Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

les républicains

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    PRESIDENTIELLES : TRACTAGES DU SAMEDI

    Les militants macronistes et fillonistes  étaient de sortie place de l’insurrection devant la Poste samedi matin, durant le marché. En Marche distribuait le programme d’Emmanuel Macron (sur la photo), les Républicains les propositions économiques de François Fillon. A un moment donné, Bernard Gauducheau (UDI) est apparu avec un ou deux élus UDI pour faire la photo – pour les réseaux sociaux -  avec Isabelle Debré et la dizaine de militants LR qui distribuaient, puis est repartit aussi tôt. Mais personne n’est dupe au sein des Républicains. L’UDI ne fait pas campagne pour Fillon à Vanves. Et son chef de file est plus préoccupé par les élections législatives car il  est en concurrence avec le jeune Jeremy Coste pour succéder à André Santini à l’Assemblée Nationale, ce dernier ayant la préférence du député sortant. Du coup l’ambiance est devenue lourde  au sein de l’UDI dans la 10éme circonscription des Hauts de Seine (Issy/Vanves) . D’autant plus qu’il a abandonné son idée d’organiser un séminaire de la majorité municipale sur le bilan de mi-mandat. L’ambiance est beaucoup sereine à gauche entre les socialistes qui ont rejoint En Marche  (2/3 de la section PS de Vanves) et ceux qui soutiennent Benoit Hamon (1/3), c'est-à-dire le candidat désigné par les Primaires. Même chez les Vallsiens qui respectent le choix des militants et n’ont pas rejoint En Marche. Certains d’entre eux pensent qu’ils pourraient se retrouver à l’occasion du 2éme tour à cause du danger Le Pen,  et des élections législatives.

    EXPOGRAH VANVES : L’équipe réserve jusqu'au bout!

    « L équipe réserve d Expograph se rendait sur le terrain de l’hôpital Poincarré, une pelouse lourde avec un temps pluvieux, et cela sans son coach, ni son gardien, absent de dernière minute.  Fabrice a pris la responsabilité de s y rendre pour le bien de l’équipe. La première mi temps fut compliqué dans un 4-2-3-1 où le jeu n’existait pas. Les joueurs n arrivaient pas a trouver les côtés et des relances trop axiales emmenèrent l ouverture du score de l’adversaire. A la mi temps le coach remplaçant changea la tactique en replaçant Mos devant la défense dans un 4-3-3 où enfin les joueurs libérèrent leur jeu. Et c’est par une juste récompense qu’Alain (alias Capi) égalisa de la tete devant son fils Maxime. Pour pouvoir trouver plus de solutions devant, avec Alexandre qui était trop esseulé, le groupe passa en 3-5-2 avec l’entrée de Mehdi a la place de Fethi qui venait juste de rater le 2-1. Cela permis de toucher par deux fois les montants sans finir au fond » raconte Jean Royer, co président. « Durant les prolongations,  l’équipe encaissa un 2eme but. A la mi temps l’équipe repassa en 4-3-3 et l’égalisation survint grace àAlexandre. Direction les tirs au but où Fred, Mehdi et Alexandre transformèrent le leur alors qu’en face il y eu un zéro pointé. Ainsi, elle a  réussi après prolongation à l'emporter aux tirs aux buts et sans gardien de métier par 3/0 sur les terres de l'Hopital Raymond Poincare, grâce à la solidarité ». Enfin, L'équipe 1 a gagné 2/1 après prolongation sur les terres du CHI Poissy, en livrant un des matches les plus ternes de sa saison, rien à dire de plus, seul le résultat est à retenir.

  • UN SAMEDI MATIN AU MARCHE DE VANVES AVEC LES MILITANTS REPUBLICAINS, COMMUNISTES ET EN MARCHE

    Autant le Mouvement En Marche était seul à distribuer des tracts samedi dernier sous la pluie au marché et au centre commercial du Plateau, autant la plupart des partis avaient mobilisés ses militants hier matin au marché de Vanves : Les fillonistes étaient place de l’insurrection devant la Poste, comme d’habitude,  avec Isabelle Debré, distribuant un tract sur le projet santé de François Fillon qui veut « sauver de la faillite notre systéme santé ». Il est vrai qu’il vaut mieux en avoir par ces temps difficiles qui courent chez ses partisans qui faisaient grise mines, quelque peu gêné aux entournures. Ainsi que les communistes avec Boris Amoroz, conseiller municipal FG/PC qui distribuaient un tract annonçant le lancement de sa campagne pur les législatives à 19H45 Le vendredi 17 Mars à Max Fourestier. « Pour nous, il est impensable de laisser le terrain à la gauche de la trahison, la droite des affaires, l’extrême droite de la haine. C’est  d’une gauche de combat dont la France a besoin » expliquaient ils. A croire que les communistes ont sauté une étape, déjà dans les législatives alors que les présidentielles se profilent, même sils appelent à voter pour Jean Luc Mélenchon. A Moins qu’à Vanves, ce n’était pas le candidat de leur choix

    Un peu plus bas aux entrées du marché, le FN bien sûr que lesvanvéens ne voient pas très souvent, et surtout les militants vanéens du mouvement en Marche qui distribuaient le programme d’Emmanuel Macron,  ainsi que sur la place du Val (Maréchal de Lattre de Tassigny). Ils recevaient un bon accueil des vanvéens  qui venaient même leur demander de leur donner ces  18 pages où sont résumés son  programme, ce qui a étonnés ses militants venus d’horizon divers qui n’ont jamais vu cela jusqu’à présent, échangeant avec eux, malgré quelques mauvais coucheurs, pieds noirs ou anciens combattants de la guerre d’Algérie et d’Afrique du Nords qui n’ont pas appécié ses propos sur la colonisation mal compris. Dans le Parisien paraissait une interview de cet ex-général de gendarmie qui se faisait moins affirmatif concernant sa candidature. Il expliquait qu’il recherchait une investiture, d’En marche si possible, ou sinon, qu’il serait de toute façon candidat dans la 10éme circonscription (Vanves/Issy). En tous le cas les ballons gonflables ont du succés surtout auprès des enfants (Gabriel Artal et Julien Segura sur la photo). Seuls absents, les centristes, même si certtains élus UDI étaient présents dans le marché comme chaque samedi matin

  • LES MILITANTS REPUBLICAINS TRES PERTURBES A VANVES

    Les militants et sympathisants des Républicains n’en sont pas à dire « Fillon on n’en veut plus » mais ils sont extrêmement perturbés comme c’était le cas au marché, samedi matin alors que certains d’entre eux avec Isabelle Debré, distribuaient le fameux tract tiré à 4 millions d’exemplaire. « Je ne voterai pas Fillon maintenant. D’ailleurs j’ai voté pour Alain Juppé à la primaire. Et je m’étais fait une raison pour voter pour le candidat L.R officiel.  Mais là, ce n’est pas possible ! Qu’il se retire ! Et puis je n’irai pas tracter, ni boiter  » expliquait cette militante très dèçue qui a repris, malgré tout,  sa carte à LR pour 2017. Un sentiment partagé par plusieurs d’entre eux. Quant au plan B, personne n’y croit : « Juppé, pourquoi pas ? Sarkozy ? Jamais ! Surtout pas !  » répond un autre alors que des rumeurs persistantes font état d’un retour de l’ancien chef de l’Etat dans le landerneau politique. Mais ils n’en sont pas encore prêt à aller voter pour Macron : « Quel est son programme ?» demandent ses militants qui s’interrogent sur ce qu’en pensent Isabelle Debré. « Quand même, c’est sortit deux jours après notre galette des rois ! » s’indignent ils