Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SOLIDARITE - Page 3

  • LES QUELQUES RENDEZ-VOUS A VANVES DUNE 3e SEMAINE DE CONFINEMENT MARQUEE PAR LA SOLIDARITE

    Le grand rendez-vous de cette semaine, comme chaque année, pour le dernier week-end de Novembre, sera la collecte de la banque Alimentaire  par de nombreux bénévoles, avec en première ligne ceux du Secours Catholique. Comme l’expliquait son équipe vanvéenne dans un Sel et Lumière, cette année particulière n’a pas été facile car ces bénévoles se sont employé à répondre à des situations de pauvreté qu’ils rencontrent et à apporter un vrai réconfort à travers, malgré le confinement et les difficultés liées à la pandémie, des repas partagés, des séjours d’été pour 7 familles, des aides administratives… L’aide alimentaire a pu être préservée (avec le soutien du CCAS) en respectant un protocole sanitaire adapté. C’est aussi la semaine du lancement de la 36e campagne des Restos du Coeur

    Lundi 23 Novembre

    A 14H30 au Conseil Départemental des Hauts de Seine : Isabelle Debré vice présidentre participe à la Commission permanente

    A 19H en visio conférence : La députée LREM de la 10e circonscription (Vanves/Issy) organise une réunion avec Adrien Taquet secrétaire d’Etat en charge de l’enfance et des familles pour présenter et commenter les travaux de la commission « 1000 premiers jours » présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, qui a rendu en septembre dernier un rapport dont les conclusions visent à réduire les inégalités dès les premiers mois de l’enfant.

    Mardi 24 Novembre

    A 18H30 en digital : Soirée interclubs organisée par le Challenge Club de Vanves sur le théme « digital : penser local et global » avec Hua-Victor CHEN cofondateur de Majordome Digital qui,  après 3 ans au sein du programme Google Ateliers Numériques en ayant formé des milliers de TPE/PME, présentera les dernières bonnes pratiques digitales en 2020 pour les TPE et les indépendants sous forme d'ateliers en ligne

    Jeudi 26 Novembre

    A 20H  à la Ruche de Vanves :  Dans sa participation à Festisol, le Festival des Solidarités, La Ruche de Vanve organise une soirée projection-débat 100% en ligne, autour du film: «Sur les étals des marchés de Dakar, la baguette blanche est reine » de Marion Dualé et Ousmane Dary. Ce film est l’occasion de s’interroger et d’échanger sur les accords dits de partenariat économique (APE) entre l’Union européenne (UE) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), en présence de François Papy, directeur de recherche honoraire de l'Institut national de la recherche agronomique (I.N.R.A.) et membre de l'Académie d'agriculture.

    Vendredi 27 Novembre (jusqu’au Dimanche 29 Novembre)

    De 9H à 19H Devant Carrefour Martket, Intermarché, Franprix (et au Marché samedi matin) : Grande collecte nationale de la Banque Alimentaire. L'antenne relais de la Banque alimentaire de Vanves a besoin de bénévoles pour l'organisation de ces journées de collecte (vanvescollecteba@gmail.com)

  • VANVES ET LES DROITS DE L’ENFANT : ISABELLE DEBRE MOBILISE UNE FOIS DE PLUS CONTRE LE SILENCE QUI TUE FACE A LA MALTRAITANCE DES ENFANTS AVEC « L’ENFANT BLEU»

    A l‘occasion de la journée Internationale des droits de l’enfant du 20 Novembre, de nombreuses initiatives ont été prises par différents elus et plusieurs associations durant la semaine qui vient de se dérouler. Et notamment l’association l’Enfant Bleu qui est fortement mobilisée et mais aussi sollicité lors de ce second confinement, comme au prntemps dernier. Sa présidente que les vanvéens connaissent bien isabelle Debré a rappelé une nouvelle fois que «le silence tue» face à la « maltraitances faites aux enfants » :comme elle l’a fait dans une tribune parue cette semaine dans Ouest France

    «Bien que les pouvoirs publics se soient emparés de la lutte contre ce fléau, le nombre d’enfants victimes de violences ne diminue pas. 22 % de français déclarent avoir été victimes de maltraitances graves et répétées durant leur enfance, soit des millions de citoyens. Malheureusement, 80 % des victimes ne parlent pas et ne bénéficient donc pas de mesures de protection administrative ou judiciaire. Alors ensemble mobilisons-nous pour une société digne de ses enfants.  En effet, la loi oblige chaque français à signaler toute suspicion de maltraitance perçue dans son entourage (article 434-3 du Code pénal). Pourtant, les récents procès concernant les meurtres de Kenzo (2 ans) et de David (8 ans), nous prouvent que le silence tue encore. Une nouvelle fois, l’entourage des petites victimes avait connaissance des maltraitances répétées, mais n’a pas alerté. Pourquoi ce silence ? Beaucoup invoquent la crainte de se tromper. D’autres considèrent que l’éducation des enfants est de la seule responsabilité des parents. Certains n’ont simplement pas su vers quelles institutions se tourner» explique-t-elle.

    «Alors comment vaincre ce silence meurtrier ?  En sensibilisant le grand public, tout d’abord, via les réseaux sociaux et les médias. Mettre en avant l’existence d’équipes de femmes et d’hommes, à leur écoute, pour protéger chaque enfant potentiellement victime. Le premier confinement nous a prouvé l’efficacité de cette sensibilisation : grâce aux campagnes d’information du gouvernement et des associations, les citoyens ont pris conscience du rôle qu’ils avaient à jouer. La part des voisins dans les appels reçus par L’Enfant Bleu durant cette période est passée de 2 à 16 %. Rappelons que notre association a créé le site alertersauver.org, qui permet à chacun de s’informer sur la maltraitance des enfants et d’identifier les interlocuteurs auxquels s’adresser en cas de doute. Les divers professionnels exerçant auprès des enfants ont également un rôle décisif. Pour cela, il est essentiel qu’ils soient formés aux repérages des signes de la maltraitance infantile et au recueil de la parole de l’enfant. Mais aussi qu’ils soient informés et accompagnés pour donner l’alerte. Enfin, s’agissant des petites victimes, il nous faut développer la prévention en milieu scolaire. Une action qui fait ses preuves et qui se doit d’être déployée dans tous les établissements, comme le recommande le code de l’Éducation (Article L542-3). L’objectif de ces interventions est notamment d’aider les enfants à connaître leurs droits et à identifier les adultes protecteurs. Chaque famille doit pouvoir élever ses enfants selon ses valeurs et ses croyances dans le respect des droits de l’enfant et des lois de la République. Nous devons néanmoins tous nous sentir concernés et responsables. Il est de notre devoir d’alerter, dès la moindre suspicion, pour sauver un enfant en danger. Le silence tue ou blesse à jamais» conclue Isabelle Debré

  • SOLIDARITE A VANVES DURANT LE CONFINEMENT : « Veillons les uns sur les autres »

    A L’occasion de ce nouveau confinement, de nombreuses initiatives ont été prises en matière de solidarité pour venir en aide notamment aux personnes agées, isolées, handicapées, fragiles. Ainsi, la mairie a réactivé le Réseau municipal de solidarité (RMS) qui avait rassemblée jusqu’à 170 Bénévoles entre Mars et Juin 2020, sous l’égide du CCAS (Centre Communal d’acton sociale), dont beaucoup avaient continué à aider ces personnes lors du reconfinement et pendant les vacances d’été, en n‘ayant pasdu tout coupé les relations.  Rappelons que sa mission essentielle est le maintien du lien grâce aux appels téléphoniques réguliers passés aux personnes âgées et/ou isolées afin de sonder leurs besoins et ainsi mieux y répondre. Ensuite la réalisation de différents services quotidiens (courses alimentaires, pharmaceutiques…). Ensuite, le soutien aux associations de solidarité comme le Secours Catholique, le Réseau Voisin-Age, les Petits Fréres des Pauvres. La Ville précise que « le RMS a ainsi permis de distribuer des produits de première nécessité à 80 personnes bénéficiant d’une aide sociale et traditionnellement suivies par des associations caritatives qui ne pouvaient plus assurer leur mission du fait du confinement. Il a également été actif en matière de livraison de courses alimentaires à domicile, à la demande de personnes âgées. Au printemps dernier, ce sont près de 160 familles qui ont bénéficié des services proposés par le RMS» 

    Les paroisses de Vanves sont aussi très présentes : «Notre défi de ce reconfinement, c’est de proposer une rencontre nouvelle entre d’une part, ceux qui ont un peu de temps à mettre au service des autres, et d’autre part, ceux qui, tout simplement, ont besoin d’un peu d’aide» indiquait le pére curé Bertrand Auville dans l’un de ses apéritif Zoom relayant l’appel de Clémentine Lubin, adjointe en pastorale,  dans le Sel et Lumière du 7 Novembre qui appelait « à nous sur-veiller, c’est-à-dire veiller les uns sur les autres. De s’occuper des autres, de ne pas nous endormir tranquillement dans notre confort personnel. Veillons sur nos fréres, nos voisins, nos parents, nos amis, les uns sur les autres. Repérons les discrets qui ne se signalent pas. Veillons sur sur par un coup de fil régulier, un geste d’affection, un service, tout est envisageable si l’on respecte les régles sanitaires de façon très stricte et intelligente. C’est l’une des grandes différences avec le précédent confinement. Nous pouvons veiller les uns sur les autres, donc faisons-le ».