Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

viparis

  • UN COLIVING AVANT L’HEURE A VANVES AVEC LA RESIDENCE DES CELIBATAIRES

    Enfin, dans le projet Mixcité, suspendu pour l’instant grâce à l’action des riverains, il y avait ce projet de coliving, résidence d’appartements à parttager : Des logements à partager, avec divers services dans la résidence du genre spa,  salle de fitness, café épicerie etc…

    Ce qui n’est pas nouveau à Vanves même si le concept a évolué avec le coliving : Mais c’est ce que proposait à l’époque de sa construction la résidence des célibataires rue du Moulin, construite en même temps que l’hôtel Mercure et ses immeubles voisins en 1982/1983 sur le Plateau : Ce n’était pas des appartements partagés, mais 220 studios de 25 m2 avec différents services : Salle de gymnastique, buanterie avec des machines à laver le linge et deux sécheusses, une sllteTV…Cette résidence avait été imaginé par le promoteur Pierre Devillard.

    D’ailleurs dans les immeubles riverains du parc des expositions à Vanves comme chez les communes voisines, les agents immobiliers et notaires, ont noté que des entreprises recherchent de grands appartements pour les transformer en coliving avec 3 à 4 ou 5 chambres avec living/salle à Manger, cuisine communes pour les louer à des personnes venant travailler pour un salon ou plus longtemps 6 mois, un an ou plus à Paris. Un nouveau phénoméne.

  • UN ETE DE DERAPAGE POUR VIPARIS DU COTE DES RIVERAINS DE VANVES ET D’ISSY

    Un incident particulièrement significatif des relations difficiles entre le parc des expositions et ses riverains est passé inaperçu au début de la semaine, si certains riverains du parc des expositions n’avaient pas réagis. Les riverains de la rue du 4 Septembre ont eu le droit d’être perturbé par une véritable boîte de nuit installée aux proches des habitations, durant les soirées des 26 et 27 Août 2019. Ce qui a suscité de vives protestations. Ils se sont demandés, à juste titre, pourquoi installer une telle boite de nuit si proche des habitations dans le Hall 3 avec ses terrasses donnant sur les immeubles du 4 Septembre. Avec la chaleur, tout le monde était dehors côté parc, et les fenêtres étaient ouvertes, côté riverains. Avec des sons très graves à vous secouer le cœur…Mais pourquoi avoir donné un tel emplacement à ses organisateurs alors que les dirigeants disposent non seulement de halls plus centraux, moins gênant comme les halls 4 et 2, mais surtout du Palais Sud avec ses salles du Paris Center Convention et sa boîte de nuit au dernier étage dont ils se gargarisent dans la presse à longueur d’articles. Et les riverains des rues Yoll et du Moulin comme de ce quartier pavillonnaire s’en sont d’ailleurs plaint lorsque les fins de soirée se terminaient dans ses rues avant que la ville obtiennent que les accès et sorties s’effectuent côté porte de la Plaine

    Cet incident de la fin Août est très révélateur de l’état d’esprit des dirigeants du parc des expositions dont les riverains ont eu une démonstration avec le fameux projet Mixcité heureusement suspendu, mais aussi à chaque montage et démontage de grands salons. Une association de riverains, aujourd’hui dissoute, l’ARPEX, qui a toujours cherchée à concilier cette activité congrés salon qui assure l’attractivité de Paris, et l’environnement proche du parc des expositions,  avait obtenu que l’activité logistique se déroule plus au centre du parc et moins sur ses franges, côté habitation surtout de Vanves et d’Issy, mais pas côté Paris, et surtout avec ses containers sur roues qui font un bruit infernal lorsqu’on les secoue, surtout à 2H ou 3H du matin. Mais voilà, depuis un certain (long) temps, toutes ces bonnes intentions ont été oubliées, à chaque montage et démontage, la nuit est infernale pour les riverains, d’autant avec les «bip-bip» des marches arrière des engins, car les manutentionnaires roulent sur des centaines de métres en marche arrière plutôt qu’utiliser  la marche avant plus silencieuse. Les riverains s’en  sont mais « c’est comme pisser dans un violon».  Voilà une fois de plus, une preuve du manque de considération des dirigeants de Viparis vis-à-vis riverains malgré leurs bonnes paroles et leurs réunions de concertation, deux fois par an, complétement bidon lorsqu’on voit le résultat concret!

  • UN DEBUT D’ETE 2019 PROMETTEUR A VANVES : PAS DE FOOD STRUCK A L’INSURRECTION, NI DE BUREAUX OU CO-LIVING RUE DU 4 SEPTEMBRE

    Vanves a pris un petit air de Vacances, avec les premiers départs vendredi après midi, les vanvéens circulant avec ses valises sur roulettes sur les trottoirs faisant entendre non pas leur douce musique mais leur infernal roulis, surtout en pleine nuit ou au petit matin. Hier matin, Vanves avait pris un air de fêtes avec ses jeunes qui allaient chercher leurs résultats au bac, notamment du côté du lycée Michelet, avec des parents anxieux qui prenaient d’un air soi disant tranquille leur café, soulagés lorsque leur progéniture les prévenait du résultat, avec ou sans mention. Des signes de vacances ne trompent pas comme ce premier barbecue de l’été dans la cour de la maison paroissiale Saint Remy Mercredi dernier (sur la photo) qui a réunit prés d’une quarantaine de personnes, avec beaucoup d’habitués autour de Nathalie et Pascal Le Gouallec

    Sur le plan politique, cette semaine a été marqué par une mobilisation de l’exécutif municipal sur certains projets d’aménagement. Comme l’expliquait récemment un vieux routier de la politique des Hauts de Seine « un maire, à neuf mois des municipales, c'est comme un chevreuil le dimanche avant l'ouverture de la chasse. Il sait qu'il doit être malin !». Et là-dessus les vanvéens peuvent faire confiance, car leur maire est un artiste en matière de campagne électorale. Et il a passé cette semaine à éteindre les incendies qui couvrent en organisant des réunions publiques limitées aux riverains,  des projets de requalification du square de l’Insurrection en début de semaine – Le food Struck a été abandonné -  et de construction immobiliére sur le haut de la rue Gabrielle d’Estrée à l’angle avec le rue Jullien à l’emplacement de plusieurs pavillons, hier soir. D’ailleurs, Viparis a annoncé lors du comité des Riverains du parc des Expositions mardi, suspendre une partie du projet Mixcité : les bâtiments le long de la rue du 4 Septembre ne se feraient pas pour l’instant, c’est-à-dire qu’ils seraient, abandonné ou plutôt suspendus, sauf les hôtels prévus au bas de cette rue et face à l’hôtel Mercure rue du Moulin. «C’est mieux que rien !» constatait l’un des riverains attaché à cette coulée verte de la rue du 4 Septembre.