Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ratp

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    MINISTRES FRANCILIENS

    Gabriel Attal qui a été reconduit au ministére des comptes publics comme d’autres membres du gouvernement  considérés comme « des ministres de poids » se sont vus conforter dans leurs précédentes missions : Bruno Le Maire (Economie/finances), Gérard Darmanin (Intérieur), Eric Dupontd-Moretti (Justice). De surcroît, il est l’une 13  personnalités politiques franciliennes, à faire parti du second gouvernement piloté par Elisabeth Borne  parmi ses 41 ministres. Parmi ses franciliens : Agnès Pannier-Runacher  au ministère de la Transition Énergétique. Stanislas Guérini, député de la troisième circonscription de Paris au Ministère de la Transformation de la Fonction Publique,  Amélie Oudéa-Castéra, aux Sports,  Franck Riester,  député de la cinquième circonscription de Seine-et-Marne, aux relations avec le Parlement, Olivia Grégoire, députée de la 12ème circonscription de Paris aux petites et moyennes entreprises, Clément Beaune, député de la septième circonscription de Paris, aux Transports, et la parisienne Marléne Schiappa à l’ESS.

    Parmi les nouveaux : : P Pap Ndiaye ministre de l'Éducation nationale, Olivier Klein, ancien maire de Clichy-sous-Bois, chargé de la Ville et du logement, l'économiste Laurence Boone, secrétaire d'Etat chargée de l'Europe, Jean-Noël Barrot, député des Yvelines,  Ministre délégué au Numérique et Jean François Carenco, ancien préfet d’Ile de France au ministère des Outre-mer.

    PLAINTE AU COMMISSARIAT

    C’est rare pour être relevé, mais c’est au commissariat de Vanves que Sophie Tissier, l'ancienne figure des Gilets-Jaunes a porté plainte lundi dernier  contre le président LFI de la commission des finances, Éric Coquerel. Lorsque l’actualité nationale rattrape Vanves…qui s’en saurait bien passer.  Elle l'accuse en 2014 «d'agressions sexuelles  lors d'une soirée du parti de gauche. Des informations fermement démenties par Éric Coquerel. Elle l’accuse d'avoir été, particulièrement insistant et d'avoir eu les mains «baladeuses ». Elle explique qu'il ne s'agissait pas d'une agression sexuelle, bizarre puisqu’elle l’accused’un tel acte,  et dit surtout vouloir qu'Éric Coquerel reconnaisse les faits qu'elle lui reproche. Lui se défend de tout geste déplacé et reconnaît tout juste un flirt avec cette militante. IL n'exclut pas de porter plainte en diffamation. Il s'est justifié dans une tribune parue dimanche dans le Journal du Dimanche. «Je n'ai jamais exercé une violence ou une contrainte physique ou psychique pour obtenir un rapport» affirme l'élu de Seine-Saint-Denis.

    RETOUR DE LA VENTE DES TICKETS DANS LES BUS

    Avez -vous remarqué que depuis lundi, si l’on emprunte les bus de la RATP qui circulent à Vanves, on peut,  de nouveau, acheter un ticket à l’unité.  L’installation des parois de protection pour les chauffeurs de bus pendant la crise sanitaire et leur maintien, avaient empêché l’achat de tickets papier à bord des bus par les usagers occasionnels et les touristes. Mais voilà, cette suspension a générée une lourde perte financière évaluée à 5M€ pour la RATP. Ile de France Mobilités, haute autorité des transports francilienne, avait demandé à plusieurs reprises, le retour de la vente des tickets à bord des bus, ainsi que l'ouverture des deux portes, pour un meilleur confort des passagers, auquel s’était opposé la CGT RATP pendant un an, sucitant même une gréve. La RATP indique que «la vente physique de tickets à bord reste très limitée», et rappelle avoir développé et fait une campagne d’information  pour le paiement dématérialisé par SMS. .D’ailleurs cette avancée est inéluctable car le paiement «dématérialisé» par SMS  permet aux usagers d'être directement débités sur leur forfait téléphonique. Ils pourront aussi prochainement acheter et charger des tickets dématérialisés sur leur passe Navigo Easy avec leur smartphone

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    HORAIRES BUS

    Grâce à une question posée par un élu de la majorité municipale au dernier conseil municipal, les vanvéens ont eu un début de réponse sur le fait que, depuis le déploiement des nouveaux abribus sur le territoire de GPSO, ces derniers sont dépourvus d’affichage dynamique indiquant le temps d’attente des bus. Outil précieux pour tous les usagers, en particulier pour ceux qui ne maitrisent pas les applications mobiles de la RATP ou d’Ile-de-France mobilités, l’absence de cet affichage cause de nombreux désagréments aux voyageurs. «A cet effet, GPSO a contacté les transporteurs au début de l’année 2020, puis en2021 pour les informer du calendrier des opérations de JCDecaux. L’objectif était de coordonner la dépose et la repose des informations voyageurs avec celle des abris pour assurer une continuité. Etant donné qu’il s’agit d’une opération de grande ampleur (environ 280 abris installés), la RATP s’est rapprochée d’Ile-de-France Mobilités, son donneur d’ordres, pour valider le principe et obtenir un financement des opérations (dépose de l’existant, fourniture de poteaux provisoires, repose après travaux). En parallèle, Ile-de-France Mobilités a souhaité profiter de cette opération pour déployer une nouvelle charte graphique, ce qui a engendré un délai et des coûts supplémentaires pour la RATP. Entre temps, le remplacement des abris voyageurs a été effectué par JCDecaux, l’information voyageurs ayant d’abord migré sur poteau provisoire, puis réintégré sous abri de manière provisoire (à l’exception des bornes d’information voyageur). Nous avons appris lundi dernier  (20 Mars) qu’Ile-de-France Mobilités a finalement validé l’ensemble de l’opération auprès de la RATP. Nous serons donc prochainement destinataires d’un planning d’intervention de la RATP pour la repose définitive de la nouvelle charte graphique mais aussi et surtout de la repose définitive des bornes d’information voyageur, tant attendues » a indiqué Bernard Roche.

    UN REPUBLICAIN VANVEEN DEPITE

    A moins de 4 Jours d’un nouveau meeting de Valérie Pécresse à côté de Vanves dimanche au parc des Expositions, où elle tentera de «laver l’affront » selon les mots de Geoffroy Didier, son directeur de la communication, « du Zénith raté à partir duquel tout s’est enrayé », un militant LR a fait état de sa déception sur les prestations de lacandidate LR à la TV, où elle excelle mieux, parait il que sur le terrain ou les meetings : «A trop parler du Président, elle en fait la campagne. A trop parler d’immigration, elle fait la campagne du RN et de Monsieur Z.   A ne pas parler de soi et de son programme, on montre ses lacunes, son trop peu de soutien, son absence de charisme. Que Valérie Pécresse se rassure, «les français ne se laisseront pas voler cette élection», en tout cas certainement pas par elle. Quand on est très loin du niveau, on accuse les autres de plagiat. On y est ! Sa déception est lisible, la défaite est criante. Son absence de programme est éloquente, ses changements de direction et d’idées sont quasi quotidiens. Une girouette. Un poulet sans tête en fait. Tout cela pour 10% tout au mieux. Il lui reste 2 semaines pour rendre les clés des LR. Vivement que cela se termine pour un parti qu’elle va laisser en lambeau. Elle ne laissera aucune trace. Les plus modérés, comme moi, voteront Macron. Les plus engagés, enragés, déçus, trompés, sont déjà chez Zemmour»

    UN GATEAU A DEFAUT D’UN BANQUET

    Grâce à l’ouverture d’un nouveau magasin de produits italien fort apprécié des vanvéens, rue Louis Blanc, Il vicoletto by Amervino,  la ville de Vanves a eu l’idée d’offir une spécialité italienne aux ainés de Vanves, à défaut des banquets du noyel an supprimé en 2021 et en 2022 à cause du confinement provoqué par la rise sanitaire, Ils auront droit au gâteau « colombia »

  • VANVES A ECHAPPE A LA PARALYSIE, MAIS PAS AU GALERE DES TRANSPORTS

    Les  vanvéens comme les franciliens ont été confrontés vendredi à une grève de la RATP pour les salaires, la première massive depuis le début de la pandémie, mais Paris n'a pas été paralysée dans la matinée, malgré des bouchons importants sur les routes franciliennes.

    La direction de la RATP a compté vendredi matin «moins d'un quart de grévistes dans l'entreprise, très concentrés sur les métiers de la conduite». Les usagers franciliens ont dû s'adapter, mais ont paru en mesure d'éviter les galères, grâce à la marche, un changement de mode de transport (vélo, trottinette...), ou d'itinéraires…jusqu’au télétravail recommandée tant par la RATP que par Ile de France Mobilités et le ministre des transports Djebbari. Cette option a visiblement été suivie par nombre de Franciliens. Ce qui a permis à ceux qui devaient vraiment se déplacer de respirer un peu.  Les vanvéens usagers de la ligne 12 qui devait être totalement fermées, ont eu de la chance, car elle était finalement en partie ouvertes. Mais les RER, tramways et autobus ont été aussi perturbés. La situation gardait un arrière-goût de la dernière grande grève d'ampleur contre la réforme des retraites, fin 2019, juste avant la pandémie et l'entrée massive du télétravail dans la vie des salariés.

    «Aujourd'hui, c'est plus de 5 millions de voyageurs qui sont pris en otage, des commerces et des services désertés. Attention à ce que la capitale ne finisse par être perçue comme une ville où il est de plus en plus difficile de vivre, de travailler et de se déplacer en toute liberté», s'est plaint Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME Paris Ile de France qui regrettait la grève massive du 18 février à la RATP, un mouvement social qui pénalise lourdement les chefs de TPE-PME, leurs collaborateurs, leurs fournisseurs et leurs clients à Paris et en ile de France, alors que les TPE-PME ne peuvent s’offrir le luxe d’un nouveau «stop and go» : «La grève massive à la RATP est d’autant plus nuisible qu’elle est particulièrement antisolidaire et inopportune. Une grève antisolidaire car décidée par une seule catégorie de travailleurs pour une seule catégorie de travailleurs, aux dépens de tous les autres Franciliens, qu’il s’agisse des travailleurs, qui ne peuvent pas tous télétravailler, ou des vacanciers, au premier jour de leurs vacances d’hiver et d’éventuels départs. Une grève inopportune car décidée à peine les restrictions sanitaires levées, alors que l’économie francilienne repart moins vite que les autres régions en raison de sa spécialisation économiques dans des secteurs qui peinent à sortir de la crise (tourisme international, culture, événementiel) et après que les acteurs économiques franciliens ont déjà subi les externalités négatives des gilets jaunes, des grèves dans les transports de 2019-2020 et de deux années de crise sanitaire».

    «Il y a une forme de grève réflexe que, moi, je ne comprends pas» a pour sa part réagi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, sur BFMTV et RMC, qui  a déploré le timing de la grève, au moment où les Français «aspirent à partir en vacances » et peuvent « retourner sur leur lieu de travail » Aux grévistes qui disent ne pas être entendus par la direction sur les salaires, il a fait valoir qu'« il y a un dialogue social » et que « des choses ont été mises sur la table par la SNCF et la RATP », avec des mesures fortes pour les salaires.  Il a fait valoir «qu'une augmentation des salaires en moyenne de 2,7 % (en 2022 comme proposé par la direction de la RATP), c’est supérieur à ce que constatent beaucoup des Français sur leurs fiches de paie», et qu'« une partie importante des salariés auront une augmentation supérieure à ça, parce qu’ils ont de l’ancienneté ou des fonctions plus exposées» a fait remarquer cet élu vanvéen.