Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

expograph vanves

  • UN DERNIER CONSEIL MUNICIPAL DE MANDATURE A VANVES ETONNANT

    Le conseil municipal de Mercredi soir était clairsemé, mais le quorum aurait été atteint grâce aux pouvoirs, à cause des absents pour raisons professionnels, d’autres pour des raisons politiques, ne voulant pas cautionner le vote d’un budget 2020, avant l'élection et parce qu’ils ont quitté l’équipe municipale sortante. Même côté public, l’assistance était clairsemée comme pour un conseil municipal normal. Mais chose étonnante, cinq élus sont sortis de la salle Henri Darien au moment du vote du budget : Gabriel Attal et Jean Cyril Le Goff, avec Marie France Mugnier, Françoise Saimpert, Philippe Thieffine et Antoinette Girondo.

    «Nous avons eu l’occasion d’échanger sur les budgets. Il nous semblait préférable d’attendre que l’élection soit passée, d’autant plus que des délais supplémentaires, ont été accordés aux collectivités locales pour le faire (20 Avril). Certains collégues ont fait le choix de ne pas venir ! Nous sommes là, et nous ne participerons pas au vote ! » a indiqué Gabriel Attal. «Il est arrivé de le voter avant, puis après. On ne va pas chercher midi à quatorze heures ! » a répondu Bernard Gauducheau en expliquant qu'il n'est pas possible de faire NPPV. «Rien n’empêche de faire NPPV car dans le Règlement Intérieur,  ce n’est pas inscrit noir sur blanc ! » a ajouté Jean Cyril Le Goff. « Mais la loi l’interdit » a argué le maire. Du coup, ils sont sortis de la salle.

    La présentation du budget avait été rapide, du fait que le débat d’orientation budgétaire avait permis à chacun de s’exprimer, le maire ayant insisté sur les 13 M€ consacré à l’investissement et les 1,048 M€ de subvention aux associations, tout en affirmant « qu’on a souhaité que ce budget laisse toute latitude pour la nouvelle équipe qui sera élu, de mettre en place des décisions modificatives »,  en faisant remarquer que « notre commune est dans une pafaite situation financière » et en rappelant qu’en 6 ans, 40 M€ ont été consacré à l’embellissement de Vanves et 15 M€ par GPSO pour les espaces verts.

     Pour la première fois, les subventions aux associations ont fait l’objet d’un véritable débat  grâce à des questions de Valérie Mathey (PS) sur des augmentations de subventions à certaines associations,  notamment au Challenger Club, avec Gabriel Attal (LREM), la première faisant remarquer qu’il y aurait peut être conflit d’intérêt dans la mesure où sa présidente est candidate sur une liste, et le second qu’il n’y avait pas intérêt à augmenter sa subvention pour financer des coktails à l’hôtel Mercure. Ce qu’a réfuté tout d’abord Sandrine Bourg (UDI) maire adjointe en expliquant que le Challenger club organise des événements autour de l’entrepreunariat et que c’est pour leur permettre de le faire gratuitement. Et le maire sortant en faisant remarquer que sa présidente n’est pas encore élue. «Cela n’empêche d’octroyer une subvention à cette association dynamique, qui fait un travail remarquable pour les entreprises, favorisant les échanges entre chefs d’entreprises ! » a argumenté Bernard Gauducheau. «C’est pour payer des buffets ouverts que vous augmentez la subvention » a répliqué Gabriel Attal. « Les observateurs et les commentateurs ne font rien pour Vanves. 3000 € ce n’est rien ! » a ajouté le maire sortant qui n’en avait pas mois donné quelques éclaircissements sur d’autres associations : La LICRA bénéficie d’une subvention cette année alors qu’elle n’en avait pas eu en 2019 parce que la demande n’avait pas été faite dans les temps, réfutant le terme de « refus ». La Paroisse Saint Luc, c’est pour l’aider à mener des travaux de rénovation de ses locaux. Pour Expograph Vanves, qui bénéficie de 10 000€ pour la première fois, c’est pour mener à bien son centre de formation au football féminin.

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    DEFAITE : Fin de série pour Expograph : Défaite 0/4 à domicile contre metro. Sans bavure. Onze joueurs sur le terrain mais pas d’équipe aujourd’hui. De quoi inquiéter.Rien de plus à signaler » commentait briévément Jean Royer après ce match samedi.

    LIBRES : Isabelle Debré a eu l’occasion de rappeler à Valérie Pécresse que son mouvement se dénomme «libres» lorsque la présidente de Région d’Ile de France, qu’elle connait bien, lui a reproché de ne pas soutenir le maire de Vanves qui fait parti de sa majorité au conseil régional. Elle lui a indiqué que beaucoup de ses adhérents à Vanves soutenaient la candidate d’en Marche

    TRACTAGE : "La campagne s'est toujours bien passée à Vanves. Elle se déroule à un niveau acceptable. Que chacun garde raison et une certaine de vue" a souhaité le maire de Vanves hier soir au conseil municipal, qui va écrire à toutes les têtes de listes pour leur demander d'éviter les opérations de tractages aux abords des écoles et des créches. "Je proposerai d'épargner tous ces bâtiments publiques à tous les candidats"

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    DERNIER BANQUET DES SENIORS DE LA MANDATURE

    Plus de 850 vanvéens ont participé au banquet du nouvel an des seniors au restaurant les Esselière à Villejuif, dimanche. Dernier. Tout le monde étaient là, Bernard Gauducheau qui a accueilli à l’entrée tous les incvités, ce qui lui a évité de faire le traditionnel tour de table, les élus au CCAS, le ministre Gabriel Attal et Isabelle Debré, vice présidente du Conseil Déparemental qui ont fait le tour des tables, durant le déjeuner, après un discours relativement cours du maire de Vanves. Il a exprimé la gratitude de la ville pour l’investissement des seniors dans le bénévolat, la vie locale et l’aide aux familles. Cet investissement créé du lien entre les habitants et les générations, et participe à la qualité de vie à Vanves. Les seniors ont alors pu commencer à déjeuner. Au menu : L’apéritif, une sangria blanche  accompagné d’une bouchée feuilleté de crevette, un feuilleté saucisse de volailles e moutarde, un cromesquis de coyrgette. En entrée, une Rosace feuilleté de poisson fumé émulsion d’avocat, œuf de caille, servi avec un Sauvignon. En plat, un veau fondant cuit longuement, jus de veau au porto, polenta dorée gratin de carotte et brocolis servi avec un Saumur Champigny,  suivi d’une assiette de sa salade et sa trilogie de fromages (Saint nectaire, Brie, Chévre cendré). En Dessert : Un chou frambroise, Royal croustillant tout chocolat ile de Sud, coulisde fruits rouge et coulis de pistache servie avec une flute de Vouvray. A moins de 10 semaines des municipales, l’ambiance était républicaine, sans tourner au pugilat comme ce fut le cas à Colombes comme l’a raconté hier le Parisien, mais une tension était palpable entre certains élus.  

    VANVES 32e DES HAUTS DE SEINE OU IL FAIT BON VIVRE

    Plusieurs communes franciliennes dont six des Hauts de Seine apparaissent dans le haut du classement national (top 50) établi par l'association Villes et villages où il fait bon vivre en se basant sur 182 critères officiels fournis par l’Insee, divisés en huit critères (éducation, commerces et services, santé, sports et loisirs, solidarité, qualité de vie, transports) qui ont été utilisés. Courbevoie (33e) et Levallois-Perret (34e) sont les deux premières villes de la région parisienne qui apparaissent dans le op 50 devant Clichy (36e),  Boulogne (38e), Nanterre (40e), , Asnières((47e) et Paris (55e) pour les villes de plus de 2000 habitants, la première étant Annecy. Vanves se classe à la 306e place au niveau national, ce qui n’est pas mal, mais à la 32e place sur 36 dans les Hauts de Seine, ce qui est préoccupant

    EXPOGRAPH VANVES: TOUJOURS INVAINCU

    «Il faut positiver et pourtant, le corps arbitral a fait le maximum pour nous mettre en échec en sifflant un penalty imaginaire à la dernière seconde du match entre Air France Roissy et Expograph. Les joueurs des 2 équipes se sont arrêtés en se demandant ce qui se passait..! Seul Monsieur l’arbitre avait vu l’impossible ! À ce moment là Expograpg menait 2/1 et tenait une autre victoire à l’extérieur. Il reste 10 secondes. Tir,but. 2/2. Et il faut dire malgré tout merci... Sans autres commentaires.Nos adversaires sont bien heureux du match nul(dixit le président d’Air France)» selon les commentaires de Jean Royer