Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ratp

  • VANVES ET LA LIGNE 13 : UN MOIS APRES LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14, SES USAGERS RESTENT MITIGES ET LE COUVRE-FEU NE VA RIEN AMELIORE

    Si l’avis des vanvéens qui parcourent l’ensemble de la ligne 13 pour aller travailler en Seine Saint Denis reste mitigés sur les répercussions de l’inauguration du prolongement de la ligne 14 de Saint Lazare jusqu’à Mairie de Saint ouen, ils n’en constatent pas moins une diminution de la fréquentation des rames, mais la fin de «l'enfer» annoncée par Valérie Pécresse, présidente de la Région se fait pour l'heure attendre. Les usagers tirent un premier bilan mitigé : «On a l'impression qu'au niveau des heures de pointe, ça reste assez engorgé malgré tout. Il y a quand même moins de monde mais c'est pas autant que ce que j'aurais pu penser» réagit l’un d’entre eux au micro d’une chaîne d’infos. «Maintenant, je sais que je peux m'assoir alors qu'avant je ne pouvais pas forcément m'assoir, donc il y a un petit peu moins de monde» note un autre usagère. Alorsque ce n’est pas l’avis d’un autre : «Elle reste blindé, même avec la ligne 14. En heure de pointe, on est collés-serrés tout le temps. C'est la ligne 13. Elle ne changera pas !». D’ailleurs, ils voient la différence à partir des stations Miromesnil et Saint Lazare. L’ouverture de la station place de Clichy, à la fin du mois de janvier, pourrait changer la donne. Cette dernière permettra notamment la jonction entre les lignes 13, 14 et le RER C. Et donnera en outre accès au Tribunal de Paris. Il faudra ainsi peut-être patienter quelques semaines pour observer le désengorgement de 25% prévu par Île-de-France Mobilités, la haute autorité des transports franciliens.

    Malheureusement, le couvre-feu institué depuis samedi soir, pourrait changer la donne surtout en fin de journée, puisque l’heure de pointe va être avancer. Or la souplesse est très limitée pour accroître les fréquences de transport peu avant 18 h, sur toutes les lignes de mérro mais aussi RER, de tram et de bus . «Le couvre-feu avancé par l'Etat à 18h va contraindre certains voyageurs à partir plus tôt que d'habitude. […] IDF Mobilités a demandé aux opérateurs de mettre en oeuvre rapidement les renforts avant 16h30 qui seraient nécessaires pour avancer l'heure de pointe. Les renforts de chaque mode de transport avant 16h30 pourraient être augmentés jusqu'30 % selon les besoins des différentes lignes du réseau si nécessaire» précisait on vendredi dernier à IDF Mobilités.  Son souci est d’éviter de densifier beaucoup trop certaines rames sur un laps de temps très court, par un «effet accordéon» déjà enregistré au moment du déconfinement au printemps dernier. L'exercice ne sera pas facile, car sur plusieurs lignes, il existe très peu de souplesse pour rajouter des métros ou de RER peu avant 18 heures, en raison des intervalles de sécurité obligatoires entre chaque rame. «Hors Covid, la pointe habituelle du soir s'étend de 16 heures à 19 heures. A partir de lundi prochain, par la force des choses, elle va donc se décaler pour se concentrer fortement vers le bas, au risque de densifier les rames ou les bus dans la tranche horaire 17h/18h. Et il faudrait éviter qu’il y ait un engorgement des transports de 17H30 à 18H» indiquait la haute autorité des transports «Un effet difficile à cerner avec précision néanmoins, car relativisé par la faible fréquentation générale du réseau » note-t-on à la RATP. En tous les cas, sur la ligne 13, cela va être sportif

  • VANVES SOUS LE COUVRE FEU A PARTIR DE CE SOIR MINUIT JUSQU’AU 1er DECEMBRE

    Comme attendu, Emmanuel Macron a annoncé Mercredi qu'un couvre-feu serait instauré en IDF et dans 8 métropoles entre 21H et 6H jusqu’au1er décembre, dispositif, dont «on a vu la pertinence en Guyane et en Mayenne». Mais qui rappelle de mauvais souvenirs à nos aînés qui ont vécu l’occupation. «Si pendant six semaines nous tenons ce couvre-feu, nous pensons que nous pourrons progressivement rouvrir !» a-t-il prévenu. Les services de la mairie de Paris et de la préfecture de police ont travaillés dès jeudi sur la mise en oeuvre des mesures annoncées avant une conférence de presse commune d'Anne Hidalgo et Didier Lallement, prévue aujourd’hui en fin de matinée, où ils détailleront l’application de ce couvre feu dans le Grand Paris.  Mais de quoi s’occupe-t-elle n’ont pas manqué de remarquer les maires des Hauts de Seine, à propos de la maire de Paris, par la voix du président de leur association, l’AMF 92, alors qu’ils ont eu réunion avec le préfet du département, hier, pour savoir comment les choses peuvent se mettre en place et surtout quelles sont les exceptions, les dérogations possibles«Les citoyens des villes des départements limitrophes n’ont pas pris part à l’élection municipale parisienne. L’on s’interroge donc bien sur la raison pour laquelle Mme Hidalgo et le préfet de police s’arrogent le droit de parler au nom et pour le compte de ces premières. A quoi servent ces réunions (régulières avec le préfet des Hauts de Seine)  si finalement la décision nous échappe à tous au profit du préfet de police de Paris et de Mme Hidalgo ? Notre légitimité démocratique n’est pas moins grande, ni les capacités des préfets de petite couronne. A la vérité, le temps du mépris de Paris envers sa banlieue n’est en fait toujours pas passé !» expliquait Jacques Kossowski, président de l’AMF 92 et maire de Courbevoie.

    Philippe Laurent son collégue de Sceaux se demandait par exemple si les réunions du conseil municipal, qui ont lieu le soir, comme celui de Vanves hier, pourront se tenir : «Est-ce qu'on va considérer qu'une réunion du conseil municipal, c'est une réunion de travail ? Les réunions du conseil de copropriété, est-ce qu'on va considérer que c'est du travail ? Il y a toute une série de points qu'il faut discuter et mettre au point» indiquait le secrétaire général de l’AMF en prévenant : «Il va y avoir des arrêtés préfectoraux qui vont être pris et je pense qu'il va y avoir des recours concernant les libertés publiques. Surtout avec une heure comme 21h, c'est très tôt dans la journée. On aurait compris un couvre-feu qui commencerait à 22h, voire 23h, car à 21h, ça rend très difficile toute vie sociale et ça rend impossible l'activité des cinémas, des théâtres et de toute la vie culturelle. C'est quelque chose qui me paraît quand même un peu exagéré. Je parle de l'heure, je ne parle du principe du couvre-feu dans la nuit» précisait il sur France Infos

    Ainsi à Vanves, le comité directeur du Stade Vanves prévu à 19H30 à l’école Larmeroux pourra se tenir car le couvre-feu débute à minuit. Mais après, pour les entrainements des équipes de foot, de basket, de hand, d’athlétisme, etc…qui se déroulent le soir entre 19/20H et 22H, devront ils être avancé, ce qui parait difficile car beaucoup de ces sportifs quittent leur boulot pour venir directement s’entraîner. Comme pour les matchs de championnat qui se déroulent à 20H pour le basket et le hand. Il sera de même pour toutes les activités associatives qui se déroulent le soir ou se terminent vers 21H30/22H, la programmation du théâtre et du ciné de Vanves qui devront être avancer. A court teme, le pére curé de Vanves, Bertrand Auville devra avancer l’horaire de la soirée de présentation de l’encyclique « Fratelli Tutti » prévu le 4 Novembre à 20H45 à Saint Remy, et certaines messes, par exemple la messe des défunts prévue le 2 Novembre à 20H lors de la Toussaint. C’est tout un pan des activités socio-culturelles et sportives, riches à Vanves, qui va être touchée et perturbé pendant 6 semaines alors que les vacances de la Toussaint débutent ce week-end    

    Les  horaires de la RATP ne changeront pas, et les métros, bus circuleront à 100% sur l'ensemble du réseau RATP et notamment les lignes qui desservent notre commune,,  car il y a des vanvéens qui travaillent la nuit, en soirée ou tôt le matin. Comme lors du confinement, ils devront avoir une autorisation de sortie de leur employeur. Les professionnels de l'hôtellerie et de la restauration ont vivement réagis voyant dans le couvre-feu annoncé une «fermeture déguisée» de leurs établissement. Cette décision est «lourde de conséquences pour le secteur (...) déjà durement frappé par cette crise. Cette nouvelle contrainte horaire, qui condamne le service du soir, a pour conséquence pure et simple d'obliger nos restaurants à fermer» estimaient ils, ce qui devra être le cas pour certains établissements qui sont ouvert le soir comme la pizzeria Il giardino, les restaurants asiatiques du Plateau et du Centre Ancien, la crêperie La Girafe, Les Platanes Bd du lycée le 12 rue J.Bleuzen etc…

  • VANVES ET LE COVID-19 : PRENDRE LES TRANSPORTS EST MOINS DANGEREUX QUE BOIRE UNE BIERE SUR UNE TERRASSE VANVEENNE

    Les vanvéens sont vigilants dans ce contexte de crise sanitaire, notamment sur les réseaux sociaux où il s’expriment.  Alors que Paris et la petite couronne venaient de passer en zone d'alerte maximale, entraînant de nouvelles restrictions pour freiner la propagation de l'épidémie, des centaines de voyageurs se retrouvaient entassés et bloqués dans les couloirs du métro, comme l’ont montré de nombreuses vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et relayés par leurs soins. Et notamment sur la ligne 13 que beaucoup d’entre eux empruntent, et qui  a encore une fois subi l'ire de passagers massés près de quais rendus difficile d'accès par la surabondance de passagers. ET pourtant le préfet de police a confirmé que les transports publics ne feraient l’objet d’aucunes restrictions,  du moins pour l'instant, au contraire de nombreux autres lieux de contact comme les salles de sport, les gymnases, les piscines, les congrès ou les bars.  Ce qui apparait, à leurs yeux, complétement incompréhensible

    «Les transports en commun ne sont pas un lieu de contamination particulier», s'est justifié Jean-Baptiste Djebbari ministre délégué aux transports, en rappelant que «toutes les études scientifiques prouvent que moins de 1% des contaminations se passent dans les transports». En cela, le «protocole sanitaire extrêmement strict», déjà en place dans ces lieux de transit et en particulier le port du masque obligatoire suffit à limiter les risques au maximum. D’ailleurs Santé Publique France  indiquait que sur l'ensemble des 2830 clusters identifiés entre le 9 mai et le 28 septembre, les transports (l'avion, le bateau et le train) ne représentaient que 1,2% du total et une extrême minorité des clusters en cours d'investigation. Les contaminations ont principalement lieu dans les «entreprises hors établissements de santé», pour un quart, en «milieu scolaire et universitaire», pour un cinquième, et dans les «établissements de santé» ou les «événements publics ou privés et rassemblements temporaires de personnes», pour un dixième chacun. Pourtant , à la Mi-Juin, le Haut Conseil de la Santé Publique considérait les transports en commun comme «des lieux clos à risque de transmission du virus». Qui croire ?

    «Les règles sanitaires sont plus strictes dans les transports que dans les bars. Le port du masque est, par exemple, permanent», rappelait Ile de France Mobilités, la haute autorité des transports en IDF où siége le maire de Vanves. «Nous n'avons pas connaissance de clusters dans les transports en commun. Toutes les études, y compris à l'étranger, montrent que ces lieux sont sûrs. Les mesures prises suffisent à garantir que le risque de contamination est limité» ajoutait elle.  De surcroît, l'absence de touristes, le développement de modes de transport alternatifs et le télétravail viennent parallèlement réduire la pression sur les lignes. «Les images particulièrement impressionnantes partagées lundi sur les réseaux sociaux sont le résultat de «dysfonctionnements» sur la ligne 13. Il y a eu un concours de circonstances, avec deux incidents à la suite», expliquait-on la RATP qui décidé de mobiliser ses agents pour canaliser les flux, pour éviter que les scènes d'attroupements sur les quais de la ligne 13, dans les couloirs du métro ou dans le RER B se reproduisent. Il n’en reste pas moins que le message est clair : prendre le métro est désormais moins risqué que boire une bière en terrasse