Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marc lipinski

  • LA VILLE DE VANVES EN 2035 : UN TERRITOIRE EN TRANSFORMATION ECOLOGIQUE

    « En 2035, on se promène à Paris-Vanves, sans avoir les yeux qui piquent, on entend facilement le chant des oiseaux et on peut observer les étoiles depuis que de nouveaux systèmes d’éclairage public ont été installés. L’espace public est redevenu le lieu de lien social et de rencontre, surtout lors des festivals de culture de la rue pour lesquels la commune est désormais reconnue, jusqu à Niteroi, banlieue de la métropole de Rio de Janiero avec laquelle Paris-Vanves s’est jumelée en 2025 » raconte le petit fils d’Albert Dreslon célébre localier qui avait sévi dans les années 80/90 à la Tribune Régionale et d’autres journaux ou blogs locaux de l’époque.

    Vanves est devenu un quartier périphérique de Paris Métropole avec 30 000 habitants dont 15 000 actifs, avec « beaucoup d’entreprises tournées vers la transition écologique et énergétique et non plus vers l’audiovisuel. Sa population rajeunie, riche d’une culture de l’innovation citoyenne s’est appropriée les potentialités créées par l’accord général général sur le climat intervenu en 2015 lors de la fameuse COP21 de Paris-Le Bourget. Convaincus de l’urgence des enjeux une nouvelle fois répétée par le GIEC, une majorité des habitants s’était mobilisée dans la décennie qui avait suivi, pour une mise en œuvre des mesures et des objectifs retenus dans l’accord » raconte un autre témoin de l’époque qui ne se souvient plus très bien du nom du premier maire écolo, un(e) certain(e) Lipinski-Schmid, en revenant sur la façon dont les écologistes ont pris la mairie en 2020 : « C’est à l’occasion de l’ascension de son maire de centre droit à de plus hautes fonction en 2017 que la donne a changé. Aux élections municipales suivantes, l’équipe citoyenne et écologiste qui, depuis 2001, s’était progressivement implantée dans  le paysage social, s’imposait à la surprise des moins avisés, d’abord au 1er tour face à une gauche traditionnelle déconsidérée aux plans national comme local, puis largement au second tour face à un candidat de droite sans ancrage local affirmé. Cette victoire imprévue était clairement liée à la modification de la sociologie de la population vanvéenne qu’avait entrainée l’impossibilité pour les plus jeunes foyers de trouver à se loger dans Paris Cœur (anciennement Paris-Muros) »

    La nouvelle équipe municipale  soutenue par la candidate aux présidentielles de 2017, Noëlle Dumont-Hulot qui avait fait un score à deux chiffres, avait révolutionnée « les modes de fonctionnement à l’intérieur même du conseil municipal et de la mairie, mais aussi avec tous les habitants, entre autre, grâce à un usage généralisé et novateur des technologies numériques maitrisés par tous les habitants », « un dialogue quotidien entre élus et citoyens »… « Finis les sempiternels affrontements entre majorité automatique et opposition systématique, les propositions innovantes sont prises en considérations, sans préjuger de leur origine ». Adepte du non cumul, et de la limitation des mandats,  ses élus avaient passé le relais au bout de deux mandats (maximum) en associant leurs successeurs à l’exercice de leur mandat 

    LIENS INTER-QUARTIERS PERIPHERIQUES

     « L’une de ses première préoccupation a été la réintroduction de la nature et de l’agriculture dans la ville grâce à plusieurs initiatives : jardins auto-administrés accessibles à tous et surtout aux écoliers, jumelage avec de jeunes agriculteurs chez qui sont organisés des visites via  les AMAP qui se sont multipliées, cuisine centrale mutualisée avec d’autres quartiers voisins de Paris Métropoles  tant pour les établissements scolaires que les entreprises locales, installations de restaurants éphéméres, de stands de restauration biologique où se côtoient goût du terroir et traditions venues d’ailleurs… » indique ce témoin des premiers pas des écologistes aux affaires municipales.  Paris-Vanves a développé des relations de très bon voisinage avec ces voisines,  « avec des projets intercommunaux innovants et écologiquement responsables  sur la dalle du Bd Périphérique porte de Vanves, avec Paris-Malakoff ,  autour de la station du Clos Montholon (Fort d’Issy/Vanves/Clamart) de la toute nouvelle ligne 15 de métro (Grand Paris Express) », avec « des espaces pour accueillir des entreprises intervenant dans tous les domaines de l’économie verte et créative, désireuses de mutualiser leurs moyens dans le cadre d’une charte écologique de développement partagé. Enfin, une réflexion a été menée avec les communes voisines  de Malakoff, de Clamart et d’Issy les Moulineaux pour développer et mutualiser les navettes devenues payantes grâce au Pass Navigo Unique, et les rendre plus fréquentes » ajoute le petit fils d’A.Dreslon..

    LIENS SOCIAUX

    La seconde concernait les liens sociaux  qui « ont retrouvés l’importance qu’ils avaient perdus dans la période d’individualisme exacerbé caractéristique des années 1980-2010 » d’autant plus que « la société de 2035 est traversée de tensions structurelles à Paris Vanves comme ailleurs. L’implication de nouvelles générations dans la ville a été favorisée autour de projets qui leur tiennent à cœur »  avec le retour du service civique, de l’accés de tous à la santé, en mettant l’accent sur les familles et les personnes les plus fragiles, en développant des actions de prévention et de suivi particulier de certains publics par un réseau associant professionnels de santé, services municipaux et associations, la prise en charge des personnes âgées à domicile ou en fin de vie, mais aussi un respect des principes de laïcité en développant le dialogue oécuménique. « Une maison des familles, lieu de rencontres pour tous les âges de la vie, de la prime enfance aux seniors, fonctionne en réseau, avec les professionnels du secteur et les services municipaux. Il s’agit de repérer les inégalités sociales plus en amont dés leur création » indique t-il

    PLAN CLIMAT TRES AMBITIEUX

    Cette équipe municipale a mise en place un plan climat plus ambitieux que les précédents dés 2025, avec lutte contre la précarité énergétique, « l’accompagnement de propriétaires de pavillons et d’immeubles vétustes prêt à s’engager dans la production de logements supplémentaires dans de petits bâtiments écologiquement performant et offrant une part croissant de locaux d’intérêt collectif (local séche linge, locaux ateliers,  vélo) », avec encadrement des loyers, une concertation suivie avec les bailleurs et les promoteurs immobiliers professionnels… « Mais des difficultés persistent encore concernant la mobilité dans les logements sociaux, mais aussi l’harmonisation des procédures avec d’autres communes limitrophes comme celles de Paris-Issy Les Moulineaux où la mixité sociale est moins bien présente et dont l’équipe ne fait pas mystére qu’elle souhaite avant tout être attractive pour les foyers aux revenus élevés ». Par contre l’habitat partagé s’est développé après l’exemple donné par la Fonderie  à la fin des années 80.  Ce plan climat s’est  traduit par « le tri multi-critére obligatoire permettant à tout un circuit d’économie circulaire de se mettre en place au niveau local ».

    TERRITOIRE DE DEPLACEMENTS TRANQUILLISES

    Enfin et surtout, Vanves est désormais classée « territoire de rencontres et de déplacements tranquillisés » depuis une longue et large concertation menée en 2020/21 avec l’ensemble des acteurs. « En 20 ans, 80% de la circulation motorisée individuelle a disparue des rues de la ville » indique ce témoin en racontant comment dés 2020, « la place de la voiture par rapport aux autres modes de transport a nettement diminué grâce aux choix de la municipalité et en étroite concertation avec Paris, Malakoff et Clamart : Les rues Jean Bleuzen et Raymond Marcheron ont été mise en sens unique et en sens opposés, et  ont ainsi permis de restructurer l’espace, avec des trottoirs élargis et une bande cyclable à contre sens, de limiter les flux de véhicules venus de plusieurs communes du Sud des Hauts de Seine, qui traversaient Vanves pour se rendre à Paris en voiture. La réhabilitation et la mutualisation des espaces sportifs du parc Michelet a permis d’aménager une piste cyclable et piétonne à l’intérieur du parc permettant d'éviter le très désagréable boulevard du lycée. L’Axe Ernest Laval-Antoine Fratacci-Bd du Lycée est devenu une zone à circulation apaisée. De nouvelles pistes cyclables et cheminements piétons  ont fait leur apparition. Une voie verte (réservée aux cyclistes et piétons) a été mise en place le long du talus des voies de Montparnasse entre la porte Brançon et la rue de l’Avenir en utilisant les petites voies existantes et grâce à l’achat d’un passage en fond de parcelles de certaines propriétés, en longeant plusieurs jardins partagés…" témoigne un journaliste qui a travaillé à « La Rosée du Matin du Vanves » journal municipal qui avait remplacé le « Vanves Infos «  au titre ringard qui n’avait pas changé depuis des années (1965).

    Paris Vanves s’est portée candidate comme territoire expérimental de lutte contre la pollution de l’air » indique ce témoin en ajoutant que  « Vanves a même reçu le label de « ville en transformation écologique » dans la catégorie des villes moyennes. Ainsi, loin de clochemerle, des défilés commémoratifs ou des flonflos de la Marseillaise, les habitants de Paris Vanves vivent au rythme d’engagement qui dépassent infiniment leur espace local »

    «(Un texte inspiré du programme d’ELLV aux dernières élections municipales et du livre « Paris Climat 2015- Vingt ans après » avec la contribution de Marc Lipinski et Lucile Schmid : « Paris Vanves, commune et transformation écologique »)

  • 2 ELUS ECOLOGISTES DE VANVES SENSIBILISENT SUR LA COP 21 : Lucile Schmid et Marc Lipinski ont posé la question à des spécialistes : « Et si la conférence mondial sur le climat réussissait ? »

    L’objectif des écologistes est d’obtenir une forte mobilisation de la société civile pour faire pression sur les décideurs et obtenir des résultats lors de la 21éme conférence Internationale sur le Climat (COP 21) prévue en Décembre 2015 à Paris (Le Bourget). Peu de franciliens ne se font encore une idée de l’ampleur que va revêtir cette conférence internationale comme n’en a jamais accueillie la France jusqu’à présent avec 40 000 délégués, et plus de 400 000 manifestants pour la grande marche qui l’ouvre ou la clôture habituellement. Deux vanvéens suivent de très près sa préparation : Lucide Schmid, secrétaire général de la Fondation de l’Ecologie Politique crée par EELV et Marc Lipînski, Président de son Comité scientifique. Ils présentent, aujourd’hui à 11h au Palais Brogniart (ex-Bourse), à l’occasion des Vœux de cette Fondation,  un ouvrage collectif réalisé avec une vingtaine d’auteurs à qui, ils  ont demandé de répondre  à la question : « qu’est-ce que serait la société au niveau mondial si la COP 21 réussissait ? ».

     

    « On a essayé de se livrer à une sorte d’exercice de prospective positive sur la société et le monde en 2035. C’est un peu dans la lignée de ce que nous avions voulu faire durant les élections municipales à Vanves en Mars 2014  avec Vanves 2020. A l’époque, certains avaient dit que « les Verts fumaient la moquette ». Nous  avons  continué à fumer la moquete, mais cette fois-ci en 2035 et dans la perspective climatique et positive. Nous avons repris une partie de notre programme pour les municipales avec « Vanves 2035 ». Dans cet ouvrage qui a une portée un peu universelle et européenne, Vanves est présent  - dans un chapitre qui explique que « Vanves a obtenu le prestigieux label de « commune en transformation écologique » -  en expliquant que c’est une ville emblématiquie du Grand Paris. On fait de l’anti Houellebecq qui s’est livré dans son ouvrage, à une sorte de prospective ultra perssimiste et raciste, en parlant plutôt d’une société apaisée, coopérative, sans négliger les éléments de conflictualité, et la difficulté à changer les mentalités » explique Lucile Schmid qui a écrit avec Marc /Lipinski, ce chapitre. « J’évoque la vie d’une famille entre 2020 et 2035 pour montrer comment la transition écologique, énergétique aura un impact sur  nos vies personnelles, car chacun se demande ce que cela pourra changer dans sa vie quotidienne en positif, et aussi en terme de bouleversement et d’obligation de changer de comportement ». Le Blog aura l’occasion de revenir sur le chapitre de ce livre collectif consacré à « Vanves en 2035 »

     

    Le groupe écologiste du Conseil Régional dont fait parti Marc Lipinski est fortement mobilisé sur ce rendez-vous. Les écologistes ont réunis récemment des associations, fondation reconnues d’utilité publique, SCIC (Sociétés Coopératives d’Intérêt collectif)  agissant dans le domaine de l’environnement et du développement durable pour leur présenter le Fonds Vert/Climat créé en 2014 (avec 700 000 €) et doté en 2015 d’un budget exceptionnel de 2 M€ dont elles peuvent profiter à la condition de mener un projet d’action ayant pour objet principal de sensibiliser les franciliens aux enjeux de la COP 21, susciter et organiser une vaste mobilisation citoyenne autour de la COP 21. « C’est plus difficile à une collectivité comme la Région de réfléchir à son implication dans un événement comme la COP 21 car elle se situe l’Etat qui est acteur dans cette négociation, et la ville de Paris qui l’accueille en étant engagée avec d’autres capitales mondiales dans la lutte contre le réchauffement climatique » reconnait Corinne Rufet (EELV) vice présidente chargé de l’Environnement.

     

     « Pourtant la Région s’est emparé de ce thème du réchauffement climatique avec une vision plus globale, comme ses consoeurs, notamment avec un programme d’actions concrétes inscrites, pour l’Ile de France, dans le SCRAE, avec des objectifs à atteindre d’ici 2030/50 » explique t-elle en indiquant les 3 grands thèmes sur lesquels travaille la Région : La lutte contre les crues et surtout les eaux de ruissellements suite à des pluies qui deviennent plus fréquentes et plus violentes à de cause de sols imperméabilisé, grâce notamment au développement de trames vertes et bleues. La lutte contre les hausses de température et les canicules   en « climatisant la ville » par exemple : Il y aurait 5 millions de m2 à végétaliser pour lutter contre l’effet canicule en Ile de France. Enfin le développement de l’agriculture périurbaine pour assurer une autonomie agricole de la Région en l’adaptant aux températures en hausse. Plusieurs manifestations sont déjà inscrites dans le calendrier régional : Le festival International du film de l’environnement qui débutera le 3 Février sur le théme du climat, et surtout une simulation de la COP 21 par 400 lycéens et apprentis qui est prévue début mai 2015.

  • LA FONDERIE A VANVES : UNE REFERENCE DE L’HABITAT PARTICIPATIF DEPUIS 25 ANS

     

    Vanves est un peu regardé comme un modèle dans le petit milieu de l’habitat participatif, en étant devenu une référence avec « la Fonderie ».A un moment où le gouvernement souhaite accompagner et sécuriser l’habitat participatif alors que « ce mouvement est resté longtemps confidentiel et associé à un militantisme marginal, il  trouve aujourd’hui des échos positifs dans le milieu institutionnel et les collectivités qui s’engagent en proposant des terrains » constatait l’IAU IDF (L’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile de France)  « L’habitat participatif peut se définir comme l’implication d’un groupe d’habitants dans la conception, la construction, la gestion de leur logement. Il s’agit de mutualiser les ressources (financières, culturelles, idéologiques) afin de créer un cadre de vie partagé entre sphère privée et espaces communs ». Ce qui permet d’avoir un panel d’approches multiples, à chaque projet de revendiquer une certaine singularité, avec quelques fondamentaux communs touchant au développement durable (mixité sociale et générationnelle, gestion responsable  des ressources, économie sociale et solidaire, mutualisation).  Des communes ont inscrit l’habitat participatif dans leur agenda 21 ou leur PLH sous la forme d’objectif mais aussi de fiche-action, et un réseau national des collectivités en matière d’habitat participatif a été constitué en 2010 regroupant une vingtaine de collectivités. La loi ALUR l’institutionnalise en créant deux types de société, la coopérative d’habitants et la société d’autopromotion proches des idéaux types structurant le paysage de l’habitat participatif. « Cette institutionnalisation devrait permettre de sécuriser les procédures, d’accélérer les processus etc…tout en pérennisant cet habitat participatif avec le risque d’un appauvrissement de la dimension créative et innovante portée par l’initiative habitante » 

     

     « La Fonderie » de Vanves est un véritable petit havre de paix depuis plus de 25 ans qui regroupe une dizaine de logements de toutes tailles et de formes différentes, avec une sécheuse collective, deux chambres d’amis, deux salles de réunions, un jardin et deux composts. Cet habitat participatif est né d’un projet entre 3 amis dont Marc Lipinski, Président de l’ARENE (Agence Régionale de l’environnement et des Economies d’Energies) et ex-vice président Universités et Recherches de la Région (2004-10), lors d’un raïd sur l’Himalaya dans les années 70. 20 ans plus tard, il se concrétisait tout simplement parce que « ma compagne ne se voyait pas vivre à Paris et qu’il n’était pas question que je quitte la région parisienne. On s’est dit qu’il fallait créer quelque chose d’original qui nous convienne, un habitat avec des espaces privés et communs, un jardin… Nous l’avons monté à un moment où le contexte était particulier avec la loi Quilliot en 1982 » raconte t-il. Avec ses copains, il a trouvé une ancienne fonderie dénommée « Le Bronze Intégral », fermée depuis 7 ans, situé entre le cimetière et un immeuble donnant sur la rue Jean Bleuzen qu’un promoteur voulait réhabiliter mais sans toucher à l’usine après avoir dû acheter le tout « pour rénover et vendre en appartements la partie immeuble, l’usine ne l’intéressant pas du tout. En fait, il n’avait pas d’argent. Il avait signé une promesse d’achat sans mettre un sou dedans, finançant sa propre opération en nous vendant l’usine »

     

    Un long processus s’est engagé car il fallait  créer une société et monter la structure juridique - chacun est propriétaire de parts de la société, et donc d’un logement et d’un parking -  faire démolir une partie de l’usine seulement pour pouvoir reconstruire, à cause des régles du PLU de l’époque (POS),   trouver un architecte, négocier collectivement avec les banques pour des prêts individuels, grâce à l’agence de la société Générale de Vanves, faire construire (à partir de 1985) en veillant de près sur les entreprises choisies : « Le grand danger de ce genre d’opérations, est que, si une entreprise est défaillante, tout s’arrête. Et on ne pouvait pas se le permettre parce qu’on n’avait pas du tout de moyens financiers pour tenir le coup » indique t-il. Le chantier s’est terminé en 1987. « Nous avons réussi à concevoir un bâtiment original constitué d’appartements différents, un seul étant sur un niveau, les autres étant en duplex et même triplex »

     

    «  Ce n’est pas différent d’une copropriété, sauf que nous avons plus de choses en commun. Nous n’avons pas de syndics, nous sommes très autonome, faisant tout nous même. On prend les grandes décisions ensemble, on se réunit quand on a besoin. Pour le ravalement nous avons sélectionné l’entreprise, en organisant les travaux. Nous avons pris une entreprise d’insertion pour les poubelles. Nous entretenons nous même le jardin.  Comme nous avons 4 appartements avec cheminée, nous organisons une livraison collective de bois par an.  Les caves sont individuelles, pas clos du tout, avec une cave à vin collective avec des racks individuels. Un cahier de réservations est tenu par l’un d’entre nous pour les deux chambres de passages et les salles de réunions. Nous sommes  des gens assez simples, de bonne volonté, pas trop compliqué. Tout marche entre nous sur la confiance » indique t-il en reconnaissant qu’ils n’ont pas installés de digicodes « car on n’a pas de porte (cochére). Le café (Le bristol) monte la garde ! ».

     

    25 ans après, il y a même eu des déménagements, et les nouveaux habitants sont aux anges car il y a une réelle qualité de vie. Marc Lipinski reconnait « qu’on est un peu regardé comme des modèles dans le petit milieu de l’habitat participatif, en étant devenu une référence.  Il est intéressant que la loi favorise l’habitat participatif grâce à des gens comme Cecile Duflot qui est venu ici souvent, et bien d’autres »