Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

valérie pécresse

  • VANVES DEVRAIT BENEFICIER DU PLAN B DE LA RATP SUR LA LIGNE 13

    Les vanvéens qui fréquentent la ligne 13 devraient découvrir un dépliant que la RATP distribue ces jours-ci, qui résument les solutions alternatives et les nouveaux services mis en place pour lutter contre sa saturation dans l’attente du prolongement de la ligne 14 au nord

    C’est la 3ème ligne de métro la plus fréquentée d’Ile de France avec 650 000 voyageurs quotidiens qui doit absorber une augmentation continue du trafic (plus de 3% par rapport à 2017).  Cette ligne de 24 km avec deux branches au nord particulièrement denses, voit circuler en heure de pointe, 52 trains en même temps, avec 45 mn d’intervalle entre chacun. La ligne est saturé au Nord à partir de la station Miromesnil, l’installation de la cité Judiciaire à la porte d’Asniéres, de la Région à Mairie de Saint Ouen ne devant rien arranger, le sud n’étant pas (encore saturé). Le rapport est de 60%dans le Nord et 40% dans le sud des 650 000 voyageurs quotidiens. 

    Conscients des difficultés rencontrées par ses voyageurs, la RATP mène un vaste plan d’investissements pour la moderniser : Mise en place du système OURAGAN pleinement opérationnel depuis 2017, un pilotage automatique, en présence d’un conducteur dans la cabine, qui a permis de réduire les intervalles entre les trains, celui-ci pouvant reprendre la main, et veillant surtout au bon déroulement des accès au train dans les stations.  La mise en service d’un retournement automatique des trains au terminus de Châtillon en 2008. La modernisation du Poste de Commandement Centralisé  qui s’est installé à Malakoff en 2007 où une cinquantaine d’agents de maîtrise gèrent la circulation et la régulation des trains, leurs manœuvres aux terminus,  la sonorisation et l’information des voyageurs,  les incidents et les accidents etc… L’installation de portes palières entre les stations Montparnasse et place Clichy en  2012. «Grâce à toutes ces mesures, nous avons amélioré la régularité des trains de 7 points, passant de 90 à 97%  entre 2010 et 2018 !» constatait la pdg de la RATP, hier matin, en visitant ce PCC  avec Valérie Pécresse qui constatait malgré tout que « le ressenti des voyageurs reste souvent négatif, notamment en heure de pointe ». 

    C’est pourquoi, lors de leur de leur visite au poste de commandement de cette ligne, elles ont annoncé un plan B, résumé dans ce tryptique distribué aux voyageurs :La principale est de proposer une information plus précise  qui met en avant des itinéraires alternatifs et de substitution (Bus notamment avec le renfort de la ligne 358 qui dessert le TGI de Paris,  RER C, Ligne L…) en cas d’affluence, avec information voyageurs via le Chatbot Messenger RATP, refonte des messages sonores et visuels à partir du nouveau poste de commandement des stations. D’autres concernent l’améliorer le confort des voyageurs avec le retrait de 10% des strapontins dans les rames pour faciliter les montées/descentes dans les trains, éviter que des voyageurs restent assis en cas de forte affluence, source de conflit, sachant que le taux de remplissage est de116%,  plus d’agents de propreté en heure creuse, le renforcement de la présence dans les stations très fréquentées et sur les quais pour gérer les flux aux heures de pointe et conseiller les voyageurs dans leurs déplacements.

  • VANVES ET LA METROPOLE DU GRAND PARIS : SON DEVENIR SE DESSINE PAR PETITES TOUCHES

    Le devenir de la région parisienne se dessine par petites touches depuis le discours du président Macron devant le Congrés,  la déclaration de politique gouvernementale du premier Ministre Philippe devant la représentation nationale, avec les commentaires et les réactions des acteurs franciliens durant toute cette semaine. Il faut se rappeler que durant la campagne des présidentielles, Emmanuel Macron avait indiqué, devant les présidents des départements de France,  vouloir les supprimer là où les métropoles sont importantes en s’inspirant du modèle lyonnais.  

    Des réflexions en haut lieu, sont menées actuellement qui porteraient sur le périmètre de la MGP (Métropole du Grand Paris) qui ne satisfait personne, car il devrait inclure des sites comme les aéroports (Roissy), le Plateau de Saclay et les zones denses, et sur le budget de la MGP «qui est insuffisant au regard de toutes les compétences qui lui sont dévolus» selon son président Patrick Ollier (LR), maire de Rueil. Mais rien n’a filtré jusqu’à présent de ces réflexions. Le préfet de Région Michel Cadot, a confirmé que des annonces du gouvernement sur les projets menés dans la Région Capitale seront faites à la Rentrée. «Au titre de ces projets majeurs, le Grand Paris est une priorité nationale soutenue par l’État et portée par le Président de la République. Le Grand Paris doit être visible, connu et partagé par les citoyens et les usagers franciliens. Au-delà de ces enjeux institutionnels, la réalité métropolitaine est là, elle est celle de la modernisation de la région capitale, du développement de son économie et de son emploi, de sa capacité à entraîner les dynamiques de notre pays» a-t-il assuré.  Du côté de l’Elysée, on veut se donner  le temps de la réflexion et de la consultation avant d’agir efficacement comme l’a expliqué Emmanuel Macron devant le Congrés à propos de l’ensemble de l’action de l’Etat.Le Préfet de Région a annoncé un inventaire complet et  une remise à plat de tous ces projets menés actuellement dans le Grand Paris (Grand Paris Express,CDG Express, Plateau de Saclay etc..)   en posant carrément la question de la meilleure échelle pour la gouvernance. Il n’a pas caché que le gouvernement est prêt à inventer et bâtir une réflexion sur des adaptations rapides de la législation pour simplifier les procédures afin d’être plus rapide pour les J.O. de 2024 comme cela avait été fait pour Albertville   

    Lors dela session du Conseil Régional de cette semaine, Valérie Pécresse indiquait « qu’une évolution institutionnelle est nécessaire en IDF où nous avons 5 strates. Je me bats pour faire reconnaître le fait régional, pour un statut de Région métropole appuyé sur les départements et la reconnaissance des  territoires et des EPCI qui doivent être dotés de compétences et de la personnalité morale. La gouvernance métropolitaine en intercommunalité n’est pas la bonne» ajoutait elle en répondant ainsi au premier ministre lors de sa déclaration de politique générale  qui avait donné quelques pistes qui devraient intéresser certaines collectivités territoriales franciliennes en cours de fusions par exemple : «La liberté de s’organiser, d’abord, en développant les communes nouvelles ou les regroupements de départements, dès lors que ces fusions ne sont pas contraires à l’intérêt général. La liberté d’exercer ses compétences ensuite : osons les expérimentations ! Ne décrétons pas depuis Paris la fin du mille-feuille territorial, mais incitons les territoires à adapter, localement, leur organisation pour tendre partout où c’est possible vers deux niveaux seulement d’administration locale en-dessous du niveau régional. Pourquoi ne pas permettre, sur la base du volontariat, à certaines collectivités d’exercer des compétences pour le compte d’un autre niveau, comme par délégation ?».

  • LE MAIRE DE VANVES ENTRE SESSION BUDGETAIRE A LA REGION, VŒUX ET GALETTE A LA METROPOLE ET A L’UDI

    On ne l’a pas beaucoup entendu, mais il était présent à ces trois jours de session budgétaire à la Région qui a voté hier en fin d’après midi son budget de 5,5 milliards d’euros, aux Vœux de la Métropole du Grand  Paris lundi qui fêtait son 1er anniversaire, et du Conseil Régional mardi au musée du quai Branly qui célébrait la première année de mandat de Valérie Pécresse. Et pourtant il était aussi très présent dans sa ville malgré tout avec bientôt une galette des rois des adhérents de l’UDI une semaine après celle des Républicains de Vanves

    « C’est bien un budget d’engagements tenus. On a engagé 2/3 de notre programme en s’attaquant aux vrais problèmes de fonds, le budget 2017 étant un acte politique à part entière. Il reflète les combats que  nous menons pour renforcer l’attractivité de l’Ile de France, financer la révolution des transports, améliorer la qualité de l’air, et faire de l’IDF une région solidaire » a constaté Franck Cecconi président du groupe du groupe UDI dans lequel Bernard Gauducheau siége, qui a salué « l'effort sans précédent de 738 millions d'investissement pour les transports ». Face à des socialistes qui ont reproché à Valérie Pécresse   « comme ses amis politiques élus à la tête de grande région,  de se servir de son mandat comme vitrine politique à  sa carrière politique, d’orienter les nouveaux investissements de transports vers les  territoires qui vous sont le plus favorables » en citant « le Grand Paris des Bus  dans lequel il faudrait remplacer Paris par les Hauts de Seine pour être plus fidèle à la réalité » et en l’accusant de détricoter systématiquement toutes les politiques de solidarités desrégions. « Ces dernières sont finalement devenues en quelques mois des laboratoires miniatures de ce que serait la France sous François Fillon si d’aventure la gauche perdait les élections en mai prochain ».

    Aux vœux de la Région, Valérie Pécresse a souhaité unerégion exemplaire  grâce notamment  à l’excellence environnementale, chére au groupe UDI et la vie présidente Chantal Jouanno chargée de l’environnement qui est venu à Vanves plusieurs fois,  en multipliant par 13, ses investissements sur la qualité de l’air  avec une vision précise : Promouvoir une écologie incitative et non punitive. « Face aux embouteillages et à la galère des transports, nous voulons être la collectivité des solutions en proposant, en matière de circulation à Paris, des scénarios alternatifs de piétonisation, plus progressifs, plus doux et plus équilibrés » a-t-elle expliquée, alors que la ville de Paris met en place un Plan Piéton qui sera examiné au Conseil de Paris lundi prochain, et qui va encore limiter la place de la voiture dans la ville.

    Aux Vœux de la Métropole du Grand Paris, Bernard Gauducheau s’est retrouvé parmi plus de 400 personnes pour fêter son premier anniversaire de la Métropole du Grand Paris, mais entre Anne Hidalgo et le vice président Thierry Beaudet (Transports) à la région, lors des discours. Lors des prises de paroles, les différents intervenants se sont félicités des nombreuses actions portées par la MGP depuis un an, notamment l'appel à projet « Inventons la métropole » (425 dossiers de candidature ont été déposés pour les 59 sites retenus dont la porte Brancion), la création du Fonds d'Investissemernt métropolitain  (FIM) et le versement, dès 2016, de plus de 6 M€ de subvention dont devrait profditer Vanves pour la rénovation de la tribune du PMS A.Roche,  la mise en place de l'aide « Métropole roule propre! » qui permet à un particulier de remplacer son véhicule polluant grâce à une aide pouvant aller jusqu'à 5 000 € dont peuvent profiter les vanvéens… « En 2017, la montée en charge dans la construction métropolitain doit se poursuivre, particulièrement avec la compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), la définition du Plan métropolitain de l'Habitat et de l'Hébergement (PMHH), la rédaction de documents d'urbanisme structurants tels que le Plan Climat-Air-Energie métropolitain, le Schéma de Cohérence Territoriale métropolitain ou encore le Schéma énergétique et le schéma d'aménagement numérique.».