Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

commerces

  • VANVES DANS LE CREUXDE L’OREILLE

    DROIT DE REPONSE : «En réponse à l’article publié le 20 Octobre 2020, la ville de Vabvess »’inscrit en faux sur les informations publiées selon lesquelles la diectrice de la piscine municipale Roger Aveneau aurait été sanctionnée pour avoir dénoncé à sa hiérarchie des vols. Tant la matérialité des vols que la soi-disante sanction prise à l’encontre de la directrice reposent sur de fausses allégations présentant un caractère diffamatoire pour la ville qui a déposée plainte ». La rédaction de Vanves au Quotidien confirme l’information donné le 20 Octobre dernier

    JACQUES SECRETIN : Secrétin est un nom qui ne s'oublie pas et que le tennis de table français n'oubliera pas ! D’autant plus à Vanves où la section Tennis de Table du Stade de Vanves l’avait accueillie dans les années 80 pour l’une des 4000 prestations qu’il a effectué au cours de sa carrière sportive. Un certain J.M.Renaud doit s’en souvenir puiqu’il l’a présidé et animé durant de nombreuses années. Dans les Hauts de Seine, il avait été au @LSC_Levallois de 1985 à 2001." Nos pensées vont vers ses proches", a tweeté le club des Hauts-de-Seine. La FFTT a rappelé ses faits d'armes sportifs: en simple, champion d'Europe en 1976 et 17 fois champion de France, et en double mixte, champion du monde en 1977. «Homme au grand cœur » car il exerçait notamment «une mission d'insertion sociale à la Fédération», a souligné la FFTT.  Jusqu'à la fin de sa vie, il a continué à rendre des visites aux clubs français, à initier les jeunes ou à taper des balles dans les prisons avec des détenus.   Sans perdre pour autant la soif de victoires qui le caractérisait. «Il avait comme objectif une médaille aux Mondiaux vétérans 2020 à Bordeaux, initialement prévus en juin 2020 mais reportés au printemps 2021, selon la FFTT. «Il voulait absolument gagner dans la catégorie 70-75 ans. Il avait encore sa place parmi les six joueurs de l'équipe première», a assuré auprès de l'AFP Jean-Claude Baert, le président du Club pongiste lyssois, où était licencié Secrétin. 

     

    CONFINEMENT : Les vanvéens ont bien respecté depuis le 30 Octobre, ce second confinement puisque sur 892 contrôle, il n’y a eu que 13 vanvéens verbalisés.

    COMMERCANTS : Ce 2 confinement a été une nouvelle épreuve pour les commercçants. La ville  étudie la mise en placed’une livraison par vélo-cargo. Le village des terroirs prévu du 11 au 13Décembre a été supprimé, mais soucieuse de présever ses liens avec les producteurs de Pari Fernier et de l’association l4archipel des Créateurs, la Ville a décidé de mettre en place un dispositif de drive pour livrer les produits commandés à distance. Qui sera mis en place le 12 Décembre Parking F rue Marcel Yol. Pour Noël, La ville va aider à renforcer les décorations des commerçants durant Noël.

    STADE DE VANVES : La ville a autorisé ce week-end l’accés au PMS A.Roche, comme lors du déconfinement pour les joggeurs courir autour de la piste d’athélisme, et pour les tennismen qui ont accés aux courts extérieurs  dans la limite de deux prsonnes par courts.

    PAROISSES : L’église Saint Remy dispose d’une nouvelle de sonorisation, la maison paroissiale de toilettes PMR, et la Maison du Foyer d’Accueil à Saint François a été rénové durant l’été, indiquait le Sel et Lumière de ce week-end en faisant le pnt sur les finances des paroisses. En projet en 2021 : Un refaichissement du narthex de Saint François et d’une salle de cathéchisme à la maison paroissiale

  • LE CONFINEMENT ET LES COMMERCES A VANVES : LE MAIRE ET SES COLLEGUES FRANCILENS SE MOBILISENT POUR OBTENIR LEUR RE-OUVERTURE

    Une fois encore, l’Association des Maires de la Région Ile de France (AMIF) a mobilisé ses adhérents et  relaie leurs inquiétudes à la suite du maintien par le Gouvernement de sa décision de ne pas rouvrir les commerces de proximité dits de «non essentiels» depuis le 30 Octobre même si ce soir, le chef de l’Etat devrait faire des annonces dans ce domaine.  En attendant, ils considèrent sur cette situation de fait est inacceptable d’autant que des protocoles sanitaires stricts ont d’ores et déjà mis en place dans ces commerces de proximité depuis le début de la crise épidémique.  Cette association avec ses adhérents dont le maire de Vanves, demande une nouvelle fois et en urgence que l’injustice de la fermeture des communes identifiés comme n’étant pas «de première nécessité» soit réparée.

    Dans une lettre ouverte adressée ce jour au Premier Ministre, ils rappellent «qu’en tant que maires, nous l’avons dit, et nous vous le répétons : vous êtes en train de balayer d’un revers de main des dizaines d’années d’efforts pour revitaliser nos centres-villes et de villages, ce qui représente un gâchis financier énorme lorsque l’on connaît la masse de financements publics, de travaux, d’études qui ont eu pour but de conserver des centres-villes vivants, vecteurs de cohésion sociale, ou de les redynamiser». Ils pointent notamment des mesures «qui vont à l’encontre du bon sens» et qui sont «rejetées par nos concitoyens  -  perturbant leur adhésion à la lutte contre la propagation de la pandémie. Ce fut le cas pour les marchés alimentaires lors du premier confinement : les fermer pour favoriser les attroupements dans les grandes surfaces n’avait aucun sens - le maintien de certaines activités alors que d’autres doivent cesser, ne peut reposer que sur des raisons sanitaires crédibles». Les mesures du Gouvernement sont considérées comme «illisibles et injustes» et qui en outre «perturbent l’adhésion des concitoyens à la lutte contre la propagation de la pandémie»  

    Ils lui ont adressé plusieurs  propositions très concrètes afin de préserver les commerces de proximité dont les principales sont tout d’abord la  compensation intégrale des pertes pour les commerces de proximité. «Nous vous invitons à ouvrir ces discussions avec les différents protagonistes au premier rang desquels les acteurs du secteur de l’assurance». Ensuite, la mise en place d’un protocole sanitaire strict pour permettre la réouverture des commerces, avec un dispositif tel que des prises de rendez-vous. Enfin, permettre aux communes et aux agglomérations d’attribuer des aides économiques directes aux commerces en difficultés dans leurs communes.

    Il est intéressant de relever, dans le même temps, alors que le Congrés des Maires qui devait dérouler cette semaine, tout prés de Vanves, au parc des Expositions, que l’AMF (Association des Maires de France et le CEVIPOF  donnait les résultats d’une enquête réalisée auprès de 4 714 maires interrogés en octobre 2020 élus ou réélus, sur de nombreux sujets, et notamment cette crise sanitaire. De manière globale, 39 % des maires interrogés estiment avoir été bien associés à la mise en œuvre de l’état d’urgence sanitaire, 48 % d’entre eux mal associés et enfin 12 % n’étaient pas en responsabilité au cours du printemps.

    Parmi les sources d’insatisfaction, c’est le manque de directives claires et cohérentes de la part de l’État qui est pointé par 51 % des édiles interrogés. Tous les services de l’État ne sont pas jugés de la même manière : les préfectures bénéficient d’une forte dose de satisfecit de la part des maires puisqu’ils sont 66 % à estimer que leur relation de travail a été efficace. En revanche, ce seuil chute à 40 % pour les agences régionales de santé.

  • A VANVES COMME AILLEURS, C’EST LA MOBILISATION POUR SAUVER NOÊL !

    La fermeture des commerces dits «non-essentiels» a entraîné la mise à l'arrêt de l'activité d'une large part des 160 000 commerces et restaurants d'IDF. Cette situation est dramatique pour la survie de ces entreprises qui emploient environ 600 000 personnes sur le territoire francilien. La plupart à Vanves ne l’expriment pas en public, mais à quelques expressions ou phrases, beaucoup sont inquiets, parmi ceux qui essaient de réagir en préparant des plats à emporter, en passant par Internet pour vendre avec possibilité de retirer les commandes aumagasin comme c’est le cas à la librairie Le Cheval Vapeur. «Les petits commerçants ne sont ni considérés ni entendus malgré leurs efforts pour s'adapter. En Allemagne, les commerçants peuvent ouvrir en fonction de la superficie de leurs établissements. Ce sont des critères objectifs. En France, on débat sur des notions floues pour essayer de départager ce qui est essentiel de ce qui ne l'est pas. Il faut des règles claires, arrêter de gouverner par la peur et cesser d'opposer les uns aux autres, comme les petits commerces aux grandes surfaces» expliquait l’une des collégues du Maire de Vanves, mais parisienne qui prévient :  «Les petits commerçants pourraient devenir des Gilets jaunes puissance «100», car ils ne sont ni considérés ni entendus malgré leurs efforts pour s'adapter à la situation» considèrait-elle

    Le Conseil Régional où siége le 1er magistrat de Vanves, a pris de très nombreuses initiatives à l’approche de Noël avec les communes ou en coplément : Avec ses partenaires régionaux (CCI, MEDEF, CPME, CMA, U2P, UMIH, GNI), elle a lancé une plateforme  qui répertorie l'ensemble des commerces de proximité du territoire afin de permettre aux Franciliens de faire du 100 % local pour leurs achats de fin d'année. La plateforme est accessible à l'adresse mescommerces.iledefrance.fr pour trouver les libraires, restaurateurs, fleuristes, magasins de jouets et de vêtements, chocolateries...  «Nos commerces ont plus que jamais besoin d'un geste solidaire à l'approche de Noël, faisons ensemble le choix de l'achat responsable et du savoir-faire local !» demande V.Pécresse, présidente de la Région. Elle a mis de nombreuses aides financières qui s’adressent aussi pour les commerces : Le «Fonds Résilience Île de France » qui propose des avances remboursables à taux zéro, considérées comme du quasi-fonds propre, sur une durée maximale de 6 ans dont 2 de différé. I s'adresse aux entreprises qui n'ont pas ou plus accès au financement bancaire sur des montants allant jusqu’à 100 000 €. Le « Prêt Rebond » qui vise à soutenir les entreprises franciliennes fragilisées par la crise sanitaire ( entre 10 000 € et 300 000 €, pour renforcer la trésorerie des TPE et PME). Enfin le Chèque numérique qui  se décline de deux façons : Tout d’abord, le «chèque numérique pour un commerce connecté» qui peut atteindre 1 500 €, dont l'objectif est de permettre d'augmenter les ventes, en mettant en place des dispositifs de commande par internet, de livraison et de retrait en magasin..  Ensuite le «chèque numérique pour les communes», qui se mobilisent pour le déploiement de solutions digitales pour les commerces de leur territoire.