Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

crise sanitaire

  • RETOUR SUR LA PREMIERE REUNION PUBLIQUE VIRTUELLE DE LA MUNICIPALITE SUR ZOOM : Etudes, travaux, commerces …

    De nombreuses questions ont été posées, lundi lors de cette première réunion publique virtuelle sur Zoom, plus de 160 questions, les vanvéens n’ayant pas eu de réponse en auront une par courriel ou courriel. Le blog revient sur cette cette réunion animée par Julie Messier, maire adjoint à la communication qui a donné la parole aux maires adjoints, après avoir lue les questions envoyées, avec des commentaires ou des précisions du maire quelquefois

    Plusieurs études ont été lancées, notamment un diagnostic patrimoniale et paysager par GPSO et confié au CAUE (Conseil d’Architecture, d’urbanisme et de l’environnement des Hauts de Seine), une étude pour repenser les déplacements dans la commune et apaiser l’espace public  a annoncé Pascal Vertanessian, adjoint au maire chargé de l’Urbanisme. Une troisième menée par GPSO est réalisée pour rendre moins glissante la place de la République (Photo lorsde précédentes interventions sur la chaussée) . «On avait le même souci à l’entrée du passage des Reflets. Nous avons dû refaire son pavage compte tenu de sa pente, grâce à une pierre moins glissante. Mais c’est différent pour la place de la République car le site est historique et protégé, et on peut difficement refaire sur ce site ce qui l’a été pour le passage des Reflets. Mais il faudra reprendre les pavés et la chaussée face à l’église ».  

    Sa collégue, Xavière Martin chargée des écoles a rassuré concernant l’impact sur les écoles de l’arrivée de nouveaux vanvéens - « On n’a aucun souci pour accueillir leurs enfants. On a une population de jeunes en baisse, mais sans suppression de classes »  - et notamment avec ce quartier du Clos Montholon qui se transforme : « l’école du Parc sera rénové et agrandie en passant de 11 à 13 classes en école élémentaire ».  Un des futurs grands chantiers de la ville avec celui du centre technique municipal et du garage municipal  qui vont s’installer dans le sous sol de la piscine avec la création de deux ascenseurs, le réaménagement du parking de la piscine avec 3 emplacements pour les PMR (Personnes à mobilité réduite), un parking vélo, et la plantation d’arbres comme l’a annoncé le maire adjoint chargé de l’urbanisme, en ayant rappelé qu’il s’agit de travaux programmés comme cela été le cas pour le ravalement de la piscine, l’étanchéité du bassin, la moderbisation de la chaufferie, avec la création d’un second solarium plus discret , la réfection de la salle omnisports. Il reste à refaire les vestiaires et les sanitaires. Dominique Broëz sa collègue de la culture a indiqué que «les travaux de la médiathéque devrait commencer en Juin 2021 à cause de cette pandémie qui les a retardé. Ils devraient se terminer à la mi-2022. L’ex-bibliothéque sera alors réaménagé pour une réouverture en 2023».    

    Un intervenant s’est inquiété concernant le commerce notamment dans le centre ancien et du devenir du Tout va mieux : «Ce centre semble bien triste » a reconnu Christine Vlavianos, adjoint au maire chargé du commerce. «Mais nous vivons une période exceptionnelle, surtout concernant les cafés-bistrots-restaurant. Tout dépend de l’évolution de la crise et des banques, que ce soit pour le Tout va Mieux, que la Société Générale. Notre rôle est d’être très proche des commerçants pour les accompagner, assurer une veille sur les aides de GPSO, du département, de la Région. On reste optimiste sur l’ouverture de nouveaux commerces » a -t-elle assuré. L’un des participants s’est inquiété du devenir du projet de restaurant-épicerie prévu dans un des pavillons du parc F.Pic à côté de l’école Larmeroux. «Le chantier avance, mais il a été retardé à cause de la crise. Son créateur n’a pas l’intention de l’ouvrir durant cette période (peu propice), et en profite pour terminer les travaux (en prenant son temps) ; Mais il est toujours prêt à l’ouvrir lorsque ce sera possible » a indiqué le maire de Vanves  

    A Suivre

  • UNE PREMIERE A VANVES : UNE REUNION PUBLIQUE VIRTUELLE DE LA MUNICIPALITE SUR ZOOM

    «Une grande première en raison des circonstances. Il m’a semblé important de rétablir le contact avec les vanvéens, même si je les rencontre au marché, sur le chemin de l’école…,  de vous retrouver et échanger comme nous le faisions auparavant deux fois par an, avec ses réunions publiques à  chaque printemps et à chaque automne. Nous avons trouvé ce moyen de substitution pour pouvoir échanger» a expliqué le Maire en introduction.  Elle a réuni lundi soir 250 participants entre 19H30 et 21H50 et suscité 160 questions. Il n’a pas été répondu à toutes, mais les vanvéens recevront une réponse ensuite par courrier. Cette réunion a été animée par Julie Messier, maire adjoint à la communication qui a donné la parole aux maires adjoints, après avoir lue les questions envoyées. Et là encore une première, la parole n’a pas été monopolisée par le maire, chaque adjoint ayant pu s’exprimer et répondre aux questions.

    Le jeu des questions répondre a commencé après une vidéo présentant un bilan de ses six premiers de la mandature  axées bien sûr l’action de la municipalité face à la crise pour venir en soutien à ses habitants,  à son tissu économique, ce qui n’a pas empêché de continuer à mener ses actions au quotidien en réalisant par exemple des aménagements (square de l’Insurrection, Square du 11 Novembre, petit cimetière, pistes cyclables)… «L’invité surprise a été cette crise qui nous mobilie encore. Ce qui m’a marqué, c’est l’importante mobilisation des services, de nombreux vanvéens qui se sont investis dans le réseau municipal de solidarité (150) et qui sont toujours là ! » a-t-il expliqué. Sandrine Bourg, maire adjoint aux affaires sociales a dressé le bilan de ces actions « bouclier » contre cette crise sanitaire que la ville a mis en place. Bertrand Voisine maire adjoint aux finances qui aura l’occasion d’y revenir lors du débat d’orientation budgétaire au conseil municipal de samedi prochain, a donné une idée de l’impact de cette crise sur les finances de la ville avec des baisses de recettes (taxe de séjour, entrée piscine, théâtre, cinéma etc…), des dépenses supplémentaires (masques, gel,  centre de vaccinations…)

    Le blog reviendra sur les réponses apportées à certaines questions, mais deux informations ont été donnée concernant l’urbanisme : Tout d’abord sur le projet de construction d’un immeuble de 5000 m2 (100 logements)  d’Effiage à l’emplacement de deux pavillons rue Antoine Fratacci qui est en cours d’instruction. Pascal Vertanessian, adjoint au Maire à l’urbanisme a indiqué qur la ville n’y est pas favorable, ni l’architecte des Bâtiments de France (ABF). Il a indiqué, ensuite, qu’il n’y a aucun projet concernant la villa Dupont (sur la photo), ensemble patrimoniale pavillonnaire protégé par le PLU. GPSO a engagé un diagnostic patrimonial et paysager qu’il a confié au CAUE 92 dont les conclusions devraient être bientôt présentés

    Enfin, sur l’agression de Youriy, le maire n’a pas caché que «j’aurais préféré que l’on parle de Vanves d’une autre façon. Les médias en ont beaucoup parlé pour sa brutalité. Et les éléments en notre possession sont peu nombreux. Des mineurs vanvéens sont impliqués. On en saura plus sur le déroulement des faits avec lenquête. Mais il faut raison garder ! » a-t-il demandé. «On n’a pas de bandes structurées à Vanves. Ces situations arrivent souvent, car des individus se rassemblent en fonction des circonstances. Nous n’avons pas que des anges parmi nos jeunes ! » a-il ajouté. Il devrait réunir le CLSPD prochainement pour renforcer l’action de prévention vis-à-vis des jeunes, identifier les problèmes et prendre desmesures le plus tôt possible.

    A Suivre… 

  • L’HOTEL MERCURE DE VANVES EN PLEINE RENOVATION SUR LE THEME DES ARTS DECO

    Le blog de Vanves Au Quotidien qui a rencontré Philippe Marchand directeur Général de l’hôtel Mercure, a raconté jeudi dernier, comment cet établissement hôtelier traverse la crise sanitaire qui perdure. Comme tous les hôtels du Grand Paris, il avait dû arrêter ses activités notamment lors du premier confinement, entre le 16 Mars et le 24 Août,  mais aussi tout un programme de rénovation engagé en 2019 et qui devrait se poursuivre à partir de Février.  Car cet hôtel qui aura 40 ans en 2022, en avait bien besoin, notamment pour faire face à la concurrence, avec l’arrivée, sur le marché du Mamma Shelter (200 ch) et le Novotel (250 Ch) en limite de Paris et Vanves, avec le Marriot à Issy les Moulineaux. «Cet hôtel avait besoin d’étre rénbové pour le tenir dans son marché, car les hôtels qui arrivaient, représentaient deux fois la capacité de celui-ci, 800 Ch au total sachant que Mercure en a 388. La société Accor Invest a souhaité remettre cet établissement au goût du jour !» indique Philippe Marchand, son directeur général .

    En mai 2019 un programme de rénovation majeur des 388 chambres, de toutes les salles de réunions, de la réception, avec disparitions de quelques cloisons, déplacement de quelques balcons qui n’avaient pas d’utilité sauf peut être d’accueillir des plantes qui n’étaient pas naturelles,, commençait pour  faire en sorte de remodeler l’établissement, lui donner sa chance. « Nous avons eu une très grosse phase de travaux de Mai 2019 au 16 Mars 2020 où il nous restait 3 étages de chambres à faire, un qui était réalisé à plus de 60% et 2 étages à terminer lorsque les chantiers se sont arrêtés au moment du premier confinement. Nous devrions redémarrer nos travaux à partir du 1er février pour être prêt pour le printemps» indique t-il

    Il fait remarquer que «l’environnement a changé car la rénovation a été fait par un architecte décorateur Laurent Maugoust qui a voulu un esprit lié à l’exposition universelle. On trouve des motifs liés à l’art décor sur le sol, dans les Chambres avec une tête de lit particulière, un comptoir de réception avec des structures tubulaires, et les luminaires où il a essayé de représenter des dirigeables, spectaculaire vu des derniers étages lorsqu’on regarde l’atrium. On a maintenu du végétal avec des plantes naturelles. Et le soir une animation sur les façades en laser. Enfin, nous avons réalisé une rénovation extérieur des façades sur l’arrière du bâtiment» décrit il. « L’investisseur a vraiment fait ce qu’il fallait pour que l’hôtel reste dans son marché. Il a voulu que l’établissement soit représentatif et un produit répondant aux aspirations des clients ». Le point d’orgue devrait être un le bar à vin qu’il souhaitre ouvrir avec un service de restauration des produits du terroir. De surcroit, il a déjà un nom puisque le restaurant se dénomme déjà «le Millésime »