Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique

  • PRESIDENTIELLES A VANVES : AVEC 87,76%, MACRON NE S’EST PAS DEGONFLE

    Emmanuel Macron (En Marche) a recueille 11 614 Voix (87,67%) et Marine Le Pen (FN)  recueille 1632 voix (16,32%), les B&N  représentants 8, 13%  (1175). Il égale pratiquement Jacques Chirac au second tour de 2002,   arrivé en tête avec avec 89,69% mais seulement 11 285 voix, contre Jean Marie Le Pen à 10,30% avec 1296 voix.

    Vanves fait mieux que les Hauts de Seine où Emmanuel  Macron s'adjuge 85,65 % des voix, soit + 20% par rapport à son résultat national, à comparer avec les 88% de J.Chirac à Jean Marie Le Pen en 2002. Vanves se situe dans le peleton de tête avec Sceaux ( 88,96%), Neuilly ( 88,78%), Boulogne( 88,7% à Boulogne), Ville d’Avray (88,35% ) et devant Issy les Moulineaux ((87,4%).  Du côté d’En Marche 92,  leur  première réaction est la joie de voir Emmanuel Macron arriver nettement en tête de ce second tour, comme le confiait Gabriel Attal, dimanche à l’hôtel de ville lors de la proclamation des résultats des bureaux (sur la photo) : « Elle s’accompagne d’une vraie responsabilité parce qu’il arrive en tête face à un FN pour lequel ont voté 10 Millions de français. Ce qui appelle beaucoup de modestie et une responsabilité face à ses français qui, quelque part, ne se sont pas sentis suffisamment entendus, écoutés et qu’il va falloir aller convaincre. Nous avons des obligations de réussir rapidement, concrètement sur le front de l’emploi, du pouvoir d’achat, de l’écologie, de l’éducation, de la sécurité. Les Français attendent du changement et des progrès concrets. Notre objectif est qu’en 2022, le FN soit absent du second tour de la Présidentielle. Si on arrive à réconcilier les Frances qui ont été fracturées par les 30 dernières années de la vie politique, ce sera l’objectif que l’on peut atteindre et en tout les cas, en tant que républicain  et soutien de Macron, qui veut profondément réformer et transformer notre pays, c’est ce  que je souhaite ». 

    Comme par hasard, s’il s’avérait qu’il soit désigné comme le candidat d’E Marche dans la 10éme circonscription, il a toutes ses chances, car elle fait partie clairement des enjeux pour En Marche 92 d’autant plus que les français ont montré leur volonté de renouvellement, même s’il faut tempérer ses résultats par le nombre important de bulletins B&N, l’abstention. Mais la victoire d’Emmanuel Macron montre que toutes ses vieilles recettes et habitudes politiciennes  de « papa » entretenues et développées depuis plus de trente ans dans cette circonscription, n’ont plus courts et sont dépassées. Certains de ses adeptes s’en inquiétent d’ailleurs, en mettant un jeune en avant, tout en restant derrière, pensant sauver le navire du naufrage. D’autant plus que la « bautruche » comme ils disaient, ne s’est pas du tout dégonflé, bien au contraire.

    Et ce n’est pas fini : « Nous nous remettons en marche dés maintenant, la priorité des priorités étant la campagne des législatives qui sera courte avec cinq semaines. Tous les marcheurs du 92 vont se ranger derrière les 13 candidats et faire campagne. Parallément à cela, En Marche 92 va se structurer davantage dans chaque ville, en poursuivant les actions des comités locaux, mieux s’armer dans certaines villes, renforcer la gouvernance de certains comités locaux… et reprendre notre travail de réflexion et de débat qui fait l’ADN du mouvement. Et nous projetons à moyen et long terme, au-delà même des législatives, de mobiliser tous ces marcheurs dont le nombre a encore augmenté, et les emmener vers des actions plus lointaines. C’est l’objectif d’Emmanuel Macron, d’inscrire En Marche dans le paysage politique, et pour longtemps. Il ne s’agit pas de raisonner  à court terme et de voir plus loin que les législatives »prévient Laurianne Rossi, référente d’En Marche qui sera peut être ce soir à l’école Larmeroux pour la petite fête organisé par le Comité Vanves d’En Marche pour célébrer la victoire d’Emmanuel Macron

  • RESULTATS DU 2éme TOUR DES PRESIDENTIELLES A VANVES

     

    Emmanuel Macron (En Marche) : 11 614 Voix (87,67%)

    Marine Le Pen (FN)  : 1632 voix (16,32%),

    les B&N  : 8, 13%  (1175).

    avec une abstention de 21,95%

    Lors de la proclamation des résultats, Bernard Gauducheau s’est réjouit des résultats en déclarant : « On est des républicains à Vanves »

  • LE DEBAT TV AVEC LES MACRONISTES DE VANVES : BEAUCOUP ONT ENCORE DECOUVERT MACRON

    Une cinquantaine de militants et d’électeurs d’Emmanuel Macron se retrouvés au restaurant Le Gaulois, clin d’œil à aux débuts d’une campagne qui a commencé par les primaires et une polémique sur le terme « gaulois », pour regarder ensemble le débat TV entre leur candidat et Marine Le Pen, qui marquait la fin de cette campagne présidentielle, avec la présence d’une équipe de France 3 Paris Ile de France, venue en voisin.

    Dés le début le ton est donné : « Je suis la candidate du peuple ! » déclare Marine Le Pen… « et de Montretout » entend t-on dans la salle de restaurant. « Vous n’êtes pas la candidate de la finesse ! » réplique Emmanuel Macron en faisant s’esclaffer l’assistance. D’emblée ses déclarations étaient applaudies et qu’il s’exprimait, la salle était attentive. Et dés qu’elle parlait, elle était plus dissipée. Dés le début, l’une des  participantes modem qui sortait déjà pour fumer une cigarette, craignait de ne pas tenir le coup jusqu’à la fin du débat, ayant en sainte horreur Marine Le Pen. Beaucoup scrutait sur leur portable et smartphone les réactions sur les réseaux sociaux : «Un militant FN m’a dit qu’elle se plante ! » - « Il va faire le plein à droite ! » un autre. « Il a du répondant ! » ajoute un troisième. « Elle ne va pas tenir la longueur. Elle va péter un câble ! ». Les macronistes décrochent lors d’un premier long développement de Le Pen. « Elle fait chier ! » entend on  même au fond de la salle. 

    « C’est un naufrage pour Marine Le Pen. Il fait des propositions, il est en action, et elle, Marine est en réaction, elle fait du populisme ! » réagissait Jullien Segura, animateur du comité En Marche de Vanves. « Elle est grossiére. C’est une caricature d’elle-même. Macron a évité tous ses pièges. Si les français se posent encore la question de qui est présidentiel, il n’y a pas photos » ajoutait Gabriel Attal, conseiller Municipal. « Les français peuvent s’apercevoir du vide sidéral du programme de Marine Le Pen, de ses calomnies, de ses attaques…sans propositions concrètes, sans être capable de les étayer lorsqu’elle en fait. Et elle fait le buzz en racontant des mensonges. Elle est en dessous du niveau d’être présidente de la République » ajoutait son collégue Jean Cyril Le Goff lors d’une pause cigarette dehors. « Elle est très mauvaise ! Je la pensais plus dangereuse que cela ! Elle est dans l’agressivité et la simplification qui ne marchent pas là ! Traitez Macron de salafiste, personne n’y croît ! Je découvre Macron. Il est très fort avec un coté « énarque » bon ! Il maîtrise énormément son projet. J’espère qu’une partie des frontistes vont s’apercevoir qu’elle est creuse ! » confiait Véronique Hazera