Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Developpement Durable

  • VANVES VA PARTICIPER A LA TRANSITION ECOLOGIQUE DE L’ILE DE FRANCE GRACE A LA COP REGIONALE

    L’un des résultats de la première COP régionale en IDF qui s’est jouée à guichet fermé, voilà une quinzaine jours  avec plus de 1000 participants, est ce budget participatif auquel participe Vanves qui a présenté trois projets au suffrage des Franciliens «On s’appuiera sur la participation citoyenne  et l’hyper décentralisation» a promis Valérie Pécresse, présidente de la région qui souhaite associer les franciliens à la mise en œuvre des 192  propositions pour la reconstruction écologique de la région qui en est ressortie qui serviront de socle à l’acte II du plan de relance régional à la suite de la crise sanitaire. Il promeut trois objectifs : Une région ZEN (Zéro émission nette), ZAN (Zéro artificialisation nette) et une région développant l’économie circulaire. Avec la création GIEC régional avec la participation de chercheurs franciliens  et d’experts climat pour réaliser des travaux de recherche et de prévision climatique à l’échelon régional, car l’IDF est l’une des régions les plus touchées d’Europe par le réchauffement climatique.

    Que retenir de ses 192 propositions qui vont concerner les vanvéens comme les franciliens :

    Pour la région ZEN :  Electrification de 100% des bus. Etendre à toutes les stations de métro l’expérimentation actuellement en cours dans une vingtaine d’entre elles de dépollution de l’air intérieur qui a donné des résultats avec -20% de pollution. Développer les bulles d’air dans les écoles comme c’est expérimenté dans une école de Poissy, financer des dispositions de purification de l’air et de puits carbone dans les écoles et les crèches. Automatiser les lignes 4 et 13 du métro, après les lignes 14 et 1. Développer la filiére rétrofile pour changer les moteurs des voitures thermiques en moteur électrique, ainsi que la conversion à l’électrique de vélos classiques…

    Pour la région ZAN : Lancement de la révision du SDRIF (Schéma Directeur de l’Ile de France)  pour en faire un SDRIF environnemental afin de la réadapter grâce à nouveaux objectifs qui s’impose aux PLU communaux et intercommnaux comme à Vanves qui densifie, aménager 1000 ha d’espaces verts, 150 km de berges, planter 500 km de haies d’ici 2030 et 10 000 arbres et arbustes dans les lycées, accompagner 100 Villes dans la désimperméabilisation des sols, créer 4 nouvelles naturelles réserves régionales   et un 5e PNR (parc Naturel Régional) avec le futur PNR de la Brie et des deux Morins. Soutenir 100 projets d’îlots de fraicheur dans les communes, aider à la rénovation de 50 000 logements passoires thermiques dans le parc HLM, trouver une alternative aux chauffages de terrasses et de restaurants grâce à un AMI (Appel à Manifestation d’Intérêt). Il s’agit aussi de favoriser la réémergence de filières pour développer les cultures (vigne, champignon, cresson, poires de Groslay, cerises de Montmorency), poursuivre la mesure COVID de soutien à la vente directe agricole (drive fermier, boutique coopérative, box fermiére, Amap).

    Enfin, une Région «circulaire» est la deuxième phase d’un plan déchet régional lancé voilà un an et voté lors du conseil régional dela semaine dernière. Il repose sur 10 leviers : Accompagner les territoires avec, par exemple, un appel à projet pour le recyclage des masques ; soutenir 200 projets de surecvclage, de réemploi et de réparation pour rallonger la durée de vie des équipements des franciliens d’ici 2025 ; financer 100 projets pour développer la consigne de verre pour réemploi d’ici 225, créer une «Mine urbaine» Smart lab pour développer des procédés innovants pour transformer les déchets de nos villes en ressources et intégrer les matériaux issus du réemploi et renouvelables dans la construction ; populariser «l’emporte restes» selon une expression québécoise (doggy bag) dans la restauration pour lutter contre le gaspillage alimentaire, avec les syndicats de la restauration ; installer 2000 composteurs collectifs (immeubles, quartiers, établissements)…

    Ces 192 mesures auront sûrement, dans le temps, des implications dans la vie quotidienne des vanvéens comme des franciliens, vu leur ampleur et leur diversité. Et cela commence par ce budget participatif auquel participe la ville de Vanves

  • 3 PROJETS PRESENTES PAR VANVES PARMI LES 480 SOUMIS AU VOTE DU BUDGET PARTICIPATIF DE LA REGION ILE DE FRANCE

    Les vanvéens comme les franciliens ont jusqu’au 2 octobre pour voter sur  les 480 projets du premier budget participatif de la région Ile de France lancé le 17 Septembre dernier lors de la COP régionale, dont trois ont été présenté par la ville de Vanves : Favoriser les mobilités douce grâce à 88 panneaux qui apporteront de la lisibilité aux itinéraires cyclables en place, et 3 bornes de réparations à disposition du public, mais pas encore une véritable piste cyclable municipale ; végétaliser les allées du petit cimetière en cours (sur la photo), après celle du grand cimetiére durant l’été 2019, avec replantation d’arbres à grand développement, engazonnement des allées principales, et réalisation d’un revêtement ;  développer l’agriculture urbaine  par la création de jardins partagés comme c’est le cas devant le tribunal d’instance par exemple : La ville accompagne ainsi l’association Grainenville «à développer le volet création et entretien des jardins partagés sur des espaces communaux et à assurer l'installation et le suivi de lieux de compostage sur le territoire communal» en ayant d'ores et déjà provisionné une enveloppe de 25 000 € pour la réalisation de travaux d’aménagement (aplanissement, viabilisation etc.…) et d’accessibilité des sites envisagés, l'achat de matériel de jardinage, la location d’un espace au sein de la nouvelle ferme urbaine située sur le site du Parc des expositions de la porte Versailles, sur le toit du hall 8

    «Les Franciliens vont pouvoir élire leurs projets coup de cœur» selon V.Pécresse, présidente de la Région Ile de France qui insistait sur l’objectif  : «Permettre une hyper décentralisation des projets environnementaux :  L’idée est de s’appuyer sur la créativité et l’énergie des territoires pour amplifier notre effort». Ainsi, de la Fin Juin à la mi-Août,  les Franciliens avaient été invités à proposer des projets écologiques :  638 projets ont été déposés, 480 retenus dont 107 grands projets, après un examen de recevabilité selon différents critères -  notamment l’avis favorable du conseil municipal de la commune concernée – sur cinq grands thémes : Alimentation, biodiversité, espaces verts  qui est en tête du nombre de projets (41%) ; Vélo et mobilités propres (20%)  avec beaucoup de projets autour du développement du vélo (pistes et parkings) ; propreté, prévention et gestion des déchets, économie circulaire (23%) ; Energies renouvelables et efficacité énergétique (11%) ; santé environnementale (6%). 

    3/4 proviennent de grande couronne, 1/3 de petite couronne, 47% de collectivités locales, 39% d’associations, 10% des entreprises.  La région promet une enveloppe de 500 M€ d’ici à 2024, dont 100 millions pour cette première session. Une seconde session du budget participatif est d’ores et déjà prévue dans la foulée, en novembre. V.Pécresse n’a pas caché que sa préférence va,  à ce projet de Mille-moisons : Planer un atbre à chaque mariage ou Pacs, afin d’aménager une allée des mariages.

    Ainsi il est proposé une tour à hirondelle à Noisy Ecole, l’implantation de 3 parcelles expérimentales d’agroforesterie en Seine et Marne  Fresnes-sur-Marne, Chelles et Metz-sur-Seine, l’installation de 562m2 de panneaux solaire au refuge de la SPA à Gennevilliers pour une production annuelle de 87 MWh/an  d’énergie verte etc…

    s

  • DEPUIS CET ETE VANVES A SON COMITE DE SURVEILLANCE ET DE SAUVEGARDE DES ARBRES

    Depuis cet été, une antenne vanvéenne du groupe national de surveillance des arbres (GNSA)  s’est créé grâce à Sophie Gremion, présidente-fondatrice de l’ARRM (Association des riverains de la rue Marcheron) qui s’est constitué pour défendre les intérêts des riverains d’un projet de construction immobilière de Bouygues Construction sur cette rue vanvéenne, sans respecter les régles d’alignement. Elle relaie à Vanves l’action de ce groupe national créé par Thomas Braille qu’il a créé face à l’abattage d’arbres vieux souvent de plus de 50 ans pour aménager des pistes cyclables, pour construire des immeubles sans compenser comme par exemple à Vanves…. en se mobilisant pour arrêter une déclaration universelle des droits de l’arbre (DUDA) car «tant que l'arbre, n'aura pas de statut juridique il ne sera pas protégé» et faire signer une pétition pour l’obtenir, déjà signé par 57 000 personnes. «L’Arbre est la base de tout l’écosystème terrestre» explique-t-il en ayant rédigé une chartre.

    Cette question est d’autant plus d’actualité à vanves que notre ville est concernée pour plusieurs raisons. Tout d’abord, une enquête d’Environnement 92 à partir du MOS Ile de France a montré que Vanves fait partie des villes des Hauts de Seine qu dispose le moins d’espaces verts par habitant, soit 6 m2 contre plus de 10 mé voilà une vongtaine d’année. Ensuite, comme l’ont remarqué beaucoup de vanvéens, les chantiers de construction arrêtés, non pas seulement à cause du confinement seulement, mais parce que les promoteurs-constructeurs ne voulaient pas gêner les maires lors de la campagne des élections municipales, ont repris dés le lendemain du scrutin du 28 Juin. A Vanves, c’était édifiant, avec le premier coup de pioche du futur immeuble qui sera construit face à Audiens entre l’école Maternelle Gambetta et un pavillon, avecl’abattage d’un arbre. Mais aussi le coup de fil de l’avocat de Bouygues  à l’avocat de l’ARRM pour lui annoncer que le projet d’immeuble rue Marcheron se fera. Enfin, la reprise des chantier se voit que ce soit à la gare de Vanves, avenue de la Paix notamment sans parler de ceux en cours, où les arbres sont bien maltraités : Ainsi avec le chantier de rue Sahors un beau cédre du Liban (sur la photo à l'extrême gauche, lors du chantier de démolition des pavillons) a été massacré car des branches latérales  ont été coupés par nécessité. Et ce n’est guére mieux pour un autre arbre remarquable derrière l’immeuble du promoteur Legendre. D’autres sont menacés par un projet de construction d’immeuble  à l’emplacement des deux pavillons face à la mairie rue Antoine Fratacci alors qu’ils font écran avec la cour de l’école Cabourg. Sans parler des craintes concernant la Villa Dupont avec ses magnifiques arbres dont beaucoup de vanvéens souhaitent un classement comme patrimoine remarquable

    « L’objectif du groupe local est d’alerter sur la disparition ou la maltraitance de ces arbres, remplacé par d’autres espéces rikiki comme dans le square de l’Insurrection, de poser la problématique de santé généré par ces abattages alors que les arbres ont un grand pouvoir d’oxygénation, d’assurer une alerte sur les arbres en danger » explique Sophie Grémion animatrice du groupe vanvéen qui va recenser les arbres remarquables de Vanves pour les protéger en demandant qu’ils soient inscrit dans le PLU