Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ratp

  • REUNIONS PUBLIQUES QUARTIER DE VANVES : LA NOUVELE LIGNE DE BUS 59 N’ENTRAINERA T-ELLE PAS LA SUPPRESSION DE LA NAVETTE ?

    Lors des deux réunions publiques de quartier du Plateau (19 Novembre), et des Hauts de Vanves (29 Novelbre), comme bientôt à celle du 10 Décembre pour le Centre Ancien-Saint Remy, il a été question de la future ligne de bus 59 de la RATP. Il s’agit de l’une des 4 nouvelles lignes mise en place suite à la concertation pour la refonte du réseau de bus parisien «Grand Paris des Bus».

    Cette ligne, qui sera mise en circulation en 2019  et non fin 2018 Comme prévue initialement, permettra de relier non pas l’Hôpital Percy de Clamart comme prévue au départ, mais la gare de Clamart à la Place d’Italie, en desservant notamment sur Vanves depuis la Gare de Clamart plusieurs arrêts à Vanves : Av de la Paix, Stade, Rue de Chatillon, Commissariat,/Diderot, Place de l’Insurecton, Maine Anjou./Métro, Porte Brançion sur cet axe Général de Gaulle-Ave de la Paix, Larmeroux, Rymond Marcheron, Jean Bleuzen. Il filera ensuite vers la Porte de Vanves, les places de Catalogne et Denfert-Rochereau en passant par le 14éme arrondissement pour aller jusqu’à porte d’Iralie dans le 13éme.


    C’est une petite révolution car le réseau de bus francilien, qui n’avait pas été modifié depuis 70 ans, s’enrichit de nouvelles offres, avec notamment cette ligne qui répond à une demande faite depuis longtemps à Vanves d’avoir un bus qui relie le Clos Montholon au centre ville et surtout au métro, comme l’a expliqué le maire de Vanves lors de ses réunions. «Au fil du temps, on analysera les comportements pour évoluer» a indiqué Bernard Gauducheau qui a fait état de débats dans le
    14éme arrondissement sur une boucle considérée comme inutile arrondissement, tout en reconnaissant que les bus représentent une alternative à la voiture individuelle et constituent, plus encore que le métro, un mode de transport en commun accessible, notamment pour les personnes à mobilité réduite. En outre, les lignes seront progressivement équipées des bus électriques et hybrides de la RATP. En conséquence, le matériel roulant n’émettra à terme ni pollution, ni nuisances sonores.

    D’ailleurs, Vanves, en ce domaine est gâtée avec cinq lignes de bus pour rejoindre Paris, Saint-Cloud, Clamart ou Bagneux, avec les lignes 58, 89,126, 189, 391 et en 2019 une siziéme : La 59. Seule inquiétude exprimée par des vanvéens : Est-ce qu’elle n’entrainera la disparition de la Navette ? D’autant plus que sa fréquentation est en baisse tout simplement parce qu’elle est devenue payante alors qu’à sa création, elle était gratuite

  • HAUTS DE VANVES : LES RESIDENTS DE NIWA EMMENAGENT ET LA RUE A BRIAND BIENTOT EN RENOVATION

    Il a été beaucoup questions de chantiers menés par GPSO, la ville, la Société du Grand Paris (Gare du Fort d’Issy/Vanves/Clamart), la RATP (pour la ligne 59), par cet investisseur vanvéen pour ouvrir un restaurant italien dans ce petit pavillon coincée entre l’école Larmeroux, et le parc F.Pic sur lesquels reviendra le Blog bien sûr, avec aussi ses dossiers qui traînent à cause du nombre d’intervenants à décider, comme le mur anti bruit prévu pour protéger les riverains de la ligne SNCF, ou la rénovation de la rue de l’Avenir à cause de  5 à 8 copropriétaires qui n’ont pas signés les documents qui permettraient de déclasser cette voie privé. Sans parler des propriétaires de chiens indélicats, des passerelles de la SNCF quelque peu vétustes et mal entretenues, etc….

    Mais finalement, c’est la rue Aristide Briand qui a retenu l’attention, notamment dans sa section entre René Coche et Diderot avec cette résidence NIWA (Bouygues Immobilier) qui devrait commencer à accueillir ses premiers habitants à partir du 5 Décembre. La ville avec GPSO a prévu une requalification de cette partie de la rue, sans remettre en question le sens interdit, ni son sens actuel, qui évitera finalement un circuit malin d’avant chantier. 400 000 € sera consacré à sa rénovation qui concernera l’éclairage,  la végétalisation avec des arbres (19) côté résidence, des jardinières côté créche et maison de retraites, car une canalisation de gaz souterraine empêche d’en planter, la chaussée avec plateau surélevé aux passages piétons, trottoirs en enrobé rouge avec une piste cyclable, des places de stationnement préservées et un dépose-minute. «Lorsque le chantier NIWA a été lancé, on a changé le sens interdit pour protéger l’acèés à la créche. On attendu la fin du chantier pour adapter cette voie à la circulation douce, en gardant le sens interdit qui a donné satisfaction » a indiqué Bernard Gauducheau qui considère qu’on est à une époque où l’on commence à prendre conscience de la nécessité de sortir du « tout voitrure », de privilégier les circulations douces comme Vanves l’a fait avec la rue Sadi Carnot, même si beaucoup ont du mal à respecter les zones « 30 » et »20 ». Les travaux de la rue A.Briand sont prévus au printemps 2019

  • VANVES DEVRAIT BENEFICIER DU PLAN B DE LA RATP SUR LA LIGNE 13

    Les vanvéens qui fréquentent la ligne 13 devraient découvrir un dépliant que la RATP distribue ces jours-ci, qui résument les solutions alternatives et les nouveaux services mis en place pour lutter contre sa saturation dans l’attente du prolongement de la ligne 14 au nord

    C’est la 3ème ligne de métro la plus fréquentée d’Ile de France avec 650 000 voyageurs quotidiens qui doit absorber une augmentation continue du trafic (plus de 3% par rapport à 2017).  Cette ligne de 24 km avec deux branches au nord particulièrement denses, voit circuler en heure de pointe, 52 trains en même temps, avec 45 mn d’intervalle entre chacun. La ligne est saturé au Nord à partir de la station Miromesnil, l’installation de la cité Judiciaire à la porte d’Asniéres, de la Région à Mairie de Saint Ouen ne devant rien arranger, le sud n’étant pas (encore saturé). Le rapport est de 60%dans le Nord et 40% dans le sud des 650 000 voyageurs quotidiens. 

    Conscients des difficultés rencontrées par ses voyageurs, la RATP mène un vaste plan d’investissements pour la moderniser : Mise en place du système OURAGAN pleinement opérationnel depuis 2017, un pilotage automatique, en présence d’un conducteur dans la cabine, qui a permis de réduire les intervalles entre les trains, celui-ci pouvant reprendre la main, et veillant surtout au bon déroulement des accès au train dans les stations.  La mise en service d’un retournement automatique des trains au terminus de Châtillon en 2008. La modernisation du Poste de Commandement Centralisé  qui s’est installé à Malakoff en 2007 où une cinquantaine d’agents de maîtrise gèrent la circulation et la régulation des trains, leurs manœuvres aux terminus,  la sonorisation et l’information des voyageurs,  les incidents et les accidents etc… L’installation de portes palières entre les stations Montparnasse et place Clichy en  2012. «Grâce à toutes ces mesures, nous avons amélioré la régularité des trains de 7 points, passant de 90 à 97%  entre 2010 et 2018 !» constatait la pdg de la RATP, hier matin, en visitant ce PCC  avec Valérie Pécresse qui constatait malgré tout que « le ressenti des voyageurs reste souvent négatif, notamment en heure de pointe ». 

    C’est pourquoi, lors de leur de leur visite au poste de commandement de cette ligne, elles ont annoncé un plan B, résumé dans ce tryptique distribué aux voyageurs :La principale est de proposer une information plus précise  qui met en avant des itinéraires alternatifs et de substitution (Bus notamment avec le renfort de la ligne 358 qui dessert le TGI de Paris,  RER C, Ligne L…) en cas d’affluence, avec information voyageurs via le Chatbot Messenger RATP, refonte des messages sonores et visuels à partir du nouveau poste de commandement des stations. D’autres concernent l’améliorer le confort des voyageurs avec le retrait de 10% des strapontins dans les rames pour faciliter les montées/descentes dans les trains, éviter que des voyageurs restent assis en cas de forte affluence, source de conflit, sachant que le taux de remplissage est de116%,  plus d’agents de propreté en heure creuse, le renforcement de la présence dans les stations très fréquentées et sur les quais pour gérer les flux aux heures de pointe et conseiller les voyageurs dans leurs déplacements.