Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SOLIDARITE

  • SIMON DE CYRENE LE PETIT FRERE DE L’ARCHE REND HOMMAGE A JEAN VANNIER INSPIRATEUR ET SOUTIEN DE SON 1er LIEU DE VIE OUVERT A VANVES

    La disparition de Jean Vannier a touché plus d’un vanvéen, et notamment du côté de Simon de Cyréne où son fondateur Laurent de Cherisey (sur la photo séparé de Jean Vannier par Philippe Pozzo di Borgo), s’est inspiré du fondateur de l’Arche, et a développé des liens étroits avec lui

    «Je ressens évidemment une grande émotion et beaucoup de tristesse à l’annonce du décès de Jean Vanier, un homme qui a profondément inspiré la Fondation Simon de Cyrène. Pour moi, toute son œuvre est au cœur de l’espérance de l’Église et de Vatican II. Il nous apporté un soutien fraternel. J’ai eu la chance de pouvoir le connaître et de travailler avec lui : nous avons fait des conférences ensemble et coécrit l’ouvrage «Tous intouchables ?» avec lui et Philippe Pozzo di Borgo. Il a incarné l’image d’un grand frère »  réagissait Laurent de Cherisey, fondateur de la Fédération Simon de Cyrène et de son premier foyer d’acceuil ouvert en 2009, voilà déjà 10 ans, à Vanves dans les colonnes du journal La Croix. « Je retiendrai son regard de tendresse et d’une profonde confiance dans l’humanité. Son appel à oser cette relation de fraternité avec les plus fragiles, à dépasser nos propres peurs et à construire un monde accueillant pour tous. Il fait partie de ces prophètes qui témoignent d’un chemin possible pour l’humanité alors qu’elle se montre aujourd’hui extrêmement inquiète et angoissée pour cohabiter avec son prochain. L’expérience de Jean Vanier et de l’Arche démontre au contraire que lorsque l’on fait tomber ce qu’il appelait les «murs de la peur », cela nous rend capables de devenir cocréateurs de cette maison commune avec une place féconde pour chacun. »

    Laurent de Chérisey se souvient notamment « des « quatre ans de galère » où il tentait de créer des maisons entre valides et traumatisés crâniens. « Sans Jean Vanier, je n’aurais pas monté Simon de Cyrène, car nos fondamentaux sont enracinés dans ceux de l’Arche : faire avec, pas faire pour. » Il le compare volontiers à saint Vincent de Paul, car « il révèle à l’Église le mystère des pauvres, qui nous invite à une charité qui ne s’épuise pas, mais fait grandir. J’ai appris de l’Arche que le plus fragile nous révèle nos talents ».Il faut se souvenir qu’en 1964, Jean Vanier a crée l’Arche en proposant à 3 personnes handicapées de partager avec lui une vie fraternelle dans une maison à Trosly-Breuil (60). Un nouveau modèle était né : celui du « vivre ensemble » entre adultes valides et handicapés. Depuis plus de 50 ans, l’Arche a développé 138 communautés dans 40 pays sur les 5 continents et propose chaque année cette expérience unique à des jeunes volontaires dans le cadre de leur Service Civique.

    «Simon de Cyrène est un peu le petit frère de l'Arche. Cette dernière nous a d'ailleurs accompagnés depuis le début et nous avons signé une convention de partenariat en 2011 qui repose «sur le partage de convictions humaines essentielles : la nécessité d’offrir à chacun un « chez soi » à l’intérieur duquel il puisse nouer des relations fondées sur l’amitié et la confiance. Tout comme L'Arche d'ailleurs, nous proposons à des jeunes de se porter volontaires pour accompagner nos résidents »indique Laurent de Cherisey toujours présent à Vanves lors d’événements importants pour cette communauté, comme c’était le cas à Pâques célébré avec les sœurs bénédictines

  • LE PETIT CONTE DU NOEL 2018 A VANVES

    Autour de Noël, un jeune homme de 30  ans en treillis et basket sans chaussettes, est entré dans une brasserie du Centre Ancien, complétement gelé, tremblant, est s’est assis à l’une des tables, en ce début de soirée très froide. Il voulait manifestement se réchauffer. Le patron, généralement assis parmi ses clients,  sur la banquette, l’a tout de suite remarqué, de son œil professionnel. Il a commandé un coca, qu’il a bu d’une seule traite, en mordant à pleine dent sur la tranche de citron. La carte lui a été présenté, où il a choisi, sûrement au hasard, l’assiette Nordique, toujours sous l’œil du patron qui n’a pas bougé. Le plat lui a été servi. Il a mis de côté les couverts et a commencé à manger avec ses mains. Personne parmi les clients n’avait rien remarqué, sauf le patron qui ne bougeait toujours pas. Tout à coup, à la moitié du plat rassassié, il s’est levé et il est parti. Une des serveuses s’en est aperçu et a commencé vouloir le poursuivre. Mais le patron lui a indiqué de n’en rien faire. Son seul regret : Ne pas avoir pu lui dire de se méfier, car dans un autre restaurant, ce SDF sûrement un réfugié du pays du Levant sans papier, se serait fait casser la gueule, ou arrêté par la police. Il y a des jours, où grâce à ces petits gestes, on se rend compte que la solidarité existe bien dans notre ville.

  • VANVES DANS LE CREUXDE L’OREILLE

    ROSIER ROUGE : LES 127 LOGEMENTS BIENTOT LIVRES

    L’événement de ce mois de Novembre à Vanves, en dehors des Gilets Jaunes qui font beaucoup parler les vanvéens et ont quelque peu perturbé les commerces, parait-il (avec une baisse de fréquentation le 17 Novembre dernier, première manifestation de cette jaunisse croissante) est la livraison des nouveaux bâtiments du Rosier Rouge ces jours-ci. Ils ont été construit dans le jardin, derrière le bâtiment du foyer d’accueil et comprend 127 logements répartis dans deux résidences baptisées de noms de roses  : Elina à caractère social, pour des étudiants avec 60 logements de type T1, et Astree résidence sociale pour jeunes actifs  avec 67 logements de type T1 et T2. Enfin, au rez-de-chaussée, une créche qui sera gérée par l’association les Petites Canailles

    PREMIER PAS A L’ASSEMBLEE NATIONALE

    Florence Provendier, suppléante de Gabriel Attal devenu député le 17 Novembre à la suite de la nomination de celui-ci au ministére de la Jeunesse. Elle devrait recevoir pour un coktail à la questure de l’Assemblée Nationale vendredi soir, l’ensemble des marcheurs de la circonscription avec la participation du secrétaire d’Etat. Elle devait poser sa première question orale d’actualité le 20 Novembre, mais le mouvement des Gilets Jaune et la colére des Maires qui tenaient congrés, en a décidé autrement. Elle a rejoint la commission des Affaires Cuilturellles et de l’Education où siégeait Gabriel Attal, qui gére notamment les questions d’associations qui est son domaine d’expertise . Enfin, elle a animé lundi dernier une soirée-débat sur l’Europe à Boulogne.