Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

clos montholon

  • LE FLOP DE L’ETE 2018 A VANVES : L’INVERSION DU SENS DE LA RUE PRUVOT

    L’expérimentation du changement du sens de la rue Pruvot est un flop total. Les riverains qui se plaignant d’une forte circulation et du bruit, en sont à l’origine, arguant que Google Maps ou Waze par exemple, guidaient les automobilistes vers cette solution, comme ils l’ont expliqué lors d’un reportage sur France Inter au moment de son lancement le 23 Juillet dernier. Résultats : beaucoup d’automobilistes ont emprunté à contresens la rue Pruvot, et même la rue de l’église, un petit panneau sous le sens interdit à l’angle avec la rue Gaudray, indiquant « sauf pour les riverains ». Du coup, beaucoup de véhicules se sont engoufrés dans le sens interdit comme l’ont constaté les vanvéens qui profitaient des terrasses du Tout Va Mieux et de la Girafe. Un accident a même été évité de justesse lorsqu’une cliente sortait de la pharmacie, traversant la rue de l’église sans regarder sur sa droite, puisque théoriquement, cette rue est en sens interdit. La camionette a pilé pile, et cette vanvéenne s’est même fait vertement engueulée par le chauffeur.

    Sans parler des automobilistes qui s’engageaient rue d’Issy depuis la place du VAL (De lattre de Tassigny), comme les taxis, et se retrouvaient obligés de faire demi tour devant le prieuré des bénédictines, lorsqu’ils ne s’engageaient pas rue Pruvot malgré le sens interdit. Preuve que cette expérimentation n’a pas été réfléchie dans la mesure où théoriquement, le changement d’un sens interdit implique un nouveau plan de circulation pour éviter ce genre de situation. Ainsi par exemple, changer le sens de la rue d’Issy pour éviter que les automobilistes ne s’y engagent au niveau du Rosier Rouge et soient obligés de faire le « grand tour » via Gaudray-JB Potin-Valentine Jacquet etc…. Mais ne serait il pas judicieux de garder le sens initial avec l’installation d’un feu tricolore à son débouché Bd du Lycée, et l’aménagement d’un passage piéton qui faciliterait l’accès à l’arrêt de bus des piétons et surtout des résidents de Simon de Cyréne

  • RUE PRUVOT ILLUSTRATION DE LA GUEGUERRE ENTRE RIVERAINS ET ROULEZ MALIN A VANVES

    Malheureusement la rue Pruvot est une soupape pour les automobilistes, car les nouvelles constructions sur les hauts d’Issy – avec l’éco quartier du Fort – et des projets au Clos Montholon provoquent et impliqueront  inévitablement un accroissement de la circulation, notamment à l’heure de pointe du matin. L’avenue du Général de Gaulle en est un exemple débouchant sur un CD50 (Bd du Lycée) déjà embouteillé par ceux qui viennent des Hauts de Vanves via la place et la rue de la République. Or beaucoup d’automobilistes empruntent le trajet rues d’Issy-Pruvot pour rejoindre le CD50 lorsqu’ils vont vers l’Est parsien. Les obliger de passer par le carrefour Général de Gaulle/Bd du lycée n’arrangera rien, tout comme emprunter le circuit Valentine Jacquet-Place Kennedy-Vieille Forge pour rejoindre la rue de la République ou la place de l’insurrection via L.Dardenne-R.Larmeroux, d’ailleurs fort emprunté en fin de journée. Qu’en pensent leurs riverains surtout que beaucoup d’enfants sont présents dans ce quartier entre les écoles et le parc.   

    Les riverains de la rue Pruvot ne sont pas les seuls vanvéens à souffrir des circuits « malins » : Ainsi les riverains du parc des expositions sont les victimes d’un trajet « malin » qui évite le Périph lorsqu’il est embouteillé sur l’axe G.d’Estrée ou 4 Septembre- Julien-M.Yoll- du Moulin.  Les riverains de la rue Mansart avaient, en leur temps, obtenu la neutralisation, à juste titre là, de l’entrée de leur rue, à partir de la rue Larmeroux car beaucoup d’automobilistes l’empruntaient pour éviter le carrefour du Clos Montholon.

    Mais la situation de la rue Pruvot pose d’autres poblèmes car c’est reporter ailleurs des nuisances que tous les vanvéens qui ont choisi de vivre en ville doivent subir et partager : Ainsi les automobilistes  empruntent maintenant le circuit Issy-Gaudray-JB Potin-V.Jacquet….où les riverain se plaignent déjà d’une circulation trop rapide et ont obtenu l’aménagement de ralentisseur pour la rue Gaudray notamment. Comment vont-ils réagir à un accroissement de la circulation comme ils l’ont constaté ces derniers jours, en rentrant de vacances.

  • HAUTS DE VANVES : DES NOUVEAUX LOGEMENTS ET UNE EXTENSION DE L’ECOLE DU PARC EN PERSPECTIVE

    L'un des autres exercices obligatoire de cette réunion publique du quartier des Hauts de Vanves, qui s’est déroulé lundi dernier à Larmeroux sous l’orage, concerne les projets immobiliers et leurs conséquences. Cette fois-ci, le promoteur immobilier Atome, spécialisé dans les opérations de 20/30 logements, a présenté son projet (sur la photo) de 22 logements à l’angle des rues de l’Avenir et Larmeroux, à l’emplacement de 3 pavillons. Un bâtiment R+6 avec  des appartements traversants, des studios, avec terrasses/balcons/loggias (à 7400/7500 € le m2), 11 parkings jouant sur un dénivellé de 9 m du terrain

    Des riverains de la rue de l’Avenir se sont tout d’abord inquiété du chantier, avec son emprise (côté Larmeroux), la circulation des camions, alors qu’il est arrivé que des conducteurs de mastodontes s’engagent rue de l’avenir, sans pouvoir reculer, à cause de Gooogle. «Il faudra étudier avec vous des solutions pour assurer le maximum de sécurité » a rassuré le maire de Vanves. « Lors de la présentation du chantier de construction de l’immeuble rue du docteur Arnaud, on ne nous a pas annoncé que le trottoir serait neutralisé, rendant difficile la circulation des piétons » s’est plainte à cette ocassion, une riveraine du stade. Un autre de la rue de l’Avenir s’est étonné du faible nombre de places de parkings : « La proximité de la gare du GPE explique ce choix » selon un représentant d’Atome. « Notre PLU ne prévoit pas un parking par logement neuf en cas de logement social » a indiqué le maire qui a insisté sur la nouvelle ligne de bus qui devrait desservir ce secteur entre la gare du GPE et Paris à partir de 2019.  

    Enfin, des riverains ont souhaité savoir où on en était le dossier du classement en voie publique de la rue de l’Avenir qui traîne : « Sur 60 copropriétaires, il en reste 6 à 8 convaincre. Mais on n’arrive pas à les toucher ! Nous réfléchissons à comment pouvoir se passer de 2 à 3 signatures manquantes pour ne pas pénaliser les autres. Mais on a besoin d’avoir votre accord à tous pour pouvoir paramétrer ! »

    Parmi les conséquences de tous ces chantiers immobiliers dans ce secteur du Clos Montholon, présenté au fil des réunions publiques du quartier des Hauts de Vanves, il y a bien sûr la question des équipements publics qui vont accompagner cet accroissement démographique, en surtout de l’école, notamment celle du Parc comme l’a évoqué un habitant, sûrement parent d’élève. Ce qui a permis une très longue intervention du maire sur le travail d’anticipation en cours et de concertation services municipaux-Education Nationale-association de parents d’élèves-enseignants  sur cette école du parc où seront scolarisés ses nouveaux écoliers. D’autant plus qu’elle a le potentiel de s’agrandir vu son site, sans pour cela détruire les pavillons (de type Mansard) qui existent comme l’a précisé le maire adjoint chargé de l’urbanisme  : Deux classes de maternelles et trois classes d’élémentaires sont prévus, dans un contexte où, les effectifs baissant, des classes sont supprimées. Mais la ville doit anticiper une capacité d’accueil et en profiter pour rénover cette école. L’équipe du maire a imaginé comme pour Cabourg, d’installer une école provisoire à l’emplacement d’une partie du garage municipal  pendant le chantier. Une affaire qui demandera cinq ans.