Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

viparis

  • A COTE DE VANVES, LES TRAVAUX DE LA TOUR TRIANGLE SONT LANCES

    Unibail-Rodamco-Westfield vient de commencer le chantier de la tour Triangle à Paris, après des mois de contestations et de critiques. Des palissades blanches ont été installés avenue Ernest Renan séparant les deux parties du parc des expositions, entre cette avenue et le hall n°1. Les camions et engins sont à l'œuvre, en train de préparer le terrain avant les premiers coups de pioche pour construire cette immense tour.

    Cette tour,  signée de l'agence d'architecture suisse Herzog et de Meuron,  comptera 42 étages sur 180 mètres de haut qui hébergera notamment un hôtel quatre étoiles, plus de 2.000 m2 d'espace de travail partagé ("coworking"), un centre de santé et un espace culturel. Pour les architectes c'est un projet qui limite l'emprise au sol, et donc l'artificialisation de sols pour accueillir un nouveau bâtiment. Son emprise au sol est trois fois inférieure à un bâtiment habituel de même surface. Il comportera 2600 mètres carré de terrasses végétalisées. Le promoteur, le groupe Unibail-Rodamco-Westfield vante la construction vertueuse de cette tour avec des façades bioclimatiques du béton bas carbone. La ville de Paris assure de son coté, que des bureaux pourront être transformés en logements si besoin. Les opposants ont dénoncé «un mastodonte énergivore de 15.000 tonnes de béton, imposé par Anne Hidalgo, qui ne répond à aucun besoin» comme l'avait déclaré en décembre dernier  le maire (LR) du XVe arrondissement Philippe Goujon.  Les élus écologistes de Paris avaient également avancé que ce projet «héritier de l'urbanisme des années 60, est économiquement anachronique et hors sol à un moment où le développement du télétravail et du co-working a bouleversé l'immobilier tertiaire et où plus de 4 millions de m2 de bureaux sont vacants sur le territoire francilien».  Pour ces élus, «c'est une tour au bilan carbone catastrophique pour sa construction comme son fonctionnement.  Il faut 3 à 4 fois plus de béton et d'acier pour construire la tour que pour construire un bâtiment très basse consommation respectant les plafonnements parisiens», ont ajoutaient les membres du Collectif contre la Tour Triangle, association d'opposants.  Le projet qui coûtera 700 M€ doit voir le jour en 2026.

  • LE FEUILLETON DE LA TOUR TRIANGLE A COTE DE VANVES : TRAVAUX PREPARATOIRES ET 2e PLAINTE DENANT LE PNF

    Des «travaux préparatoires» ont été lancés vendredi 10 décembre à Paris sur le site qui accueillera la très controversée tour Triangle, même si le chantier en tant que tel ne devrait commencer que «courant janvier», a indiqué le groupe Unibail-Rodamco-Westfield (URW) à l'AFP qui précisait qu'il s'agissait à ce stade de travaux préparatoires de déblaiement et de sondage. Le projet à quelque 700 millions d'euros - selon des estimations qui ont circulé dans la presse - prévoit une tour de 180 mètres de haut et 42 étages qui sera érigée dans l'enceinte du Parc des expositions de la porte de Versailles. Elle hébergera notamment un hôtel quatre étoiles, plus de 2000 mètres carrés d'espace de travail partagé («coworking»), un centre de santé et un espace culturel.

    Plus tôt dans la journée, le maire (LR) du XVe arrondissement Philippe Goujon, opposé au projet, avait indiqué sur son compte Twitter que «malgré l'opposition résolue des habitants, des associations environnementales et de la mairie du XVe arrondissement, les travaux de la tour Triangle commencent: un mastodonte énergivore de 15.000 tonnes de béton, imposé par Anne Hidalgo, qui ne répond à aucun besoin». Il avait accompagné son tweet de deux photos montrant une pelleteuse à l'œuvre sur le site, en train de déblayer des gravats.

    En début de semaine, les opposants à ce projet de construction ont saisis le Parquet National Financier pour  délit d’octroi d’avantage injustifié». C’est la deuxième plainte déposée au PNF contre ce projet immobilier déposé par France Nature Environnement IDF, SOS Paris, ADHAPE ainsi que la conseillère de Paris LFI Danielle Simonnet. «Comment justifier la construction d’une tour de verre et d’acier, hautement énergivore, de 70 000 mètres carrés de bureaux dans Paris, une ville qui en regorge, dans ce quartier du parc des expositions déjà saturé, et insuffisamment desservi par les transports en Commun, et cela en pleine crise sanitaire et climatique ? On privilégie encore à l’heure du grand Paris des investissements qui ne profitent qu’aux financiers et vont à l’encontre de la ville bioclimatique prônée par la Mairie, du bien-être et de la santé des habitants. Le Conseil de Paris s’est prononcé contre cette tour, les élus de l’arrondissement s’y opposent également" Dans cette situation absurde, les requérants en appellent à la sagesse ! Ils demandent un moratoire sur les travaux de la Tour Triangle en attendant les conclusions du PNF. Il faut arrêter les pelleteuses d’Unibail et Axa qui creusent les sillons d’une affaire politico-financière néfaste à l’avenir de notre cité» insistent les associations qui ont décidé de déposer cette nouvelle plainte au PNF

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

     PARC DES EXPOS : LE FAIT DU PRINCE

    «Ainsi que Vincent Fellmann l’a expliqué à certains riverains du parc de la Porte de Versailles, la date du 18 Novembre a été une journée très particulière. Il s’est agit en effet du déplacement et du discours du Président de la République au salon des maires.  A ce titre, les règles de sécurité s’imposent immédiatement à l’organisateur de l’événement -Association des maires de France, au gestionnaire du parc -Viparis, et à tous les intervenants sur le parc.  Il nous est demandé de «geler» tous les flux du parc, c’est à dire interdire toute entrée comme toute sortie.  C’est une mesure exceptionnelle qui explique la situation autour du parc» a indiqué dans un courrier au maire de Vanves Pablo Nakhle Cerruti, directeur général de Viparis à propos des embouteillages qui ont bloqué, ce jour là, la porte de la Plaine. «J’ajoute qu’en aucun cas mes équipes chargées de la logistique comme celles de l’exploitation du parc ni ne minimisent ni ne tirent satisfaction des difficultés générées du fait de l’activité du parc.  C’est un sujet de préoccupation et de vigilance quotidien. Les solutions que nous mettons en place permettent d’améliorer la situation, elles n’en demeurent pas moins perfectibles» ajoute-t-il. Un courrier que le maire de Vanves a communiqué à l’association Agir Pour le Plateau. «Vos photos comme la vidéo du collectif du 4 septembre ont été transmises à M. Pablo Nakhlé Cerruti, Directeur Général de Viparis, pour qu’une analyse approfondie soit faite, dans l’intérêt des riverains, comme du Parc des Expositions pour améliorer son dispositif de gestion des flux lors des phases de montage et démontage d’événements» précise Bernard Gauducheau 

    INTEGRATION DU SQUARE AU SERVICE ESCAL

    Suite à la mise en place d’une nouvelle organisation, le Square (Service QUalifié pour l’Accueil et l’animation pour les Retraités) qui  propose aux séniors des ateliers (danse, activités créatives, jeux…) des animations (films, goûters, fêtes…), des sorties culturelles, des promenades… a été rattaché à l’ESCAL (Espaces SocioCulturels d’Animations et de Loisirs) qui regroupe le centre socioculturel (ateliers, animations, permanences sociales, actions envers les familles…) comme la Structure Information Jeunesse (SIJ). «Jusqu’à maintenant le SQUARE fonctionnait avec une adhésion annuelle au quotient familial (entre 5€ et 75€), puis toutes les activités étaient gratuites. Ce qui pouvait engendrer un engagement moins important de la part des séniors (annulations de dernière minute) et obligeait les personnes souhaitant participer à une seule activité à prendre l’adhésion complète» a expliqué la municipalité lors du conseil municipal du 7 Décembre dernier qui a décidé qu’àpartir du 1er septembre 2022, le SQUARE s'aligne sur le fonctionnement de l'ESCAL,  et sa grille tarfiaire afin « de gagner en clarté et en simplicité ». Ainsi lesadhérents du SQUARE pourront participer aux Conseils des Adhérents de l’ESCAL et donc d’influer sur la vie du centre socioculturel et du SQUARE, s’inscrire aux ateliers annuels et trimestriels, bénéficier des tarifs réduits du Cinéma/théâtre de Vanves, accéder librement à la salle multimédia, de participer aux formations et d’avoir des rendez-vous personnalisés…en dehors des activité propre au SQUARE qui organise des stages, des sorties et des animations en journée, en soirée ou en week-end pendant et hors vacances scolaires.