Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

HISTOIRE LOCALE

  • UN CERTAIN 11 SEPTEMBRE A VANVES VOILA 20 ANS

    Ce jour là,  l’agence BICS  inaugurait ses nouveaux locaux de la banque populaire qui avait déménagé au rez-de-chaussée du nouvel immeuble à l’angle de la rue de la République et de la place du Val. Bernard Gauducheau, nouveau maire de Vanves élu en Mars,  était dans mon bureau à l’hôtel de ville et a été alerté par ses collaborateurs : « J’ai eu du mal à y croire, une telle situation me semblait inimaginable. Comme beaucoup de spectateurs, il était difficile de comprendre au départ s’il s’agissait d’un incroyable accident ou d’un terrible attentat».

    C’était la Rentrée 2001, avec ses polémiques bien sûr, sur le marché, victime d’un incendie, dont la première phase de remise en état de la structure venait de se terminer. La Mairie avait engagée les procédures pour réaménager l’intérieur, après avoir désigné l’architecte le 25 Juillet 2001, en espérant commencer les travaux au premier trimestre 2002. Bernard Gauducheau avait annoncé la construction d’un ensemble immobilier à proximité de la station du métro (Audiens)  avec des bureaux et la création d’une nouvelle crèche municipale qui faisait l’objet d’une réunion publique. Le théâtre ré-ouvrait ses portes après un an sans saison culturelle, conséquence de l’incendie du marché, en accueillant les vanvéens pour une séance de cinéma avec « le fabuleux destin d’Amélie » puis la présentation de sa saison. Le Biblio-Club fêtait ses 25 ans.

    Guy Janvier, alors conseiller général de Vanves,  avait été nommé Délégué Interministériel à l’innovation sociale et à l’économie Sociale et Solidaire le 8 Septembre 2001 et commernçait à distribuer un tract annonçant la création de l’association « Vanves Citoyenne ».  « C’est un moment que je n’oublierais jamais. Cela s’est passé le jour où j’ai pris mes fonctions de délégué interministériel à l’Economie Sociale. Nous avions réuni le Conseil Supérieur de l’Economie Sociale où j’ai été présenté. Et Guy Hascoet, secrétaire d’Etat à l’Economie Social qui m’avait nommé avec Elisabeth Guigou, ministre de la solidarité et des affaires sociales à l’époque, devait inaugurer le soir même les locaux de son ministére à Montparnasse. Nous l’avons appris vers 14H, alors que je devais préparer cette réunion du Comité et l’inauguration. La fête qui devait suivre a été annulée. Mais au moment du discours du ministre, on a entendu un avion survoler Montparnasse, et qui s’est bien sûr interrompu comme nous étions au bas de la tour, tout le monde s’est interrogé et inquiété. Ma première réaction était une incrédulité et surtout un grand sentiment d’horreur, en touchant des populations dont beaucoup étaient issus d’origine immigré ou maghrébine » se souvient il

    Isabelle Débré, alors Sénateur, était dans sa voiture et l’a appris par la radio : « Il faut se souvenir que l’information concernant la première tour ne faisait pas état d’un attentat. Ce n’est que lors de l’attaque de la deuxième tour, soit une vingtaine de minutes après, que l’hypothèse d’un attentat a été évoquée. Au début, c’est un sentiment d’horreur que j’ai éprouvé puis très vite j’ai pensé aux victimes et à leurs familles. Au fur et à mesure que le temps passait, je me sentais toujours aussi meurtrie par ce drame humain». Beaucoup racontent qu’ils étaient devant leur TV, faisant une petite sieste ou regardant un feuilleton  qui s’est interrompu bien sûr

    Ces attentats eurent beaucoup de conséquences bien sûr, mais sur le plan local, il a entrainé deux manifestations : Tout d’abord un hommage le 14 Septembre de  la Municipalité aux victimes du terrible attentat devant le monument aux morts pour respecter quelques minutes de recueillement. Elle se joignait à la journée national de deuil organisé en France (ce qui était exceptionnel), de prières et de souvenirs organisé aux USA et  dans l’ensemble des pays européens et libres. « Un vanvéen a même accroché un drapeau américain à sa fenêtre place du VAL » notait un observateur. A la fin du mois, le 29 Septembre l’association »Approche 92 » organisait chez les bénédictines une célébration islamo-Chrétienne en présence d’une assistance nombreuses, avec des chants, des lectures, des temps de recueillement…afin de prier pour la paix une compréhension mutuelle au lendemain de ces attentats aux USA. Patrice Leclerc, Secrétaire Fédéral du PC 92 était présent ainsi que Bernard Gauducheau qui fut invité à prendre la parole en tant que laïc : « On peut espérer que ce qui se passe à Vanves se déroule au delà de nos frontières. J’espère que la raison l’emportera sur la passion. Chacun a droit à sa place sur cette terre » déclarait il alors.

  • MICHELET DU TEMPS DU PRINCE DE CONDE DONNAIT UNE GRANDE FETE VOILA 300 ANS EN L’HONNEUR DU JEUNE LOUIS XV

    Voilà 300 ans, une brillante fête fut donné le 8 Septembre 1721 en l’honneur u jeune roi Louis XV alors âgé de 11 ans dans le château de Vanves (actuel lycée Michelet) par le prince Louis henri bourbon- Condé surintendant de l’éducation du Roi. Cete fête, dont le tout Paris de l’époque parla, fut relaté par l’archiviste du prince dans  « Le Mercure de France ».

    Arrivé vers 17H en carrosse du Louvre dans lequel il fit le déplacement en compagnie du duc de Bourbon, et de plusieurs princes de la cour, il fut accueilli par la Duchesse de Bourbon, mére du duc de Bourbon, et fut conduit dans dans le grand appartement du rez-de-chausée du château (le pavillon Mansart)  pour se reposer quelques instants.  Le duc lui offrit une chasse au chevreuil dans un parc (plus étendu qu’aujourd’hui) où quelques chevreuil et faisandeaux,  pris en forêt de Chantilly, avaient été lâchés sur les routes du parc emprunté par le jeune roi qui en tua un. Entrecoupée par des rafraichissements servis, au milieu  du parc avec des tables  couvertes de jambons, paté, gibier, de toutes sortes de fruits et légumes avec vins de Bourgogne, champagne, liqueur,  cidre, biére… dont deux grandes tables sous des tentes  où étaient servis des mets plus fins, pêches et fruits de saisons pour l’une,  thé café, et toutes sortes de sorbets pour l’autre…Le pourtour de toutes ces tables était orné de festons et de guirlandes de fleur.

    En fin de journée, le futur roi Lois XV regoignit le château en galéche pour assister à un « magnifique » concert (divertissement musical) sous le tire de «Diane » composé par M.Danchet, mis en musique par MM Bourgeois surintendant de la musique du prince de Condé et Bourgois, exécuté par les musiciens du prince de Condé.  Pendant ce concert, l’illumination du château et de ses pièces avaient été mis en place, grâce à 20 000 lampions attachées au château, aux cheminées, dans les avenues. Le futur roi se rendit sur la terrasse pour les admirer  et assista à un feu d’artifice tiré des terrains devant la porte d’honneur (futur parc des expositions), avec allée de gerbes, fontaines de feu placée dans l’intervalle chaque arbre, des pyramides de feu annonçant celles de l’entrée actelle du lycée, dont l’une arborait à son sommet un soleil rayonnant…se terminant par une girande des plus magnifiques. Il se rendit ensuite dans le vestibule du château pour assister à un second feu d’articfice tout aussi magnifique tiré du grand bassin des jardins, avec une aigrette d’artifice composée de ports à feu qui partirent tout à la fois et firent place à une très grande impression plus forte encore que cette du dernier feu qui termina cette superbe fête  Ces deux feux artifices furent vu de très loin, attirérent  de milliers de personnes accourrus de toutes parts, éclairant toute la plaine de Grenelle

    Le Duc raccompagna le futur Roi Louis XV jusqu’au Louvre, séduit par cette journée comme il le lui témoigna à plusieurs reprises lors du trajet. Puis de retour à son château, le duc offrit un grand diner de deux tables de vingt couvert servis sous des tentes

  • VANVES UN CERTAIN 25 AOÛT 1944

    A la veille de la Libération, Vanves était en état d’alerte, des hommes, fusils à l’épaule, patrouillaient dans les rues désertes. Beaucoup de vanvéens étaient à l’écoute de la radio, calfeutrés chez eux. Dans la nuit du 24 au 25 Août, ils entendirent le bourdon de Notre Dame ainsi que les cloches de Vanves entrecoupés de coups de canon ou de tirs lointains. « Les allemands retranchés dans le Parc des Expositions, actionnaient leurs gros canons de marine de la DCA, provoquant un bombardement d’une intensité effroyable qui dura plusieurs heures » racontait Nicole Achard, boulangère alors à l’angle des rues Barbés et Victor Hugo en se souvenant de  ce malheureux cycliste tué par les allemands dans une rue voisine l’après-midi de ce 24 Août : « Ils avaient pris pour point de mire la rue où ce pauvre vieux s’engagea à vélo malgré nos signaux. Il fut tué sur le coup et évacué par les secouristes de la Croix Rouge ». C’est ce jour là qu’un jeune vanvéen de 21 ans, demeurant 12 rue Gabrielle d’Estrée, est tué à Versailles : Jacques Jézéquel. Il faisait parti de ces FFI vanvéens partis à la Préfecture de police de Paris avec leurs mitrailleuses et leurs grenades afin d’aider les agents entrés en dissidence et qui furent renvoyer prêter mains fortes à des résistants d’autres communes. Enfin beaucoup plus tard vers 1H30, des résistants sonnèrent à la porte de Madame Lemonnier : « Ils nous demandaient d’héberger une voisine dans notre abri. Ils venaient d’essuyer un tir d’une patrouille allemande ». Mais c’était déjà le 25 Août.

    Le 25 Août 1944 était un vendredi ensoleillé. Tous les immeubles étaient pavoisés de drapeaux : « On vit alors un spectacle étonnant. De chaque fenêtre surgissait comme par miracle, un drapeau tricolore. Tout Vanves était « Bleu, Blanc, Rouge » racontait alors un témoin. Beaucoup d’habitants se précipitaient aux portes de Paris pour voir les chars américains et français. Le tambour municipal Dumez passait dans les rues pour annoncer une cérémonie des couleurs à 15H. « Tout Vanves était là. Les couleurs furent hissées à un mat fixé devant la mairie sous les applaudissements de la foule qui entonna la Marseillaise. Les cloches des églises sonnèrent à toute volée. Le nouveau maire A.Pallegeay qui portait un brassard FFI a prit la parole. La marseillaise fut de nouveau chantée. Puis la foule se rendit au cimetière pour un hommage aux morts. Plusieurs salves de fusils furent tirées. Enfin, un coussin de fleurs fut déposé devant le monument aux morts » racontait Mme Lemonnier dans son journal. « C’était épique » constatait Pierre Panetier. Un concert a été donné par l’Harmonie Municipale en fin d’après-midi devant le commissariat. Mais le répit fut de courte durée : des bombes incendiaires envoyées sur Paris la seconde nuit de liberté terrorisérent plus d’un vanvéen qui retrouvèrent le chemin de la cave. « Nous étions dans le parc Falret avec quelques camarades pour fêter l’événement » ajoutait-il