Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

groupe scolaire du parc

  • L’ECOLE DU PARC A VANVES : 62 ANS APRES SA PREMIERE RENTREE, UNE EXTENSION EN PROJET

    C’était peut être la dernière Rentrée au groupe scolaire du Parc avant le chantier d’extension et de transformation qui nécessitera aux écoliers et auxs enseignants à s’installer dans une école provisoire qui devrait être aménagé sur le terrain des ateliers et garage municipaux qui déménageront sous la piscine municipal. L’objectif de la ville, avec ce projet d’extension, est de réaliser un accés différencié pour les deux écoles, regrouper les classes maternelles qui passeraient de 7 à 9 en un seul site, d’éviter une circulation extérieur pour l’école élémentaire qui passerait de 13 à 18 classes, avec une seule cuisine et un seule réfectoire commun aux deux écoles. Les bâtiments de l’école maternelle serait toujours en rez de chaussé raccolé au pavillon Arnaud, et relié au réfectoire aménagé en rez-de-chaussée côté parc, fermant la cour verte actuelle, puisqu’il serait accolé à l’école élementaire sur-élevé, avec un centre de loisirs élémentaire la séparant de l’école Larmeroux     

    Occasion de rappeler que cette école du parc a été construite voilà  60 ans, par la municipalité présidée avec par René Plazanet (1947- 1965), pour répondre, là aussi, à l’arrivée d’une nouvelle population et dont à un accroissement des effectifs scolaires, suite aux nouvelles constructions réalisées à Vanves avec 440 nouveaux logements dont un groupe d’HBM par l’office départemental (Les Chartiots).

     C’était le 3éme groupe scolaire de Vanves, aprés Gambetta et Le Centre, très attendue depuis le début des années 50. Les parents d’élèves se plaignaient de classes sursaturées avec 60 enfants dans les maternelles, avec 50 élèves dans les écoles primaires. Une situation inimaginable aujourd’hui. Il a été construit par les architectes Vieu et  Marchand sur un terrain de 6, 44 ha situé entre la rue et le parc Falret

    Sa  première Rentrée remonte à Octobre 1957 avec 562 écoliers rentrés un 1er Octobre après une inauguration qui s’était déroulée le 29 Juin en présence du préfet de la Seine Emile Pelletier : 206 garçons et 231 filles pour les classes primaires répartis dans deux écoles sur la partie haute du terrain, l’une pour les garçons avec 6 classes, l’autre pour les filles avec 6 Classes, et 125 pour les classes maternelles, avec 4 Classes, dans un troisiéme bâtiment construit sur la partie basse du terrain. «Tous ces enfants ont trouvé avec joie, des classes claires, gaies, bien garnies, bien aérées, garnies d’un mobilier scolaire approprié t située dans un cadre ravissant» indiquait le bulletin municipal de l’époque. De nombreuses générations de vanvéens sont passées par cette école un peu particulière car riveraine du parc Frédéric Pic. Des personnalités l’ont marqué comme l’une de ses directrices qui  était la mére du célébre footballeur Rothen, ou l’un de ses enseignants, monsieur Martin, qui a longtemps dirigé les colonies de vacances de Vanves à la Fécla

  • VASTE OPERATION TIROIR POUR L’ECOLE DU PARC DE VANVES

    Dans le cadre du nouveau contrat développement Département-Ville  (2019-2021) pour Vanves qui  a été voté par la Commission permanente du Conseil départemental des Hauts de Seine, le 21 Mai dernier, Vanves recevra  1 630 000 € en investissement pour la construction-réhabilitation du groupe scolaire du Parc (1,2 M€). Une bonne nouvelle qui est intervenu le jour même où Bernard Gauducheau présentait ce projet lors de la réunion publique de quartier du Centre Ancien-Saint Remy.

    «Elle a vieilli. Elle doit être remise aux normes. On a choisi la démolition-reconstruction pour l’agrandir afin d’accueillir les enfants des nouveaux habitants qui s’installeront dans les nouveaux immeubles du Clos Montholon » a indiqué le maire de Vanves en précisant que cette opération s’effectuera sur la même emprise foncière de l’école actuellement édifiée dans les années 60, le schéma de réalisation étant en cours d’élaboration ainsi que l’étude de l’architecte, avec un niveau de plus pour l’école maternelle

    Cette opération va donner lieu à une vaste opération tiroir : les ateliers municipaux devraient déménager dans le vaste espace existant dans le sous sol de la piscine au niveau du terrain de football annexe J.Saccard. Un espace occupé en partie par une butte en terre datant sûrement de l’origine qui a avait été enlevé voilà quelques années lorsqu’il était destiné à accueillir un espace sportif (salle de musculation etc…) dont le projet a été abadonné. Le site desesateliers avec le garage municipal est appelé à être détruit pour une opération immobilière. Mais entretemps, ce terrain libéré servira à accueillir l’école du parc provisoire pendant les travaux, comme ce fut le cas pour l’école du Centre sur les terrains A.Briand avant la construction  de la résidence Niwa, pendant les travaux de l’îlôt Cabourg

  • BUDGET 2019 A VANVES : «Un budget d’avenir, loin de gérer les affaires courantes » à la veille des Municipales de 2020

    Le budget primitif 2019 de la ville s’éléve à 43,1 M€pour le fonctionnement (+1,36%), 17,9 M€ pour l’investissement. «Son objectif est de préserver l’atttactivité de la ville, la qualité du service public local, avec des investissements majeurs dans le domaine de l’éducation, de la culture. On a retrouvé la stabilité en espérant que rien ne viendra troubler nos efforts » espére Bernard Gauducheau (UDI), maire de Vanves qui s’est félicité d’un climat plus favorable dans les relations Etat-Collectivités locales, le gouvernement ayant l’air de mieux considérer les élus comme de véritables interlocuteurs

    Bertrand Voisine, maire adjoint aux finances est entré dans le détail des dépenses et recettes de fonctionnement et d’investissement. Pour ces dernières, le montant des travaux s’élévent à 10,1 M€ avec plusieurs opérations prévues, sachant que des chantiers sont cours ( Tribune du PMS A.Roche, Médiathéque au rez-de-chaissée de l’ilmmeuble Legrend à l’angle Mary Besseyre/Guy Mocquet) , des projets vont s’engager (nouveau centre technique municipal, rénovation et agrandissement école du parc ): la rénovation du pavillon Potin où était installé le secrétariat du stade de Vanves avant il ne déménage à la piscine, le réaménagement et le reverdissement de l’allée principale du cimetière, l’enfouissement des réseaux rues Henri Martin, Hoche, Marcel Yol,  la ville va financer la restauration du bas relief du XVIe siécle appartenant à la ville et provenant de l’église Saint Remy, représentant « le baiser de Judas et le Christ au prétoire ». Elle va participer pour 1 M€ au projet de reconstruction des installations sportives du lycée Michelet

    Beaucoup de dépenses concernent des renouvellements de matériels (matériel son, lumière et rideaux à Panopée, Nouvel écran pour le Cinéma au Théâtre, matériels sportifs pour les écoles),   des travaux de rénovation (aires de jeux dans les écoles et créches, jardin pédagogique Gambetta), de sécurisation  (installation de clôture occultante entre l’école larmeroux et le pavillon Larmeroux, renforcement réseaux électriques des écoles…), d'accessibilité, hygiéne-sécurité

    L’opposition socialiste qui n’a pas voté le budget n’a pas été tendre : «Tout d’abord, si vos budgets étaient contraints cela n’était pas essentiellement dû à une ponction plus importante de l’Etat sur les collectivités (baisse des dotations et hausse de la péréquation), contrairement à ce que vous affirmiez jusqu’en 2017, mais bien à une hausse des emprunts et des charges financières ces dernières années, entraînant une diminution de l’autofinancement et de l’épargne nette !» a déclaré Anne Laure Mondon (PS) en indiquant que, après plusieurs années de baisse, la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) est dorénavant relativement stable,  la Ville n’a pas été contributrice au FSRIF (Fonds de Solidarité de la Région IDF) depuis 2016 et a vu sa contribution au FPIC (Fonds de Péréquation Intercommunale) passer d’environ 900.000 € en 2016 à environ 200.000 € depuis 2017 - «Cette baisse des ponctions de l’Etat sur les collectivités devraient donc, si l’on suivait votre raisonnement, nous laisser davantage de marges de manœuvre» - mais supporte un encours de la dette de 13,08 M€  compte tenu des emprunts passés, malgré l’affectation d’une partie de la vente des terrains Aristide Briand à hauteur de 12 millions d’€ au désendettement de la Ville, avec un faible autofinacement depuis 2014  (1,93 millions d’€, contre 2,4 millions d’€ en 2014, 2,9 millions en 2016 ou 2,23 millions d’€ en 2017). «Malgré tout la Ville continue à mener une politique d’investissement inadaptée à ses capacités d’emprunt et d’épargne. Les travaux et équipements budgétisés pour 2019 représentent ainsi 10,1 M€ (9,1 en 2018… Nous nous demandons donc comment la Ville les financera auxquels doivent être ajoutés les 5,9 millions d’€ de reports de l’année 2018, sans recourir à l’emprunt et continuer à alimenter le cercle « vicieux » emprunts / charges financières / diminution de l’autofinancement et de l’épargne nette ?». 

    Bien évidemment, elle n’en a pas moins relévé la mutualisation de l’Espace Santé avec Issy les Moulineaux coûte 60.000 € par an à la ville  et engendre une perte de recettes de l’ordre de 23.000 €. « Dans le même temps les recettes de fonctionnement attendues sont de 7.500€ dans le BP 2019 alors qu’elles étaient de 31.000€ dans le Compte administratif de 2018…Pourquoi ne pas avoir renforcé et développé l’ESJ de Vanves, garantissant la pérennisation d’un lieu plébiscité par nos jeunes, leurs parents et les personnels médicaux des établissements scolaires, au lieu de payer une participation de 60.000€ pour la délocalisation de ce lieu ! Un service en moins pour nos jeunes sur notre commune, moins de recettes et plus de dépenses…» a-t-elle constatée. « Vous avez oublié les 90 000 € de salaires » a répliqué Bernard Gauducheau.

    «Ce budget est équilibré, mais sans ambition. Vos choix seront proposés lors la campagne. Il ne fait que gérer les affaires courantes » a constaté Jean Cyril Le Goff (LREM). «S’engager sur une médiathéaue, l’éducation, la culture, c’est loin de gérer les affaires courantes. C’est un budget d’avenir, de projets, ambitieux pour l’avenir de Vanves qui est une ville qui se développe plutôt bien » a répondu le maire