Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SOLIDARITE

  • LA MAISON PARTAGEE SIMON DE CYRENE DE VANVES A PERDU SON PRESIDENT D’HONNEUR, PHILIPE POZZO DI BORGO

    «Philippe, c'est le mystère d'une fragilité féconde. Il estimait qu'il avait davantage appris après son accident que quand il évoluait dans un monde de luxe et dans la tyrannie de la performance. Au-delà de son image et du message du film, c'est sa parole qui nous a aidé à nous construire. À chaque rencontre, il nous transmettait une incroyable espérance. Il nous appelait à être des éveilleurs. Nous les fragiles, on appelle à la relation. On désarme la peur de l'autre, la peur de la différence et on créé de la fraternité»  a réagit Laurent de Cherisey le fondateur de l’association Simon de Cyrène, à l’annonce du décés de Philippe Pozzo di Borgo (tous les deux de la photo prise devant l'entrée de la chapelle des Bénédictes)  qui en était le président d’honneur.

    Cet aristocrate, héritier des ducs Pozzo di Borgo et des marquis de Vogüé,  alliait une carrière prometteuse à la direction des champagnes Pommery à un mariage heureux. Mais, en 1993, un accident de parapente en Savoie a brisé sa vie dorée. Après plusieurs mois en réanimation, l'homme d'affaires se réveille tétraplégique, sans l'usage de ses bras ni de ses jambes. Cloué dans un fauteuil à 42 ans, assigné à résidence dans son somptueux hôtel particulier parisien du 7e, il découvre l'immobilité.

    Trois ans après son accident de parapente, un autre drame a marqué sa vie : la mort de Béatrice, sa femme, atteinte d'un cancer. C'est à ce moment-là qu'Abdel Yasmin Sellou fait une apparition inattendue dans sa vie. Le petit caïd «bac moins six» devenu auxiliaire de vie détonne dans son salon lambrissé, trop feutré. Et dynamite sa dépression. Leur amitié, inattendue, revigorante, d'une liberté totale, l'aide à remonter la pente. «Alors qu'il était dans une situation de vulnérabilité totale, Philippe a embauché un gars qui aurait pu le malmener et il lui a fait confiance. C'est exactement ce que raconte Intouchables : la joie peut jaillir d'une relation entre deux êtres fragiles parce qu'ils se font confiance et apprennent l'entraide» Un film  "Intouchables" tiré de son livre  « Le second souffle » raconte  cette amitié avec ce «diable gardien», comme il l'a surnommé, interprêté par Omar Sy dans ce film.

    Après la sortie du film, Philippe Pozzo di Borgo avait vécu un moment très fort dans la 1ère maison partagée construite à  Vanves voilà plus de 10 ans sur un terrain appartenant aux bénédictines : « Je devais prendre la parole devant les résidents mais soudain j’ai été saisi de panique, incapable de parler et de prononcer le moindre mot. Que pouvais-je dire à ces personnes si fragiles, dans des situations parfois intenables ? Laurent de Cherisey m’a alors entouré avec délicatesse et m’a laissé le temps dont j’avais besoin pour me désarmer. Il m’a amené à me décentrer de moi-même et à sortir de mes angoisses, de mes peurs, mes questions et mes doutes… Il me fallait m’ouvrir à la relation. Les mots ont pu alors sortir. Ce moment a été initiatique. J’ai découvert à Simon de Cyrène une véritable école de la considération. À vivre ensemble, valides et invalides, on est obligé de se désarmer et l’on apprend à vivre la rencontre avec l’autre. S’ouvrir à la fragilité nous ouvre à la fraternité» témoignait il.

    « Ces dernières années, J’ai suivi l’évolution des maisons et particulièrement celles de Nantes et d’Angers des premières réunions de Compagnons jusqu’à l’ouverture des maisons partagées. J’ai été touché par la bienveillance des équipes mais aussi par la vigilance à faire rayonner le message de Simon de Cyrène à l’extérieur : dans leur quartier, dans leur ville et leur région, dans la société, les institutions… Le grand défi des années à venir sera de sécuriser le développement, de consolider les finances, et les équipes, et de continuer à éveiller des consciences que ce soit par des petits gestes de donation ou des engagements financiers, bénévoles, volontaires… Avec 40 000 grands blessés supplémentaires tous les ans, que la médecine aujourd’hui sauve de la mort mais ne sait pas accompagner ensuite, Simon de Cyrène propose non seulement une solution innovante non prévue par les institutions mais appelle aussi et surtout la société à se réconcilier avec elle-même en rendant et en reconnaissant la dignité des personnes fragiles. Il y a urgence à ce que notre société sorte de l’impasse de l’individualisme et se désarme pour s’ouvrir à la rencontre et à la relation. C’est un changement de regard et une conversion du cœur. Simon de Cyrène est en réalité un lieu de thérapie pour notre société toute entière» soulignait il .

    Cet aristocrate a reversé à l’association Simon de Cyréne de bénéficier de 5% des bénéfices des producteurs du film, généreusement reversés par «Pozzo». Grâce à cette manne de départ de 800.000 €, elle a lancé en France des projets de maisons partagées réunissant des «fauteuils» et des «valides». 25 sont déjà sorties de terre et le même nombre est en projet. «J'en suis le parrain, c'est mon côté corse», lançait très fier l'aristocrate en fauteuil, exagérant malicieusement l'accent du clan Pozzo di Borgo, une des plus vieilles familles de l'île. Au-delà, c'est tout le regard de la société française sur le handicap qui a progressé. «En acceptant que l'on adapte son histoire dans Intouchables, il a changé notre vie et la vie de nombreuses personnes vulnérables et fragiles», ont salué les réalisateurs d'Intouchables.

  • LES BENEDICTINES DE VANVES SOLIDAIRES AVEC LEURS SŒURS DU MONDE ENTIER

    Le prieuré Sainte Bathilde des bénédictines de Vanves accueille de nombreux organismes qui agissent sur le plan international et permettent aux sœurs d’aller au delà  des murs de leur  couvent, ne vivant pas cloitrées à l’abri du monde, contrairement à ce que beaucoup s’imaginent.  Bien au contrai  Ainsi L'AMTM (Amis des Monastères à Travers le Monde) qui soutient des actions auprès des jeunes fondations de la Famille bénédictine dans le monde, en collaboration étroite avec l'Alliance Inter-Monastères (AIM).

    L'Association a pu soutenir au cours de l'année passée, plusieurs projets intéressants en Tanzanie, en Pologne (pour l'accueil des réfugiés ukrainiens) et en Côte d'Ivoire comme il a en a été fait état lorsd’une assemblée générale qui s’est tenu au prieuré voilà quelques semaines. A Salvador de Bahia, elle soutient un engagement des soeurs en faveur de jeunes filles, d’enfants de la rue des favelas qui apprennent à aimer et à respêcter leur corps par la danse classique. Au Togo, elles projettent de construire un  magasin de stockage pour pouvoir acheter aux villageois leur production légumière.

    «Mais depuis la création de la Fondation Benedictus qui récolte les fonds rassemblés par l'AMTM (pour permettre en toute légalité l'émission de reçus fiscaux), le rôle de l'AMTM consiste surtout à stimuler, informer et communiquer les différentes actions menées à bien en lien avec la Fondation» indiquaient ses animateurs. «C'est l'occasion d'un élargissement des donateurs et d'une meilleure présence dans le paysage social » ajoutaient ils en précisant que «les projets soutenus seront liés à des actions de développement : santé, éducation, environnement. Les monastères en effet, inspirés par leur vocation contemplative sont soucieux de venir en aide aux populations environnantes, spécialement dans les pays les plus pauvres».

  • ISABELLE DEBRE ANCIENNE ELUE DE VANVES DRESSE UN BILAN DE L’ACTION DE L’ENFANT BLEU

    Cette ancienne vice présidente du Sénat et adjointe au maire de Vanves qui se consacre depuis longtemps à l’association l’enfant soutenus par des vanvéens, vient de dresser un bilan de ses actions :  «Vous suivez régulièrement les actualités du combat que mène L’Enfant Bleu et nous tenions à vous remercier de votre présence à nos côtés Nous souhaitons vous faire partager nos grandes avancées dans la lutte contre les maltraitances faites aux enfants» indique cette vanvéenne en ayant rendu un bilan de 4 pages «Panorama 2014-2022 – cinq années de bouleversement et de mobilisation» 

    La libération de la parole a eu un impact réel sans précédent qui continue : +51% d’appel en 2020, + 45% d’appels par rapport à 2019 grâce à une société en évolution explique de document en citant : Le mouvement #MeToo et #MeTooInceste, le Covid et ses répercussions,  le Grenelle contre les violences faites aux femmes avec l’enfant enfin reconnu comme co-victime, le lancement de l’appel à témoin de la CIIVISE (Commission Indépendante sur l’Inceste et les Violences Sexuelles faites aux Enfants) qui a généré en un an, 16 414 témoignages, 5 livres-témoignage très médiatisés de Vanessa Springora (Janv 2020 ), Sarah Abitbol (Janv 2020), Camille Kouchner (Janv 2021), Mohamed Bouhafsi (Nov 2021), Patrice Evra (Janv. 2022), la tribune signée par 54 sportifs olympiques (dont Teddy Riner et Nathalie Péchalat) : « Violences sexuelles : il est temps de donner de la voix »

    Selon un sondage inédit Harris, pour 78 % des Français, le mouvement #Metoo, les livres-témoignage et les campagnes de sensibilisation ont permis de libérer la parole autour des maltraitances durant l’enfance. 24% des Français déclarent avoir été victimes de maltraitance graves durant leur enfance, soit en augmentation de 10 points par rapport à 2014. Parmi ces personnes le silence reste de mise : 25 % seulement indiquent les avoir dénoncées à l’époque des faits (+6 points par rapport à 2017). 44 % des Français soupçonnent au moins un cas de maltraitance pendant l’enfance dans leur entourage.

    «Comme vous pouvez le lire, partout, les langues se délient ! Cette grande victoire démontre que ceux qui se mobilisent en faveur des victimes ont le pouvoir de faire bouger les lignes. Mais nous ne devons et ne pouvons pas relâcher nos efforts. L’Enfant Bleu est aujourd’hui à un tournant de son histoire. Nous nous sommes battus pour que les victimes osent parler. Elles sont de plus en plus nombreuses à nous contacter. Aujourd’hui, plus que jamais, elles doivent pouvoir compter sur nous» souligne isabelle Debré  avec un appel aux dons afin de :

    -Développer notre réseau d’écoutants, de psychologues, de juristes, pour démultiplier nos prises en charge dans toute la France, tout en gardant notre singularité.

    -Développer nos programmes de prévention et de sensibilisation agréés par l’Etat, plus particulièrement dans les écoles, pour garantir la même protection à chaque enfant, où qu’il soit sur le territoire français.

    Auquel il faut ajouter un rôle de lobby pour faire progresser la mise en lace d’un système de  protection de l’enfance notamment par le secrétaire chargé des familles avec 22 mesures contre les violences faîtes aux enfants, et un plan de lutte, mais aussi plusieurs évolutions de la loi visant à améliorer la répression des violences sexistes et sexuelles avec un  allongement à 30 ans du délai de prescription pour les crimes sexuels commis sur des enfants, création de nouvelles infractions sexuelle et de la présomption de non consentement des mineurs de moins de 15 ans et 18 ans nen cas d’inceste, création du délit de sextorsion sur internet...notamment sans compter des actions de sensibilisation et de prévention dans les écoles avec la poursuite de son travail avec les pouvoirs politiques.

    «Votre soutien est une promesse de reconstruction pour chaque victime» conclut-elle