Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

udi

  • A VANVES, LES BUREAUX DE VOTE SERONT TENUS MALGRE QUELQUES CRAINTES

    Le scrutin du 7 Mai s’annonce compliqué pour les opérations électorales tout simplement parce que les assesseurs sont désignés par les candidats. Or les deux candidats en  liste ont des partis qui n’ont pas les forces suffisantes pour tenir les bureaux de vote notamment dans les 36 villes des Hauts de Seine ou s’y refusent… Une situation inédite qui touche toute la France, mais où Vanves tire son épingle du jeu

    Ainsi le mouvement En Marche  n’a pu fournir que 800 assesseurs au 1er tour soit 69% des bureaux de vote altoséquanais. Mais Vanves a été couvert à 100%,  chaque bureau avait ses assesseurs et ses assesseurs suppléants, comme ce sera le cas demain.   Quant au FN, bien absent de Vanves, il  préfère souvent déployer des délégués de listes ou de candidats qui ne participent pas aux opérations électorales. Du coup,  le PS 92 est le seul parti à avoir réagit publiquement,  inquiet du bon déroulement démocratique de ce rendez-vous primordial pour le pays. Il a proposé aux maires des Hauts de Seine de désigner des assesseurs libres parmi les militants volontaires pour tenir les bureaux de vote, : « On est dans une situation aujourd’hui où si le PS ne jouait pas le jeu, il n’y aura pas de tenue des bureaux de vote. Le FN n’a aura aucun assesseurs. En Marche a du mal à remplir tous les bureaux. C’est pourquoi je n’ai pas désigné des assesseurs sous l’étiquette En Marche, mais proposé aux maires des listes de militants ou sympathisants PS » expliquait ses derniers jours,  Xavier Iacovelli 1er secrétaire fédéral du PS 92 qui ajoutait « Les partis de gouvernement demeurent indispensables. Nous avons une mission constitutionnelle : contribuer à l’expression du suffrage universel et à la vie démocratique de la nation. Il nous incombe donc de faire en sorte que ce scrutin essentiel se tienne dans les meilleures conditions possibles, tout particulièrement en permettant à tous les bureaux de vote d’ouvrir, en temps et en heure prévue. C’est donc une responsabilités que nous proposons aux maires de désigner nos bénévoles militants le 7 Mai ».

    Mais voilà, à Vanves, Jean Cyril Le Goff, conseiller municipal en charge des bureaux de vote pour En Marche, a reçu peu de candidatures de volontaires de la part de la section PS locale, faute de combattants. Le maire devrait désigner des assesseurs libres  parmi des militants UDI et  LR d’autant plus que les responsables de ces deux partis républicains ont demandé que chaque président de bureau de vote mobilise son équipe du 1er tour, mais finalement sans vraiment être entendu, puisqu’il manquait encore des assesseurs titulaires  libres vendredi matin. Il ne devrait pas faire appel à des fonctionnaires bénévoles,mais payés 150 à 200 €,  comme c’est le cas à Marseille et d’autres grandes villes.

    Que se passerait t-il en cas de pénurie d’assesseurs ?  Les quelques électeurs matinaux pourraient ne pas pouvoir quitter le bureau de vote. L'électeur a des droits mais aussi des devoirs. L'article R44 du code électoral a tout prévu ! Extraits. « Le jour du scrutin, si, pour une cause quelconque, le nombre des assesseurs se trouve être inférieur à deux, les assesseurs manquants sont pris parmi les électeurs présents sachant lire et écrire le français. » La loi impose d'ailleurs un ordre de priorité : d'abord l'électeur le plus âgé, puis l'électeur le plus jeune.

    A Vanves, il ne devrait pas y avoir de problèmes de toute façon, comme il n’y en jamais eu jusqu’à présent. D’autant plus que les différentes formations politiques représentées dans la ville ont toujours eu une attitude républicaine, évitant tout incident lors du déroulement du scrutin, même lorsque la tension était grande à cause des enjeux électoraux. Ce qui n’empêche pas, comme ce fut le cas, lors de ce 1er tour de quelques curiosités  : Ainsi, dans un bureau de vote, une jeune fille est restée un quart d’heure dans l’isoloir avant de se décider à mettre un bulletin dans l’enveloppe. Dans un autre, lors du dépouillement, une enveloppe contenait un  billet de 500 € avec cette inscription « Pour Pénélope »  

  • LA PHOTIO DU JOUR A VANVES : L'AFFICHE DU CANDIDAT UDI AUX LEGISLATIVES

    « Comme je l’avais indiqué aux responsables UDI de notre commune avant le début de la campagne des Primaires, leur non engagement dans cette campagne induirait mon non engagement personnel dans celle des législatives.Or, qu’il s’agisse des Primaires ou de l’actuelle campagne des présidentielles, j’attends toujours leur engagement de terrain. Et le premier tour des présidentielles a lieu dans cinq jours. Je tiendrai donc parole et n’assumerait aucune responsabilité dans la campagne des législatives.  A l’UDI de s’assumer. Il sera en outre très difficile aux adhérents LR d’apporter leur soutien à un candidat qui a traité l’UMP de parti caporaliste, qui a déclaré que l’UMP appartient au passé et qui ne regrette pas d’avoir soutenu Bayrou en 2012. Et j’en passe ». Voilà ce qu’a déclaré un élu LR, maire adjoint d’Issy les Moulineaux, responsable de la section LR d'Issy, lors d’un conseil municipal privé, c'est-à-dire réunissant l’ensemble des groupes de la majorité d’Issy les Moulineaux, après avoir constaté la forte participation de l’UDI à la campagne présidentielle comme l’a affirmé le maire de Vanves. Sans commentaires !

  • JEREMY COSTE CANDIDAT POUR ETRE DEPUTE DE VANVES ET D’ISSY ?

    Selon Première Heure, lettre politique sur le Grand Paris,  André Santini aurait fait son choix après avoir pris la décision de ne pas se représenter lors de ces élections législatives. Alors qu’il y avait 3 à 4 prétendants parmi quelques élus UDI municipaux, et des noms cités comme Gilles Boyer (LR), ex-dircab de campagne d’Alain Juppé et ex-trésorier de campagne de F.Filllon, Chantal Jouannno qui était sur les rangs, son choix se serait  porté sur Jeremy Coste qui a travaillé auprés de lui. Un fidèle d’entre les fidèles, qui expliquait :« J'ai rompu mes études pour travailler avec lui et, au côté de ce maître en politique, j'apprends tous les jours ». Il  a été son assistant parlementaire, puis l’a suivi à la SGP (Société du grand Paris) lorsqu’il a présidé le comité de surveillance en lui confiant la mission de secrétaire général du comité stragétique de la SGP  aujourd’hui présidé par Bernard Gauducheau  dont il a été l’adjoint aux maires chargé de l’éducation entre 2014 et 2016, avant de rejoindre Nouméa nommé dircab du maire pour un an. Revenu en métropole, André Santini l’aurait adoublé pour le remplacer à l’assemblée nationale en étant son suppléant.  Il s’était déjà  présenté aux législatives de Juin 2012 la 14éme circonscription du Rhône.