Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ratp - Page 2

  • RETOUR SUR UN ETE CORONA A VANVES : Masques, piste cyclable, travaux, solidarité avec le Liban…

    On peut parler d’un été « corona » tellement cette crise sanitaire avec ses deux mois de confinement a marqué les esprits, et on le comprend, mais aussi changé nos habitude. Ainsi une enquête a constaté que 78% des franciliens donc des vanvéens sont partis en France métropolitaine pour les vacances, et 37% ont modifié leur destination de vacances par rapport aux années précédentes. Les destinations « hors Europe » qui représentaient 16 % des destinations estivales les années précédentes ne concernaient plus cet été que 1 %. Seuls 10 % auraient quitté la France pour une destination européenne. « En privilégiant des destinations en France, les Franciliens ont divisé par 4 leur utilisation de l’avion pour rejoindre leur lieu de vacances. A contrario, la voiture personnelle et de location, ainsi que le train, ont été privilégiés cette année».

    Et puis, tout cet été, il n’a question que cela en dehors que quelques événements mondiaux (Beyrouth, Mali, Hong-Kong, La campagne pour les présidentielles aux USA, la Biélorussie, la Turquie....) et nationaux (remaniement ministériel – Vanves a gardé ses deux ministres )  - entre la reprise épidémique en Ile de France avec la multiplication par six depuis Juin du nombre de contaminés, avec une dégradation de tous les indicateurs,  les masques maintenant sont obligatoires non plus en milieu clos seulement - comme c’est le cas dans tous les bâtiments et équipements municipaux de Vanves -  mais aussi à l’extérieur  – Et c’est le cas à Vanves depuis lundi puisque dans son premier arrêté daté du 24 août, le nouveau préfet des Hauts de Seine, Laurent Hottiaux, après concertation avec les maires, a élargit les zones où le port du masque est obligatoire dans les 36 communes,  avec la place de la République pendant les week-ends de piétonnisation,  les rues Antoine Fratacci les jours de marché, Auguste Comte en incluant la galerie commerciale, le passage des Reflets, le square du 11 Novembre 1918  dans notre commune -  et les conditions de la Rentrée scolaire dans une semaine maintenant qui préoccupent parents d’éléves et syndicats d’enseignants d’une manière générale

    Cet été à Vanves a été plutôt calme : Il n’y a pas eu de feu d’artifice, ni de bal pour le 14 Juillet vu les circonstances. Les vanvéens ont revu circuler les médiateurs reconnaissables à leur tee shirt bleu qui ont assuré la tranquillité publique dans les rues de Vanves et maintenu un lien de proximité avec les habitants. «Leurs missions sont multiples et diversifiées : assurer une présence dans les parcs, les squares et aux abords des commerces, développer des actions de prévention routière, déambuler dans les rues notamment en soirée pour apaiser les éventuels conflits (nuisances sonores, rassemblements nocturnes…), maintenir le lien avec les habitants et les services municipaux (signalements de dégradations dans les bâtiments et les espaces publics)» indiquait on à la ville. Ils seront présents jusqu’à la mi octobre. 

    Vanves Environnement 92 qui a cartographié tous les arbres, arbustres et herbacés du département grâce à un atlas informatisé de l’occupation des sols en ile de France, le MOS (Mode d’occupation dessols), mis au point par l’Institut  (d’aménagement) Paris Région, a recensé 21 villes en manque d’espaces verts, c’est-à-dire ayant moins de 10 m2 d’espaces par habitant : Vanves en fait partie, alors que ce n’était pas le cas voilà plus de 20 ans. Elle a été classée par cette association dans les « zones qu’il faudrait renaturer ».

    Il est intéressant de noter que dans le même temps se constituait à Vanves, cet été, un Comité National de surveillance pour la préservation des arbres. Il fait signer une pétition pour une déclaration universelles du droit des Arbres afin d’obtenir un statut qui le protége. Et cela à un moment où dans la Métropole du Grand Pazis, des élus seraient prête à abattre des arbres pour aménager des pistes cyclables ou construire des immeubles

    Une piste cyclable – plutôt une bande cyclable - a été aménagée sur la RD 50 (Ernest Laval, Antoine Fratacci, Bd du Lycée) par le département des Hauts de Seine, ce qui a eu pour effet de supprimer la voie réservée aux bus sur le Bd du lycée. Ce qui a étonné certains vanvéens qui n’ont pas manqué de remarquer qu’à Paris par exemple, des pistes cyclables ont été créé sans pour autant supprimer des voies de bus. «Je ne comprends pas le choix de supprimer la voie bus Boulevard du Lycée. Cet axe était déjà égorgé tous les matins. Ce sera pire à présent avec donc plus de bouchons et plus de pollution. Les gens ayant pris cette décision n'ont jamais dû prendre le 126 ou le 189 entre 8h00 et 9h00» réagisait l’un d’entre eux sur les réseaux sociaux. Pas sûr que la RATP ait vu cela d’un bon œil car du coup la vitesse commerciale des bbus 126 et 189 en sera ralentie, surtout aux heures de pointe

    D’autres travaux ont été menés comme chaque été : L’installation d'une main courante sur les escaliers du square Jean Monnet à proximité de l'Escal, de nouvelles silhouettes Pieto avec bandes réfléchissantes permettant de renforcer la signalétique et la sécurité aux abords des écoles. D’importants travaux de rénovation ont démarré le 17 Août jusqu’au 15 Octobre  au petit cimetière qui deviendra bientôt un espace agréable et protégé. GPSO, en lien avec la Ville, a procèdé à la réfection du pavage du Square du 11 novembre attenant au Passage des reflets (Métro Malakoff-Plateau de Vanves). Un des objectifs de ces travaux, outre l'embellissement et l'entretien du cadre de vie et de l'espace public, était de remplacer les pavés calcaires qui s'avéraient parfois glissants en hiver par des pavés en granit présentant une meilleure adhésion notamment par temps de pluie…

    Enfin, des vanvéens d’origine libanaises se sont mobilisés dés l’explosion survenue le 4 Août à Beyrouth. Ils ont crée un Comité Solidarité Vanves Liban qui a organisé dés le week-end suivant,  une collecte dans les supermarchés de la ville (Intermarché, Carrefour Market, Carrefour Express et Franprix) qui se poursuivent les vendredis, samedis et dimanches jusqu'au 30 août. La ville leur a mis à disposition l’Espace Tuileries pour leur pemettre de tenir une permanence. Ils ont déjà envoyés en lien avec GPSO, une partie des 70 000 masques chirurgicaux et les 400 kg de produits de première nécessité qui ont été remis à l’association (sur la photo à Beyrouth)

  • CHRONIQUES DE DECONFINEMENT A VANVES : TOUJOURS LA GALERE SUR LA LIGNE 13

    Les vanvéens qui prennent le métro habituellement et ont dû y avoir recours, faute d’autres moyens de transports,  ont pu constaté sur les lignes qu’ils fréquentent, la 12 à Mairie d’Issy ou Corentin Celton,  et la 13 à Plateau de Vanves/ Malakoff  que la reprise s’est déroulé sans incident majeur,  la grande majorité des usagers, peu nombreux, portant un masque, ce qui a permis de respecter les règles de distanciation. «Les Franciliens ont fait preuve de civisme et d'autodiscipline pour cette première journée, qui s'est déroulée dans de bonnes conditions, avec seulement quelques incidents ponctuels et limités» a résumé Valérie Pécresse présidente d’Ile de France Mobilités (IDFM), autorité organisatrice des transports de la région

    Mëme si la Ligne 13 au sud du côté de Vanves-Malakoff-Chatillon-Montrouge, est moins saturée, il n’en reste pas moins que les vanvéens qui la fréquentent, sont témoin qu’aux heures de pointe c’est la galére. Généralement entre 7H30 et 9H30, la plupart des places assises sont occupés lorsque les rames arrivent à la station Plateau de Vanves/Malakoff. Et là,d’autant plus que certaines ont été neutralisés. Même l’offre était à 85% sur cette ligne (70% sur les autres, et 100% sur les 2 lignes automatiques 1 et 14), la RATP a dû passer à 100% Mercredi, à la suite de demande d’ajustement de Valérie Pécresse et de Jean Baptiste Djebarri, secrétaire d’Etat aux Transports. Avec la reprise d'activité de la plupart des entreprises, des rames bondées avaient pu être observées, surtout à l’heure de point du matin, sur celle ligne.

    Et manque de peau, à la reprise lundi matin, elle ouvrait avec un quart d’heure de retard à cause des infiltrations d'eau dues aux fortes précipitations causées par les orages  : «On a eu quatre problèmes sur la 13. Nos équipes de maintenance ont été très réactives sur le terrain, et à 06H15 on ouvrait, un quart d'heure après l'heure prévue, ce qui a fait qu'il y a eu un peu de monde qui est arrivé, mais on ne pouvait pas aller plus vite que ça, on avait juste le réseau qui était en partie inondé» a expliqué la PDG de la RATP Catherine Guillouard. «On a dû faire un peu de filtrage dans certaines stations à un moment. Mais on va certainement renforcer la présence aux terminus des lignes de métro entre 6h et 7h pour pouvoir encore mieux gérer, canaliser les flux, pour que les gens passent conformément aux règles sanitaires préconisées par l'État» ajoutait Philippe Martin Directeur Général Adjoint de la RATP

    Mais si le métro reprend progressivement, les vanvéens ont pu constater que 60 stations de métro étaient restées fermées au moment du déconfinement, dont Abbesses, Assemblée Nationale, Jules Joffrin, Marx Dormoy, Notre-Dame de Lorette, Rennes, Rue du Bac, Volontaires sur la ligne 12, Place de Clichy, Brochant, Liège, Pernéty sur la ligne 13. La RATP a avancé une raison de sécurité. Notamment pour la station République «dont les quais sont étroits». Sur ces 60, il y en a 55 qui sont de petites stations. «Ce que nous regrettons surtout, c’est que parmi les stations fermées, il y a de grosses stations de correspondances comme République, Havre-Caumartin et Stalingrad» indiquaient les associations d’usagers comme la FNAUT IDF ou Plus de Trains. Pour la RATP « ces stations sont toutes situées dans Paris intra-muros. Les Parisiens n’ont qu’à marcher 300 ou 400 mètres de plus pour trouver une station ouverte, ce qui est plus compliqué à faire en banlieue. Nous avons priorisé les lignes de banlieue». Les associations d’usagers avancent une tout autre explication à la fermeture de ces stations  :  le manque de personnel. «La RATP nous a confirmé que la fermeture de ces stations s’explique par le manque de personnel. Elle annonce autour de 8 000 agents en arrêt maladie ou en garde d’enfants sur un effectif total de 46 000 pour l’EPIC. Et affirme proposer aujourd’hui l’offre maximum qu’elle peut faire en fonction de son personnel. Soit actuellement en moyenne 75 % d’offre sur son réseau. D’où une interrogation sur la possibilité pour la RATP de porter à 100 % son offre début juin comme le demande le gouvernement si le taux d’indisponibilité de son personnel reste le même». En tous les cas, sur la 13, comme d’habitude, c’est la galére, comme peut le constater Boris Amoroz conseiller Municipal FG/PC qui l’utilise pratiquement sur toute sa longueur pour aller travailler à Saint Ouen

    C’est pourquoi beaucoup de vanvéens et de franciliens se sont mis au vélo, lorsqu’ils n’ont pas repris leur voiture ou scooter et motos, d’autant plus que  des collectivités locales comme la ville de Vanves, le département des Hauts de Seine se mettent à réaliser des aménagements et des pistes cyclables temporaires. Preuve que peut être le monde d’après sera différent !

  • CHRONIQUES D’UN VANVES EN ETAT D’URGENCE ET EN CONFINEMENT : L’engourdissement général !

    Voilà quelques jours prés, deux semaines que les vanvéens vivent en confinement, et la ville en état d’urgence sanitaire. Ce qui n’a pas empêché les vanvéens de rendre un hommage unanime à Soliman Abbas, leur marchand de fruits et légumes du centre Ancien, qui a impressionné sa famille et son fils Mehdi qui a collé sur la vitrine sa boutique les dessins, les mails, les courriers qu’il a reçu. A tel point que le Parisien a consacré un article dans son édition de Jeudi dernier à ce primeur vanvéen. Les réseaux sociaux donnent une infime idée sur la façon dont vivent les vanvéens ce confinement, mais tous ont constaté un certain engourdissement général    

    Alors que les paroissiens vanvéens s’apprêtent  à vivre un troisième dimanche sans célébrations liturgiques aujourd’hui, le Pére curé Bertrand Auville propose quelques petites causeries spirituelles enregistrées deux fois par semaine. Il a incité à traduire cette communion spirituelle avec les prêtres de Vanves  par des gestes de charité et d’attention les uns envers les autres. Et tout spécialement envers les personnes âgées qui résident dans les maisons de retraite vanvéennes, très durement éprouvées par la peur et l’isolement. Il les a invité à suivre l’exceptionnelle bénédiction Urbi et Orbi du Pape François vendredi, assortie d’une indulgence plénière. Impressionnante images suivies en direct par de nombreux vanvéens, le pére curé avec ses fréres prêtres , les bénédictines sur grand écran dans la salle Saint Jean, avec ce pape seul sur le parvis de la basilique Saint Pierre, protégé d’une pluie romaine drû sous un auvent, invitant  à la prière face à «la tempête de la pandémie », exhortant « le monde apeuré et perdu à revoir ses priorités et à renouer avec la foi »… magnifiant « le dévouement des personnes ordinaires, souvent oubliées, qui ne font pas la une des journaux» et qui «sont en train d'écrire aujourd'hui les événements décisifs de notre histoire : Médecins, infirmiers et infirmières, employés de supermarchés, agents d'entretien, fournisseurs de soins à domicile, transporteurs, forces de l'ordre, volontaires, prêtres, religieuses et tant et tant d'autres qui ont compris que personne ne se sauve tout seul», a énuméré le pape François. Et puis cette bénédiction «Urbi et Orbi» (à la ville de Rome et au monde) non pas de la célèbre loggia du palais apostolique, uniquement à Noël et Pâques, temps forts du calendrier chrétien, ou à l'occasion de l'élection d'un pape, mais devant la porte de la basilique en brandissant bien haut  le Saint Sacrement alors que les cloches sonnaient.

    «C’était  d’une extrême sobriété, sans faste, sans déploiement, de la liturgie à l’état brut, la vérité d’un homme de Dieu et proche des hommes, qui essaie de réconforter ses fréres et monter une priére pour toute l’humanité. Cette place vide, et le pape avançant seule sous la pluie, était saisissant. C’est une vieille tradition, le pape Pie s’était ainsi  rendu sur le site d’un bombardement lors de la seconde guerre mondial. Au moment des épidémies de pestes aussi car  cela manifeste quelque chose de  la mission de l’Eglise et d’un prêtre» réagissait le pére curé Bertrand Auville  qui en fera un théme de son prochain entretien sur Facebook ou le site des paroisses de Vanves. «Pour l’instant on peut faire quelque chose, en étant davantage appeler à être, et  j’essaie d’être présent davantage, à défaut de faire,  et dans des actions de proximité en prenant le temps  de prendre des nouvelles, et c’est ce qu’il faut faire ni trop, ni trop peu»

    Le second sujet d’étonnement durant cette première quinzaine de confinement, c’est l’engourdissement général qui a saisi Vanves comme toute la Région Ile de France : RTE a enregistrée une baisse de 28% de la consommation électrique, le Syctom une baisse de 17% de la collecte d‘ordures ménagéres, la RATP une fréquentation qui n’est plus que 5 à 6% par rapport à la normale et la SNCF autour de 10% soit une baisse de 80 à 90% des usagers, amenant ses entreprises à réduire leur trafic et à fermer des stations de métro pour la RATP, ce qui n’est pas le cas pour les stations Malakoff Plateau de Vanves sur la ligne ou Corentin Celton sur la ligne 12 fréquentées par les vanveéens.  Airparif a relevé une amélioration de la qualité de l’air de 20 à 30% dans l’agglomération parisienne consécutive à une baisse de plus de 60% des émissions d’oxydes de carbone, du jamais vu depuis 40 ans de mesures. Il en est de même pour le bruit où les mesures de BruitParif ont enregistré une baisse de 5 à 10 Décibels le long des axes routiers, de 2 à 7 Décibels le long des voies ferrées… «Avec la chute de la pollution sonore en ville, le paysage s’est beaucoup modifié. IL devient possible de percevoir les sens de la nature comme le chant des oiseaux ou les bruissements des feuilles dans les arbres. Autant de sonorités qui sont habituellement difficiles à entendre, masquées par le bruit incessant de la circulation et des activités humaines»   

    D’ailleurs les riverains du par des expositions s’en aperçoivent puisqu’ils ne sont plus gênés par les nuisances engendrées par son activité qui est nulle, en dehors du parking 7 où a été installé un centre de dépistage mais uniquement pour le personnel médical et soignant . «Les salons sont au point mort, car on a tout arrêté jusqu’à fin Avril, soit on a annulé, soit on a repositionné certains congrés et salons à partir de Mai, avec une activité qui  va se prolonger au-delà du 14 Juillet contrairement à l’habitude» confiait le président de la CCI Paris Ile de France à l’auteur du Blog.  Ainsi la Foire de Paris a été reporté début Juillet.