Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TRANSPORTS EN COMMUN

  • VANVES ET LES TRANSPORTS EN COMMUN : LA REGION REPARE DES INJUSTICES ET INCITE A UTILISER DES TITRES DE TRANSPORTS DEMATERIALISES

    Les vanvéens  qui prennent les transports en commun ont eu le droit à un cadeau pour certains d’entre eux, ce qui est rare en ces temps qui courent, avec le pass Seniors, mais une mauvaise surprise avec l’augmentation du carnet de tickets de métro en carton depuis le 1er Novembre. A un moment où il est beaucoup question de transports, avec les gréves surprises à la SNCF, et celle du 5 Décembre qui s’annonce très dure, comme le 13 Septembre dernier. Des sujets abordés  lors du Conseil d’Administration de Ile de France Mobilités, haute autorité des transports franciliens,  où siége Bernard Gauducheau, maire de Vanves et conseiller régional,  mercredi dernier, avec l’audition des PDG de la SNCF et de la RATP. Et où sa présidente, Valérie Pécresse,  a défendu le service minimum, l’indemnisation des voyageurs touchés par ses gréves intempestives, et surtout lorsque ce dernier n’est pas assuré, en prévenant les syndicats : «Un mouvement sans service minimum desservirait leurs causes ! »

    La région Île-de-France a mis en place  un Pass Senior  pour les franciliens de 62 ans et plus,  sans activité professionnelle ou travaillant moins d’un mi-temps, leur permettant de se déplacer sur le réseau des transports publics régionaux à moitié prix. Il fonctionne sur le même principe que le Navigo annuel utilisé par les salariés. Il est pris en charge à 50 %, non pas par une entreprise, mais par la région via Ile de France Mobilités (ex-Stif). Le Navigo Senior coûte 37,60 euros par mois, au lieu de 75,20 euros au plein tarif, soit un gain de pouvoir d’achat de 451,20 euros par an pour les utilisateurs. «Je répare une injustice tarifaire. Les Franciliens de plus de 62 ans payant des impôts étaient les grands oubliés de la politique des transports en commun franciliens. Ils n’avaient droit à rien, contrairement aux jeunes avec Imagine’R ou aux actifs avec le remboursement de leur employeur» explique V.Pécresse. Mais pour les titulaires de la carte améthyste, comme les anciens combattants, par exemple, ce n’est pas intéressant, car ils ne paient de 25 €, cmome le constatait l’un d’entre eux ces derniers jours dans le local de l’UNC Vanves.

    Mais comme d’habitude, les bonnes nouvelles sont accompagnées de mauvaises :  Ce 1er novembre, le carnet de 10 tickets de métro, de 14,90 à 16,90 euros, mais le ticket t+ individuel reste à de 1,9€. L’objectif de cette augmentation de plus de 13% a pour but d’accélérer la transition vers les titres de transport dématérialisés mais par la même occasion elle viendra mécaniquement décourager les usagers à utiliser ce type de support en carton entraînera mécaniquement un rejet des transports en commun pour les utilisateurs occasionnels ou ceux qui ne souhaitent pas passer au numérique, les personnes qui ont une difficulté, voire une incapacité à utiliser les appareils numériques. Pour certains élus, Le ticket t+ doit rester une alternative à la dématérialisation, permettant à n’importe quel usager de prendre les transports en commun sans être obligé de passer par l’achat ou le rechargement d’une carte, ou encore savoir si son téléphone portable est compatible et dispose de la bonne technologie pour pouvoir bénéficier de cette dématérialisation.

  • VANVES SENSIBILISE AU CONVOITURAGE EN PREVISION DE LA GREVE DU 5 DECEMBRE

    Le maire de Vanves, comme tous ces collègues franciliens,  a dû recevoir ou devrait être destinaire d’un dossier sur le co-voiturage avec une lettre de Valérie Pécresse expliquant les modalités mis en place par Ile de France Mobilités pour soutenir ce mode de transports et inciter leurs administrés à y recourir. «La gréve du 5 Décembre dans les transports pourrait permettre à la Région de vaincre la barrière psychologique concernant le covoiturage» a indiqué Valérie Pécresse lors d’une conférence de presse sur la stratégie régionale pour l’environnement, qui citait le chiffre de 30 000 covoiturages par mois. «La région a mis en place des moyens importants d’informations et d’explications notamment en direction des maires qui ont reçu un courrier» a-t-elle ajouté.

    Contrairement à la gréve de décembre 1995 qui sert de référence, où les parisiens et les franciliens n’avaient pas d’alternatives, que l’auto-stop, plus de vingt ans aprés il en existe avec Vélib’, Véligo location, le plus grand service de location de VAE au monde, lancé en Septembre dernier par la Région, sans compter les flottes de free floating et le covoiturage. L’objectif de la Région est de franchir le pas de la mobilité partagée, en ayant,  avec Ile de France  Mobilités (IDFM), lancée en 2017, l’opération «Tous ensemble pour le covoiturage», pour soutenir le covoiturage domicile-travail. IDFM a même rendu ce mode de transport quasiment gratuit, car il permet à chaque francilien titulaire d’un pass Navigo, inscrit sur l’une des 8 plateformes de covoiturage partenaires de l’opération, à travers le site ou l’application, de ne rien payer. Ainsi pour les passagers, 2 trajets sont offerts par jour pour les abonnés Navigo annuel. Pour les conducteurs, une indemnité kilométrique de 1,50 à 3 € par trajet et par passager en fonction de la distance parcourue. Jusqu’à 150 € par mois pour les conducteurs covoiturant chaque jour sur le domicile-travail. Enfin, la gratuité du covoiturage est prolongée en cas de pics de pollution et de perturbations majeurs dans les transports, grâce à une subvention de 4 € par trajet. D’ailleurs  la grève SNCF sur l'axe Atlantique a fait s’envoler les réservations de dernière minute  pour les cars ou le covoiturage, avec deux fois plus de trajet pour Blablacar

  • LA SNCF-TRANSILIEN EXPERIMENTE DES RIDEAUX DE SECURITE A LA GARE DE VANVES- MALAKOFF

    SNCF Transilien va expérimenter sur la ligne N (Paris Montparnasse) à la gare Vanves-Malakoff l’équivalent des portes palières du métro, c’est à dire des rideaux de quai. Au lieu de s’ouvrir de chaque côté des accès aux rames, ses portes palières transparentes se soulèvent à l’arrivée du train en quelques secondes. Le chantier d’installation qui a débuté en Mars devrait s’achever en Juillet/Août et l’expérimentation commencer à la Rentrée, et durer toute l’année 2020.  Sept rideaux en plexiglas qui mesurent 8 m de long et 1,6 m de hauteur sont installés le long du quai central. Cette expérimentation est, parait-il, selon Ile de France Mobilités qui la finance (5 M€), unique en France et Europe, la SNCF ayant découvert un tel dispositif à Séoul (Corée du Sud).

    «Jusqu’à présent, l’équipement de portes palières ne s’était jamais fait sur les trains car les portes sont très larges», expliquait Alain Krakovitch, directeur de  SNCF- Transilien dans les médias ces jours, le JDD du 21 Avril y a consacré presque une page.  Un double objectif est poursuivi par SNCF Transilien : Tout d’abord  lutter contre les intrusions d’individus sur les voies de son réseau ferrée qui est exploité à ciel ouvert contrairement au métro, provoquant des retards pouvant aller jusqu’à 3H (7000 par an sur le réseau). Sans compter que «le rideau de quai protége les voyageurs lors du passage d’un train rapide, les préserve d’une chute accidentelle sur la voie» indique t-on SNCF transilien.  Ensuite, gérer les flux de voyageurs à la montée et à la descente des trains qui doivent s’effectuer en 40/50 secondes. L’objectif est de gagner en ponctualité car une petite dizaine ou de vingtaine  de secondes en plus retardent la rame suivante surtout en heures de pointe. Elle est à 100% sur les lignes 1 et 14 équipées de portes palières, 96,5% sur la ligne 13 depuis que 13 stations en ont été équipées lui faisant gagner 7 points de ponctualité. «Grâce à ces rideaux de quai, cette ligne N Paris Montparnasse vers Mantes-La-Jolie, Dreux et Rambouillet pourrait gagner 1 à 3% de taux de ponctualité. Elle est de 93,1% pour l’instant» précise IDF Mobilités.  Ainsi comportements des voyageurs, des conducteurs de trains, interface quai/train  … seront scrutés de prés avant une extension qui pourra démarrer en 2021 sur toute la ligne N et les autres bien sûr