Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ratp

  • VANVES SOUS LE COUVRE FEU A PARTIR DE CE SOIR MINUIT JUSQU’AU 1er DECEMBRE

    Comme attendu, Emmanuel Macron a annoncé Mercredi qu'un couvre-feu serait instauré en IDF et dans 8 métropoles entre 21H et 6H jusqu’au1er décembre, dispositif, dont «on a vu la pertinence en Guyane et en Mayenne». Mais qui rappelle de mauvais souvenirs à nos aînés qui ont vécu l’occupation. «Si pendant six semaines nous tenons ce couvre-feu, nous pensons que nous pourrons progressivement rouvrir !» a-t-il prévenu. Les services de la mairie de Paris et de la préfecture de police ont travaillés dès jeudi sur la mise en oeuvre des mesures annoncées avant une conférence de presse commune d'Anne Hidalgo et Didier Lallement, prévue aujourd’hui en fin de matinée, où ils détailleront l’application de ce couvre feu dans le Grand Paris.  Mais de quoi s’occupe-t-elle n’ont pas manqué de remarquer les maires des Hauts de Seine, à propos de la maire de Paris, par la voix du président de leur association, l’AMF 92, alors qu’ils ont eu réunion avec le préfet du département, hier, pour savoir comment les choses peuvent se mettre en place et surtout quelles sont les exceptions, les dérogations possibles«Les citoyens des villes des départements limitrophes n’ont pas pris part à l’élection municipale parisienne. L’on s’interroge donc bien sur la raison pour laquelle Mme Hidalgo et le préfet de police s’arrogent le droit de parler au nom et pour le compte de ces premières. A quoi servent ces réunions (régulières avec le préfet des Hauts de Seine)  si finalement la décision nous échappe à tous au profit du préfet de police de Paris et de Mme Hidalgo ? Notre légitimité démocratique n’est pas moins grande, ni les capacités des préfets de petite couronne. A la vérité, le temps du mépris de Paris envers sa banlieue n’est en fait toujours pas passé !» expliquait Jacques Kossowski, président de l’AMF 92 et maire de Courbevoie.

    Philippe Laurent son collégue de Sceaux se demandait par exemple si les réunions du conseil municipal, qui ont lieu le soir, comme celui de Vanves hier, pourront se tenir : «Est-ce qu'on va considérer qu'une réunion du conseil municipal, c'est une réunion de travail ? Les réunions du conseil de copropriété, est-ce qu'on va considérer que c'est du travail ? Il y a toute une série de points qu'il faut discuter et mettre au point» indiquait le secrétaire général de l’AMF en prévenant : «Il va y avoir des arrêtés préfectoraux qui vont être pris et je pense qu'il va y avoir des recours concernant les libertés publiques. Surtout avec une heure comme 21h, c'est très tôt dans la journée. On aurait compris un couvre-feu qui commencerait à 22h, voire 23h, car à 21h, ça rend très difficile toute vie sociale et ça rend impossible l'activité des cinémas, des théâtres et de toute la vie culturelle. C'est quelque chose qui me paraît quand même un peu exagéré. Je parle de l'heure, je ne parle du principe du couvre-feu dans la nuit» précisait il sur France Infos

    Ainsi à Vanves, le comité directeur du Stade Vanves prévu à 19H30 à l’école Larmeroux pourra se tenir car le couvre-feu débute à minuit. Mais après, pour les entrainements des équipes de foot, de basket, de hand, d’athlétisme, etc…qui se déroulent le soir entre 19/20H et 22H, devront ils être avancé, ce qui parait difficile car beaucoup de ces sportifs quittent leur boulot pour venir directement s’entraîner. Comme pour les matchs de championnat qui se déroulent à 20H pour le basket et le hand. Il sera de même pour toutes les activités associatives qui se déroulent le soir ou se terminent vers 21H30/22H, la programmation du théâtre et du ciné de Vanves qui devront être avancer. A court teme, le pére curé de Vanves, Bertrand Auville devra avancer l’horaire de la soirée de présentation de l’encyclique « Fratelli Tutti » prévu le 4 Novembre à 20H45 à Saint Remy, et certaines messes, par exemple la messe des défunts prévue le 2 Novembre à 20H lors de la Toussaint. C’est tout un pan des activités socio-culturelles et sportives, riches à Vanves, qui va être touchée et perturbé pendant 6 semaines alors que les vacances de la Toussaint débutent ce week-end    

    Les  horaires de la RATP ne changeront pas, et les métros, bus circuleront à 100% sur l'ensemble du réseau RATP et notamment les lignes qui desservent notre commune,,  car il y a des vanvéens qui travaillent la nuit, en soirée ou tôt le matin. Comme lors du confinement, ils devront avoir une autorisation de sortie de leur employeur. Les professionnels de l'hôtellerie et de la restauration ont vivement réagis voyant dans le couvre-feu annoncé une «fermeture déguisée» de leurs établissement. Cette décision est «lourde de conséquences pour le secteur (...) déjà durement frappé par cette crise. Cette nouvelle contrainte horaire, qui condamne le service du soir, a pour conséquence pure et simple d'obliger nos restaurants à fermer» estimaient ils, ce qui devra être le cas pour certains établissements qui sont ouvert le soir comme la pizzeria Il giardino, les restaurants asiatiques du Plateau et du Centre Ancien, la crêperie La Girafe, Les Platanes Bd du lycée le 12 rue J.Bleuzen etc…

  • VANVES ET LE COVID-19 : PRENDRE LES TRANSPORTS EST MOINS DANGEREUX QUE BOIRE UNE BIERE SUR UNE TERRASSE VANVEENNE

    Les vanvéens sont vigilants dans ce contexte de crise sanitaire, notamment sur les réseaux sociaux où il s’expriment.  Alors que Paris et la petite couronne venaient de passer en zone d'alerte maximale, entraînant de nouvelles restrictions pour freiner la propagation de l'épidémie, des centaines de voyageurs se retrouvaient entassés et bloqués dans les couloirs du métro, comme l’ont montré de nombreuses vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et relayés par leurs soins. Et notamment sur la ligne 13 que beaucoup d’entre eux empruntent, et qui  a encore une fois subi l'ire de passagers massés près de quais rendus difficile d'accès par la surabondance de passagers. ET pourtant le préfet de police a confirmé que les transports publics ne feraient l’objet d’aucunes restrictions,  du moins pour l'instant, au contraire de nombreux autres lieux de contact comme les salles de sport, les gymnases, les piscines, les congrès ou les bars.  Ce qui apparait, à leurs yeux, complétement incompréhensible

    «Les transports en commun ne sont pas un lieu de contamination particulier», s'est justifié Jean-Baptiste Djebbari ministre délégué aux transports, en rappelant que «toutes les études scientifiques prouvent que moins de 1% des contaminations se passent dans les transports». En cela, le «protocole sanitaire extrêmement strict», déjà en place dans ces lieux de transit et en particulier le port du masque obligatoire suffit à limiter les risques au maximum. D’ailleurs Santé Publique France  indiquait que sur l'ensemble des 2830 clusters identifiés entre le 9 mai et le 28 septembre, les transports (l'avion, le bateau et le train) ne représentaient que 1,2% du total et une extrême minorité des clusters en cours d'investigation. Les contaminations ont principalement lieu dans les «entreprises hors établissements de santé», pour un quart, en «milieu scolaire et universitaire», pour un cinquième, et dans les «établissements de santé» ou les «événements publics ou privés et rassemblements temporaires de personnes», pour un dixième chacun. Pourtant , à la Mi-Juin, le Haut Conseil de la Santé Publique considérait les transports en commun comme «des lieux clos à risque de transmission du virus». Qui croire ?

    «Les règles sanitaires sont plus strictes dans les transports que dans les bars. Le port du masque est, par exemple, permanent», rappelait Ile de France Mobilités, la haute autorité des transports en IDF où siége le maire de Vanves. «Nous n'avons pas connaissance de clusters dans les transports en commun. Toutes les études, y compris à l'étranger, montrent que ces lieux sont sûrs. Les mesures prises suffisent à garantir que le risque de contamination est limité» ajoutait elle.  De surcroît, l'absence de touristes, le développement de modes de transport alternatifs et le télétravail viennent parallèlement réduire la pression sur les lignes. «Les images particulièrement impressionnantes partagées lundi sur les réseaux sociaux sont le résultat de «dysfonctionnements» sur la ligne 13. Il y a eu un concours de circonstances, avec deux incidents à la suite», expliquait-on la RATP qui décidé de mobiliser ses agents pour canaliser les flux, pour éviter que les scènes d'attroupements sur les quais de la ligne 13, dans les couloirs du métro ou dans le RER B se reproduisent. Il n’en reste pas moins que le message est clair : prendre le métro est désormais moins risqué que boire une bière en terrasse

  • RETOUR SUR UN ETE CORONA A VANVES : Masques, piste cyclable, travaux, solidarité avec le Liban…

    On peut parler d’un été « corona » tellement cette crise sanitaire avec ses deux mois de confinement a marqué les esprits, et on le comprend, mais aussi changé nos habitude. Ainsi une enquête a constaté que 78% des franciliens donc des vanvéens sont partis en France métropolitaine pour les vacances, et 37% ont modifié leur destination de vacances par rapport aux années précédentes. Les destinations « hors Europe » qui représentaient 16 % des destinations estivales les années précédentes ne concernaient plus cet été que 1 %. Seuls 10 % auraient quitté la France pour une destination européenne. « En privilégiant des destinations en France, les Franciliens ont divisé par 4 leur utilisation de l’avion pour rejoindre leur lieu de vacances. A contrario, la voiture personnelle et de location, ainsi que le train, ont été privilégiés cette année».

    Et puis, tout cet été, il n’a question que cela en dehors que quelques événements mondiaux (Beyrouth, Mali, Hong-Kong, La campagne pour les présidentielles aux USA, la Biélorussie, la Turquie....) et nationaux (remaniement ministériel – Vanves a gardé ses deux ministres )  - entre la reprise épidémique en Ile de France avec la multiplication par six depuis Juin du nombre de contaminés, avec une dégradation de tous les indicateurs,  les masques maintenant sont obligatoires non plus en milieu clos seulement - comme c’est le cas dans tous les bâtiments et équipements municipaux de Vanves -  mais aussi à l’extérieur  – Et c’est le cas à Vanves depuis lundi puisque dans son premier arrêté daté du 24 août, le nouveau préfet des Hauts de Seine, Laurent Hottiaux, après concertation avec les maires, a élargit les zones où le port du masque est obligatoire dans les 36 communes,  avec la place de la République pendant les week-ends de piétonnisation,  les rues Antoine Fratacci les jours de marché, Auguste Comte en incluant la galerie commerciale, le passage des Reflets, le square du 11 Novembre 1918  dans notre commune -  et les conditions de la Rentrée scolaire dans une semaine maintenant qui préoccupent parents d’éléves et syndicats d’enseignants d’une manière générale

    Cet été à Vanves a été plutôt calme : Il n’y a pas eu de feu d’artifice, ni de bal pour le 14 Juillet vu les circonstances. Les vanvéens ont revu circuler les médiateurs reconnaissables à leur tee shirt bleu qui ont assuré la tranquillité publique dans les rues de Vanves et maintenu un lien de proximité avec les habitants. «Leurs missions sont multiples et diversifiées : assurer une présence dans les parcs, les squares et aux abords des commerces, développer des actions de prévention routière, déambuler dans les rues notamment en soirée pour apaiser les éventuels conflits (nuisances sonores, rassemblements nocturnes…), maintenir le lien avec les habitants et les services municipaux (signalements de dégradations dans les bâtiments et les espaces publics)» indiquait on à la ville. Ils seront présents jusqu’à la mi octobre. 

    Vanves Environnement 92 qui a cartographié tous les arbres, arbustres et herbacés du département grâce à un atlas informatisé de l’occupation des sols en ile de France, le MOS (Mode d’occupation dessols), mis au point par l’Institut  (d’aménagement) Paris Région, a recensé 21 villes en manque d’espaces verts, c’est-à-dire ayant moins de 10 m2 d’espaces par habitant : Vanves en fait partie, alors que ce n’était pas le cas voilà plus de 20 ans. Elle a été classée par cette association dans les « zones qu’il faudrait renaturer ».

    Il est intéressant de noter que dans le même temps se constituait à Vanves, cet été, un Comité National de surveillance pour la préservation des arbres. Il fait signer une pétition pour une déclaration universelles du droit des Arbres afin d’obtenir un statut qui le protége. Et cela à un moment où dans la Métropole du Grand Pazis, des élus seraient prête à abattre des arbres pour aménager des pistes cyclables ou construire des immeubles

    Une piste cyclable – plutôt une bande cyclable - a été aménagée sur la RD 50 (Ernest Laval, Antoine Fratacci, Bd du Lycée) par le département des Hauts de Seine, ce qui a eu pour effet de supprimer la voie réservée aux bus sur le Bd du lycée. Ce qui a étonné certains vanvéens qui n’ont pas manqué de remarquer qu’à Paris par exemple, des pistes cyclables ont été créé sans pour autant supprimer des voies de bus. «Je ne comprends pas le choix de supprimer la voie bus Boulevard du Lycée. Cet axe était déjà égorgé tous les matins. Ce sera pire à présent avec donc plus de bouchons et plus de pollution. Les gens ayant pris cette décision n'ont jamais dû prendre le 126 ou le 189 entre 8h00 et 9h00» réagisait l’un d’entre eux sur les réseaux sociaux. Pas sûr que la RATP ait vu cela d’un bon œil car du coup la vitesse commerciale des bbus 126 et 189 en sera ralentie, surtout aux heures de pointe

    D’autres travaux ont été menés comme chaque été : L’installation d'une main courante sur les escaliers du square Jean Monnet à proximité de l'Escal, de nouvelles silhouettes Pieto avec bandes réfléchissantes permettant de renforcer la signalétique et la sécurité aux abords des écoles. D’importants travaux de rénovation ont démarré le 17 Août jusqu’au 15 Octobre  au petit cimetière qui deviendra bientôt un espace agréable et protégé. GPSO, en lien avec la Ville, a procèdé à la réfection du pavage du Square du 11 novembre attenant au Passage des reflets (Métro Malakoff-Plateau de Vanves). Un des objectifs de ces travaux, outre l'embellissement et l'entretien du cadre de vie et de l'espace public, était de remplacer les pavés calcaires qui s'avéraient parfois glissants en hiver par des pavés en granit présentant une meilleure adhésion notamment par temps de pluie…

    Enfin, des vanvéens d’origine libanaises se sont mobilisés dés l’explosion survenue le 4 Août à Beyrouth. Ils ont crée un Comité Solidarité Vanves Liban qui a organisé dés le week-end suivant,  une collecte dans les supermarchés de la ville (Intermarché, Carrefour Market, Carrefour Express et Franprix) qui se poursuivent les vendredis, samedis et dimanches jusqu'au 30 août. La ville leur a mis à disposition l’Espace Tuileries pour leur pemettre de tenir une permanence. Ils ont déjà envoyés en lien avec GPSO, une partie des 70 000 masques chirurgicaux et les 400 kg de produits de première nécessité qui ont été remis à l’association (sur la photo à Beyrouth)