Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conseil Municipal

  • LE CONSEIL MUNICIPAL DU 11 DECEMBRE EN BREF

    LYCEE MICHELET : Equipements sportifs

    Deux délibérations ont été votée par le conseil municipal après une présentation du projet de rénovation des équipements sportifs extérieures par le maire comme il l’avait fait à chaque réunion publique de quartier et que le Blog a déjà présenté ; Il a avalisé la convention financiére entre la ville, le Conseil Régional et le Conseil départemental qui finance chacun à 30% les travaux, soit 1 931 375 € pour Vanves. Ainsi que la convention d’utilisation de ses terrains à titre gracieux en dehors du temps scolaire, en fin de journée à partir de 18H, le week-end à partir de 13H30, et lors des vacances. « la ville double ainsi ses surfaces sportives et le temps d’utilisation des équipements sportifs ! » a indiqué Bernard Gauducheau (UDI). «C’est bien d’augmenter le nombre d’équipements sportifs. L’accés au parc du lycée , très difficile, est un vieix serpent de mer. Pourquoi ce choix ? » a demandé Boris Amoroze (FG/PC). « Grâce à un travail de concertation entre les responsables et entraîneurs sportifs de la ville et du lycée. Ce sont des terrains d’entraînement, pas de compétition ! » a précisé le maire 

    PARC DES EXPOSITIONS : 3éme tranche

    Le Conseil municipal a donné son avis (positif) à  la 3e tranche du projet de remodernisation du parc des expositions menée par Viparis, la seconde ayant pris fin avec l’inauguration du nouveau pavillon 6 à la mi Novembre et l’ouverture en décembre des deux hôtels mama Shelter et Novotel du côté de la porte de la Plaine. Là, il s’agit de la reconstruction des halls 2 et 3, avec le réaménagement des abords vanvéens du parc, avec 1400 m2 d’espaces à le long des rues Jullien/Marcel Yoll avec une aire de jeux, et  à l’angle une petite place agrémenté d’un commerce de 200 m2,  la restructuration du parking et de la porte rue Marcel Yol  pour créer un accès aux commerces du plateau. «On peut regretter  que tous les documents accompagnant ce permis de construire, assez lourd (4000 pages) nous ait été communiqué tardivement pour pouvoir les consulter » a déclaré Jean Cyril Le Goff (LREM). Une enquête publique devrait être organisé dans l’année 2020

    RESTAURATION MUNICIPAL : Débat

    A l’occasion des rapports annuels des délégataires de services publics, un débat s’est déroulé sur la restauration scolaire réalisé par la société Elior dont la concession doit être renouvelé en Aout 2020. Boris Amoroz (FG./C)  a souhaité savoir comment prendre connaissance de l’origine des produits, comment Elior faisait face aux incidents pour préserver  la qualité des produits etc… auquel Xavière Martin, adjointe au Maire (Ecoles) a tenté de répondre. Mais le débat a vite tourné sur le maintien ou non d’un service externalisé comme c’est le cas depuis 1993/94. «La ville s’est prononcé pour le maintie, et a fixé de nouvelles missions et modalités de prestations dont 30% de produits bio au lieu de 20%» a-t-elle précisée. «On peut se poser la question, à l’occasion du renouvellement de la concession, alors que des mairies re-municipalisent leur restauration scolaire et la mutualise avec d’autres villes» s’est interrogé Jean Cyril Le Goff (LREM) en notant que pour un renouvellement, le choix s’effectue actuellement entredeux grands acteurs. «Chacun est libre de choisir son système. J’ai connu les deux types de restauration (liaison chaude avec cuisine centrale et liaison froide avec un délégataire). C’est sans commune mesure, au niveau sécurité, hygiéne. Ceux qui ont choisi le système intégré peuvent s’attendre à quelques surprises. Il faut vraiment être courageux pour imaginer un autre service sécurisé sur le plan hygiéne en servant plusieurs centaines de repas par jour» a constaté Bernard Gauducheau (UDI). La liaison froide est une sécurité tant pour les parents que pour les élus expliquent les maires qui servent des centaines de repas par jour

  • CONSEIL MUNICIPAL A VANVES DANS UN CONTEXTE DE GREVE

    Le dernier conseil municipal de l'année s'est déroulé dans un contexte de gréve et de période pré-électorale intense. Même si la préoccupation des vanvéens ne soit pas pour l’instant les municipales, mais plutôt comment rejoindre leur lieu de travail lorsqu’ils n’ont pas leur activité sur place ou pas loin, avec leurs deux lignes de métro fermées (12 et 13), des bus archi-bondés lorsqu’ils peuvent circuler et ne sont pas bloqués par des piquets de gréve à leur dépôt, un train sur 5 sur la ligne transilien Paris Montparnasse. Parce si le 5 décembre, ils avaient pris leur précaution, avec RTT, télétravail, lundi, il a bien fallu retourner au boulot. Une journée des records avec 631 Km de bouchons à 9H – loin des 739 km enregistré un 6 Février 2018 lors du fameux épisode neigeux – avec une hausse de 8% du nombre de véhicules qui se traduisent à Vanves avec un axe Bleuzen-Marcheron-Larmeroux et un CD 50 sur-saturés notamment le soir, comme les circuits malins dans les quartiers du parc des Expositions (Moulin- Marcel Yol-4 Septembre ou G. d’Estrée) ou du parc F.Pic  (V.Jacquet-Place Kennedy-Vieille Forge-Louis Dardenne avec une variante V.Jacquet-Place Kennedy-Falret). Le lycée Michelet (sur la photo) a connu quelques tensions les jours de manifestations les 5 et 10 Décembre, des lycéens ayant voulu bloquer l’établissement avant de rejoindre les manifestants à Paris, la police ayant dû intervenir, en tenue de roboccop, pour assurer la sécurité, bloquant la rue Jullien.    

    Beaucoup de vanvéens avaient pris leurs précautions en début de semaine  : Les uns avec leur voiture, les radios ou les chaînes ayant parlé de raffienrie bloquée (sans préciser que c’était dans l’ouest de la France) ont emé la panique, les stations services de la rue J. BLeuzen ou de l’avenue du Général de Gaulle étant sur-bookées lundi et mardi dernier. La pratique vélo a battue des records, la mairie de Paris ayant recensé que le trafic sur ses pistes cyclables avait progressé de 96% par rapport à la semaine précédente. La Région communiquait pendant ce temps là sur les solutions alternatives mis en place grâce à son service de location vélo véligo en offrant le mois de décembre gratuit etc…

    Sa présidente annonçait hier matin sur RTL la mise de place de 220 bus et cars privés affrétés auprès de 7 compagnies privées de bus (Keolis, Transdev, RATPDev ou encore SAVAC) pour proposer 25.000 places chaque jour notamment aux franciliens habitant la grande couronne qui sont le plus touché par ce mouvement de gréve  «En réalité ce que nous faisons, c'est qu'à des endroits où il n'y a plus du tout de service, on en remet. On est vraiment en train d'apporter le service  minimum qui n'est pas fait. On fait une mission de service public» expliquait-elle sur RTL en ne perdant pas de vue de demander des comptes à la SNCF et à la RATP, en insistant de nouveau sur un dédommagement des usagers qui sont impactés par le grève : «J'ai demandé à la SNCF et à la RATP de prendre l'engagement de rembourser partout où le service minimum n'aura pas été fait. On fera les comptes à la fin de la grève. Mon exigence sera qu'on rembourse les voyageurs parce que c'est la 2e grève en un an. C'est extrêmement pénalisant notamment pour ceux qui habitent très loin. Je souhaite un remboursement du passe Navigo partout où le service n'a pas été effectué» expliquait elle soutenue par l’ensemble de la majorité municipale dont fait partie le maire de Vanves qui siége à la Région et à Ile de France Mobilité, haute autorité des transports de la région capitale

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    BAS RELIEF : La Ville a demandée une subvention à la DRAC (Direction Régionale des affaires culturelles) Ile de France pour la restauration d’un bas relief du XVIe soécle en albâtre, provenant de l’église Saint Remy. IL représente le «baiser de Judas et le Christ au prétoire» classé monument historique au titre des objets le 30 Juillet 1971, car c’est un élément remarquable de la sculpture de la Renaissance. Cette œuvre, très endommagé, est conservée aux Archives Municipales. La ville a souhaitée le restaurer sur les conseils du conservateur régional des monuments historiques  et de le sceller dans un mur du chœur de l’église Saint Remy afin de le mettre en valeur tout en le protégeant

    34 RUE DE L’AVENIR : Le Conseil Municipal du 9 Octobre a décidé de vendre une réserve fonciére après avoir acquis cette parcelle de la rue de l’avenir pour réaliser une aire de stationemùent où se trouve deux petits pavillons édifiés en 1923, dans un état plutôt médiocre. « On avait trouvé un projet intéressant après quelques années de tergiversations. On avait sollicité plusiers bailleurs dont Toit et Joie qui a abandonné vu la situation de ce terrain. On a cherché à le vendre à un promoteur au lieu de faire nous même l’opération» a indiqué le maire en répondant à Boris Amoroz (FG/PC) qui ne comprenait pas pourquoi on ne faisait pas du logement social alors que la ville ne respecte pas la loi SRU. «Ce promoteur, Marignan Pierre 2000 construira 2 pavillons  et la ville récupérera 100 000 € »a t-il indiqué