Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SOLIDARITE

  • 38e COLLECTE ALIMENTAIRE A VANVES DANS UN CONTEXTE DE HAUSSE DE LA DEMANDE

    La 38e collecte de la banque alimentaire démarre en fin de journée à 16h devant Carrefour Market, Intermarché, Franprix et se poursuivre toute la journée de Samedi (entre 9H et 20H), et de dimanche (entre 9H et 12H). Cette Collecte Nationale, un temps fort de solidarité du grand public avec les plus fragiles Alors que la demande d’aide alimentaire dans l’hexagone est en hausse de 9% - 200 000 personnes supplémentaires accueillies en 6 mois - et dans un contexte de crise du pouvoir d'achat et de crise énergétique, le premier réseau d’aide alimentaire en France appelle à l’engagement de tous les acteurs des filières alimentaires : agriculteurs, industriels, distributeurs, pouvoirs publics et consommateurs, unis dans un élan de solidarité nationale pour lutter contre la précarité alimentaire.

    «Exceptionnelle par son organisation et son déroulement, la Collecte Nationale des Banques Alimentaires sera, cette année (plus que toute autre), un défi contre la précarité alimentaire» indique la BAPIF (Banque Alimentaire de Paris et d’Île-de-France). En Île-de-France, la Collecte Nationale permet de distribuer chaque année environ 19% des 13 millions de repas destinés aux personnes accueillies à l’aide alimentaire. En 2021, la BAPIF  avait collecté 1 758 tonnes de denrées. Les 385 associations partenaires de la BAPIF mobilisées dans près de 1 000 magasins alimentaires collecteront les dons des particuliers en sortie de caisses et sur les plateformes des enseignes.. En 2022, les besoins sont en augmentation, notamment pour les couches et les aliments bébé.

    Lauréate d’un appel à projet organisé par la Région Île-de-France, la BAPIF a obtenu le financement des cartons de la collecte à hauteur de 45 000 euros. Ces cartons permettent d’acheminer les denrées depuis les magasins où sont recueillis les dons en sortie de caisse, jusqu’au stock des associations partenaires et aux entrepôts de la BAPIF. Ce partenariat est particulièrement bienvenu alors que les prévisions de hausse des coûts du papier sont de 15 à 25% pour l’année 2022. Cette collaboration s’inscrit dans le cadre d’un partenariat de longue date entre la BAPIF et la Région Île-de-France en faveur de la mise en place d'un programme alimentaire régional (approvisionnement en produits agricoles franciliens), la structuration du réseau de distribution de denrées alimentaires (ex : acquisition de véhicules) ou encore la lutte contre le gaspillage alimentaire.

    Voilà bientôt prés de 40 ans que cette collecte est organisé par la BAPIF créée en 1984. Elle est une des 79 Banques Alimentaires régies par la Fédération Française des Banques Alimentaires (FFBA). La solidarité, l’équité et la gratuité sont les valeurs qu’elle partage avec les 385 associations partenaires conventionnées, à Paris et dans les départements franciliens : collecte, tri, stockage et distribution de denrées alimentaires aux associations. Elle sensibilise les jeunes publics contre le gaspillage alimentaire, forme les associations à l’hygiène et à la sécurité alimentaires, participe à la collecte annuelle dans les magasins de la région parisienne, participe à des manifestations ponctuelles : animations, salons professionnels, etc. En 2021 elle a distribué 7 370 tonnes de denrées aux associations, soit l’équivalent de 13,4 millions de repas aux personnes démunies.

  • VANVES REPONDRA-T-ELLE A L’APPEL DE ZELINKY PRESIDENT DE L'UKRAINE, AUX MAIRES

    Le Congrés des Maires de Maires se déroule à côté de Vanves, et les vanvéens s’en sont aperçus, tout au moins les riverains du parc des expositions, par le déploiement des forces de sécurité à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron  hier après-midi au salon des collectivités locales. Il a été ouvert par un moment intense, fort et puissant, avec l’intervention du président Zelensky dans une vidéo sous titrée, qui a demandé aux maires français de l’aide pour «survivre à l’hiver» : «Le Kremlin veut transformer le froid de l'hiver en arme de destruction massive ! Pour survivre à cet hiver et ne pas permettre à la Russie de transformer le froid en outil de terreur et de soumission, nous avons besoin de beaucoup de choses» a-t-il expliqué en mentionnant notamment «des générateurs de différentes capacités, de l'aide au déminage (et) du matériel pour les pompiers, les sauveteurs et les médecins….Je vous appelle à être très concrets en aide et à soutenir contre le terrorisme nos villes et communautés». Beaucoup de vanvéens pensent que Vanves devrait répondre à cet appel comme elle l’a fait déjà pour envoyer, au début de la guerre, des dons humanitaires

    C’était le point d’orgue de la séance inaugurale du Congrés, mardi après-midi, où le président de l’AMF (Association des maires de France) a souhaité exprimer la solidarité des maires de France  et acueillir les maires ukrainiens qui ont assumé leur rôle de Lviv, Dnipo et Nizhyn, de Kremenchuh, Konotop et d’Ichnya. Chacun d’entre eux à ont apporté un témoignage de la situation de leur commune.

    Le Président de l’AMF a souligné que «la solidarité envers l’Ukraine  honore notre pays car elle sert la dignité humaine. Les maires de France ont été au rendez-vous sur le premier kilomètre d'aide humanitaire vers l'Ukraine et au dernier kilomètre, celui de l'accueil humain des réfugiés» tout en  rappelant que l’association a apporté son soutien aux Ukrainiens dès les premières heures du conflit, avec l’envoi d’un grand convoi humanitaire organisé avec la Protection civile sur le plan logistique – grâce aux dons qui ont permis de récolter 8000 tonnes de dons - puis avec l’accueil des réfugiés, des femmes et des enfants surtout, sans créer de situation de rejet. «On ne pouvait imaginer à quel point l’aide de la France a été précieuse !» a-t-il ajouté «Aprés  le temps de l’urgence, c’est le temps de la reconstruction » en suscitant la mise en place de «jumelages de guerre» entre les communes françaises et ukrainiennes pour participer à l’effort de reconstruction, l’AMF  ayant  elle-même signé une déclaration d’intention avec la ville d’Irpin. Et Vanves ? 

  • SOLIDARITE DANS LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET LA PRECARITE A VANVES

    Plusieurs rendez-vous sont inscrits la semaine prochaine pour faire appel à la générosité et à la solidarité des vanvéens avec l’ensemble des associations oeuvrant dans ce cadre  avec le week-end prochain, la 38e collecte des banques alimentaires, précédé  mercredi par la venue du Solidaribus du Secours Populaire au carrefour Legris de 9H à 13H, et dans le cadre de la quinzaine du festival des Solidarités, la soirié débat organisée par le groupe La Vie nouvelle des Hauts de Seine, la Ruche de Vanves et Le groupe local du CCFD Terre Solidaire, autour du film : La Beauce, le glyphosate et moi d’Isabelle Vayron. Il s'agit d'un documentaire sur la filière mondialisée de la tomate d'industrie. Cette mobilisation a commencée dés ce week-end  par la collecte de fin d’année  du Secours Catholique, notamment à vanves, qui a rendu public ces jours-ci son rapport annuel sur l’Etat de la pauvreté en France  

    9 263 personnes et ménages ont été accompagnés dans le département en 2021 par le Secours Catholique des Hauts de Seine qui peut compter sur 1 640 bénévoles, répartis dans 36 équipes locales, pour mener ses actions.  Il y en a une à vanves qui «assure accueil alimentaire et écoute (70 familles accueilles, 380 rendez-vous, 489 colis alimentaires et bébés), une activité écrivain public (138 familles aidées, 380 RDV, 321 réponses), des aides financières notamment pour la formation, mais aussi un accompagnement, un soutien régulier des certaines familles, des moments festifs à destination des accueillis (goûter, Noël…) » indiquent ses responsables  dans le Sel et Lumière de ce week-end.

    Sa délégation départementale indiquait que dans les Hauts de Seine, ses équipes s’occupaient surtout de familles  monoparentales (31,3 %), en particulier des mères seules (24,6 % contre 6,7 % pour les pères seuls), mais aussi des couples avec enfants (27,5 %). Elle notait que la part d’hommes seuls (21,9%) a également augmenté. Quant à l’âge des bénéficiaires, 70,5 % d’entre eux ont entre 25 et 49 ans. Ils font davantage appel au Secours Catholique pour des demandes relevant de l’écoute, de l’accueil et du conseil (55%). Une autre part importante concerne l’aide alimentaire (37 %). Une majorité des personnes n’ont aucune source de revenus : 56,3 % sont en inactivité ou au chômage. Pour ceux en activité, 39,7 % ont un emploi précaire et 34,7 % sont en CDI. Selon la délégation des Hauts-de-Seine, leurs données sont assez similaires aux analyses faites à l’échelle nationale.