Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

clos montholon

  • UNE NOUVELLE LIGNE DE BUS CIRCULERA A VANVES SAMEDI MATIN : LE 59 ATTENDU DEPUIS PLUS DE 90 ANS

    L’un des effets du vaste plan de restructuration du réseau de bus parisien dans la métropole du Grand Paris qui entre en vigueur dés samedi matin, sera la circulation d’une nouvelle ligne de bus sur l’axe nord-sud à Vanves : la ligne 59 attendue depuis plus de 20 ans comme l’a indiqué Bernard Gauducheau, maire de Vanves, qui participait à une conférence de presse d’Ile de France Mobilités et de la RATP, hier matin, de présentation de cette nouvelle ligne, dans un de ses bus qui a circulé entre la place Denfert Rochereau et Vanves. « Ce sera un  jour mémorable pour Vanves qui l’attend depuis 20 ans. Preuve que lorsqu’il y a une volonté politique, on arrrive à cette liaison entre la gare de Clamart /Clos Montholon et la porte Brancion. C’est une bonne nouvelle pour Vanves qui est déjà bien desservie avec déjà 4 lignes de Bus, un métro (ligne 13), un transilien sur la ligne N (Paris-Montparnasse), Vélib….Et maintenant sur un axe détermimant Nord-Sud ». La cerise sur le gâteau  

    Cette nouvelle ligne 59 reliera la gare Transilien/Grand Paris Express de Clamart à la place d’Italie sur un trajet qui a fait l’objet de longues concertations avec les élus qui n’ont pas toujours fait des heureux, surtout dans le XIVe arrondissement qui souhaitaient qu’elle desserve leur mairie et ont été en bute à l’hostilité de riverains et de commerçants. «On touche là du doigt les difficultés d’une restructuration. Un réseau de bus est une réponse à un instant T. Mais cette ligne ne sera figée pour 70 ans/ Il y aura des évolutions !» indiquait un administrateur d’IDF Mobilités. Les élus de Clamart n’ont pas eu satisfaction, eux aussi, car ils souhaitaient que cette ligne aille jusqu’à l’hôpital Percy alors qu’elle s’arrête au niveau de la gare SNCF/Transilien et le siége de la gendarmerie nationale

    Cette ligne devrait assurer 32 services durant la journée grâce à une quinzaine de bus électriques avec 6 arrêts à Vanves : Clos Montholon avenue de la Paix, Stade et Rue de Chatillon rue Larmeroux, Diderot rue Raymond Marcheron, Insurrection et Jean Jaurés/Jean Bleuzen dans la rue J. Bleuzen, avec un arrêt commun à la ligne 95, Adophe Pinard prés du Pont SNCF porte Brancion. Finalement il longera la ligne 13 jusqu’à Gaîté, rue Raymond Losserand dans un sens rue Vercingétorix dans l’autre, puis la rue Froidevaux le long du cimétiére Montparnasse, la place Denfert Rochereau, le boulevard Arago, l’avenue des Gobelins, la place d’Iralie 

    Ainsi dans sa partie vanvéenne, cette ligne 59 ressuscitera une ligne de tramway qui descendait de Clamart vers Vanves, empruntait cet axe Nord-Sud pour filer vers l’Hôtel de Ville de Paris entre 1877 et 1927 Ligne dont le blog a parlé lors de l’évocation du centenaire de la 1ére guerre Mondiale à Vanves, car elle avait été victime des conséquences de la guerre avec la suppression d’un terminus intermédiaire qui existait place de l’insurrection à Vanves, fort pratique, car il permettait aux vanvéens d’être assuré d’avoir une place, et du manque de personnel dû à la mobilisation. La compagnie Parisienne de tranway chargée de son fonctionnement avait fait appel aux femmes pour remplacer les hommes pour conduire ces trams, contrôler les passagers, mais aussi de la crise du charbon qui l’obligeait à exercer un service restreint. Ainsi Vanves retrouve,  92 ans après, une nouvelle ligne non pas de tranway mais de bus électrique descendant de la gare de Clamart pour rejoindre Paris en reliant le Clos Montholon au reste de la ville demandé depuis longtemps par ses habitants

  • VANVES ET LE GRAND PARIS EXPRESS : LE POINT SUR LE CHANTIER ET SES EFFETS DOMINO

    Suite au ripage de la dalle réalisé en août 2017, le groupement Horizon avait entamé la phase de creusement de l'espace intérieur de la boîte gare, avant d’aborder la réalisation des planchers, avec  des travaux de coffrage et de ferraillage.  Cette phase s'étendra jusqu'en avril 2019.

    Les riverains ne sont que très peu impactés par ces travaux puisqu’ils sont effectués à l'abri de la dalle de couverture. Parallèlement, SNCF poursuit ses travaux en gare de Clamart avec la remise en état des voies de la ligne N. La construction du couloir de correspondance entre la gare Transilien et la future gare du Grand Paris Express débutera en janvier

    Un autre événement qui concerne la gare du GPE de Fort d’Issy/Vanves/Clamart , mais pas sur son territoire s’est déroulé début Décembre à Bagneux  au puit Robespierre : Le tunnelier dont les piéces ont été acheminées et assemblées directement sur le site, depuis Septembre 2018, a été baptisé le 1er Décembre 2018, du prénom de la navigatrice Ellen Marc Arthur. Il doit s’élancer ces jours-ci pour parcourir les 4 km vers la gare Fort d’Issy – Vanves – Clamart, où il sortira à l’été 2020. Il aura traversé quatre communes, trois gares en passant par cinq ouvrages de service. Parallèlement, d’importantes opérations de comblement des carrières, principalement sur les communes de Malakoff et Bagneux, sont réalisées pour préparer le passage du tunnelier.

    Enfin, l’édition francilienne de l’un des grands quotidiens du matin, faisait état des pressions des promoteurs – aux méthodes parfois peu correctes – pour construire de nouveaux immeubles dans des zones pavillonnaires, comme le Clos Montholon à Vanves – à proximité des futures gares.  «Il est normal que les promoteurs soient intéressés. On peut construire au moins logements à la place d’un pavillon » indique t-on du côté de l’APUR et de l’IAU IDF où l’on parle concrétement de zones très menacées, car les prix proposés aux propriétaires de pavillons sont souvent très intéressant, leur permettant de faire la culbute « surtout qu’ils ne veulent pas se retrouver avec un immeuble à côté ». Ainsi un effet domino risque de faire disparaître toute une zone pavillonnaire

  • LE FLOP DE L’ETE 2018 A VANVES : L’INVERSION DU SENS DE LA RUE PRUVOT

    L’expérimentation du changement du sens de la rue Pruvot est un flop total. Les riverains qui se plaignant d’une forte circulation et du bruit, en sont à l’origine, arguant que Google Maps ou Waze par exemple, guidaient les automobilistes vers cette solution, comme ils l’ont expliqué lors d’un reportage sur France Inter au moment de son lancement le 23 Juillet dernier. Résultats : beaucoup d’automobilistes ont emprunté à contresens la rue Pruvot, et même la rue de l’église, un petit panneau sous le sens interdit à l’angle avec la rue Gaudray, indiquant « sauf pour les riverains ». Du coup, beaucoup de véhicules se sont engoufrés dans le sens interdit comme l’ont constaté les vanvéens qui profitaient des terrasses du Tout Va Mieux et de la Girafe. Un accident a même été évité de justesse lorsqu’une cliente sortait de la pharmacie, traversant la rue de l’église sans regarder sur sa droite, puisque théoriquement, cette rue est en sens interdit. La camionette a pilé pile, et cette vanvéenne s’est même fait vertement engueulée par le chauffeur.

    Sans parler des automobilistes qui s’engageaient rue d’Issy depuis la place du VAL (De lattre de Tassigny), comme les taxis, et se retrouvaient obligés de faire demi tour devant le prieuré des bénédictines, lorsqu’ils ne s’engageaient pas rue Pruvot malgré le sens interdit. Preuve que cette expérimentation n’a pas été réfléchie dans la mesure où théoriquement, le changement d’un sens interdit implique un nouveau plan de circulation pour éviter ce genre de situation. Ainsi par exemple, changer le sens de la rue d’Issy pour éviter que les automobilistes ne s’y engagent au niveau du Rosier Rouge et soient obligés de faire le « grand tour » via Gaudray-JB Potin-Valentine Jacquet etc…. Mais ne serait il pas judicieux de garder le sens initial avec l’installation d’un feu tricolore à son débouché Bd du Lycée, et l’aménagement d’un passage piéton qui faciliterait l’accès à l’arrêt de bus des piétons et surtout des résidents de Simon de Cyréne