Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

HISTOIRE LOCALE

  • VANVES CELEBRERA LA GUERRE DE 1870 ET SA PATRONNE SAINTE GENEVIEVE EN 2020

    Deux anniversaires devraient marquer Vanves comme la ville de Paris et la Région Ile de France : Le 150e anniversaires de la guerre de 1870 et des événements de la commune, et les 1600 ans de la naissance de sainte Geneviève, sainte patronne de la ville de Paris, Vanves appartenant à l’abbaye Sainte Geneviève entre 1163 et 1247

    Vanves a été marqué par la fin de la guerre de 1870, avec la chute de l’Empire,  et les événements de la Commune qui s’ensuivirent en 1871,   à cause de la proximité des forts d’Issy et de Vanves, même si la commune a peu souffert des bombardements intensifs qu’a subit le fort d’Issy (18 000 projectiles reçus). M.Leplanquais remplaçait M.Dupont à la tête de la Mairie alors que la IIIé République était proclamé le 4 Septembre, le conseil municipal de Vanves le même jour prêtait serment au gouvernement impérial,  puis 6 jours plus tard adressait ses »chaleureuses félicitations » au gouvernement provisoire de la République et votait une subvention de 20 000 frs pour les besoins extraordinaires de la guerre. Vanves n’a pas trop souffert de l’avancée des troupes prussiennes et de l’occupation allemande, les combats se concentrant sur les forts d’Issy et de Vanves. Le Bd du Lycée a même servi de ligne de démarcation entre les forces françaises et allemandes qui fut respectée, les troupes allemandes n’envahissant pas Vanves dont les habitants n’ont pas trop souffert, durant le siége, de la famine comme les parisiens, bénéficiant d’un ravitaillement aisé, les produits locaux ne pouvant être expédié, étant vendus sur place et consommé » selon Hyppolite Chailley auteur d’un livre sur l’histoire de « Vanves des origines au début du XXéme siécle ». Elle a plutôt souffert de la guerre civile, avec la Commune qui a suivi en 1870,  Vanves étant couvert d’obus par l’artillerie versaillaise, l’hôtel de ville l’église Saint Remy, des maisons particulières étant touchées. Une croix célèbre la mémoire des combattants de cette guerre de 1870 dans le cimentière devant laquelle une gerbe est déposée chaque 11 Novembre (sur la Photo)

    2020 est une année jubilaire qui a été ouverte le 3 Janvier dernier, jour de la fête liturgique de Saint Geneviéve, puisque Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, ainvité les chrétiens grandparisiens à fêter les 1600 ans de la naissance de sainte Geneviève, sainte patronne de la ville de Paris. «Dès notre plus jeune âge, découvrant l’histoire de France, nous avons entendu parler de Geneviève qui par sa persévérance a évité la destruction de Lutèce. Sa vie ancrée dans l’histoire de France et de Paris a pu sembler légendaire et comme toujours son épopée a pu être utilisée de bien des manières !». L’église Saint Remy situé au cœur du centre historique de Vanves s’est mis sous la protection de Marie en 1643. Mais elle a été, dés le départ, consacré à Saint Remi, et avait pour seconde patronne Saint Geneviève :  « les habitants de Vanves qui s’intéressent au passé de leur église ne doivent pas rester dans l’ignorance du rôle capital qu’à côté de l’histoire la tradition attribue à Sainte Geneviéve et Saint Remi dans la naissance de la paroisse » indiquait Hyppolite Chailley.Et la preuve en est apportée par ses peintures murales – restaurées - de la nef  qui rappelle, côté de l’évangile, 5 épisodes de la vie de Saint Remi, côté épitre, 5 épisodes de la vie de sainte Geneviéve, exécutées de 1883 à 1892 par le peintre Pitois.

    Neuvaine d’ouverture, vénération des reliques dans les paroisses, nocturnes dans les églises, grande procession fluviale, concert anniversaire, colloque historique, grand spectacle vivant… sont prévus toute cette année dans le diocése de Paris. La ville de Paris s’est aussi mobilisé aussi pour sa sainte patronne. Depuis le 25 novembre 2019, une exposition de photos des toiles de Puvis de Chavanne sur la vie de sainte Geneviève est installée sur les grilles du Panthéon, en face de l’église Saint-Etiennedu- Mont. Depuis décembre 2019 , une exposition « image et statuaire de sainte Geneviève » est installée dans le palais de justice du 5e arrondissement. Des circuits de visite du Panthéon, du Lycée Henry IV (vestiges de l’abbaye Sainte-Geneviève), et de Saint-Etienne-du-Mont seront également proposés chaque 1er dimanche du mois.

  • VANVES VOILA 30 ANS EN 1990 : LA ZAC SAINT REMY METTAIT LE FEU AU POUDRE

    Le square Marceau était inauguré par Charles Pasqua avec la plaque rendant hommage au général de Gaulle en Novembre 1990 pour les vingt ans de sa disparition. La ville dirigée alors par Gérard Orillard (RPR) lançait le projet d’extension du square jarrousse avec le déménagement du garage et des ateliers municipaux dans ses locaux actuels qu’ils devraient quitter, et qui faisaient l’objet d’un contrat régional avec le réaménagement de la place du VAL (De Lattre de Tassigny). Vanves accueillait le congrés départemental de l’UNC 92. La maternelle Claude Lemel ouvrait ses portes à la Rentrée 1990. G.Orillard lancait la restructuration du PMS A.Roche qui allait lui donner son aspect actuel avec ses deux plateaux, ce mur de soutainement entre le terrain annexe et les courts de tennis, avec la première pierre du pavillon des sports. C’était la dernière fois qu’il présidait une cérémonie officielle puisqu’il allait être emporté par la maladie au début de 1991, son 1er adjoint Didier Morin assurant l’intérim notamment lors de l’inauguration du square Marceau, et surtout gérant le difficile dossier du projet d’aménagement du centre-Ancien-Saint Remy.

    Le conseil municipal avait confié à la SODEARIF la réalisation d’une étude sur la rénovation du centre ancien, qui donnait naissance en fin d’année à la ZAC Saint Remy et suscitait une polémique virulente :  il prévoyait une grande place comme celle qui existe aijourd’hui,  avec un immeuble enjambant la rue Louis Blanc piétonnisée, afin de créer un front bati uni sur la rue A.Fratacci, des arbres plantés rue de la République et Kléber, avec un parking souterrain, et l’Ecole de musique déménagée sur cette place. L’ASAVA (Association  de Sauvegarde et Aménagement de Vanves Ancien) lancé par Véronique Azera, avec d’autres comités fut à l’origine de son abandon, avec la crise de l’immobilier qui touchait l’Ile de France avant les Municipales de 1995

  • VANVES VOILA 20 ANS, EN 2000 : UNE ANNEE MARQUEE PAR L’INCENDIE DU MARCHE ET LES LENDEMAIS DE LA TEMPËTE DU SIECLE

    Tout le long de cette année 2000 fut maqué par les lendemains de la terrible tempête du 26 Décembre, le parc F.Pic ne réouvrant que le 5 Février,   la piscine que le 25 Août, car un vent d’une violence de 160/170 km/h, avait occasionnée des dégâts considérables dans notre ville comme dans nombreux sites de notre Région et de la France : Prés d’une centaine d’arbres avaient été arrachés dans le parc F.Pic, dont toute la lignée de peupliers (une quarantaine) entourant le bassin (sur la photo),  un cèdre d’une dizaine de mètre s’était même écrasé sur le toit du bâtiment principal de l’école du parc alors que la couverture de son préau était entièrement arraché, ainsi qu’un magnifique hêtre tout prés du Pavillon de la Tourelle qui l’avait échappé belle. Quinze arbres fragilisés avaient dû être abattus quelques jours aprés.  D’autres écoles avaient subies des dégâts, Marceau avec la chute d’un mur mitoyen, l’école du centre avec celle d’un plafond, Gambetta avec celle de tuiles faîtiéres.. Les baies vitrées de la piscine municipale côté grand Bassin, et petit bassin/pateaugoire-solarium avaient volé en éclat. Le parc Michelet du lycée était aussi durement touché avec prés de 80 arbres abattus, 200 m2 de toitures endommagés. Les sapeurs Pompiers de la BSPP avaient effectués à Vanves entre 6H30 et 9H plus de 60 interventions (130 au bout de deux jours) uniquement dans la ville… sans compter la police pour 13 toits abîmés, 190 cheminées ou antennes TV arrachées, 6 pour des arbres cassés ou tombés, des palissades effondrées  etc…L’un des effets tangibles de cette tempête fit la mise en place de l’alerte tempête de Météo France dont la traduction à Vanves est par exemple la fermeture systématique du parc F.Pic pour prévenir tout accident, ce qui a été le cas plusieurs fois, et même maintenant lors des alertes neige  

    L’autre événement dramatique fut l’incendie du marché, dans la nuit du 30 au 31 Mai provoquant l’évacuation des 250 habitants de la Tour accueillis dans la salle des fêtes de la mairie. Dés le 1er Juin, il était installé rue Mary Besseyre et avenue Guy Mocquet. Les employés de la  bibliothèque ont dû nettoyer un par un les 60 000 ouvrages contenus dans les rayonnages. Au théâtre, il a fallu rétablir le circuit électrique et le réseau de plomberie, obligeant de reporter les spectacles jusqu’à la Rentrée, puis jusqu’au printemps, obligeant à installer un théâtre en bois dans le parc F.Pic. Dés le 13 Septembre Guy Janvier organisait une réunion publique et le lendemain un conseil municipal extraordinaire sur le réaménagement du marché qui allait entraîner une polémique sur le choix d’un aménagement entre la majorité et l’opposition municipale, jusqu’aux municipales de 2001.

    D’ailleurs, elles occupaient déjà les resprits : Guy Janvier (PS) qui était Maire de Vanves, lançait une grande consultation pour faire émerger les souhaits des vanvéens et « enrichir la construction du futur projet de collectivité dans lequel Vanves se projettera à un horizon de 10 ans ». Isabelle Debré (RPR) annonçait son entrée en liste pour les municipales et était élue Secrétaire RPR de la 10éme circonscription des Hauts de Seine (Vanves-Issy). Roger Aveneau, ancien conseiller général et maire adjoint UDI disparaissait  à l’âge de 77 ans, ainsi qu’un peintre d’origine espagnol, Fran-Baro qui avait séduit par ses œuvres d’inspirations impressionnistes  en laissant en autre, la fresque à l’entrée du théâtre Le Vanves qu’il avait offert pour son inauguration dans les années 80.  Guy Janvier était nommé Délégué Interministériel à la famille avec pour charge de suivre notamment le suivi des réseaux d’aides à la fonction parentale, dont l’objectif était de travailler sur la qualité et la pérennité des liens enfants-parents.

    Vanves donnait le nom de Maurice Magne au gymnase du Plateau qu’il avait construit. Une stèle pour les anciens d’Algérie était inaugurée le 10 Mars à l’angle des rues Auguste Comte et Rabelais provoquant une polémique et du coup l’absence du Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et du Sous Préfet. L’équipe municipale  lançait la réhabilitation de la place du Président Kennedy et de la rue Jean Jaurés. Le jumelage avec Ballymoney (Irlande du Nord) était officialisé en Mai et elle  signait une charte ville handicap en Juin

    A Suivre...