Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DEPLACEMENTS

  • VANVES VICTIME DU FIASCOLIB

    L’état d’une partie des trottoirs de la rue de la République illustre parfaitement le fiascolib dénoncé par les groupes LR et UDI de la Métropole et de la ville de Paris. Le chantier de cette station Vélib’ n’est pas terminé, avec encore des barrières qui réduit le passage des piétons au niveau de la Banque Populaire et de l’entrée de l’immeuble, avec une partie encore en terre au lieu d’être bitumée depuis le début de l’année, alors que des vélos commencent à être présent. Les riverains commencent à en avoir assez 

    C’est tout à fait symptomatique de la situation vécu par les abonnés, car Smovengo a pris du retard pour transformer les stations Vélib. Le groupe LR du Conseil de Paris a demandé qu’au cours du mois de Juin, un hackaton du système Vélib soit organisé pendant un week-end  pour le fiabiliser et améliorer l’application Web en réunissant des développeurs (amateurs). «Ils pourraient travailler par équipe pour proposer des améliorations concrétes de l’application mobile utilisée par les abonnés, mais aussi du système informatique sur lequel repose le service» explique t-on au groupe LR qui demande à Smovengo  de s’engager sur un calendrier d’un retour à 100% de Vélib. 

    Les élus Constructifs (en voie d’être LREM) demandent au maire de Paris de s’engager, dans le cas où le nouveau calendrier ne serait pas respecté par l’opérateur, à envisager avec le syndicat, une modalité de sortie du contrat et les conditions de service public du Vélib. La France Insoumise (LFI)  propose carrément que la ville de Paris engage la municipalisation du service. Quand aux écologistes parisiens, ils  ont proposé la mise en place exceptionnelle pour l’année 2018 d’une aide financière à la location longue durée de vélo chez les loueurs privés pour tout abonné vélib’ longue durée en faisant la demande, et qui ne souhaitent pas faire l’acquisition immédiate d’un vélo 

    Mais ce n’est pas tout car le syndicat mixte Vélib/autolib  et  la ville de Paris ont engagé un brasde fer avec Bollloré qui veut se faire rembourser une « dette abyssale » d’autolib, chiffré à 340 M€ ne pouvant prendre à sa charge plus de 60 M€, chiffre contestée par le syndicat mixte. La ville de Paris a été confrontée à un système qui n’était pas rentable tout seul, et qui avait besoin de subvention publique pour assurer l’équilibre. Ce service a connu une baisse de fréquentation dû à l’apparition d’Uber. Et le fait d’en faire un service métropolitain avec des bornes installés dans des endroits moins rentables, dans les villes riveraines, auraient aggravés sa situation financière.

    Mais voilà, le modèle change et évolue : les systèmes mis en service avec DSP (délégation de service public) se heurtent aux nouveaux modèles de free flotting électriques qui atteignent leur rentabilité au bout de deux ans. «On devrait revoir le code des marchés publics pour pouvoir gérer la mobilité car si les infrastructures durent, les services évoluent très vite. Et il faut rendre agile les collectivités locales» expliquait Jean Louis Missika, adjoint au maire de Paris (Urbanisme) en parlant tant d’autolib que de Vélib. D’ailleurs, Anne Hidalgo a évoqué une nouvelle piste de systèmes d’automobiles en «free-floating» : «Des constructeurs ont des propositions opérationnelles, il n’y a aucune raison d’attendre». Une commission devrait être prochainement créée, où siégeront l'ensemble des élus parisiens et métropolitains, «pour suivre l'évolution du sujet». 

  • VELIB' A VANVES ET AILLEURS : DES RATES DANS LE DEPLOIEMENT

    Malgré les mésaventures du consortium Smovengo pour déployer le nouveau Vélib, les vanvéens voient quand même certains jours, des ouvriers intervenir sur les anciennes stations pour couler du ciment, par exemple, ou pour installer les nouvelles, comme c’est le cas rue Marcel Yol prés du lycée Michelet. Une seule est opérationnelle à Vanves, GPSO n’en comptant que 8 ouvertres dont 4 à Boulogne, et 3 à Issy. Vanves comptait 1 275  abonnés qui avaient efectués103 569 déplacements en 2017

    Ainsi, le déploiement du nouveau Vélib' connaît en effet de larges ratés, avec un nombre de stations opérationnelles très éloigné de l'objectif initial de 600 stations au 1er janvier et 1400 fin Mars,  soit 20 000 Velib' dont 30% électriques. «L'important retard pris par JC Decaux dans le démontage des stations Vélib' 1 et les imprécisions techniques concernant le patrimoine de mobilier urbain électrifié de la Ville de Paris, ont rendus impossible le raccordement de 544 stations » a indiqué  Jorge Azevedo, Directeur Général de Smovengo.

    «Le service Vélib' Métropole est un dispositif porteur de grandes innovations. Son développement en un temps extrêmement réduit, freiné par divers aspects administratifs et judiciaires, connait des aléas au niveau de l'électrification des stations, pouvant affecter les trajets des utilisateurs. En effet, pour une mise en service plus rapide, certaines stations sont pour le moment équipées de batterie dans l'attente de leur raccordement au réseau électrique, créant parfois des interruptions de connexion entre les vélos et les bornes lorsque la batterie a moins de charge. Actuellement Smovengo mène plusieurs actions de grande envergure de mise à niveau de l'ensemble des stations et du parc de vélos pour améliorer le fonctionnement du service»  précisait il.

    Durant cette période de transition, un dispositif complet a été mis en place : Les équipes sur le terrain ont été renforcées avec 150 collaborateurs dédiés au déploiement et à la résolution des difficultés techniques. Le service client a été développé et compte désormais 100 téléopérateurs. De nombreuses informations, dont les nouvelles ouvertures de stations, les tutoriels, la signification des symboles sont communiquées par mail aux abonnés et publiées sur le site Internet et le blog Vélib’.

  • BILAN D’UN MANDAT SUR LE CADRE DE VIE : LA GENERALISATION DES ZONES « 30 » ET « 20 »

    Vanves au Quotidien poursuit sa série d’articles sur le bilan de l’équipe municipale avant les Municipales de 2014, à partir de son programme municipal pour 2008-14,  axé autour de 3 grands objectifs : Vanves Agréable, Vanves Vivante et Vanves Solidaire. Dans le cadre de Vanves Agréable, l’un des objectif poursuivi était d’assurer un cadre de vie encore plus humain, plus convivial et plus beau au travers de 4 actions qui seront déclinés ses 3 prochains jours. Commençons par les déplacements (en gras les objectifs, en claire ce qui a été réalisé ou non) qui ont concerné en priorité le partage de la voirie avec l’apparition de zones 30 et 20, avec l’aménagement emblématique de la rue Sadi Carnot. Ce qui n’est pas évident de changer les habitudes de nos concitoyens, car il a fallut faire œuvre de persuasion pédagogique, certaines réunions publiques ayant donné lieu quelquefois à des échanges vifs entre piétons et cyclistes !   

     

    GO, AVIATORS, GO !!

    UN CADRE DE VIE VIEN ENCORE PLUS HUMAIN, PLUS CONVIVIAL, PLUS BEAU

    1) Se déplacer : Pour un partage équitable de l’espace

    - Favoriser les modes de déplacements doux : création de pistes cyclables et installation d’un réseau de vélos en libre service

    S’il n’y a eu aucune création de nouvelles pistes cyclales, par contre la circulation à contre-sens des cyclistes dans des rues à sens unique dans les zones 30 et 20 s’est généralisée. 7 Stations Vélib’ ont été installées en 2009 et inaugurés le 13 Juin 2009. Et le conseil municipal  de la Rentrée 2011 a autorisé la création de 6 stations Autolib  sur son territoire

    - Création du mail Sadi Carnot

    Inauguré le 22 Septembre 2012, le chantier a été mené en 3 tranches entre 2010 et 2012

    - Améliorer les conditions de stationnement en favorisant les résidents vanvéens : création d’un parking de 80 places en centre (Cabourg), ouverture publique d’un étage du parking Papillon (100 places), amélioration du stationnement résidentiel

    Le stationnement réglementé et préférentiel a été étendu sur la ville en passant de 1350 à  2218 (+868) en 2012. Le parking J.Cabourg a ouvert à la Rentrée 2011 avec ses 80 places notamment utilisées, difficilement au début,  par les commerçants du marché, après une polémique sur les tarifs.  Les exigences de la BSPP (Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris) en matière de sécurité a retardé le projet du parking Papillon et surtout augmenté le coût (qui passerait de 70 000 à 300 000 €)  des réaménagements nécessaires.

    - Réaménagement des rues Rabelais, Auguste Comte et de la place des Provinces

    Il semble qu’il ait fallu attendre de mener une étude sur la domanialité du Plateau pour mener des travaux conséquents. La commune de Vanves et la Communauté d’Agglomération (CA)  Grand Paris Seine Ouest, réunies dans un groupement de commande, ont confié à un cabinet et à un notaire, sa réalisation afin de déterminer les  propriétés de la ville dont l’entretien incombe à la communauté d’agglomération dans le cadre de ses compétences voirie et espaces verts

    - Poursuite de la rénovation des rues et des trottoirs

    Rénovation de la place Sadi Carnot durant l’hiver 2009

    Aménagement en site propre et réfection de l’avenue A.Fratacci durant l’été et l’autmne 2010

    Réhabilitation de la place du Général Leclerc durant l’été 2010

    Réhabilitation de la rue Henri Martin  en 2 tranches entre 2008 et 2009 et inaugurée le 8 Mai 2009

    Réaménagement du carrefour du Clos Montholon en Hiver 2012 (Janvier-Mai)

    Réfection des rues Greset, Mansart et docteur Arnaud (été 2012)

    Réfection des rues L.Dardennes et Murillo durant l’été 2012

    - Mise en œuvre d’un code de la rue (respect des divers usages de la rue des trottoirs)

    Cela n’a pas été le cas même si de nouvelles régles sont apparues justement à l’occasion de l’aménagement des zones « 30 » et « 20 », mais qui sont les mêmes à Vanves cmme dans le reste de la France

    - Création de nouveaux parkings à vélos

    Il s’agit surtout de parkings ou plutôt d’emplacements pour les deux roues