Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vélos

  • A VANVES N’EST PAS EPARGNE PAR DES TROTTOIRS ENVAHIS PAR LES DEUX ROUES, GYROROUTES, TROTINETTES…

    La question d’un droit des trottoirs face au développement des trottinettes électriques, gyroroues, skateboard, et autres hoverboards qui les ont investis, est posé tant à Paris que dans ses villes riveraines, comme Vanves par exemple. Ils circulent jusqu’à 25 km/h sans se soucier des piétons  et provoquent  des accidents : 49 tués ou blessés en 2017 à Paris (+20%)….pas encore à Vanves. Mais beaucoup de vanvéens se plaignent de ce non respect des trottoirs et ont été confrontés à des cyclistes indélicats  Sans parler des clients de locations de free-flottings qui abandonnent leurs moyens de déplacements sur les trottoirs, sans se soucier des piétons, que ce soit des scooters, des vélos, lorsque leurs adeptes ne roulent pas sur les trottoirs d’une rue où il y a une piste cyclable ou un marquage au sol leur permettant de rouler même en contresens. Tout cela entrave la circulation des PMR (Personnes à mobilités réduites), des handicapés en fauteuil, mais aussi des mères de familles avec leurs poussettes…alors que la flotte s’accroît : 10 000 vélos, 5100 scooters, 500 trottinettes…sans compter le nombre de cyclistes

    C’est pourquoi les élus et les villes commencent à réagir : Les Républicains à Paris viennent de proposer d’interdire leur circulation sur les aires piétonnes dés que la loi permettra leur circulation sur les pistes cyclables. Mais aussi que toute occupation du domaine public par un opérateur de free flotting soit assortie d’une obligation de mettre en place un système de malus pour les clients indélicats qui les laisseraient à un droit gênant. Une charte de bonne conduite a été signée entre la ville de Paris et les opérateurs des flottes de free-flotting qui pourrait servir d'exemple à Vanves comme dans les villes de la Métropole du Grand Paris. Les centristes ont demandé que dans la charte de bonne conduite dédiée aux opérateurs offrant un service de trottinettes électriques, soit insérée une clause spéciale les incitant à dissuader leurs clients à rouler sur les trottoirs. En tous les cas, il apparaît de plus en nécessaire d’adopter un code de bonne conduite où sinon, ce sera bientôt la guerre entre les piétons et ses adeptes de free-flottings et hoverboards comme c’est déjà le cas avec les cyclistes qui ne respectent rien. 

  • VANVES ETEND SES ZONES « 30 » ET « 20 », DE RENCONTRES ET DE STATIONNEMENT DURANT LA SEMAINE DE LA MOBILITE

    La Municipalité a choisit la semaine de la mobilité et l’avant veille de la Journée des Transports Publics (19 Septembre 2012) pour réunir son Conseil consultatif « Sécurité, Circulation et Stationnement » hier soir, sur 3 thémes : La mise en zone de rencontre de la rue Gaudray, la création de « zone 30 » dans 4 secteurs – Gresset-Mansart-François Arnaud-Hoche, Coche-Briand-Clemenceau, René Sahors-Guy Mocquet-Mary Besseyre et Gabrielle d’Estrée-Jullien-Baudoin, et l’extension du stationnement payant. Elle se conclura par l’inauguration du Mail Sadi Carnot avec sa zone « 20 »  samedi prochain, qui traverse la ville de la place du 8 Mai 1945 à celle du VAL (De Lattre de Tassigny).

     

    Il a d’ailleurs été beaucoup de vélos et de contre sens à la réunion hier soir, du Comité consultatif « Sécurité, Circulation, Stationnement ». Tout d’abord avec la création d’une zone « 20 » rues de l’Eglise et Gaudray où les piétons seront prioritaires, où trottoirs et chaussées sontdéjà au même. Mais pour faire ralentir les véhicules, une plateforme srelevé sera aménagé à l’angle des rues Gaudray et d’Issy où débouche la voie en provenance de la place du VAL (De Lattre de Tassigny). Même si cela quelques problèmes techniques pour l’élimination des eaux pluviales. Deux « coussins verdinois » seront ancrés au sol à l’entrée de la rue de l’Eglise et juste avant l’Echoppe de l’Encadreur rue Gaudray. Avec l’instauration d’un  double sens pour les cyclistes rue Gaudray.

     

    Des riverains s’en sont étonnés, jugeant la rue trop étroite pour le permettre, alors que des adeptes du vélo dans la salle pensaient le contraire, puisque c’est le cas à Paris où justement la présence des cyclistes en contre sens aménent les automobilies à ralentir, ce que recherchent les riverains de la rue Gaudray. Mais l’un d’entre eux jugeait « la rue trop étroite. Nous cherchons à limiter la circulation dans cette rue grâce à un nouveau systéme de maillage qui reporte la circulation  de transit vers l’avenue du Général de Gaulle » a-t-il tenté d’expliquer alors que Laurent Lacomére, maire adjoint,  tentait de lui expliquer que ce n’était pas possible en donnant une précision : « 200 véhicules (seulement)  passent dans cette rue Gaudray entre 17H30 et 19H » - « Mais il faut lui expliquer pourquoi ce n’est pas possible » s’est exclamé Pierre Toulouse, conseiller municipal EELV qui n’a pas eu de réponses satisfaisante, que « on ne peut pas interdire la circulation rue Gaudray » sachant que « beaucoup certains riverains voudrait la voir piétonne. L’objectif est de faire du Centre Ancien une zone « 20 ». Mais il faut y aller par étape ». En attendant les riverains présents ont demandé que le « coussin verdinois » prévu devant l’Echoppe de l’encadreur soit plaqcé plus loin vers le premier virage au débouché de la rue de l’Eglise où les automobilistes ont tendance à ré-accélérer.

     

    Sur les 4 nouvelles zones « 30 » qui complétent déjà, pour certaines, d’autres zones 30, comme René Sahors-Guy Mocquet-Mary Besseyre et Gabrielle d’Estrée-Jullien-Baudoin, avec Issy les Moulineaux dans ce dernier cas. Coche-Briand-Clemenceau vise à éviter un circuit « malin » et paralléle aux rues Raymon, Marcheron et Larmeroux. Gresset-Mansart-François Arnaud-Hoche vise à ralentir la circulation dans une zone pavillonnaire notamment avec mle PMS André Roche. Là aussi, il a été beaucoup questions de contre-sens pour les cyclistes notamment sur l’axe Jullien-Mary Besseyre déjà utilisé de la sorte par les lycéens. Les aménageurs de GPSO espérent les faire dévier vers Guy Mocquet et René Sahors pour déboucher dans danger  sur la place de l’Insurrection, alors qu’ils continueront tout droit jusqu’à la poste. IL va leur falloir faire preuve de pédagogie.

     

    Cette réunion d’hier soir était tout à fait symptomatique des débats qui se déroulent lorsque les villes réaménagent leurs rues et avenues pour aboutir à un meilleur partage de la voie publique. D’autant plus que la pratique du vélo dans notre région  a doublé en 10 ans avec 652 000 trajets par jour (1,6% des trajets) en Ile de France selon l’Observatoire de la Mobilité d’Ile de France. Une autre étude publiée par l’ORS (Observatoire Régional de santé) de l’Ile de France avec le soutien de l’ARS (Agence Régionale de Santé) montre que les bénéfices sur la santé de la pratique du vélo, sont largement supérieures aux risques. Elle confirme que la pratique du vélo a doublé et doublera encore d’ici 2020 (soit 4% de l’ensemble des déplacements) et aura des effets bénéfiques en terme de mortalité 20 fois plus élevés que les risques. Une hausse de la pratique du vélo n’impliquera pas une augmentation du nombre d’accidents dans les mêmes proportions. D’ailleurs, contrairement aux idées reçues, le risque lié à la pollution atmosphérique est plus élevé que le risque d’accidents,  notamment en Ile de France  

  • REVISION DU PLU DE VANVES : RENFORCER LES TRANSPORTS ET LE

    Nous continuons à vous présenter les 5 objectifs inscrits dans le PADD (Projet d’aménagement et de Développement Durable) du PLU en cours de révision et qui seront l’un des thèmes des réunions publiques de quartier de ce mois de Mai.

    Réduire le trafic de transit, aménager l’espace public en faveur des piétons et des cyclistes, avec des continuités de circulation douce, des pistes cyclables, des stationnements vélos…sont le 4éme objectif poursuivi par la ville

     

    4)  PROMOUVOIR DES PRATIQUES DE MOBILITES DURABLES

     

    La tâche n’est pas aisée du fait du positionnement de Vanves à proximité immédiate de Paris qui implique des flux de transit important sur les axes important traversant la ville : RD 130 (Lameroux-Marcheron-Bleuzen) très souvent saturé, CD 50 (Laval-Fratacci-Lycée)

     

    Ainsi l’un  des premiers objectifs est de concilier vocations communales et intercommunales du réseau routier avec un réaménagement favorable aux piétons et aux vélos de la rue Antoine Fratacci avec site propre pour le bus dans le cadre du Comité d’Axe 126 qui vise à améliorer la régularité de ce bus, avec des aménagements qui viseront à un mode de partage de l’espace public sur l’ensemble du réseau routier vanvéen, une réglementation routière visant à apaiser la circulation, voire à décourager les automobilistes d’emprunter des voies desservant des quartiers (Zones 30 ou de rencontre).

     

    Le second est de contribuer à renforcer l’usage des transports en commun grâce à plusieurs démarches en cours : Mise en place d’une nouvelle ligne RATP à l’étude entre Paris (Place de Catalogne), Vanves (rues Bleuzen, Marcheron, Larmeroux) et Issy les Moulineaux (Fort, Epinettes, RER) dont le tracé améliorait la desserte de Vanves et notamment celle du quartier du Clos Montholon. Restructuration des services de transports locaux (Navettes de Vanves et d’Issy les Moulineaux) en travaillant à l’échelle intercommunale au niveau GPSO.

     

    Le troisième est d’aménager l’espace public en faveur de cheminements pour piétons et cyclistes : La ville possède assez peu d’aménagement spécifique en faveur des circulations douces, mais de nombreux projets sont en cours d’élaborations et renforcés par l’arrivée de Vélib en Avril 2009 (avec 7 stations). Il s’agit là :

    - de prendre en considération les logiques portées à une échelle intercommunale et régionale avec l’élaboration d’un schéma directeur des liaisons douces lancée par GPSO ;

    - d’assurer une bonne accessibilité aux pôles de centralités de Vanves ;

    - d’œuvrer en faveur de la réalisation de continuité de circulation à pied et à vélo à travers les coupures urbaines les plus fortes (voie SNCF, périph avec requalification des espaces aux abords des Portes de la Plaine et Brançion, Parc Michelet dont l’objectif poursuivi par la ville est d’en ouvrir une partie au public et Parc des Expositions qui dispose de deux entrées sur Vanves). Une étude pourrait être lancé pour créer une liaison piétonne au dessus du périph reliant les équipements sportifs du 15éme au débouché de la rue S.Carnot sur la rue Louis Vicat.

    - de faciliter la mise en oeuvre de projets sur le réseau cyclable local (pistes cyclables rue A.Fratacci, Bd du Lycée dans le cadre du comité d’axe 126, rue Larmeroux et Av. de la Paix, rue d’Issy sur laquelle une réflexion est en cours).

     

    Enfin, le quatrième est d’adapter les modalités de stationnement au fonctionnement d’une ville durable grâce à plusieurs axes pris en compte dans le PLU : favoriser le stationnement des véhicules et des 2 roues autour des axes commerciaux et du centre Saint Remy, permettre le stationnement des vélos à proximité des équipements d’intérêt général, des commerces, des services, des pôles de transports en commun ; adapter l’offre de stationnement pour voitures en gérant l’attractivité donc la disponibilité des places libres par rotation, gérer les besoins résidentiels (notamment là où les besoins ne peuvent être suffisamment satisfaits comme les Villas, Allées…inaccessibles aux voitures), mais aussi économiques aux abords des centres d’activités en favorisant l’émergence d’une offre de stationnement de vélo sur les lieux de travail et d’habitation.