Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

confinement

  • LES RESTRICTIONS LEVEES A VANVES 2 ANS APRES LE PREMIER ET DUR CONFINEMENT MALGRE UN FREMISEMENT DE L’EPIDEMIE

    Voilà deux ans, un mardi à midi, le premier confinement à cause de l’épidemie du COVID-19 entrait en vigueur  du 17 Mars au 11 Mai. Tout le monde se souvient de ce weed-end du 15 Mars : l’annonce samedi soir par le Premier ministre de la fermeture des bars-cafés-restaurants-hôtels, vécu comme un véritable coup de massue par les restaurateurs, comme le racontait le patron du Petit Vanves sur le blog. Le 1er tour du scrutin des élections municipales, le dimanche, sous haute protection sanitaire dans les bureaux de vote avec respect des distanciation, gestes barrières, masques, gel hydroalcoolique… où l’ambiance était sereine, mais peu fréquenté (52,96%). Et le confinement annoncé le lundi lors de l’allocution du président de la République qui déclarait : «Nous sommes en guerre ! », et appliqué le mardi à midi

    Tout cela parait bien loin alors que toutes les restrictions ont été levées depuis hier, Vanves retrouvant une vie normale avec toutes ces animations du printemps re-programmées, et qui avaient été annulées. Des images restent dans le souvenir des vanvéens : Ces longues files d’attente à Carrefour Market, Intermarché, Franprix qui étaient dévalisé au début, mais aussi devant les pharmacies de Vanves, les autres commerces d’alimentations restés ouvert au marché, avec un circuit barriéré. Ces rues désertées et ce silence qui s’était abattu sur la ville seulement perturbées vers 20H par ses applaudissements pour remercier le parsonnel soignant. « Il devenait possible de percevoir les sens de la nature comme le chant des oiseaux ou les bruissements des feuilles dans les arbres. Autant de sonorités qui sont habituellement difficiles à entendre, masquées par le bruit incessant de la circulation et des activités humaines»  

    De nouveaux rendez-vous s’étaient instaurés grâce au net - les vidéos où le maire donnaient des informations et des recommandations diffusées chaque vendredi sur le site Facebook de la ville – ou à Zoom – avec les visio-apéro dominicaux instaurés par le péce curé Auville pour partager quelques nouvelles, échanger, adresser un message, donner quelques nouvelles. Beaucoup d’initiatives étaient lancées par la ville comme ce réseau de solidarité municipal qui a rassemblé jusqu’à 170 bénévoles et qui peut être ré-initié pour chaque coup dur, pour trouver des masques, ouvrir des centres de dépistages, soutenir les commerçants dont certains, non essentiels, avaient fermés, grâce à GPSO, le Département et la Région.

    Mais tout cela parait bien loin, même si l’épidémie reste encore très présente, car cette levée de ces restrictions intervient alors qu'un «frémissement épidémique»  se fait sentir sur le territoire national et  niveau régional. Les chiffres de l'Agence Régionale de Santé d’Ile de France montre un taux de positivité à 12 %, soit 1,1% de plus que la semaine dernière.  Après une période d'accalmie du fait de la décrue du variant Omicron, les chiffres de l'épidémie de Covid repartent à la hausse par rapport à la semaine dernière dans tous les départements franciliens. Sur l'ensemble de la région, tous les départements affichent un taux d'incidence supérieur à 200 pour 100 000 Habitants (474 à Paris)  Pour rappel, le seuil d'alerte fixé par le gouvernement se situe à 50 cas pour 100 000 habitants. La tension hospitalière est également en hausse dans plusieurs départements. Bien qu'elle reste modérée dans la plupart d'entre eux, elle atteint cette semaine 51% en Seine-Saint-Denis et 62% dans la Seine-et-Marne.

    «Cette hausse du nombre de cas s'explique par le fait que la population ne pense plus au COVID, car elle a d'autres sujets de préoccupation comme le conflit en Ukraine ou la campagne présidentielle. Il s'agit d'un relâchement généralisé, car on ne parle plus du COVID et que certaines personnes annulent même leur dose de rappel en prétextant l'accalmie des contaminations» expliquait un infectiologue à l'Hôpital Poincarré-Garches qui alertait sur la temporalité utilisée par le gouvernement. «Si l'on veut apprendre à vivre avec ce virus, il faut s'inscrire dans une temporalité longue. Il ne s'agit pas de dire aux gens que le virus va disparaître du jour au lendemain. Le fait d'avoir fixé le 14 mars comme date de fin des restrictions a donné l'impression à la population que la pandémie était terminée, mais l'hypothèse d'un rebond épidémique plus important ne peut pas être exclu à ce stade» concluait-il.

  • UNE NOUVELLE SEMAINE DE CONFINEMENT A VANVES AVEC QUELQUES FREMISSEMENTS EN ILE DE FRANCE

    C’est le début des vacances de printemps à Vanves, mais rien n’a changé puisque notre ville avait déjà pris des airs de vacances,  les vanvéens ayant profité du week-end de Pâques pour, ceux qui le pouvaient, pour prendre le large et aller s’installer à la campagne durant ce confinement de 4 semaines. Quite à faire l’école buissonnière ou tenter de suivre les cours en distanciel avec les malheurs vécus par l’éducation national et le CNET (Centre National d’Enseignement à Distance)  que les vanvéens ont bien connu puisqu’il était installé dans notre ville à la limite d’Issy et de Vanves, Bd du Lycée sur une emprise du lycée Michelet, avant sa délocalisation. A moins de faire appel aux vieilles recettes : les cours particuliers données à leurs petits enfants par des enseignants à la retraite, comme ce fut le cas la semaine passée. Ainsi par exemple, un ex-directeur de l’école primaire Gambetta a fait travailler chaque matin l’un de ses petits fils en CE1 avec un de ses camarades à partir des devoirs transmis par leur maîtresse, un peu trop à ses yeux !  

    Pour la première fois depuis le mois de novembre, le taux d'incidence enregistré mercredi dernière dans la région était en légère baisse : à 664 cas pour 100.000 habitants, contre 689 le 31 mars. Mais pour les professionnels de santé, la vigilance reste de mise. Alors que la vaccination d’étend au moins de 55 ans à partir d’aujourd’hui, avec les vaccins AstraZeneca et Moderna, prés de 1730 Vanvéens ont reçu leur première injection dans le centre intercommunale de Vanves/Issy à la Halle Guillaume faisait savoir la mairie de Vanves qui organisait samedi matin, une nouvelle journée de dépistage à la Palestre, samedi dernier (sur la photo)

    En avril, le centre socioculturel municipal, organise une grande consultation auprès des habitants afin de préciser ses orientations et ses actions pour les cinq prochaines années, à partir de deux questionnaires, l’un à destination des 11-25 ans, l’autre pour tous les habitants, accessible via le site internet de la ville. Toutefois, afin de toucher un public le plus large possible, les équipes de l'ESCAL ont également décidé d'aller à la rencontre des habitants depuis ce week-end jusqu’au 16 Avril : Facilement repérable grâce à leur coupe-vents verts,  marqués du logo de la structure sur le dos et tablettes numériques en main, ils seront présents au marché, à la sortie des supermarchés et du métro. Dans un autre registre, la ville a reçu le feu vert de GPSO pour la révision partielle du PLU permettant la construction de la tour hôtelière face à l’hôtel Mercure, lors du conseil territorial qui s’est tenu cette semaine à la mairie de Boulogne

    Enfin, au siége d’Hachette Livre à Vanves (rue Jean Bleuzen) l’ensemble des salariès qui ont mal vécu l’éviction de leur pdg, Arnaud Noury, sous la pression de Vincent Bollorè, et beaucoup les comprennent, ont réagi. Dans une lettre ouverte d’une rare virulence, ils ont interpellé leur actionnaire par un « Ohé ! Arnaud Lagardère, où êtes-vous ? » et lui ont lancé : « Votre silence depuis un an nous donne l’impression d’une fin de parcours », avant de dénoncer son « absence de stratégie ». Les représentants des salariés au comité de groupe, tous syndicats confondus, défendent Arnaud Nourry, qui « paye ses prises de position récentes contre les perspectives d’un démantélement ». Perspective qui, malheureusement, prend corps : «plus rien ne semble s’opposer aux emplettes que Vincent Bolloré rêve de faire au sein d’Hachette pour garnir le panier de sa filiale Editis », affirment-ils. «Le groupe que vous dirigez va[-t-il] être sacrifié sur l’autel du rétablissement de votre situation financière personnelle ?  Quel pacte êtes-vous en train de conclure avec les prédateurs qui font des ronds au-dessus de nos têtes ?», questionnent encore les salariés inquiets sur le devenir de ce champion de l’édition.

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE MARQUE PAR CE 3 CONFINEMENT AVEC QUELQUES LUEURS D’ESPOIRS

    Comme ce fut le cas voilà quinze jours après les annonces du premier ministre, de confiner l’Ile de France, de très nombreux franciliens dont des vanvéens  s'étaient rués sur les trains, pour fuir les territoires sous restrictions. Dés la fin de l’allocution présidentielle, la SNCF enregistrait «deux fois plus de réservations par rapport à la veille, et neuf fois plus d'annulations», annonçant «près de 1500 TGV et 220 Intercités» entre vendredi et lundi inclus. Vanves a pris un air de vacances dés ce week-end de Pâques avec de nombreux départs par le train et la route, pour quatre semaines. Les écoles maternelles, élémentaires, les accueils périscolaires et extrascolaires, ainsi que les crèches seront fermés, sachant que La ville s'est organisée pour mettre en place des accueils d'urgence pour les enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire à l’école primaire Cabourg  et à la crèche Sucre d'Orge. L’ESCAL a cessé ses activités, même celle prévues pour les jeunes pendant les vacances. La bibliothéque municipale a fermé pour 4 semaines

    Comme l’avait indiqué le Blog, la dégradation de la situation sanitaire avec cette 3e vague, semble moins vive qu’ailleurs car elle ne fait pas partie des 18 villes qui sont à plus de 500 cas pour 100 000 habitants (534 dans les Hauts de Seine) mais plutôt dans les villes qui  ont un taux d’incidence compris entre 250 et 500 cas pour 100 000 habitants, qui correspond au seuil d’alerte renforcée commençant dès 250 cas avec Issy les Moulineaux, Vanves, Clamart et Malakoff. «Ceci est le fruit des efforts collectifs qu’il est indispensable à titre individuel et collectif de poursuivre» indiquait Bernard Gauducheau sur le site internet de la ville ce week-end. «La vaccination est sans nul doute la porte de sortie. C’est un objectif prioritaire de notre plan d’action municipal » ajoutait le maire en indiquant qu’il a créé une cellule de crise spécifique le 26 mars, destinée à coordonner et à mettre en œuvre les moyens municipaux, et que depuis l’ouverture du centre mutualisé avec Issy les Moulineaux,  environ 1400 Vanvéens ont été vaccinés.

    Gabriel Attal, a laissé quelques lueurs d’espoirs de s’en sortir avec ses propos tenus ce week-end (sur LCI) : « On sait, on croit, que les efforts de tous vont permettre de tenir le calendrier. Il n'est pas prévu que les mesures de confinement aillent au-delà des quatre semaines à ce stade» a assuré le porte-parole du gouvernement tout en se reprenant dans la foulée : «il ne faut jamais rien exclure par principe pour l'avenir. Il y a un calendrier annoncé par le président de la République. Si ce calendrier a été annoncé, c'est parce qu'on sait, on croit, que les efforts de tous vont permettre de le tenir», a-t-il déclaré, sachant que « le gouvernement commence à voir des signaux qui peuvent rendre optimiste sur les mesures qui avaient été mises en place dans 16 puis 19 départements, avec un début de stabilisation de l'épidémie. Tout cela encourage à continuer, maintenir nos efforts» a-t-il souligné. «Avec la vaccination, a donne a changé. Ça dégage l'horizon pour anticiper et pour prévoir de lever un certain nombre de contraintes»

    Comme ce n’était pas le cas l’année dernière, les fêtes pascales ont pu être célébrées en présentiel dans nos églises de Vanves en respectant bien sûr les gestes barrières, avec deux nouveaux baptisés dimanche matin à Saint Remy lors d’une veillée Pascale qui s’est déroulé très tôt le matin dés 7H (sur la photo) plutôt que la veille en soirée à cause du couvre-feu. Et puis le parc F.Pic comme les squares restent ouverts dont beaucoup de vanvéens ont profité grâce à week-end ensoleillé mais frais avant ce temps maussade et froid qui s’est abattu sur Vanves hier. Heureusement il reste Zom, Team etc…pour continuer certaines anumations comme ce festival Cinema Ecologie qui va animer cette semaine nos soirées grâce à la Ruche de Vanves, le café Théo ou les Clés de L’info

    Mardi 6 Avril

    A 20H30 dans le cadre de la 12ème édition du festival Cinéma-Ecologie de Vanves (92) qui a pour thème «Quelle économie pour un monde écologique ? », projection de film en visio sur https://www.imagotv.fr/  : «Le capitalisme peut il faire face aux défis environnementaux ?» de Gilles LMitteau (2020) 

    Mercredi 7Avril

    A 20H30  dans le cadre de la 12ème édition du festival Cinéma-Ecologie de Vanves (92) qui a pour thème «Quelle économie pour un monde écologique ? », projection de film en visio sur https://www.imagotv.fr/: «Nature, le nouvel eldorado de la finance » de Denis Delestrac et Sandrine Feydel (2015) :


    Vendredi 9 Avril

    A 20H30 dans le cadre de la 12ème édition du festival Cinéma-Ecologie de Vanves (92) qui a pour thème «Quelle économie pour un monde écologique ? », projection de film en visio sur https://www.imagotv.fr/: « Océans, la voix des invisibles» de Mathilde Jounot (2016) 

    Samedi 10 Avril

    A 10H15  par zoom : Café théo sur le théme de « quelle fraternité entre croyants et non croyants»

    A 11H par visio Conférence : Les Clés de l'Actu, atelier proposé par l’ESCAL aux jeunes de 11/15 ans aiméeet initié par patricia Loison journaliste vanvéenne à France Télévisions, pour les aider à décrypter l'actualité et mieux appréhender les enjeux du monde qui les entoure.

    A 17H30 à Saint Remy : Confirmation des jeunes de l’aumonerie de Vanves

    Dimanche 11 Avril

    A 16H ans le cadre de la 12ème édition du festival Cinéma-Ecologie de Vanves (92) qui a pour thème «Quelle économie pour un monde écologique ? », projection de film en visio sur https://www.imagotv.fr/: «Tout s’accélére» de Gilles Vernet (2015)