib, qui n'a pas su gérer l'Autolib, qui a montré que s'agissant de la logistique, elle savait transformer l'or en plomb, alors même qu'il y a plus de fonctionnaires à la Ville de Paris qu'à la Commission européenne, qu'elle attaque»

    Mais ce fut son face à face avec Philippe Juvin, maire de la Garenne Colombes, jeudi dernier dernier sur la 5 ans « C à Vous » où Gabriel Attal l’a accusé d'avoir tenu des propos contradictoires au sujet du début de la crise du Covid-19, notamment à propos de l'efficacité du confinement. Certains vanvéens ont pu apprécier. Il  faut savoir que ce maire qui est médecin chef des Urgences de l’Hôpital Georges Pompidou a d’ailleurs signé un  livre réquisitoire, qui n'a pas été apprécié en haut lieu  «Je ne tromperai jamais leur confiance» ( éditions Gallimard). «On nous a menti avec aplomb. On a tenu des discours contradictoires. On a fait des promesses puis on les a trahies. Certes, personne n’a été dupe longtemps. Mais comment poursuivre les efforts quand le lien de confiance est rompu?», écrit le médecin-maire dans son livre. Il décrit le manque de masques et de lits en réanimation, la saturation des urgences, l’épuisement du personnel soignant, la solitude des résidents des Ehpad, «les immobilismes  de l’hyperadministration»,  «la dictature de ces petits chefs médiocres, qui s’épanouissent dans ces périodes de troubles», la «faillite de l’État». Mais surtout, Philippe Juvin rappelle les certitudes et les affirmations assénées comme autant de vérités. «La France est persuadée qu’elle a le meilleur système de santé du monde, et ce péché d’orgueil la conduit dans le mur», écrit il en racontant avoir alerté à tous les niveaux: Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, Olivier Véran, le ministre de la Santé, Patrick Strzoda, le directeur de cabinet du président de la République, et même Emmanuel Macron auquel il a adressé des recommandations

    Gabriel Attal l’a accusé de réécrire l'histoire en se donnant le beau rôle dans ce face à face tendu. Il a égrené des prises de positions publiques du médecin, au printemps dernier, en contradiction selon lui avec la version défendue dans l'ouvrage : «Dans votre livre, vous écrivez, le 28 février : «Nous ne testons pas suffisamment. Nous avançons comme des somnambules» Et sur LCI, le 6 mars, une semaine plus tard, vous dites : «Pour les formes bénignes, ce n'est pas utile de faire des tests ! ». Sur le confinement, vous dites le 3 mars : «Le confinement est efficace, je pense qu'il faut confiner, je le dis publiquement» Trois jours plus tard, sur LCI, vous déclariez « qu’'on ne peut pas confiner des villes entières» a-t-il critiqué. Et de conclure : «Est-ce-que vous dites la vérité dans ce livre et, à ce moment-là, ça veut dire que vous ne disiez pas la vérité sur les plateaux de télévision ? Ou est-ce-que vous disiez la vérité sur les plateaux de télévision et à ce moment-là, ça veut dire que vous avez un peu réécrit l'histoire dans votre livre ?». S'il a reconnu que cette crise «a été très compliquée à gérer», Philippe Juvin lui a répondu : «Il faut cesser de penser que tout a été bien fait. Et après le cafouillage sur les masques, les atermoiements sur la vaccination montrent que les leçons ne sont pas tirées».

  • MARDI VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    RELANCE 92 A VANVES :

    Fin juin 2020, le Département des Hauts-de-Seine (CD 92)  a déployé 10 M€ (enveloppe réabondée de 5 M€ supplémentaires en septembre dernier), dans le cadre de son dispositif Relance 92, pour soutenir les chefs des petites entreprises artisanales et commerciales du territoire, impactées par la crise sanitaire du COVID-19. La CCI 92 et la CMA 92 sont associés à ce dispositif d’intérêt général en apportant leur expertise. «Sur la ville de Vanves 16 Entreprises ont bénéficié d’une aide départemental pour un montant total de 93 585 €. Et 143 Allocataires ont bénéficié d’une aide exceptionnelle du CD92 à destination des bénéficiaires de la prime d’activité sur la commune de Vanves, pour un montant total de 245 850 €» indique Isabelle Debré vice présidente du CD 92 à l’heure des bilans de l’année 2020. Sans parler des autres aides apportées par le département dans le cadre du soutien aux personnes âgées et handicapées, ainsi que pour les salariés des services d’aides d’aide et d’accompagnement à domicile difficile à indivisualiser 

    MONSTRUEUX ET NAUSEABOND :

    Gabriel Attal  a fait l’objet, la semaine derniére d’un courrier antisémitisme et homophobe, insultant et menaçant le porte-parole du gouvernement, avec des écrits racistes à l’encontre de sa prédéceusse Sideth Ndiaye. Il a publié ce vendredi dernier sur son compte Instagram les photos de ce courrier reçu à son ministère en début d’année, en  expliquant qu’il n’a pas l’habitude de «relayer les immondices » qu’il reçoit, mais qu’il fait une exception en ce début d’année. «Ne prenons jamais nos valeurs pour acquises, le combat doit être permanent. Cette lettre en est une preuve supplémentaire. Plainte déposée». Relayées par le compte Twitter officiel d’En Marche, ces captures d’écran ont donné lieu à plusieurs messages de soutiens, notamment de la part des députés LREM Laetitia Avia, Bruno Questel ou encore Jean-Baptiste Moreau., ainsi qu’Audrey Pulvar, Laetitia Avia ou Matthieu Orphelin .  «Les corbeaux antisémites et homophobes ne sont pas seulement des oiseaux de Twitter. Ils ont aussi des timbres et des plumes trempées dans la haine. Nous serons avec Gabriel Attal afin que les petites gouapes obsédées par la haine des juifs et des homosexuels soient sanctionnés !» a assuré également la LICRA sur Twitter.

    Beaucoup de Vanvéens ont réagis lui apportant leur soutien comme la député de Vanves Florence Provendier : « Quand j'ai vu l'enveloppe je me suis dit "ce n'est pas possible" et puis j'ai lu cette lettre monstrueuse adressée à Gbriel Attal, victime d'un acte inqualifiable, concentré d’antisémitisme et d’homophobie. Total soutien à l’homme, au ministre, à l'ami & tolérance zéro pour l'auteur de ces immondices ( qui reflètent des comportements que nous devons combattre sans relâche)». Même Julien Segura, de Lyon, qui a été référent de LREM de Vanves lors des présidentielles et des législatives en ayant sa campage à la députation : «La nausée. Nous sommes en 2021, ce courrier infâme nous ramène aux années 30. Pas de mots assez forts pour décrire ce que je ressens face à cette bêtise et cette violence mêlant homophobie et antisémitisme. Soutien total et absolu à Gabriel. Tu as raison de porter plainte, ne jamais laisser passer ! ». Beaucoup de marcheurs ont fait la relation avec les tags aussi nauséabonds sur les affiches électorales de la liste LREM durant la campagne municipale (l’affiche Séverine Edou avec une croix gammée). Curieusement le Ministre n’a jamais pu obtenir les images de la vidéosurveillance malgré ses demandes, d’autant plus que l’une des caméras se trouvait face aux panneaux électoraux. Bizarrre ?    

    THALASSA : BON VENT POUR TOUJOURS

    Georges Pernoud, présentateur historique de «Thalassa», est mort à l'âge de 73 ans. Créateur du célèbre magazine consacré à la mer, Georges Pernoud en avait été la voix off à partir de 1975, avant de passer devant la caméra à partir de 1980. Beaucoup de citadins vanvéens pourraient dire comme cet internaute (et l’auteur du blog) : «C'est lui qui m'a fait découvrir et aimer la mer... bon dernier voyage !». Sauf peut être quelques marins de Vanves qui apprécient de faire quelques traversées en voilier ou se rêvent en skipper sur le fameux site virtuel du Vendée Globe.

  • VANVES ET LES ELECTIONS REGIONALES : 6 candidats tête de listes sur le départ dont des vanvéens sur leurs listes

    Malgré les couvre-feux et confinement divers et variés, lesdifficiles campagnesde dépistages et maintenant de vaccinations, une choseest sûre : les vanvéens iront voter comme tous les franciliens et vanvéens, non en Mars, mais en Juin, pour les élections régionales (et départementales). L’Ile de France devrait voir  s’affronter un ministre en Marche, un secrétaire national des Verts, une maire adjointe d’Anne Hidalgo, une député LFI du 93 ex-adjointe du maire de Paris, un euro député RN pour essayer de déloger la présidente (Libres) sortante du nouveau siège de la Région à Saint Ouen (93) , Valérie Pécresse qui bénéficie d’une forte prime au sortant avec des intentions de vote à 32%. A la tête d’un budget de 5 milliards d’euros, le budget 2021 a été voté à la mi-décembre 2020, elle se targue d’avoir réussi un déménagement qui était un véritable serpent de mer depuis des années, d’avoir fait beaucoup pour la Grande Couronne, le rural, la rénovation des lycées. Elle bénéficie du soutien d’élus du centre droit (Modem et Agir) sans compter tous les élus de sa majorité régionale dont le maire de Vanves. Elle a en face un véritable «casting » comme le constatait Paris Match durant la trêve des confiseurs  :

    Jean Michel Blanquer ministre de l’éducation Nationale qui a beaucoup hésité à devenir le chef de file d’En Marche même si l’un de ses collègue expliquait récemment, qu’il est «impatient de se frotter au suffrage et d’être considéré comme un responsable politique et non plus comme un technicien». Il partirait avec des Ministres comme tête de liste départemental - Gabriel Attal dans le 92, Emmanuel Wargon dans le 94, Amélie de Montchalin dans le 91 – une députée Aurure Bergé dans le 78. Il serait crédité de 19%  au 1er tour, à comparer avec les 24% obtenu par Macron aux présidentielles. Depuis Décembre, Jean Michel Blanquer a commencé à plancher son programme avec l’ensemble des ministres franciliens cabdidats ou non,  (Amélie de Montchalin, Agnès Pannier-Runacher, Emmanuelle Wargon, Sophie Cluzel, Gabriel Attal, Adrien Taquet) avec l’aide du député du Val-de-Marne Laurent Saint-Martin. Selon le ministre de l’éducation nationale, la sortante Valérie Pécresse a tort de l’attaquer : «Elle ne gagnera pas sans nous !»

    Julien Bayou conseiller régional sortant, secrétaire national EELV qui s’est déclaré dés l’été 2020 pour couper le pied à des velléités de liste commune à gauche. «Notre point fort, c’est l’écologie. Il y a une attente phénoménale sur les questions de transport, de pollution, de rénovation thermique»  explique-t-il en voulant surfer sur une « vague verte » . Il aurait réussi à avoir six partis écologistes, dont le mouvement Génération.s de Benoît Hamon. Son problème est de se situer par rapport à la candidate socialiste, même si elle n’est pas encartée : Audrey Pulvar, ex journaliste, maire adjoint de Paris chargée de l’Agriculture, de l’Alimentation durable et des Circuits courts, soutenue par une plateforme qui rassemble PS, PRG, société civile comme l’a fait Anne Hidalgo pour sa campagne municipale. Elle est créditée de 17% et rêve d’un duel de femmes avec Valérie Pécresse. Elle défendrait un programme estampillé de gauche, humaniste et écologiste, et n’a pas hésitée à commencer à faire des propositions iconoclastes comme la gratuité des transports en IDF. «Nous sommes en train de réfléchir à la façon de financer cette mesure et on pense pour le moment à une taxe sur les transports de marchandises les plus polluants, une taxe sur l'e-commerce, une taxe sur les grandes fortunes immobilières de la région Ile de France» explique-t-elle face aux réactions qu’elle a suscité du côté de Pécresse (Libres) et de Bayou (EELV)

    Les deux autres candidats sont Clémentine Autain, député LFI  de la Seine Saint Denis qui veut porter la voix des quartiers populaires, bénéficie du soutien du PC mais jugée clivante par ses adversaires. Et peut être Jordan Bardella eurodéputé et conseiller régional RN du 93 qui n’a encore pris une décision définitive et qui devrait bénéficier du soutien de Debout La France